1

Schumpeter contre la France

Il y en a beaucoup à droite pour penser que si la France est en train de mourir, si le peuple français n’a pas su préserver l’héritage de Clovis, c’est à cause des gauchistes… comme si la connasse aux cheveux violets détenait ce pouvoir de ruiner une nation entière. Les gros cons de droite (les droitards) n’ont manifestement jamais entendu parler de Schumpeter.

Je le répète sur ce site depuis des semaines, déjà : il n’y a d’islam en France (et en Europe) QUE parce qu’il y a une immigration. Ce ne sont tout de même pas les Jean-François et autres Marie-Chantal qui se sont convertis…

Cette immigration est la cause pour le peuple français de nombreux maux : agressions, intimidation, meurtres… ; mais cette immigration ne saurait être sa propre cause (!). Quelqu’un a dû, nécessairement, laisser entrer ces gens (Maghrébins et Noirs africains dans leur grande majorité). Bien sûr, l’immigration engendre toujours plus d’immigration (diaspora, mariages arrangés…) mais faut bien qu’elle ait commencé à un moment donné, quelque part.

1re explication : c’est le retour de bâton de la colonisation – Non, parce que les chiffres ne collent pas. Le métissage colons-autochtones ou les auxiliaires africains de l’État colonialiste émigrant en métropole (ex : les harkis), ne peuvent rendre compte des niveaux enregistrés.

 

2e explication : c’est le fait des belles âmes et de leurs bons sentiments – Non, ça fait certainement « appel d’air » mais elles n’ont pas affrété de bateaux (ou d’avions) pour les faire venir. Ça nourrit l’immigration (en amont) mais ça n’explique pas son origine.

3e explication : l’importation de main-d’œuvre exigée par le patronat. Là on est bon !!!! Si Pompidou n’avait pas obtempéré aux desiderata du patronat (et de son « besoin » en main-d’œuvre étrangère), si Giscard n’avait pas promulgué la loi dite du regroupement familial, on n’en serait pas là aujourd’hui. L’Histoire n’est pas la reine des sciences pour les ânes.

Vertige pour le droitard ! Ce n’est pas lui qui décide dans son propre pays, eh non… c’est la classe patronale qui décide, eh oui. Pourtant, les Français ont le droit de vote. Oui, mais ils ont surtout les couilles dans l’engrenages du salariat, et c’est avec la peur au ventre (de perdre leurs emplois) qu’ils votent. CQFD

Tout ça participe du principe schumpetérien du Kapitalisme : la destruction-créatrice. Encore une belle ânerie. Pour faire simple, le Kapitalisme détruit l’ancien monde pour créer le nouveau, ça donne                « détruire les Nations » pour « ériger le grand marché mondial », c’est ce qu’on appelle la mondialisation. Ça ne vous plaît guère ? C’est le moindre des soucis du patronat !

Et dans son infinie malfaisance, le Kapitalisme sécrète une doctrine ad hoc pour faciliter son dessein, le gauchisme, qui a 2 qualités :

 

  • faire croire que c’est le peuple qui décide (parfois, l’illusion opère avec le mariage homo, parfois ça coince comme avec le glyphosate)
  • faire croire aux patriotes de droite (les moins malins des patriotes) que ce sont les gauchistes qui gouvernent (…et ça marche : que de temps gaspillé à taper à côté).

Tant que l’économie, en France, demeurera la chose du patronat, le peuple français subira la mondialisation.