Scoop : l’homme « déconstruit » de Sandrine, c’est l’homo Serne !

Depuis que Sandrine Rousseau a lancé cette formule-choc, révélant des pans intimes de sa vie, lors du débat qui l’opposait à Yannick Jadot, toutes les rédactions se sont précipitées sur le dossier, et chacun a voulu être le premier à savoir qui était cet heureux  homme « déconstruit ».

Et là encore, le bon vieux sens paysan de notre ami Marcel Berrichon a confirmé que l’homme rude des campagnes était cent plus efficace que le bobo des Villes.

Notre ami Marcel, qui entretient un rapport parfois rugueux avec son camarade Pierre Serne, qu’il appelle parfois « Pierrot », nous a informés que c’était bien celui-ci qui partageait le quotidien de sa cheftaine Sandrine.

Certes, à la vue de cette photo, nous avions compris qu’il y avait anguille sous roche, la main de Pierre Serne frôlant le mamelon en érection de Sandrine, sous le regard concupiscent de Paul Laurent, grand révolutionnaire communiste qui continue la lutte des classes au Sénat. Mais grâce aux réseaux de Marcel, à présent, nous savons tout.

En fait, on est dans le polyamour. C’est la formule nouvelle qui permet à tout le monde de coucher avec tout le monde, comme dans les années post-68, mais c’est plus élégant que « jouir sans entraves ».

Donc, Sandrine était terrorisée par les hommes, depuis que Denis Beaupin avait essayé de la violer dans un couloir, mettant ses mains sur ses seins, et essayant de l’embrasser sur la bouche. Elle a raconté ses malheurs chez Ruquier, mais a eu la malchance de tomber sur la folle Christine Angot, en pleine crise de démence. Elle a hurlé qu’elle avait subi bien pire, évoquant son viol par son père. Dépitée, Sandrine avait fondu en sanglots, rappelant que cette mésaventure lui avait coûtée un divorce (à partir de 8′).

Donc, Sandrine, depuis cette date, ne peut plus supporter les hommes, et encore moins l’idée d’un sexe en érection. Cela évoque son viol (car une tentative de baiser, c’est un viol), et lui donne la nausée. C’est pourquoi elle s’était rapprochée d’Alice Coffin, qui fait partie de son staff, et chez qui elle avait trouvé la même vision, la même répulsion, pour les mâles.

Certes, Alice vivait en couple, mais cela s’arrangeait bien, car c’est bien connu, chacun est libre, et n’est la propriété de personne. Donc, Alice vit trois jours avec Sandrine, et quatre jours avec son autre compagne.

Mais la présence du mâle manquait quand même à Sandrine, qui se repassait en boucles deux films cultes, « Jules et Jim », de François Truffaut, et « Pourquoi pas », de Coline Serreau. Mais quelque chose la heurtait, dans ces deux films de polyamour, il y avait à chaque fois deux hommes, mais une seule femme.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pourquoi_pas_!

Sandrine et Alice discutèrent longuement, et passèrent une soirée avec Pierre Serne et son mari William Hamon.

Et l’accord se conclut. Trois jours pas semaine, là encore, Pierre Serne, seul, sans son mari, partagerait la couche des deux femmes, mais en tout bien tout honneur, sans le moindre rapport sexuel. Pierre avait été formel, cela lui donnait la nausée, à lui aussi, et il exigea de dormir avec trois sous-vêtements, par sécurité. Et puis, il n’avait pas oublié la phrase de Sandrine « Nous prenons, nous utilisons, nous jetons le corps des femmes ». Et Pierre avait beau être né homme, il se sentait davantage femme, malgré tout. Mais sa poitrine velue rassurerait les deux femmes, et d’autre part, en bon homme déconstruit, c’est lui qui ferait le ménage, la vaisselle, les commissions, les lessives et le repassage. A Sandrine et Alice le jardinage, le bricolage et la réparation des vélos (la voiture étant proscrite dans le Marais).

Mais en contre-partie, il avait su assurer ses arrières, car il n’avait plus de travail, depuis que les Verts l’avaient viré de la Région Ile-de-France. Il avait donc eu la promesse d’être co-directeur de campagne de Sandrine Rousseau, avec Alice Coffin, et celle d’être ministre du genre, si Sandrine accédait à l’Elysée. Tout le monde était content !

Et depuis des semaines, ce trio amoureux vit un parfait polyamour trois jours par semaine, avec deux femmes. Mieux que « Jules et Jim » et que « Pourquoi pas ! »

C’est cela, l’amour déconstruit !

Paul Le Poulpe

image_pdf
0
0

29 Commentaires

  1. Peut-être faut il être une vraie femme qui assume pour se faire respecter ? Les hommes savent reconnaître les vraies femmes, pas celles qui se veulent toujours se poser en victime.

  2. Pauvre Sandrine ! Dans quel monde vit elle ? Il faut croire qu’il n’y a que dans la sphère politique ou dans les caves des ZUP que de telles agressions se produisent car personnellement en tant que femme lamba, je n’ai jamais été victime de ce genre d’actes. Je me suis faite draguer de façon plus ou moins habile parfois, mais pas de quoi en faire un flan. Il faut arrêter de voir toute la gente masculine comme de potentiels agresseurs. Tous les hommes de mon entourage sont très courtois et les français en général le sont. Que toutes ces femmes arrêtent de pleurer ! Qu’elles aillent vivre dans des pays où elles ne seront que les esclaves sexuelles des hommes, pas besoin de citer lesquels, et elles comprendront ! Moi j’aime les hommes, ne leur en déplaise, jamais eu de problème avec eux.

  3. Je viens de découvrir qui est cet « homme déconstruit ». C’est bien ce que je pensais, il me semble plutôt qu’il n’est pas « déconstruit » mais surtout « mal construit » ou « déglingué » dans sa tête, comme cette Rousseau. Qui se ressemble s’assemble – asinus asinum fricat disaient les latins ( l’âne se frotte à l’âne) – Mais qui peut s’en étonner : observez bien le regard de cette femme sur les photos. Il crie le malaise intérieur, les problématiques psychiques non résolues qui torturent ceux qui les abritent, et là, c’est tellement flagrant qu’on en viendrait presque à la plaindre !

  4. Je regrette de ne pas pouvoir savoir quand, dans le futur, on classera tous ces délires dans les pathologies mentales.

  5. Mémère Rousseau userait du gode ceinture pour enfiler pépère Serne , le « mâle  » déconstruit et ensuite sa copine Coffin ?
    Un mâle déconstruit est sûrement un bobo citadin (pléonasme ) fragile babtou bisexuel
    à haute densité en féminisme et totalement dévirilisé .
    Rendez-vous vous êtes Serne !

  6. Sandrine , Sandrine, Sandrine candidate ! Pas Présidente faut pas déconner non plus !

  7. La sandrine, elle pleur pour quoi, au fait ? Parce qu’elle se fait agresser par Angot ?

  8. Christine Angot, anti-écriture inclusive : j’applaudis des deux mains et on apprécie son intervention.

  9. quelqu’un pourrait t il m’expliquer (avec des mots simples svp ) ce qu’est « un homme déconstruit » je suis peut-être plus con que la moyenne je suis prêt à l’admettre mais je vois pas ce que c’est….monsieur patate ????

    • C’est simple, un homme déconstruit est le seul type d’homme capable de baiser une femme déconstruite.

    • C’est une serpillière qui ne peut pas jouir avec une femme mais comme maman lui manque il va 3 jours par semaine faire les courses , les repas, le ménage , et retourne se faire enculer 4 jours par semaine , et le restant du temps il milite lgbt+ , wok,pour la grossesse pour les «  hommes «  etc etc ….. et milite aussi pour les migrants les mêmes qui le feront voler du toit d’un building dès qu’ils seront que ce mec est une fiotte
      En gros …… le roi des cons qui aime tout …ce qui n’est pas normal 🤙🏻 D’où l’expression : les cons volent bas .

    • @oscours

      C’est aussi un faible qui se fait déconsteuire la tronche par les autorités russes lors d’une manifestation a Moscou. Le résultat est visible sur la photo à côté du portrait de la cinglée de service.
      Pierre Sperme, il porte bien son nom hein ?

  10. La logique voudrait qu’elle vive avec une plante et deux canards non ?
    Et quelle se masturbe avec du fils barbelé .
    Les verts une bonne et belle bande de tarés

  11. @ Paul le Poulpe
    😂😂😂 pour la prose, le choc des photos et le poids des mots !

  12. ECOLOs EELV MACHIN : Une bande de dégénérés d’une laideur physique , politique et morale répugnante . Des fils et des filles de la petite bourgeoisie BOBO rentière de la Goche caviar , qui n’ont jamais vu un merle , une libellule , une pelle ou même un animal de ferme sauf leurs caniches LGBT et avariés comme eux , fabriqués comme eux dans les Labos idéologiques du Docteur Mabuse et de Mister Cohen-Bandit le predateur des Crèches gauchistes et le pédophile et violeur d’enfants , qui ose encore se montrer et parler du sauvetage de la Planète … Leurs discours débiles et terrifiants sur l’homme et la nature , comme leurs accouplements de lézards repoussants, nous indique bien comment la France a été gouvernée par les PS, leurs mentors et leurs complices , depuis 1981 ….

    • @CHARLES LEPENISTE

      Justement, j’ai entendu cette saloperie sur RTL ce matin. Il croit avoir le monopole de la vertu en critiquant l’intervention de Zemmour hier soir. On aime ou pas Zemmour, mais lui devrait se faire petit. Ce fumier qui vit à Francfort mérite d’avoir ses valseuses en bouche dans le local poubelles d’une cité enrichie.

  13. Quand belle-pine a eu fini de faire le tour d’emmanuelle haricot-vert (plus long que le tour de France) il a été piocher du côté de Sandy.. Ce type s’y connait en femme, ça c’est certain.

  14. C’est grave.

    Pour une fois, on ne peut qu’être d’accord avec Angot qui se demande ce qu’est tout ce bla-bla.

    • 👍👍👍👍👍 Christine A. a fait une belle intervention. J’ai eu du mal à supporter le guignol aux lunettes à la face de je-ne-sais-quoi.
      Il ne ressemble à rien ce péteux qui est fort derrière un micro, mais seulement derrière un micro.
      Parce que ses c*** sont plus que flagada…

    • Aaaaah mais Joseph, ce sont des tuyaux de poêle.
      Qui fait quoi, on s’en fiche. Ils font du porno à toutes les sauces.
      Ils sont dégueulasses, c’est tout.
      Dégueulasses et sales…

Les commentaires sont fermés.