Scolarisation obligatoire à 3 ans : ce que cache l’annonce de Macron…

Publié le 3 avril 2018 - par - 11 commentaires - 2 410 vues
Share

Les 27 et 28 mars 2018 ont eu lieu les « Assises de la maternelle » ouvertes par MACRON lui-même et préparées par le neuropsychiatre Boris CYRULNIK au nom du ministre de l’Education Jean-Michel BLANQUER, Assises auxquelles 400 membres et partenaires de la communauté éducative ont participé.
Nos gouvernants sont coutumiers de ces prétendues Assises, débats, consultations… dont les conclusions sont connues bien avant que les problèmes n’aient été soulevés et les questions posées !
Ces Assises ont prétendûment eu pour objectif de repenser la maternelle pour en faire une véritable « école du langage et de l’épanouissement ».
Qu’en est-il ?
Un abaissement de l’âge de la scolarisation obligatoire ?
Pour repenser la maternelle (sic), « …Nous abaissons l’âge de la scolarisation obligatoire à 3 ans… » ! dit le ministre BLANQUER, et cette annonce est relayée à grands renforts de publicité par tous les medias.

En réalité, bien que l’âge de la scolarisation obligatoire fixé à 6 ans par Jules Ferry soit toujours en vigueur, dans les faits, la scolarisation des enfants de 3 ans est une situation acquise depuis longtemps. Selon le site du gouvernement, la quasi-totalité des enfants de trois à 5 ans est accueillie dans l’enseignement pré-élémentaire depuis 20 ans et le ministre reconnait lui-même : « aujourd’hui, 97% des enfants sont déjà scolarisés à l’école maternelle ».
Néanmoins, cette mesure qui pourrait, de ce fait, apparaître purement symbolique, a en réalité une portée beaucoup plus considérable qu’il n’y paraît.
3% d’enfants restant à scolariser correspondent à 20 000 enfants.

La première question à se poser est celle de savoir qui sont ces 20 000 enfants qui n’ont pas encore été scolarisés à 3 ans ? Et quand nous entendons Jean-Michel BLANQUER déclarer «… Cette décision traduit la volonté gouvernementale de faire émerger grâce à l’école une société plus juste… », on peut penser que cette mesure est encore destinée à scolariser les nouveaux arrivants immigrés clandestins.

Une annonce en trompe-l’oeil

Ensuite, il est à noter que dans les faits, il ne s’agit pas d’un abaissement de l’âge de l’obligation scolaire à 3 ans mais d’une augmentation de l’âge de la scolarisation effective.
En effet, depuis 1999, la scolarisation des enfants de 2 ans est une pratique relativement courante puisqu’elle concerne 93600 enfants et, selon le site education.gouv.fr, l’« accueil différé des enfants de deux ans » – c’est-à-dire en clair, la suppression de la scolarisation des enfants de deux ans, permettrait de scolariser environ 20000 élèves supplémentaires en maternelle.
En réalité, comme nous allons le voir, cela permettrait (et permettra) beaucoup plus que cela !
Et pour nous convaincre du bien fondé de cette suppression, une autre mise en scène eut préalablement lieu, celle-ci beaucoup plus discrètement.

Un débat préliminaire sur le bien fondé de la scolarisation à 2 ans

En effet, une étude d’Arthur HEIM, qui travaille aujourd’hui à l’évaluation scientifique du système scolaire (tout un programme !), a publié en janvier 2018, une étude sur l’impact de la scolarisation à deux ans qui est arrivée à point nommé (…) pour servir la politique du ministre, d’où il ressortirait que les résultats enregistrés ne réussissent pas à asseoir le bien-fondé de la « préscolarisation précoce » ! (entendez scolarisation à 2 ans).

Une étude curieusement tombée « à pic » pour nourrir le débat lancé par la majorité politique sur la « dimension éducative de la crèche et de l’école maternelle » qui eut lieu dans la foulée, le 7 février 2018 .
Quel heureux « hasard » ( !) et quelle chance pour Jean-Michel BLANQUER qui « a pris la balle au bond » dit-on sans rire, nous assurant que le débat sur la « préscolarisation précoce » était ouvert mais pour lui , « … l’école à 2 ans n’est pas l’alpha et l’omega…il est probable que la crèche soit plus pertinente que la scolarisation à 2 ans… », évoquant au passage un programme de développement du langage en crèche qui accréditerait l’idée selon laquelle la crèche peut tout à fait se substituer à la maternelle.
En réalité, se profile très nettement les véritables objectifs de toute cette mise en scène. La « ficelle » est un peu grosse mais comme disait Lénine « plus la ficelle est grosse, mieux ça passe ! ».
La scolarisation à 2 ans va-t-elle disparaître ? Assurément !

Une « pêche miraculeuse »

En effet, pour la rentrée 2018, Jean-Michel BLANQUER assure les dédoublements des classes de CP, de CE1 dans les R.E.P. et les R.E.P+ en fermant les classes dans les zones rurales où sont scolarisés nos enfants et en puisant dans les remplacements.
Pour la rentrée 2019, il doit prévoir d’autres dédoublements – toujours au seul bénéfice des R.E.P. – et il ne dispose pas encore des postes nécessaires pour poursuivre sa politique élitiste en faveur des populations issues de l’immigration.
Or, le cabinet de Jean-Michel BLANQUER estime que la suppression de la scolarisation à deux ans permettrait de récupérer 3700 postes pendant que l’accueil des 20 000 enfants de 3 ans restant à scolariser nécessitent 1000 postes supplémentaires..
Dans ce cas, il resterait (et restera) 2700 postes pour assurer les dédoublements des classes de CP, CE1 et CE2 dans les classes de REP et les REP+. Qui dit mieux ?

Et même si la scolarisation à 2 ans demeure dans les classes de REP (ce qui est probable) – ce qui correspond à 20% des enfants scolarisés à 2 ans, soit quasiment 19000 enfants – il reste encore de la marge pour les dédoublements en REP.
C’est ce que l’on peut appeler une  « pêche miraculeuse »   dont JM.BLANQUER, qui pêche toujours dans les eaux troubles de l’immigrationnisme, ne va sûrement pas se priver !

Conclusion

Toutes ces mises en scène d’Assises et autre débats visant à nous faire croire que le gouvernement s’investit pour nos enfants, ne sont que le masque d’une politique toujours plus délétère qui travaille à notre propre destruction.
Et pendant que nous financerons cette politique, nos enfants seront accueillis en crèches et pour ce faire, les parents devront payer, payer encore et payer toujours, pour servir notre propre destruction.

Claude Meunier-Berthelot

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Carole

Je ne vois aucun intérêt pour les enfants d’être privés de la liberté et des jeux de l’enfance. Pour ma part, je n’ai jamais mis les pieds à l’école maternelle et cela n’a nui en rien à mes résultats scolaires. Il est vrai que ma mère était femme au foyer et apprenait bien des choses à ses enfants. J’avais des camarades de jeux, bref j’ai eu la chance d’avoir une petite enfance dont je garde un magnifique souvenir. Devenue mère à mon tour, j’ai pris un congé parental pour pouvoir m’occuper de mes enfants et ne les ai mis à la maternelle que la toute dernière année avant l’entrée en primaire, à cinq ans, donc. Ils ont été eux aussi de brillants élèves. Cette volonté d’embrigader si tôt de si jeunes enfants me paraît très suspecte.

zabou

il n’y a qu’en France que cette obligation existe (ou va exister), et bizarrement cela intervient juste après l’obligation de 11 vaccins.. cette folle de ministre qui a imposé ça sait aussi que sur les réseaux sociaux bon nombre de parents désirent attendre l’entrée en primaire pour ne pas faire ces vaccins avant (puisqu’ils sont obligatoires pour l’entrée en collectivité). Je crois aussi que cela vient de là

dufaitrez

Il faut suivre !!!
Pour moi, on retourne vers l’éternelle confrontation entre Education et Instruction !
Dès le plus jeune âge.
L’immigration nous « impose » de dédoubler les classes…Eduquer (?) avant d’instruire…
Certains (?) FDS, dont je fus, préfèrent leur inculquer une vraie Education avant de les lancer dans Marigot… Interdit, désormais !
Une fois de plus, Nivellement vers le bas ! Pauvres petites têtes « blondes » ???????

La lyonnaise

Et surtout cela permettra au gouvernement de supprimer l’aide à la garde d’enfants pour les 3/6 ans!!!! Mais comme les parents auront besoin de nounous pour la fin d’après-midi, cela promets de beaux jours au travail au black au détriment des assistantes maternelles!

stephanie

Vous avez l’air d’etre pour la scolarisation des enfants à 2 ans. Mais avez-vous déjà vu comment ça se passe pour ces pauvres petits bouts de choux? Nos maternelles telles qu’elles sont faites, le matériel, ainsi que les programmes ne sont pas du tout adaptés à des enfants de 2 ans. De plus, leur cerveau n’a pas encore la maturité nécessaire pour suivre les rythmes. Ce n’est pas une critique envers les petiots mais une constatation de quelques années passées en tant qu’Atsem.
Autre chose: Instits/AtSEM et puéricultrices ne sont pas les mêmes boulots. On appréhende pas un gosse de deux ans comme un gamin qui a une année de plus (et 1 an à cet âge-là c’est énorme).
Désolée mais à deux ans la place d’un gamin n’est pas à l’ecole mais bien à la maison, chez une nounou, ou en crèche!

Pierre Malak

 » Familles, je vous hais !  » (André Gide).

La famille est le seul rempart contre l’endoctrinement politiquement correct, la seule forteresse contre l’endoctrinement révoltant de l’enseignement officiel, destructeur de l’identité nationale.

La famille, c’est la survie des VRAIS Français, leur pérennité, la sauvegarde des traditions, des us et coutumes…

ADLER

Nous descendons de jour en jour dans la catastrophe. Macron et son gouvernement stérile qui va privilégier les assistés migrants de 3 ans, et la main mise des islamistes sur nos universités, et facultés. Plus le terrorisme, les conflits sociaux qui ne cessent d’augmenter, le racket sur nos biens. Nous allons être à genoux . MACRON et sa clique de voyous et de traitres veulent la perte des français. C’est un constat.

LEFEBVRE-GRUDZIEN ANNA

Un constat tellement glauque que ça fait froid dans le dos ! Le grand emplacement s’accèlère , les musulmans se faufilent de tous les côtés avec la complicité d’un gvt sans scrupule qui déteste La vraie France et les Français !!! Le nazisme 2018 est un très bon cru !!!!

reuri

Le politburo a bien compris que l’endoctrinement au vivrensemblisme est plus efficace dès la maternelle.
Les institutrices bientôt remplacées par des conchita wurtz en djellaba pourront enseigner le coran dès le berceau aux petits français.
L’arabisation dès la maternelle puis hanouna à la maison, et après on se demande pourquoi de plus en plus de français ont le temps de cerveau disponible complètement grillé.
Bravo l’éducation nationale.

Rudolph

Très intéressant article qui démontre bien la duplicité de ce Blanquer qu’on nous présente partout comme le M. Propre du gouvernement. Merci de nous éclairer Madame.

looping

En plus il faudrait encore qu’il y ait des places en crèche, ce qui n’est pas le cas pour l’instant , et depuis que le congés parental est réduit, puisqu’il faudrait que le père prenne un congés parental pour avoir 3 ans de conges, les femmes arrêteront de travailler ce qui sera tout bénéfice pour la diminution du chômage !