Scoop : les flics ne seraient pas des Bisounours !

Publié le 15 décembre 2020 - par - 25 commentaires - 1 161 vues
Traduire la page en :

Qui l’eût cru ? Un certain Guillaume Meurice, chroniqueur et humoriste à France Inter, a récemment fait l’objet des plus vives critiques, notamment de la part du présentateur de CNews, Pascal Praud (le 7 décembre), et même (sur Boulevard Voltaire, le 9 décembre) de la part de Christian Vanneste, homme politique et essayiste qui nous avait jusqu’à présent habitués à plus de modération. Le crime de Guillaume Meurice ? Avoir pondu (le samedi 5 décembre) un tweet portant, au-dessus de l’image d’un Bisounours muni d’une matraque, le message : « #BonneManif #ACAB #AllCopsAreBisounours ». Ce qui veut dire : « Tous les flics sont des Bisounours ». C’est un point de vue, et alors ?… Où est le problème ?

Le problème est que l’utilisation habituelle de l’acronyme ACAB est pour signifier « All Cops Are Bastards », c’est-à-dire « Tous les flics sont des salauds », vieux slogan britannique anti-flic des années 1980 récemment remis au goût du jour par les gauchistes mobilisés contre les « violences policières ». Et que, de ce fait, il n’est venu à l’esprit de personne que le tweet de Guillaume Meurice puisse être autre chose qu’une manière détournée et ironique d’injurier la police… On doit donc en conclure qu’en réalité, les forces de l’ordre ne seraient pas constituées de Bisounours – un scoop, une exclusivité époustouflante que j’offre ici aux lecteurs de Riposte Laïque…

C’est ça le problème avec les humoristes, on ne sait jamais comment prendre leurs blagues : lues au premier degré, elles sont évidemment incompréhensibles ; au second degré, on rigole… mais on ne voit pas toujours qu’il pourrait y avoir une lecture au troisième degré qui fasse réfléchir… Or, avec ce flic-Bisounours, Guillaume Meurice questionne, sans doute bien involontairement, la bien-pensance des gauchistes – qui est un peu la sienne.

C’est en effet, chez ces naïfs, une croyance bien établie que l’être humain est toujours perfectible pour peu qu’on lui parle gentiment, et qu’il suffirait donc, pour décourager toute violence dans le domaine public, que les forces de l’ordre soient désarmées et dotées, en revanche, d’une bonne formation d’animateur socioculturel pour devenir des flics sympas… J’exagère à peine, c’est à peu près le discours que tenait, le 13 juin dernier, l’ineffable Jean-Luc Mélenchon, en demandant « une police aussi désarmée que possible pour qu’elle inspire le respect des citoyens ». Ce qui ne l’empêcha pas, à peine 48 heures plus tard et suite à des violences survenues en la bonne ville de Dijon, d’exiger que les bandes armées soient dissoutes et les gangs désarmés, il n’a pas précisé comment – en vérité, JLM est un grand comique qui s’ignore.

Il n’est pas le seul, toutefois, à fantasmer sur le mythe du policier sinon tendre comme un Bisounours, du moins placide et débonnaire vis-à-vis des honnêtes gens. À différentes reprises, j’ai lu dans Riposte Laïque des encouragements à adopter, face audit policier, une attitude exprimant, au-delà de la simple correction de rigueur, l’amabilité chaleureuse dont nous serions redevables à ce brave homme compte tenu des services qu’il rend à la société… Eh bien désolé, les copains, mais ne comptez pas sur moi pour lui faire la risette.

Il y a longtemps de cela, il m’est arrivé de participer à des manifestations. C’était, pendant l’hiver 1961-62, en faveur de la paix en Algérie et contre les actions de l’OAS… Que je me sois bien fait enfariner, à cette époque, par mes petits camarades issus de la gauche communiste, c’est pour moi une douloureuse certitude, mais c’est un autre débat. Petit bourgeois bien élevé, je n’ai bien entendu jamais commis le moindre délit au cours de ces manifs, mais d’autres que moi s’en chargeaient parfois, on les appelait des « casseurs » (c’étaient les mêmes, en moins organisés, que ceux d’aujourd’hui). Et en face, il y avait les CRS qui finissaient toujours par charger, en cognant sur tous ceux qui étaient à leur portée, casseurs ou pas. J’ai des grandes jambes, et en ce temps-là je courais vite, ce qui fait qu’ils ne m’ont jamais rattrapé. Mais j’ai eu des copains qui se sont fait coincer et… comme disait Coluche, « t’aurais vu la gueule de la bavure ! »

Tout ça pour vous dire que, depuis cette époque, je voue une affection particulière aux CRS, ainsi qu’à tout ce qui est casqué, botté, et éventuellement porteur de matraque… et plus généralement à tout ce qui ressemble à un flic en uniforme. Alors, le Bisounours à matraque de Guillaume Meurice, vous pensez si j’ai adoré !

Bon, maintenant trêve de plaisanterie, soyons sérieux : les forces de l’ordre détiennent le monopole de la violence légale. Une violence absolument nécessaire vis-à-vis de certains individus pour leur faire respecter la loi, faute de quoi la vie des honnêtes gens deviendrait facilement un enfer, l’être humain étant ce qu’il est. Or ça ne se fait pas avec des Bisounours ou des enfants de chœur, mais avec des gens entraînés à la violence et qui doivent plus ou moins aimer ça – sinon ils feraient un autre métier. Ces gens-là sont des « gens d’armes », des guerriers, qui constituent une sorte de caste à la fois dangereuse et intouchable. Ils portent des flingues, nous pas. Ils sont assermentés, nous pas. Ils peuvent nous interpeller, nous faire cracher du fric, nous mettre en prison, voire nous blesser ou nous tuer… Et vous voudriez qu’on ait le goût de les fréquenter ?…

Entendons-nous bien : il n’est pas question de les haïr, ça ne sert à rien. Ces gens-là ont, du moins en théorie (je vais y revenir), une activité indispensable au bon fonctionnement de la société, et il serait non seulement risqué mais totalement contre-productif de chercher à leur nuire. Quant à aller brailler sous leur nez « Tout le monde déteste la police ! », c’est de la provocation puérile sans aucun intérêt. Cela étant, ils ne sont pas là pour se faire aimer, mais pour être craints. Ils ne sont pas là pour plaire aux citoyens, mais pour servir ce monstre froid qu’on appelle l’État et qui les paie (mal, d’ailleurs) pour faire un certain boulot en y risquant éventuellement leur peau. Reste à savoir quel est précisément ce boulot et à quoi il sert vraiment, et c’est peut-être là que le bât blesse.

Il fut un temps où le rôle de la police et de la gendarmerie était essentiellement de prévenir les délits (atteintes aux personnes et aux biens) et, le cas échéant, de poursuivre les malfaiteurs. C’était clair, et l’utilité de la chose apparaissait à n’importe quel esprit normalement constitué. Et puis, au fil des années et sous couvert de bonnes intentions, ont été édictés des règlements de plus en plus tatillons attentant peu à peu à nos libertés les plus élémentaires – considérez seulement, à titre d’exemple, tous ceux qui se rapportent à l’utilisation d’un simple véhicule automobile… Toutes ces contraintes, souvent discutables, n’apparaissant pas naturellement comme des obligations morales, il a fallu les imposer de manière autoritaire sous la menace d’amendes et autres sanctions, et ce sont les forces de l’ordre qui en furent chargées.

Cette dérive a atteint cette année un paroxysme à l’occasion de la récente épidémie de Covid : fermetures arbitraires, masques obligatoires (après avoir été inutiles), confinements et couvre-feux vexatoires… et contrôles de police et de gendarmerie permanents. Je ne compte plus le nombre de parents et amis qui ont été harcelés, voire verbalisés pour des broutilles, par des flics zélés devenus malgré eux, comme ceux de la police de la route, de véritables collecteurs au service de l’État. Le sentiment d’injustice ressenti en la circonstance est d’autant plus amer que, dans le même temps, il est de notoriété publique que les forces dites « de l’ordre » fichent une paix royale aux dealers, casseurs, voleurs et autres racailles qui devraient, dans un pays civilisé, être mis hors d’état de nuire, si nécessaire par les armes. Je sais, ce n’est pas la faute des flics de base, ils ne font qu’obéir à leurs chefs et ils ont la trouille au ventre de commettre la « violence policière » qui pourrait les envoyer devant une cour de justice sous les huées de la gauche bien-pensante – et sans doute de monsieur Guillaume Meurice lui-même…

Il n’empêche que, sans prétendre à être des Bisounours ce qui ne sera jamais leur vocation, ils feraient bien de réfléchir au relatif respect que le peuple leur porte encore, mais qu’ils pourraient bien perdre s’ils persistaient à n’être que des exécuteurs des basses œuvres à la solde de nos cyniques dirigeants.

Jean-Marie BLANC

(décembre 2020)

 

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Marnie

Il ne faut pas oublier que la Police et la Gendarmerie sont aux ordres du pouvoir en place quel qu’il soit. Maintenir l’ordre n’a rien à voire avec une quelconque mansuétude envers le peuple qui se rebelle contre ledit pouvoir élus “démocratiquement”, même si cela est amplement justifié par les abus ou l’impéritie dont il fait preuve. Sauf s’ils rejoignent la majorité du peuple en colère. La majorité est-elle atteinte ? De toute façon faire partie de la police, de la gendarmerie et de l’armée est un choix moral indéniable qui comprend une obéissance absolue. Quand les autorités leur demandent d’évacuer un pont, une rue, etc que peuvent-ils vraiment faire sinon utiliser la force face à des enragés convaincus de leur bon droit ?

Viktor

Le militaire n’a pas d’état d’âme. Il exécute la mission.
S’il n’est pas en accord avec sa conscience, Jean-Pierre Chevènement lui donne la réponse : ou il ferme sa gueule, ou il démissionne”.
Le problème c’est que le carriériste est tenu en laissse par le pouvoir, comme un pitbull, par un nonos qui s’appelle les médailles et l’avancement !

Viktor

L’armée au sens générique est capable du meilleur comme du pire.
Il y a des missions qui sont nobles et qui font du soldat un héros . Inversement il y a des missions qui sont peu honorables et qui font de leurs exécutants de véritables ordures. Le militaire vous dira qu’il faut parfois aller au charbon et se salir les mains.

Marnie

Chevènement est l’ordure par excellence qui a incité les algériens à venir en France. Même s’il est capable de dire “parfois” des paroles normales ce type ressemble comme deux gouttes d’eau au père Noël qui est une ordure.

Dragon Rouge

Le problème ce n’est pas la police mais la moisissure qui s’est installé sur le trône des États européens, car les politiciens règnent comme des rois et des monarques. Et en politique ils ne sont que des murs de façade.

POLYEUCTE

Les Policiers sont mis “à toutes les Sauces” ! (GJ, Black Blocs, Attestations !!).
“VALETS à encaisser des Forts et punir les Faibles !”
Ils deviennent schizophrènes et se suicident…
Sur le Fond ? Ils sont comme vous et moi.
Ils cherchent la Signification de l’Ordre….

Marie d'Aragon

Au Pays de l’Absurde, ils devront s’adapter, hélas !

zéphyrin

il n’y a pas beaucoup de pays sans policiers (sourire) et encore moins ou l’on réprime les personnes violentes avec des bisous.
YAKA supprimer les armes policières, puis carrément la police. …ben tiens..facile.

François BLANC

les agents des forces de l’ordre sont à l’image de la population entre le fonctionnaire borné comme castex et le type qui réfléchit au delà de sa casquette

FRANCE PILLEE

J’ai eu la chance de ne pas être flic car je crois que j’en aurais flingué plusieurs : pas vous ?

Philibert

Dans la police 👮 tout comme à la SNCF à la RATP ou à la POSTE ect ect …. il y a de plus en plus de ( diversité )donc pas d’amélioration de la qualité du service

ouragan

Et si apres ça vous n’avez pas encore compris le parasitisme sociétal des franmacs ? ! http://www.contre-info.com/le-fils-du-tueur-en-serie-fourniret-pense-quil-agissait-de-concert-avec-son-maitre-en-franc-maconnerie oh et puis a propos on ne devient pas flic on finit flic (Noiret PILE OU FACE ) https://www.dailymotion.com/video/x2e36r

Fleur de Lys

Un CRS avoue : il y a les bonnes et les mauvaises manifs. Les bonnes : supporters algériens et Blacks Blocs. Les mauvaises : LMPT et Gilets Jaunes

https://www.lesalonbeige.fr/un-crs-avoue-il-y-a-les-bonnes-et-les-mauvaises-manifs-les-bonnes-supporters-algeriens-et-blacks-blocs-les-mauvaises-lmpt-et-gilets-jaunes/

jéjé

les flics ne sont que des tocards faisant un travail de crevards !!!!

Patapon

Connard!!!,Vous préféreriez la loi de la jungle,la férocité des prédateurs contre les plus faibles ou les plus civilisés?L’ homme est un loup pour l’ homme…Les lois doivent être respectées,et nos FDO sont payées pour ca.Si nos lois sont mauvaises,changeons les,( C’est au parlement et au chef de l’ Etat de faire leur boulot),mais une fois promulguées,celles ci doivent être appliquées, y compris par force et contrainte,ce dont nous chargeons nos policiers et gendarmes,L’ ordre ,la paix civile,la prospérité sont à ce prix.

Henri

“Mais j’ai eu des copains qui se sont fait coincer et… comme disait Coluche, « t’aurais vu la gueule de la bavure ! »
Moi j’ai eu un copain qui s’est fait coincer dans une manif’ en Mai 68 à St Ger’, il a pris un coup de barre de fer sur la tête, réduit à l’état de légume il est mort peu après sur son lit de douleur dans un hosto parisien.
Ah j’oubliais… mon copain n’était pas venu à la manif pour se la jouer rebelle comme fils à papa friqué, non, mon copain était fils de prolo, c’était un POLICIER.

sol invictis

comme quoi il y a un effet boomerang !

FRANCE PILLEE

votre commentaire est minable

Miryna

Minable et lamentable en espérant que pour cet imbécile un jour il ne devra sa survie qu’à des policiers.

patphil

les bisounours devraient arrêter de bastonner les gaulois, d’appréhender la racaille puisque ce serait du racisme de blancs, on verrait les bourgeois se lever pour supplier macron

Vent d'Est, Vent d'Ouest

“Ils peuvent nous interpeller, nous faire cracher du fric, nous mettre en prison, voire nous blesser ou nous tuer… Et vous voudriez qu’on ait le goût de les fréquenter ?…”
À vrai dire ils ne gênent pas trop sur les désarmés… tout le monde sait désormais de qui il s’agit ; inutile de préciser.

Laurent P

“La police est un mal nécessaire”
Gil Andreau, directeur de l’école de police de Nîmes
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/gil-andreau-la-police-est-un-mal-necessaire-1591778621

sol invictis

la police est donc MALEFIQUE ?! on comprend beaucoup ,de choses !

Laverdure

La chute est remarquable, et l’analyse tout a fait partagée, par un ancien officier qui a honte du comportement de la génération actuelle des FDO, recrutée pour certains à 5/20 en sortie d’école de formation initiale. Nous voyons tous les jours le résultat sur le terrain. On a aimé la police d’avant, on aime plus celle d’aujourd’hui, si servile avec l’oligarchie au pouvoir.

Miryna

La police d’avant n’avait pas en face d’elle la racaille antifa islamocollabo et les hordes de nazillons black blocks sans parler des meutes exogènes les malchanches pour la France.

Lire Aussi