Scission : Juifs orthodoxes contre Juifs athées

Ultra-Orthodox Jewish men and children perform the "Tashlich" ritual in the coastal city of Netanya on September 14, 2021 during which "sins are cast...

Juif athée est un oxymore…

Les dernières élections israéliennes ont mis à découvert une scission nette et claire qui existait depuis bien longtemps sur ce lopin de terre, mais que tous les impliqués préféraient ignorer tant ses portées risquaient de donner le jour à une catastrophe. L’État d’Israël, en fait, est assis sur la bouche d’un volcan en pleine activité, signe avant-coureur d’une périlleuse éruption. Rupture imminente, tandis que Bibi Netanyahu mène à tambours battants ses négociations avec tous les partis de droite pour former son gouvernement.

La gauche, battue à plate couture, vocifère ses appréhensions et ne se gêne même pas de faire usage d’une diplomatie de rustre allant jusqu’à l’intimidation afin d’empêcher qu’un gouvernement de droite ne voie le jour.

« Les USA et l’Union Européenne nous tourneront le dos… C’est une déclaration de guerre contre tous les pays arabes si jamais Ben Gvir ose changer le statut du mont du Rocher… De Hébron… et tant d’autres éléments avec pour unique objectif d’instiller une peur panique au sein du peuple juif d’Israël, et de le contraindre à se replier. »

Un repli qui lui coûtera la vie.

Nul n’ignore qu’un problème que l’on couve dans l’espoir de le voir se dissoudre ne disparaît pas de par lui-même, notamment s’il a trait à une religion, peu importe laquelle ! L’existence d’une divinité, si intimidante puisse-t-elle être pour un grand nombre d’individus, n’a jamais pu être partiellement ou totalement éradiquée suite à l’imposition de tout régime, la démocratie encore moins ! Qu’importe l’artifice mis en œuvre, la foi est un capital individuel qui entre en action lorsque le dynamiste de celle-ci est en perpétuel défi.

Les religions sont le produit de l’être humain qui se sert de la divinité pour calmer ses frayeurs, mais aussi et très souvent pour ses propres ambitions dont le but évident est de manipuler avec plus d’efficacité ses semblables.

La démocratie fait des acrobaties pour plaire à certains, mais révulse d’autres. En réalité, dans notre subconscient, nous nous mesurons à ce problème à l’instar de l’autruche, laquelle enterre sa tête dans le sable, mais expose son corps à tous les dangers. Nous avons beau nous convaincre que nous avons trouvé le filon d’or qui permettrait à toutes les religions de vivre sous un même régime, tandis qu’à une certaine étape, ce filon s’effiloche pour n’être qu’un vulgaire croquemitaine face à la dure réalité.

Les juifs croyants, pratiquants et/ou orthodoxes, se sont protégés des méfaits et influences des agnostiques/athéistes en désignant et délimitant leurs quartiers et leurs villes. Leur population représente en fait un peuple au sein d’un autre, que ce soit en Israël ou dans la diaspora. Ces communautés ont adopté un mode de vie qui convient à leurs conceptions, leurs croyances ou manque total de foi. Des rencontres sporadiques peuvent les réunir temporairement, surtout face à un intérêt commun.

Il y eut toujours des conflits mineurs, que les chefs d’État israéliens ont soldés moyennant un financement parfois abusif. Mais tous savaient qu’en fin de compte, cette situation ne peut pas perdurer sans heurts et sans confrontation ouverte, surtout dans le contexte caricaturesque d’Israël où se brassent les trois religions principales.

Nous observons à l’heure actuelle les dommages causés par une défaillance du vivre-ensemble – lorsque chacun choisit sa demeure dans les quartiers et dans les villes qui conviennent à ses convictions théologiques, en Europe et dans les différents pays d’Occident. Ce manège est patent en Israël. Récemment, grâce à la diversité et à la démocratie, le brassage entre les religions s’est intensifié, d’où le danger de dissémination de l’Islam qui poursuit sans relâche son affermissement démographique.

Est-ce que l’État d’Israël est fasciste ? Beaucoup se posent cette question alors que la réponse se trouve indéniablement dans la Bible Ancien et Nouveau testament. Les juifs croyants ne pourront jamais être fascistes. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même »… Et ce prochain n’est forcément pas juif.

Cette loi n’a jamais été appliquée à toutes les époques envers les juifs, notamment par les chrétiens.

Pourquoi alors la scission au sein des juifs ? Elle se révéla dans toute son horreur lors des émeutes récentes dans les villes mixtes d’Israël, initiées par les Arabo-musulmans israéliens ainsi que ceux des autres territoires limitrophes.

Israël se confronte aujourd’hui avec le fascisme arabe musulman et l’apartheid déclaré officiellement au sein des Arabes de Palestine, de Jordanie, d’Egypte… en somme de tous les pays musulmans qui l’encerclent. Ce qui rend cette particularité suicidaire… Comment être démocrate et vivre en plein cœur d’ennemis qui ne le sont pas et qui appliquent le fascisme et l’apartheid ? Croyez-vous cela possible ?

Les musulmans arabo-israéliens et leurs comparses déclarent sans ambages leur intention d’effacer toute trace de juifs dans cette partie du globe et dans le globe entier… La menace existe et persiste. La résilience d’Israël en qualité d’État juif doit en principe le contraindre à adopter l’apartheid. Inutile de jongler avec les mots, même les Israéliens issus de la Gauche politique, athées ou agnostiques, le savent et c’est la raison principale derrière la montée fulgurante des partis de la droite politique, des partis religieux et sionistes religieux. Peu n’ont pas encore assimilé la teneur de l’apartheid ou du fascisme dans leur cas. 75 % de la population israélienne a voté pour la droite, ayant vécu de très près le danger qui progresse à travers les voies démocratiques. Le simple fait qu’il y ait des membres de la confrérie musulmane dans le gouvernement israélien a culbuté toutes les hypothèses d’un État juif, même d’un État démocratique. Si les musulmans ont fait leur choix qui est l’apartheid et le fascisme, pourquoi Israël fera exception et tendra son cou au glaive musulman ?

Le président américain vient d’annoncer la couleur en prévenant Netanyahu qu’il n’acceptera pas moins qu’un État palestinien aux côtés d’Israël et qu’il refuse toute construction en dehors de la ligne verte, ce qui en phrases concrètes, exige le suicide de l’État juif et de ses juifs…

Thérèse Zrihen-Dvir

image_pdfimage_print
7
1

19 Commentaires

  1. Au regard de l’histoire et du temps long, la légitimité de l’Etat juif va bien au-delà de sa dimension politique – elle-même indispensable – il est consternant de voir des alterjuifs (déracinés de leur identité spirituelle) la nier, de l’intérieur même de leur nation menacée de toutes parts, mais aussi depuis la diaspora minée par le relativisme.

  2. cohn bendit se définit comme juif allemand…athée, donc tout repose sur l’identité ethnique, le relatif religieux ne servant que de support politique pour imposer le concept de race. j’ai souvent lu que les juifs intellos de race blanche ne se considèrent pas comme appartenant à la Race Blanche. (ignatiev and co) mais tout ça n’est dit qu’entre initiés même si parus dans des bouquins philosophoques.

  3. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même »… Et ce prochain n’est forcément pas juif.

    Cette loi n’a jamais été appliquée à toutes les époques envers les juifs, notamment par les chrétiens.
    .
    Nos prochains ce sont nos proches. Les juifs ne sont pas les prochains des chrétiens, ils ne nous aiment pas, si on en juge par ce qui se passe en France sous leur action depuis 40 ans … au moins.
    .
    Sans parler de la mort de Jésus et celle des apôtres qui s’en est suivi, tellement vous les aimez depuis le début, … bref ….

    • RTFI, Jésus était juif et le Christianisme n’était pas sa religion – Le Christianisme est né à Rome sous les auspices de l’empereur Constantin qui l’avait amalgamé au Mithraïsme avec sa trinité… Cependant, le simple fait que l’Ancien testament est compris dans la religion chrétienne, en fait que nous sommes tous issus d’une même origine. Je ne vois pas en les adeptes de Jésus, surtout ceux qui le considèrent comme le messie, comme tous ceux qui croient en un seul D.ieu des étrangers. Nous sommes tous frères puisque nous faisons tous partie de la création divine…

    • « Et ce prochain n’est forcément pas juif » ????
      Ce n’est pas plutôt : « pas forcément Juif ? »
      Le sens n’est pas le même.
      « Forcément pas juif » veut dire qu’il est sûr qu’il n’est pas Juif.
      « Pas forcément Juif » signifie qu’il est peut-être Juif ou peut-être pas.
      Merci de nous éclairer.
      Le coup de la mort de Jésus c’est un peu moisi et sacrément culotté comme concept.
      Je préfère croire que vous êtes muz. De la part d’un chrétien, de telles paroles sont trop décevantes.

  4. Oui, mais le différend entre croyant et athée existe dans tous les pays.
    il ne faut pas en faire un fromage non plus. ça ne sert qu’a aggraver le problème.

  5. Le judaïsme étant une religion, je ne comprends pas bien ce que peut être un « juif athée »!

    • Un oxymore – s’il est athée il n’a aucune religion…ses racines peuvent être juives…cela ne devrait en aucun cas faire de lui un juif.

    • Vous ennuyer Anton ou vous rappeler que le mal qui touche votre continent ne vous est pas specifique… Il est partout…

  6. j’ai vu l’autre jour une conférence de presse où derrière netanyahou se tenait le chef de raam, le bedonnant abbas tout sourire, bibi ne l’a toujours pas pris dans on gouvernement?

    • Non. Il a raflé 54 milliards de shekels du gouvernement précédent de Lapid. Il a réussi bien plus qu’il ne pouvait l’espérer. ça suffit, vous ne pensez pas?

  7. Chaque être humain nait vierge de toute croyance religieuse. Ce sont les membres des sectes qui ont réussi qui pervertissent les esprits purs

  8. Bon sang ! mais il ne faut pas être un génie pour comprendre la situation d »Israël. Ce pays a deux problèmes : 1) il est une démocratie qui se croit obligée de reconnaître sur son sol les musulmans arabo-israéliens qui ne rêvent, de par leur religion qu’à le détruire ; et 2) il souffre d’une accélération de la laïcité qui nuit évidemment à son identité. La solution au premier problème est d’en finir avec la représentativité et la présence des musulmans arabo-israéliens et cela, sans complexe parce qu’il en va de la survie du pays. Et la solution au second problème est de procéder à une rejudéisation subtile et en aucun brutale, sur le long terme, des citoyens israéliens. Israël est un Etat juif et beaucoup d’Israéliens semblent l’avoir oublié. C’est simple.

    • « les musulmans arabo-israéliens qui ne rêvent, de par leur religion qu’à le détruire »
      Cette situation n’est d’ailleurs pas seulement propre à Israël. La « religion » musulmane pose problème partout où elle coexiste avec d’autres religions. Là où elle est présente, le vivre ensemble devient de plus en plus difficile et sera un jour impossible Le problème est plus crucial encore en Israël évidemment entre autres raisons parce qu’il s’agit d’un petit pays.

  9. La Jordanie constituée des 3/4 de la Palestine est le pays des palestiniens. Zombiden a encore raté quelques marches de son caveau.

Les commentaires sont fermés.