1

Le vrai visage de la caste démocrate et républicaine : Tous contre Trump !

La fraude contre Trump de l’establishment démocrate et républicain est généralisée. On a la preuve de l’alliance de classe des médias, des GAFA et des très riches de l’establishment démocrate et républicain.

On a vu à l’œuvre la coalition des usurpateurs et des fraudeurs démocrates et républicains tous unis contre les petites gens des classes moyennes. Mitt Romney, le républicain haineux : Le président est dans son droit quand il demande un recomptage des votes, mais il a tort de dire que l’élection a été truquée !

On a vu la complicité des sans-frontiéristes immigrationnistes mondialistes pour frauder contre l’unité et l’identité nationales, pour voler sans honte les votes contre tous ceux qui travaillent dur, contre la famille de l’homme blanc hétérosexuel, contre la démocratie et contre le peuple américain, contre la religion, la vérité, et la civilisation de l’Occident chrétien pour faire taire les sans voix que Trump a su réveiller pour aller voter.

Du chômage à l’éducation des enfants des classes moyennes, les inégalités vont exploser avec Biden et la propagande des indigénistes sans-frontiéristes immigrationnistes mondialistes contre la civilisation de l’Occident chrétien : Accueil des migrants pour imposer les inégalités sociales, sanitaires, scolaires !

Et les inégalités risquent de s’aggraver dangereusement avec Biden et sa clique de fraudeurs.

Tous contre Trump accusé en même temps de l’exercice solitaire du pouvoir ! Ben voyons !

Selon les médias de gauche à 80 %, Trump aurait dû partager le pouvoir et soumettre ses décisions à ces ennemis de l’Amérique, l’establishment démocrate et républicain sans-frontiériste immigrationniste mondialiste et profiteur. Trump ne pouvait pas réussir seul contre tous, face à l’establishment usurpateur démocrate et républicain qui voulait imposer ses décisions contre les petites gens des classes moyennes.

Tous contre Trump ! Présidentielle américaine, l’establishment usurpateur démocrate et républicain revendique la victoire et se pose en rassembleur-menteur sans-frontiériste immigrationniste mondialiste. Joe Biden promet de diviser les divisions de l’Amérique. Selon lui, les chiffres de la fraude sont implacables !

La fraude des bulletins postaux, un record historique ! Bravo, les médias américains qui gagnent par de grosses marges publicitaires. Nouvel échec judiciaire pour la démocratie américaine ! Échec de Donald Trump dans le Nevada pour faire interrompre le compte dans un comté où une machine vérifie les signatures. Le juge a rendu un avis cinglant : « Les plaignants n’ont pas apporté de preuves suffisantes » de problèmes.

Recours devant la Cour suprême sur les bulletins retardataires de Pennsylvanie. C’était attendu : les républicains ont saisi la Cour suprême des États-Unis pour tenter de bloquer le dépouillement des bulletins postaux arrivés après l’élection (qui étaient acceptés jusqu’à aujourd’hui à condition d’avoir été postés le 3 novembre au plus tard, cachet de la Poste faisant foi). Si la Cour suprême tranchait pour les républicains, cela n’aurait pas d’impact majeur : les bulletins retardataires ne représentent qu’une infime minorité des 100.000 votes restant à dépouiller. La fraude de Biden devrait être suffisante sans compter ces votes contestés !

Moralité de gauche : Les recours relèvent plus de l’acte désespéré que de recours légal méritoire ! Aucun recours déposé par Trump n’a apporté de preuve de la fraude des votes illégaux ou mal comptés.

Trump a été débouté dans le Michigan et en Géorgie ! En Pennsylvanie, le juge a débouté Trump qui voulait faire interdire des bulletins rectifiés. En cas d’erreurs dans des bulletins (qui sont très compliqués aux États-Unis), certains comtés ont contacté les électeurs pour leur laisser la possibilité de venir les rectifier.

Où sont les bulletins militaires manquants en Géorgie ? demande Trump ! Il y a 8.000 bulletins postaux manquants de militaires (et de civils) basés à l’étranger ! Réponse : ils seront comptés s’ils arrivent avant ce soir. Mais vu les problèmes postaux liés à la fraude, rien n’est garanti. Ben voyons !

Les responsables ont fait un point presse : Il devrait y avoir entre 2.000 et 3.000 bulletins comptés dans l’après-midi. Il en restera environ 40.000 au cours des prochains jours (mélange de bulletins à vérifier, postaux tardifs et de militaires basés à l’étranger). Les votes vont continuer d’être comptés, tous les votes postaux, provisoires, etc. Ce qu’on a vu à Philadelphie, c’est la démocratie manipulée et usurpée. Si les Pères fondateurs pouvaient voir la fraude que nous avons faite, ils seraient fiers ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Alors que la présidentielle américaine commence à ressembler à une fraude sans fin, l’avance initiale de Donald Trump au soir de l’élection a fondu à mesure que la fraude des bulletins envoyés par courrier étaient à 80 % en faveur de Joe Biden ! La fraude de l’establishment démocrate et républicain : Tous contre Trump ! fera en sorte que Donald Trump soit le président populaire d’un seul et unique mandat.

Après quatre ans de présidence Trump, l’establishment démocrate et républicain plus que jamais uni ouvertement dans sa haine de classe contre Donald Trump. Pour Slate des bobos de gauche : Insupportable :

« Après 4 ans à la Maison-Blanche, Donald Trump a toujours plus de supporters. Loin de s’effriter, sa base électorale s’est étoffée de quelque 6 millions de suffrages supplémentaires. Comment expliquer cette adhésion populaire à une présidence de Donald Trump que tous les médias corrompus d’Europe, tous les indigénistes, sans-frontiéristes, immigrationnistes et mondialistes n’ont jamais acceptée. Comment tolérer cette adhésion qui perdure malgré les attaques anti-Trump de Soros et de la plupart de médias corrompus ?

À droite fièrement : Élections américaines : de vraies présomptions de fraude ! Rudolph Giuliani, l’ancien maire de New York, désormais avocat pour Donald Trump, s’exprime depuis Philadelphie et dénonce le fait que les observateurs républicains, malgré des autorisations délivrées par la justice, on été empêchés de contrôler le processus de vote dans nombre de bureaux de vote tenus par des Démocrates !

Tous les médias corrompus : jusqu’au bout contre Donald Trump ! Tout ça paraît incroyable dans un pays qu’on appelait autrefois la plus grande démocratie du monde ! Voici un Tweet de Bigot : Admirable réaction de NBC (mais aussi de ABC, CBS et MSNBC) qui ont coupé l’allocution de Donald #Trump lorsqu’il a commencé à multiplier les #fakenews. Si la 1ère démocratie du monde sort grandie de cette épreuve, elle le devra notamment à l’éthique de ses journalistes. (???) Un spécialiste de l’histoire du journalisme applaudit à la censure du président par des médiocres animateurs télé de gauche à la botte de l’establishment démocrate et républicain, plus que jamais uni ouvertement dans sa haine de classe contre Donald Trump. La victoire de Trump en 2016 : une alliance des classes ouvrières blanches et des classes moyennes provinciales.

Kévin Boucaud-Victoire, Thibault Muzergues, Marianne : Élections américaines : « On assiste à des changements spectaculaires dans la carte électorale » : L’alliance « trumpienne » tient toujours, mais elle a évolué. La droite trumpienne est le bras électoral des classes laborieuses comme le Rassemblement national est devenu le premier parti ouvrier de France. On peut supprimer l’adjectif « blanches » pour qualifier la base du vote Trump qui s’est diversifié dans sa représentation des ouvriers et employés sans diplôme universitaire.

À cela il faut ajouter un vote des classes moyennes qui a aussi sensiblement évolué. Les comtés les plus proches des centres-villes (où l’on retrouve les couches les plus éduquées de la population) ont plus voté pour les démocrates, alors que les banlieues plus périphériques (pas forcément plus aisées) ont voté assez massivement pour Donald Trump. Les classes moyennes ultra-qualifiées se sont massivement portées vers les Démocrates et les classes moyennes moins diplômées (commerçants, restaurateurs, etc.) se sont portées vers les Républicains. La tendance déjà visible il y a quatre ans s’est encore accentuée.

Le basculement du vote hispanique en Floride, grâce à la mobilisation massive du vote cubain-américain dans le Comté de Miami-Dade, voit une progression de plus de 20% du vote Trump qui compense les pertes chez les personnes âgées blanches et assure une victoire confortable du président sortant dans cet État ! À l’inverse, il semble que ce soit le basculement à la marge des classes moyennes dans les États clés du Midwest qui donne l’élection à Biden, avec un écart similaire, mais inversé par rapport à 2016 où l’élection s’était jouée à des dizaines de milliers de voix dans le Wisconsin, le Michigan et en Pennsylvanie.

Avec la fraude, les Créatifs fuyant les loyers prohibitifs de la Californie règnent en maîtres. Les jeunes se sont mobilisés pour cette élection et font basculer des États traditionnellement républicains : l’Arizona, qui semble acquis pour Biden. Avec les votes par correspondance, la Géorgie et la Caroline du Nord, États historiquement républicains qui ont connu une forte poussée migratoire des jeunes, basculent également.

Contre le « mur bleu » de la Rust Belt américaine, la propagande des intellectuels de gauche dans les journaux « mainstream » montre à quel point les journalistes américains ne comprennent rien à ce qui se passe vraiment dans leur pays ! Si le vote Biden de 2020 est plus « blanc » que le vote Clinton de 2016, Donald Trump enregistre des scores tous en progression, chez les minorités, le meilleur score pour un candidat républicain.

Trump progresse de 4 points chez les Afro-américains (hommes et femmes) et de 3 points chez les Hispaniques au niveau national, et le vote des Vénézuéliens ou des Cubains n’explique pas à lui seul cette progression : le Comté de Starr au Texas, à majorité mexicaine-américaine, qui avait voté massivement Clinton en 2016, a donné une minuscule majorité à Biden. Les Démocrates découvrent avec horreur qu’une partie non négligeable des minorités qu’ils (manipulent) depuis des années sont souvent des conservateurs.

La division entre les « deux Amérique » irréconciliables est un mythe fondateur des États-Unis et toute l’histoire américaine est faite de ces duels entre clans politiques à Washington et leurs bases politiques ou sociologiques. Les avancées républicaines chez les minorités décrédibilisent tous les tenants d’une approche « racialiste » de la politique indigéniste, sans-frontiériste, immigrationniste et mondialiste américaine !

À droite fièrement : Trump a vu sa légitimité contestée par l’establishment démocrate et républicain uni pendant quatre ans ! Parce qu’il représente la révolte contre le progressisme aussi bien économique que culturel. Parce qu’il a des idées et qu’il se bat pour elles… Jusqu’au bout ! Comme Boris Johnson, Viktor Orban et Sebastian Kurz, le chancelier autrichien, ces élus qui ont senti la volonté profonde du peuple quand le peuple américain refuse le mythe du politiquement correct indigéniste, sans-frontiériste, immigrationniste et mondialiste imposé par l’establishment démocrate et républicain usurpateur contre le peuple. Donald Trump se bat contre l’establishment démocrate et républicain qui l’a haï depuis qu’il s’est déclaré candidat en 2016.

Anne-Sophie Chazaud a écrit sur Causeur : Les démocraties occidentales sont malades. Dans cette crise de la démocratie américaine qui rappelle le Brexit au Royaume-Uni, les Gilets jaunes en France, Donald Trump ne fait que répliquer à un vaste conglomérat de l’establishment démocrate et républicain ligué contre le peuple américain. Twitter et les chaînes de télévision américaines en sont arrivées à censurer le président…

L’échec des prescripteurs d’opinion, des médias de gauche, de la clique intellectuelle/universitaire, les seuls autorisés et bien-pensant, des assistés du show-biz, des sondeurs mensongers contre le vote Trump est évident. L’establishment démocrate et républicain, ligué contre les déplorables qui ont voté Trump bien plus nombreux que prévu, le prédisait largement battu sous l’effet d’une fantasmatique vague bleue !

Biden l’endormi, un candidat pitoyable âgé de 77 ans qui n’a jamais rien fait pendant toute sa carrière politique, que Donald Trump a présenté en créature du marigot politicien profiteur qu’il dénonce sans cesse.

Joe Biden est élu sénateur du Delaware en novembre 1972. Sénateur pendant plus de 35 ans (1973- 2009) puis vice-président de 2009 à 2017, le septuagénaire a arpenté des décennies les couloirs du pouvoir à Washington. Une longue vie de paresse jalonnée d’épisodes controversés comme son vote pour la guerre en Irak de 2003 et surtout les graves accusations d’agression sexuelle dans les années 1990 d’une femme, Tara Reade, contre Joe Biden, qui n’ont sûrement pas été reprises par les féministes démocrates ! Biden a été mis en cause pour ses attouchements dénoncés par plusieurs femmes qui ont jugé ses gestes déplacés !

Promettant de renoncer à ses gestes déplacés, Biden s’était alors excusé en avril 2019. Choisi à la primaire avec le « programme le plus progressiste » de l’histoire des présidentielles américaines, dixit Barack Obama, pour faire oublier les critiques le jugeant trop vieux et trop centriste, Biden avait remporté une large majorité en Caroline du Sud. Cela grâce (à la fraude de l’establishment démocrate pour éliminer Bernie Sanders ? et) aux suffrages des électeurs afro-américains essentiels pour tout démocrate briguant la Maison-Blanche. Ensuite, l’establishment démocrate avait réussi à rassembler l’aile gauche du parti, animée par un seul objectif : battre Donald Trump ! Certains parmi ses soutiens craignaient que Biden, enclin aux gaffes et aux dérapages, ne s’effondre lors de sa longue bataille contre Donald Trump, tribun au style plus agressif.

Les bredouillements et les égarements de Biden tournent en boucle sur Twitter. Donald Trump, qui le surnomme Joe l’endormi, a raillé les questions pour enfant que les journalistes collabos lui posent.

L’équipe de campagne de Donald Trump décrit carrément Biden comme un vieillard sénile !

Anne-Sophie Chazaud sur Causeur décrit Biden comme un personnage douteux, manifestement sénile, idéale poupée de chiffon pour l’establishment voire l’État profond qui pourra tout à loisir le manipuler à sa guise. C’est un personnage instable, notoirement inculte, aux pratiques rustres et imprévisibles et à ce titre peu reluisant pour représenter dignement ce que l’on évoque comme la fin de la démocratie américaine.

Le vote en faveur de Donald Trump manifeste la persistance de tout une partie du peuple qualifié de déplorable par Hillary Clinton (l’alcoolique sous médocs), objet de tous les mépris de classe, mépris culturel, mépris social, mépris moral de l’establishment démocrate et républicain usurpateur.

Drapé dans ses faux-bons sentiments mystificateurs, empêtré dans ses mensonges sociétaux jusqu’à l’absurde et au ridicule indigéniste, sans-frontiériste, immigrationniste et mondialiste intégral, l’establishment démocrate et républicain est intéressé par ses sur-profits fondés toujours plus sur le dos des bas salaires des travailleurs les plus précaires et non pas pour améliorer le sort des travailleurs américains.

Biden, l’homme sans qualités ! Rarement l’establishment démocrate et républicain usurpateur aura autant abîmé l’idée même de démocratie, de la civilisation et de ses valeurs. Avec la constance propre aux usurpateurs, l’establishment démocrate et républicain aura sapé les fondements de la démocratie américaine, la plongeant dans un désarroi si profond que nul ne peut dire avec certitude combien de temps il lui faudra pour retrouver un semblant de sérénité et de cohésion.

Guidé par aucune autre idée que celle de nuire au peuple américain, l’establishment démocrate et républicain n’aura eu de cesse d’exalter ce qu’il y a de pire en politique : le mensonge, la veulerie, l’hypocrisie, la jalousie, la dénonciation calomnieuse contre Donald Trump, la stigmatisation des faibles, le goût pour tout ce qui abaisse et dégrade. Rien n’aura été épargné au peuple américain par le mensonge, la veulerie, l’hypocrisie, la jalousie, la dénonciation calomnieuse de Donald Trump, ce cancer de l’esprit de l’establishment démocrate et républicain qui répand dans les médias collabos toutes sortes d’idéologies complotistes !

Biden, l’homme sans qualités ! Bientôt quatre ans de chaos démocrate à la Maison-Blanche ! La démence qu’il aura montré tout au long de sa campagne aura été autant de signes d’un individu dément si peu fait pour exercer le pouvoir ! Si bien que son élection volée aura été une énorme farce, une comédie des plus sinistres contre la démocratie américaine et les valeurs de l’Occident chrétien.

L’establishment démocrate et républicain usurpateur aura organisé sans aucune retenue toutes les fraudes possibles avec l’aplomb des mensonges propres aux soi-disant élites corrompues. L’establishment démocrate et républicain usurpateur aura contribué à salir la démocratie et à amoindrir la confiance du peuple américain dans la démocratie. Que Biden, ce personnage grotesque, qui va mener le pays dans le précipice, continue à exercer un rôle politique usurpé par la fraude pour voler l’élection, montre bien la déliquescence où la collusion de l’establishment démocrate et républicain usurpateur a plongé la démocratie américaine.

La seule chose qui aura permis à Biden de s’en tirer finalement à moindre frais, c’est l’absence chez lui de tout projet politique autre que celui de servir les intérêts de l’establishment démocrate et républicain.

Sans colonne vertébrale, sans idéologie définie, dénué de toute capacité à proposer une vision du monde et une politique qu’il n’a jamais eue, Biden sera un simulacre incapable de gouverner seul par son manque total d’assise intellectuelle ! Et il sera assisté et substitué par la clique des hommes de l’ombre.

Tout cela avec l’assentiment des milliardaires de qui on devra cerner les motivations souterraines !

Les mensonges sans modération des médias et de la presse américaine sur les fraudes pour voler le vote et la paupérisation des plus pauvres sont une réalité ! Cette presse américaine est ivre d’une ignorance béate et d’une inculture crasse jamais rencontrées jusqu’alors dans les sociétés modernes. Elle est entichée de ses préjugés de gauche contre Trump, la cible de leurs attaques débiles, signes de leur déficience mentale autant que politique. Autant dire qu’il était grand temps que la comédie de la fausse démocratie se termine !

Thierry Michaud-Nérard




Trump a raison : Pas de musulmans chez nous !

Trump

Empêcher les musulmans d’entrer dans nos pays occidentaux est une première étape dans la lutte contre l’islam.

Depuis les attentats du 13 novembre dernier, lors desquels des terroristes djihadistes ont assassiné 130 personnes à Paris, les musulmans continuent à massacrer les non-musulmans sur toute la planète, comme ils le font depuis 14 siècles. (1)

La semaine dernière, ce sont San Bernardino (une ville de l’immense conurbation de Los Angeles) et Londres qui ont été frappées par le terrorisme musulman.

Les États-Unis, cible de choix pour les terroristes musulmans

Après les attentats du 11 septembre 2001, les Américains avaient été efficacement protégés par la politique antiterroriste agressive du président républicain George W. Bush, grâce au Patriot Act, grâce au camp de Guantanamo, grâce aux enlèvements d’islamistes par la CIA et grâce aux méthodes d’interrogatoire renforcées, mesures qui avaient permis de déjouer d’innombrables attentats musulmans, tant aux États-Unis qu’en Europe, et de sauver la vie de milliers de civils occidentaux. (2)

Mais, depuis l’élection, en 2008, du démocrate Barack Hussein Obama, opposé à toutes ces mesures efficaces, les terroristes musulmans réussissent de plus en plus d’attentats sur le territoire américain, en raison du sabotage des services de sécurité américains par la Maison-Blanche.

Voici la liste des attentats musulmans qui ont frappé les États-Unis depuis 2008 :

le 1er juin 2009, un terroriste musulman assassine 1 soldat américain devant le centre de recrutement de Little Rock (Arkansas). (3)

le 5 novembre 2009, un terroriste musulman assassine 13 soldats américains dans la base de Fort Hood (Texas). (4)

le 15 avril 2013, deux bombes déposées par deux terroristes musulmans tuent 3 personnes et en blessent 264 lors du marathon de Boston (Massachusetts). (5) (6)

le 3 mai 2015, deux terroristes musulmans ouvrent le feu sur le centre de conférence Curtis Culwell de Garland (une ville de la conurbation de Dallas, au Texas), dans lequel a lieu une exposition de caricatures de Mahomet, blessant un policier, avant d’être abattus. (7)

le 16 juillet 2015, un terroriste musulman assassine 5 soldats américains devant deux centres militaires de Chattanooga (Tennessee). (8)

San Bernardino : l’islam frappe à nouveau les États-Unis

Le 2 décembre dernier, à San Bernardino (Californie), un couple de terroristes musulmans fait irruption dans une fête de Noël du département de la santé de cette ville et y ouvre le feu, tuant 14 Américains et en blessant 17 autres. Les deux assassins sont abattus par la police. (9)

Terroristes-musulmans-de-San-Bernardino

Dans la voiture de ces terroristes, la police découvre deux fusils d’assaut, deux pistolets semi-automatiques et 1600 cartouches ; et dans leur maison, 12 bombes artisanales et 4500 cartouches de plus. (10)

Depuis, l’enquête a révélé que ce couple de tueurs musulmans avait effectué un pèlerinage à La Mecque en 2014 ; que la femme avait fréquenté une école coranique au Pakistan pendant plusieurs années ; que l’homme priait au moins trois fois par semaine dans la mosquée de San Bernardino ; ce qui prouve, une nouvelle fois, que plus les musulmans sont pratiquants, plus ils sont dangereux pour les non-musulmans. (11)

Enfin, il est établi qu’avant de commettre cet attentat, la tueuse a publié son serment d’allégeance à Abu Bakr al Baghdadi, le « calife » autoproclamé de l’État Islamique, sur une page Facebook ouverte sous un nom d’emprunt. (12)

Muslim-Killers-New-York-Post-03-12-15

« Tueurs musulmans » : la Une du « New York Post » du 3 décembre 2015, consacrée à l’attentat de San Bernardino.

Londres frappée par le terrorisme musulman

Trois jours après l’attentat de San Bernardino, c’est Londres qui est frappée par l’islam, lorsqu’un terroriste musulman blesse grièvement un passant dans le métro en tentant de l’égorger. (13)

Selon les témoins, l’agresseur a d’abord violemment frappé sa victime, avant de sortir une lame et de faire « des mouvements de va-et-vient » sur son cou, comme s’il voulait la décapiter. (14)

Dans le téléphone portable de ce terroriste musulman, les policiers ont découvert des images du groupe djihadiste État Islamique.

Cet attentat n’est pas sans rappeler l’assassinat, le 22 mai 2013, d’un citoyen britannique, Lee Rigby, décapité en pleine rue par deux terroristes musulmans d’origine nigériane, dans la ville de Woolwich (agglomération de Londres). (15)

Il rappelle aussi la décapitation de notre compatriote Hervé Cornara, le 26 juin 2015, à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), par un terroriste de l’État Islamique. (16) (17)

Nous ne sommes nulle part en sécurité

Ces attentats, qui se multiplient dans tous les pays occidentaux, prouvent, une fois de plus, que nous ne sommes nulle part en sécurité, tant qu’il y a des musulmans à proximité de nous. N’importe quand, n’importe où, un musulman peut se ruer sur nous et tenter de nous décapiter, ou nous tirer dessus à l’arme automatique, ou faire exploser la bombe qu’il porte sur lui. (18)

Obama le traître islamophile

La 6 décembre, quatre jour après l’attentat de San Bernardino, le président américain, Barack Hussein Obama, a prononcé un discours depuis la Maison-Blanche, au sujet de la lutte antiterroriste.

Tout comme les traîtres islamophiles que sont Hollande, Valls et Cazeneuve, Obama a prétendu que « le groupe État Islamique ne parle pas au nom de l’islam », puis a demandé aux Américains de « ne pas stigmatiser les musulmans » et de les considérer comme des alliés. (19)

Ce qui est aussi intelligent que de demander aux Juifs de ne pas stigmatiser les nazis et de les considérer comme des alliés…

C’est donc sans surprise que, selon un sondage de CNN rendu public juste avant l’allocution d’Obama, 60 % des Américains désapprouvent la façon dont leur président traite la question du terrorisme. (20)

La contre-attaque de Trump

Le lendemain de ce lamentable discours de Barack Hussein Obama, le milliardaire américain Donald Trump, en tête de la course des primaires républicaines pour la présidentielle américaine de 2016, publie un communiqué dans lequel il appelle à interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis. (21)

Trump-2

Dans ce communiqué, Donald Trump prône « l’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux États-Unis jusqu’à ce que les élus de notre pays comprennent ce qui se passe ». Citant un sondage réalisé auprès de musulmans vivant aux États-Unis, il affirme que de nombreux musulmans entretiennent de la haine pour les Américains.

« D’où vient cette haine, et pourquoi, nous devrons le déterminer. Jusqu’à ce que nous soyons capables de déterminer et de comprendre ce problème et la menace dangereuse qu’il représente, notre pays ne peut pas être victime d’attaques horribles de la part de gens qui ne croient qu’au jihad et n’ont aucun respect pour la vie humaine ». (22)

Trump persiste et signe

Évidemment, ce communiqué de Donald Trump, a entraîné un tollé chez les démocrates, les journalistes, les gauchistes du monde entier et autres donneurs de leçons bien-pensants. Mais, à l’inverse des girouettes et des lâches que sont la majorité des dirigeants occidentaux actuels, Trump ne s’est pas laissé impressionner.

Valls-tweet-Trump-08-12-15

Manuel Valls, responsable, par son inaction, de la mort de 130 personnes à Paris, le 13 novembre dernier, prétend faire la leçon à Donald Trump.

En meeting en Caroline du Sud, quelques heures après la publication de son communiqué sur la fermeture des frontières américaines aux musulmans, Donald Trump a déclaré : « J’ai des amis musulmans, ce sont des gens très bien, mais ils savent qu’il y a un problème, et on ne peut plus le tolérer ».

Citant un récent sondage du Center for Security Policy, qui montre que 25 % des musulmans vivant aux États-Unis sont d’accord avec l’idée que la violence contre les Américains est justifiée, le milliardaire a dénoncé le fait que de nombreux musulmans sont favorables au djihad violent contre les Américains et qu’ils préfèrent vivre en vertu de la charia (loi islamique) plutôt que de la Constitution américaine. (23)

«La haine dépasse l’entendement», a encore déclaré Donald Trump, évoquant le couple de tueurs de San Bernardino et les auteurs des attentats de Paris. «Cela ne fait qu’empirer, et on va avoir un autre World Trade Center», a-t-il prévenu.

Après ce meeting, le directeur de campagne de Trump, Corey Lewandowski, a précisé, auprès d’Associated Press, que cette mesure s’appliquerait à « tout le monde », c’est-à-dire à tous les musulmans qui voudraient entrer aux États-Unis, que ce soit pour y faire du tourisme ou pour y immigrer. (24)

Les Américains plébiscitent la proposition de Trump

Tout comme, en France, le peuple soutient les hommes libres qui préfèrent dire la vérité sans se laisser impressionner par les hurlements des bien-pensants – aux États-Unis, le peuple américain soutient de plus en plus Donald Trump. (25)

Selon un sondage réalisée par l’institut Zogby, après sa déclaration sur la nécessité d’interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis, le milliardaire américain creuse l’écart avec ses rivaux républicains en se classant à la première place avec 38 % des voix, devant Ben Carson (13 %), Marco Rubio (12 %), Ted Cruz (8%) et Jeb Bush (7 %). (26) (27)

Un autre sondage, réalisé par Purple Stategies Pulse Polls et publié par Bloomberg, montre que deux tiers (65 %) des républicains partagent l’idée de Donald Trump sur la nécessité d’empêcher les musulmans de franchir les frontières américaines, contre 18 % du côté démocrate. (28)

Defense-d-entrer

D’abord fermer les frontières, ensuite expulser les musulmans !

Au fur et à mesure que les attentats musulmans se multiplient dans nos pays occidentaux, de plus en plus de gens ouvrent les yeux sur l’idéologie criminelle qu’est l’islam.

La première mesure, pour nous protéger, est, comme le dit Donald Trump, de fermer totalement nos frontières aux musulmans étrangers, quels qu’ils soient.

Ensuite, nous devrons expulser tous les musulmans qui, en ce moment, vivent dans nos pays. (29)

C’est seulement ainsi que nous pourrons mettre fin aux attentats musulmans !

Maxime Lépante
Notes :
1) Sur les attentats de Paris, voir notre article :
Les massacres musulmans à Paris étaient annoncés : islam hors de France !
http://ripostelaique.com/les-massacres-musulmans-a-paris-etaient-annonces-islam-hors-de-france.html
Sur les attentats à venir, voir notre article :
Attentats musulmans : Le pire est à venir !
http://ripostelaique.com/attentats-musulmans-le-pire-est-a-venir.html
2) 11 septembre 2001: La déclaration de guerre de l’islam au Monde Libre
http://ripostelaique.com/11-septembre-2001-la-declaration-de-guerre-de-l%E2%80%99islam-au-monde-libre.html
3) 2009 Little Rock recruiting office shooting
https://en.wikipedia.org/wiki/2009_Little_Rock_recruiting_office_shooting
4) Fusillade de Fort Hood
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_de_Fort_Hood
5) Double attentat du Marathon 2013 de Boston
https://fr.wikipedia.org/wiki/Double_attentat_du_Marathon_2013_de_Boston
6) Sur l’attentat contre le marathon de Boston, lire notre article :
Boston-Merah : Mêmes aveuglements policiers, mêmes mensonges médiatiques !
http://ripostelaique.com/merah-boston-memes-aveuglements-policiers-memes-mensonges-mediatiques.html
7) Curtis Culwell Center attack
https://en.wikipedia.org/wiki/Curtis_Culwell_Center_attack
8) 2015 Chattanooga shootings
https://en.wikipedia.org/wiki/2015_Chattanooga_shootings
9) Fusillade de San Bernardino
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_de_San_Bernardino
Fusillade de San Bernardino (USA) : 14 morts et 17 blessés
http://www.fdesouche.com/676379-etats-unis-fusillade-en-cours-en-californie-au-moins-20-victimes
10) La tueuse de San Bernardino aurait prêté allégeance à l’État Islamique
http://www.lefigaro.fr/international/2015/12/04/01003-20151204ARTFIG00263-la-tueuse-de-san-bernardino-soupconnee-d-avoir-prete-allegeance-a-l-etat-islamique.php
11) Fusillade de San Bernardino : Tashfeen Malik, retour sur une lente radicalisation
http://www.metronews.fr/info/fusillade-de-san-bernardino-tashfeen-malik-retour-sur-une-lente-radicalisation/molg!CJYrgJSB7CVh6/
12) La tueuse de San Bernardino aurait prêté allégeance à l’État islamique
http://www.lefigaro.fr/international/2015/12/04/01003-20151204ARTFIG00263-la-tueuse-de-san-bernardino-soupconnee-d-avoir-prete-allegeance-a-l-etat-islamique.php
13) Attaque au couteau à Londres : des images de Daesh trouvées sur le téléphone de Muhaydin Mire
http://www.fdesouche.com/677655-londres-un-homme-poignarde-dans-une-gare-par-un-individu-criant-cest-pour-la-syrie
14) Attaque au couteau à Londres: L’agresseur avait des images de Daesh dans son téléphone
http://www.20minutes.fr/monde/1745675-20151207-attaque-couteau-londres-agresseur-images-daesh-telephone
15) Sur cet assassinat, voir notre article :
Merah-Boston-Londres : l’islam veut notre mort !
http://ripostelaique.com/merah-boston-londres-lislam-veut-notre-mort.html
16) Sur l’assassinat d’Hervé Cornara, voir notre article :
Seule l’expulsion des musulmans mettra fin aux attentats musulmans
http://ripostelaique.com/seule-lexpulsion-des-musulmans-mettra-fin-aux-attentats-musulmans.html
17) Sur les décapitations musulmanes, voir notre article :
Décapitations : l’histoire sanglante de l’islam, de Mahomet à aujourd’hui (attention vidéos horribles !)
http://ripostelaique.com/decapitations-lhistoire-sanglante-de-lislam-de-mahomet-a-aujourdhui-attention-videos-horribles.html
18) Sur le danger mortel que les musulmans représentent pour les non-musulmans, voir notre article :
Pour les musulmans, nous sommes tous des cibles !
http://ripostelaique.com/pour-les-musulmans-nous-sommes-tous-des-cibles.html
19) Attentat en Californie: Obama s’engage à «vaincre» et à «détruire» Daesh
http://www.20minutes.fr/monde/1745359-20151207-video-etats-unis-temps-forts-discours-barack-obama-terrorisme
20) http://edition.cnn.com/2015/12/06/politics/isis-obama-poll/
21) On peut lire ce communiqué sur le site personnel de Donald Trump :
Donald J. Trump Statement On Preventing Muslim Immigration
https://www.donaldjtrump.com/press-releases/donald-j.-trump-statement-on-preventing-muslim-immigration
22) Donald Trump veut interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis
http://www.leparisien.fr/international/donald-trump-veut-interdire-aux-musulmans-d-entrer-aux-etats-unis-07-12-2015-5349531.php
23) Poll of U.S. Muslims Reveals Ominous Levels Of Support For Islamic Supremacists’ Doctrine of Shariah, Jihad
https://www.centerforsecuritypolicy.org/2015/06/23/nationwide-poll-of-us-muslims-shows-thousands-support-shariah-jihad/
Ce sondage peut être téléchargé ici :
https://www.centerforsecuritypolicy.org/wp-content/uploads/2015/06/150612-CSP-Polling-Company-Nationwide-Online-Survey-of-Muslims-Topline-Poll-Data.pdf
24) États-Unis : tollé général après la proposition de Trump sur les musulmans
http://www.leparisien.fr/international/etats-unis-tolle-general-apres-la-proposition-de-trump-sur-les-musulmans-08-12-2015-5350797.php
25) Après ses propos sur les musulmans, Donald Trump grimpe dans les sondages
http://www.lesoir.be/1066467/article/actualite/monde/2015-12-10/apres-ses-propos-sur-musulmans-donald-trump-grimpe-dans-sondages
26) Trump Leads By 25 Points Over Nearest Rival In New Zogby Poll
http://www.forbes.com/sites/johnzogby/2015/12/09/zogby-analytics-trump-leads-by-25-points-over-nearest-rival/
27) Pour suivre la primaire républicaine pour l’élection présidentielle de 2016 :
2016 Republican Presidential Nomination
http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/us/2016_republican_presidential_nomination-3823.html
28) http://fr.scribd.com/doc/292796480/Bloomberg-Politics-Purple-Strategies-Trump-poll
29) Depuis plusieurs années, le dirigeant hollandais Geert Wilders (fondateur et dirigeant du Parti pour la Liberté) prône l’expulsion en masse des musulmans hors d’Europe :
Geert Wilders – Deporting Millions Of Muslims May Be Necessary
http://www.youtube.com/watch?v=_ZDHgQJQXPM
 




Trump et ses alliés se battront jusqu’au bout contre l’usurpateur Biden !

Lundi 4 janvier, le Président Trump a tenu un meeting en Géorgie, sur l’aéroport de Dalton, pour soutenir les deux Sénateurs Républicains qui sont en lice pour leur réélection, le mardi 5 janvier.

 

Les révélations de Trump lors de son meeting en Géorgie

Devant plus de 25.000 personnes venues l’écouter, un soir de semaine, dans le froid de l’hiver, le Président Trump a dénoncé les Démocrates qui veulent « détruire notre pays, démolir notre histoire et effacer tout ce qui nous est cher ».

Il a annoncé que, quoi qu’il arrive le 6 janvier – jour où le Congrès des États-Unis (Chambre des Représentants et Sénat) doit se réunir pour comptabiliser les grands électeurs pour chacun des deux candidats à la présidence – il ne laissera pas le corrompu Biden s’en tirer impunément, car le peuple américain ne pourrait pas supporter que Biden et les Démocrates puissent voler la Maison-Blanche sans aucune conséquence.

Alors que l’écart actuel (et erroné) entre le corrompu Biden et lui-même est de seulement 11.779 voix en Géorgie, le Président Trump a énuméré quelques-unes des innombrables fraudes commises par les Démocrates dans cet État, lors de l’élection présidentielle : 10.315 morts ont voté ; 2506 criminels incarcérés ont voté (alors qu’ils sont privés de droits civiques) ; 4502 votes proviennent de personnes qui ne figurent pas sur les listes électorales de l’État ; 18.325 votes proviennent de personnes dont l’adresse enregistrée sur les listes électorales est considérée comme vacante par le service postal de l’État ; 86.880 votes proviennent de personnes dont l’inscription sur les listes électorales a été illégalement antidatée ; 66.000 personnes de moins de 18 ans ont voté (alors que l’âge légal pour voter est de 18 ans, comme en France) ; 15.000 personnes ayant quitté l’État ont voté ; 48 des 159 comtés de l’État n’ont rejeté aucun bulletin de vote (alors que le taux de rejet était de 3% en 2016), ce qui signifie que des milliers de bulletins de vote illégaux ont été comptés.

En Pennsylvanie, ce sont 8000 morts qui ont voté ; 55.000 bulletins de vote remplis ont été reçus par les services de l’État avant même qu’ils n’aient été envoyés par ces services aux électeurs ; 14.000 personnes qui ne vivent plus dans l’État ont illégalement voté. Dans le Nevada, 42.000 personnes ont voté deux fois. En Arizona, 36.000 clandestins ont voté ; 11.000 votes de plus qu’il n’y a d’électeurs ayant voté ont été enregistrés. Dans le Michigan, plus de 35.000 bulletins de vote sans adresse ont été acceptés ; 13.000 personnes n’habitant pas dans l’État ont voté ; 17.000 morts ont voté.

À plusieurs reprises, le Président Trump a ironisé sur l’ampleur de ces fraudes protéiformes, ajoutant même : « C’est Hillary Clinton qui ne doit pas être contente aujourd’hui, elle doit se demander pourquoi les Démocrates n’ont pas fait tout cela pour elle en 2016 ».

Voici cet exceptionnel discours du Président Trump (il arrive à 5:28:52) :

https://www.youtube.com/watch?v=-fQu7gZQ65Q

https://www.youtube.com/watch?v=-fQu7gZQ65Q

La transcription intégrale de ce discours se trouve ici :

https://www.rev.com/blog/transcripts/donald-trump-rally-speech-transcript-dalton-georgia-senate-runoff-election

 

La session du 6 janvier au Congrès des États-Unis

Comme nous l’avons rappelé, le Congrès des États-Unis (Chambre des Représentants et Sénat) doit se réunir pour comptabiliser les grands électeurs pour chacun des deux candidats à la présidence, le mercredi 6 janvier.

D’ores et déjà, 140 Représentants Républicains ont annoncé qu’ils vont refuser les grands électeurs des 6 États contestés (Géorgie, Pennsylvanie, Michigan, Wisconsin, Arizona, Nevada). (Note 1)

12 Sénateurs ont eux aussi d’ores et déjà annoncé qu’ils feront de même, et lors du meeting du Président Trump en Géorgie, la Sénatrice Kelly Loeffler a annoncé qu’elle fera de même, devenant le 13e Sénateur à faire ce choix. (Note 2)

La Sénatrice Loeffler a aussi indiqué qu’elle a déposé un projet de loi devant le Sénat, demandant la création d’une commission spéciale chargée d’enquêter sur les « irrégularités » survenues lors de l’élection du 3 novembre et de recommander des mesures pour protéger l’intégrité des futures élections.

Depuis deux siècles, il n’y a jamais eu autant de législateurs des États-Unis à s’opposer à la réception des grands électeurs, et jamais pour autant d’États.

 

L’élection présidentielle de 1876

La dernière fois où les résultats électoraux ont été contestés dans plusieurs États, c’était en 1876, lorsque le Démocrate Samuel J. Tilden était arrivé en tête devant le Républicain Rutherford B. Hayes.

Devant l’ampleur des fraudes commises par les Démocrates dans 3 États (Louisiane, Caroline du Sud, Floride), les Républicains avaient contesté les résultats. Pour résoudre ce problème, le Congrès décida, début janvier 1877, de créer une Commission électorale chargée de déterminer à quel candidat seraient attribués les grands électeurs des 3 États contestés. La commission, composée de 5 Représentants, 5 Sénateurs et 5 juges de la Cour suprême (7 Républicains, 7 Démocrates et 1 Indépendant), après avoir examiné les fraudes, décida d’attribuer tous les grands électeurs en jeu au Républicain Rutherford B. Hayes, qui devint le 19e Président des États-Unis. (Note 3)

 

Ted Cruz demande la création d’une Commission électorale

Le 2 janvier, en annonçant qu’il allait refuser les grands électeurs des 6 États contestés, et que 10 autres Sénateurs Républicains avaient décidé de suivre son exemple, le Sénateur Ted Cruz a déclaré que, en raison de l’ampleur des fraudes, « qui dépassent tout ce que nous avons vu durant notre vie », ils appellent à la création d’une commission électorale similaire à celle de 1876, dotée de pouvoirs d’investigation étendus afin d’auditer en urgence, pendant 10 jours, les résultats des élections dans les États contestés, en suite de quoi les législatures de ces États pourront décider, au vu des résultats, à quel candidat attribuer leurs grands électeurs. (Note 4)

 

Les Sénateurs de Géorgie appellent le Vice-Président Pence à repousser la session du 6 janvier

Le 4 janvier, une vingtaine de Sénateurs de Géorgie ont écrit une lettre au Vice-Président Pence pour lui demander de repousser la session du 6 janvier à une date ultérieure, en raison de la découverte incessante de nouvelles fraudes électorales dans leur État. Depuis, d’autres Sénateurs de Géorgie se sont associés à cette initiative. (Note 5)

Les Sénateurs demandent ce report, afin qu’un audit (examen) scientifique détaillé des machines à voter Dominion (mémoires) et des bulletins de vote (papier, encre, impression, codes-barres présents ou absents, etc.) puisse avoir lieu, après quoi ils veulent organiser une session spéciale du Sénat et de la Chambre des Représentants de Géorgie pour décider à quel candidat attribuer les grands électeurs de leur État.

Des Sénateurs de Pennsylvanie, du Wisconsin et de l’Arizona ont eux aussi écrits de telles lettres au Vice-Président Pence, demandant de repousser de 10 à 12 jours la session du 6 janvier.

L’un des Sénateurs de Géorgie, à l’origine de cette initiative, vient de déclarer : « Je reçois des milliers d’emails et de SMS d’électeurs me demandant d’agir contre les fraudes. Les gens sont mécontents, ils sont furieux, ils refusent que leur vote leur soit volé » (par les faux votes).

 

L’avocate du Président Trump demande elle aussi le report de la session du 6 janvier

Le même 4 janvier, l’avocate personnelle du Président Trump, Jenna Ellis, adjointe de Rudy Giuliani, a déclaré elle aussi que le Vice-Président Pence devrait repousser la session du 6 janvier, et demander aux législatures des 6 États, où les résultats de l’élection sont contestés, quelle liste de grands électeurs a été choisie en accord avec les lois de leur État. (Note 6)

Elle a ajouté : « Cela revient en fait à redonner le pouvoir aux législatures », dont la Constitution des États-Unis stipule qu’elle sont les seules entités à avoir le droit de certifier les grands électeurs, alors que les grands électeurs Démocrates certifiés pour le moment l’ont été illégalement par les Secrétaires d’État et les Gouverneurs des 6 États contestés.

 

Trump se battra jusqu’au bout contre l’usurpateur Biden

Sur Twitter, un usager a posé la question suivante à Jenna Ellis, le 2 janvier :

« Question pour les experts : hypothétiquement, que se passerait-il si Biden était investi président et si un mois plus tard, les élections de 2020 se révélaient volées AU-DELÀ DE TOUT DOUTE RAISONNABLE ? Qui serait président dans ce cas ? »

L’avocate du Président Trump a répondu :

« Selon la Constitution, le seul moyen de révoquer un président en exercice est le processus de destitution [impeachment]. » (Note 7)

Lors de son meeting en Géorgie, dont nous avons parlé au début de cet article, le Président Trump a déclaré qu’il se battra jusqu’au bout et qu’il ne laissera pas le corrompu Biden voler la présidence des États-Unis.

Si jamais l’usurpateur Biden et les Démocrates criminels réussissaient leur coup d’État, il y a fort à parier que, quelques mois plus tard, il sera destitué.

Maxime Lépante

Notes :

1) At Least 140 House Republicans Expected to Object to Electoral College Vote

https://www.breitbart.com/politics/2021/01/01/at-least-140-house-republicans-expected-to-object-to-electoral-college-vote/

2) Sen. Kelly Loeffler to Object to Electoral College Certification Process

https://www.theepochtimes.com/sen-kelly-loeffler-to-object-to-electoral-college-certification-process_3643420.html

3) Rutherford B. Hayes : Controverse sur les résultats

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rutherford_B._Hayes#Controverse_sur_les_r%C3%A9sultats

4) GOP senators want election commission similar to what decided disputed 1876 race

https://www.foxnews.com/politics/gop-senators-election-commission-disputed-1876-election

5) Georgia State Senators Call on Pence to Delay Jan. 6 Electoral Vote

https://www.theepochtimes.com/georgia-state-senators-pushing-pence-to-delay-jan-6-electoral-vote_3643538.html

6) Trump Lawyer: Pence Could Defer Certifying Election, Seek Clarity From State Legislatures

https://www.theepochtimes.com/trump-attorney-jenna-elllis-suggests-pence-could-seek-clarity-from-state-legislatures-in-contested-states_3643471.html

7) Jenna Ellis @JennaEllisEsq 02-01-21

https://twitter.com/JennaEllisEsq/status/1345401857636634625

————————————————————————————————————————

N’oubliez pas de lire nos 22 articles sur les fraudes électorales massives dont les Démocrates se sont rendus coupables aux États-Unis, articles remplis d’informations que vous ne trouverez nulle part dans les médias français :

1) États-Unis : les fraudes électorales, spécialité des Démocrates !

2) États-Unis : la plus énorme fraude électorale de l’Histoire !

3) États-Unis : 32 infos capitales sur la fraude électorale !

4) États-Unis : Trump ne doute pas de la victoire !

5) États-Unis : 18 nouvelles infos capitales sur les fraudes électorales !

6) États-Unis : la contre-attaque judiciaire de Trump contre les fraudes électorales !

7) Fraudes US : incroyables révélations sur les machines à voter Dominion !

8) États-Unis : 27 infos supplémentaires sur les fraudes électorales massives !

9) Les médias français mentent : Trump n’a pas reconnu la “victoire” de Biden !

10) Révélations sur la stratégie de Trump pour être réélu !

11) Mon entretien à “Radio Courtoisie” : Trump se rapproche de la victoire

12) Exclusif : toute la conférence de presse de Trump que les médias ont censurée !

13) Fraudes US : les auditions explosives du Sénat de Pennsylvanie !

14) Avancées capitales de Trump en Pennsylvanie, Arizona et Michigan !

15) Exclusif : la traduction intégrale du discours historique de Trump sur les fraudes !

16) L’équipe Trump révèle des fraudes énormes dans le Michigan et en Géorgie !

17) Exclusif : la traduction du fantastique discours de combat de Trump en Géorgie !

18) Fraudes US : un camion contenant 200.000 bulletins de vote se volatilise !

19) Scoop : Trump a jusqu’au 20 janvier 2021 pour gagner l’élection !

20) Trump : Nous avons juste commencé à nous battre !

21) Fraudes US : 26 témoignages vidéos accablants que les médias censurent !

22) Pennsylvanie : des élus découvrent 170.830 votes fantômes pour Biden !

————————————————————————————————————————

 




Donald Trump insulté par des pseudo-psy démocrates et vulgaires

Donald Trump doit faire face à des journaleux incultes et à des pseudo-psy démocrates, ignares et vulgaires. Natacha Tatu se la ramène sur L’Obs de gauche qui republie certains de ses articles débiles pour amuser les vacanciers en short et en tongs. L’Obs de gauche Natacha Tatu écrit : « D’après les plus grands médecins américains, le 45ème président des États-Unis « souffre de graves troubles de la personnalité« .

Que connaît-elle effectivement de ces psychiatres soi-disant « grands médecins américains« , dont la plupart sont des escrocs-psychologues non médecins ? Elle n’en sait rien ! Que peut-elle écrire à propos de soi-disant « graves troubles de la personnalité » ? En tous cas, L’Obs de gauche semble souffrir d’une forme de grave délire verbal : « Aujourd’hui, un éclairage sur la santé mentale du président américain, qui promet « le feu et la fureur » à la Corée du Nord, au risque de déclencher une guerre mondiale. Un « Frankenstein narcissique » qu’il est irresponsable de laisser en possession des codes nucléaires… » Au secours, L’Obs de gauche !

Selon L’Obs de gauche : « Le Dr John Gartner n’est pas un plaisantin. Cet éminent psychiatre qui (n’est pas psychiatre) a enseigné plus de vingt ans à l’université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland) est un spécialiste de la dépression et des troubles bipolaires. Pas le genre à poser un diagnostic à la légère. Mais pour lui, pas de doute : le président américain est psychiquement malade, inapte à exercer ses fonctions. Au téléphone, il diagnostique : « Donald Trump souffre de graves troubles de la personnalité qui en font un être potentiellement dangereux pour lui-même, pour les autres et pour le monde entier. » Le président de la première puissance mondiale est, selon lui, « un psychopathe narcissique, paranoïaque, détaché de la réalité », un « Frankenstein psychiatrique » qu’il est irresponsable de laisser en possession des codes nucléaires… »

Le Dr John Gartner, un publiciste démocrate affairiste fumeux, « se présente comme psychologue » et se met en scène pour se vendre sur Psychology Today : « John Gartner, Ph.D. is a psychologist living and working in Baltimore and New York. He can be contacted at : jg@johngartner.com John Gartner served as a part time assistant professor of psychiatry at Johns Hopkins University Medical School for 28 years. He graduated from Princeton University, received his Ph.D in clinical psychology from the University of Massachusetts, and completed his post-doctoral training at New York Hospital-Cornell Medical School… »

« John Gartner, Ph.D. est un psychologue qui vit et travaille à Baltimore et à New York. Il peut être contacté (pour des consultations privées) à : jg@johngartner.com. John Gartner (qui n’est pas médecin) a été assistant adjoint de psychiatrie à temps partiel à l’école de médecine de l’Université Johns Hopkins. Diplômé de l’Université de Princeton, il a reçu son « doctorat en psychologie clinique » de l’Université du Massachusetts et il a terminé ses études à la New York Hospital-Cornell Medical School. Son livre, The Hypomanic Edge a été (promotionné) dans The New York Times, The Washington Post et Newsweek, et dans des publications commerciales telles que The Wall Street Journal, Fortune, Forbes, Inc. et Entrepreneur. Dr. Gartner est apparu sur de nombreuses émissions de radio et de télévision, CNN et ABC News. (Il avait déjà voulu faire parler de lui avec) son deuxième livre, « À la recherche de Bill Clinton : Une biographie psychologique« …

« Dans ce livre, (promotionné) par l’American Library Association comme l’un des meilleurs livres de 2008, le Dr Gartner a inventé un terme, le psychopatricien, sa méthode innovante de combiner le journalisme d’investigation avec l’expertise psychologique. Dr. Gartner est un thérapeute expérimenté avec une pratique privée à Baltimore et Manhattan, où il s’est spécialisé dans le traitement du trouble de la personnalité limite, du trouble bipolaire. Et la dépression ». Fin de l’auto-promotion du publiciste Gartner qui est seulement titulaire d’une thèse de « doctorat en psychologie clinique« . C’est donc un psychologue, et pas un médecin-psychiatre.

P.F. sur 20minutes.fr : « Un psychiatre (c’est seulement un psychologue publiciste) lance une pétition en ligne pour demander la destitution de Donald Trump. Le Dr. (psychologue) John D. Gartner est convaincu que le président américain est mentalement inapte à exercer sa fonction. Il a lancé une pétition (pour se faire remarquer, pour faire du fric et vendre des consultations et des livres fumeux). Depuis qu’il est président, on a vu protester contre l’élection de Donald Trump, mais la dernière en date est certainement l’une des plus originales. Le Dr. (psychologue) John D. Gartner, (ex-assistant à temps partiel) de psychiatrie à l’université John Hopkins, (croit) que le 45ème président des États-Unis est mentalement inapte à exercer sa fonction.

« Le Dr. (psychologue) Gartner a donc lancé sur une pétition en ligne à destination des professionnels de santé mentale pour invoquer l’article 3 de l’amendement 25 de la Constitution. (Le psychologue) Gartner et plusieurs de ses confrères diagnostiquent chez Donald Trump « un narcissisme malfaisant » (???), un syndrome caractérisé par un trouble de la personnalité antisociale et un caractère paranoïaque qui a été déjà évoqué par certains spécialistes pour « expliquer la psychologie d’Hitler. » Interrogé par le magazine Sciences et avenir, le psychiatre américain (c’est seulement un psychologue publiciste) s’explique : « Je ne dis pas que Donald Trump est comparable à Hitler. Mais de façon manifeste, ils ont en commun des traits psychologiques qui devraient inquiéter. C’est mon évaluation professionnelle (en tant que psychologue publiciste affairiste).

« La pétition a déjà recueilli plus de 18.000 signatures. « Ce n’est pas une initiative partisane, insiste le psychiatre (psychologue). Ce n’est pas un groupe de psychologues (démocrates) qui ne sont pas contents du résultat de l’élection. (TAKAYCROIRE) C’est une évaluation professionnelle partagée par des milliers de mes confrères ». Des professionnels de santé qui jugent la situation assez inquiétante pour outrepasser le code (du psychologue publiciste affairiste) éthique de leur profession qui leur interdit normalement de donner leur avis sur une personnalité publique sans l’avoir examinée et obtenu son consentement auparavant. Ce n’est pas la première fois que des spécialistes s’inquiètent de la santé mentale de Donald Trump. Fin 2016, trois (pseudo psy) psychiatres de renommée mondiale (publicistes ???) avaient écrit à Barack Obama pour demander à ce que Donald Trump soit soumis à une expertise psychiatrique poussée, sans succès. » Ben voyons !

Lu la propagande de sciencesetavenir.fr : Hugo Jalinière : « Des psychiatres demandent la destitution de Donald Trump. Un psychiatre américain (c’est un psychologue publiciste) convaincu du caractère clinique de la folie de Donald Trump invoque le 25e amendement de la Constitution qui prévoit la destitution d’un président « inapte à exercer ses fonctions« . Vous vous dites que ce type est fou, et vous n’êtes pas les seuls.

« Plusieurs psychiatres et psychologues (démocrates) sont « convaincus » que Donald Trump ne devrait pas pouvoir exercer sa fonction. Car le 45e Président des États-Unis d’Amérique serait atteint de « narcissisme malfaisant » (???) ou malin (malignant narcissism), qui rendrait (moralement) dangereux son maintien.

« Une pétition destinée aux professionnels de santé mentale a été lancée par le Dr John D. Gartner : « Je suis sûr que la pétition peut atteindre à terme une centaine de milliers de signatures« , espère-t-il.

« Mais est-il réellement possible pour un psychiatre (John D. Gartner est un psychologue démocrate) de poser un diagnostic fiable en dehors du cadre de la consultation ? Et le narcissisme suffirait-il vraiment à disqualifier une personne d’accéder aux cercles du pouvoir ? « Si on devait destituer toutes les personnes présentant des troubles de la personnalité narcissique, il ne resterait plus grand monde pour gouverner« , rappelle le Dr Guillaume Fond, psychiatre à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil. « On sait que chez les hommes de pouvoir ou les grands chefs d’entreprise, la proportion de personnalités narcissiques est plus importante. »

Le problème de John D. Gartner, le psychologue publiciste : « À force de créer peu à peu votre propre réalité, vous êtes prêt à tout pour combattre ceux que vous percevez comme des ennemis diaboliques » !

Hugo Jalinière se lance sans filet : « Pour John Gartner, il ne s’agit pas là d’un narcissisme classique. En réalité, chez Trump, ce narcissisme est le moins toxique des traits de sa personnalité. Le syndrome dont (je) parle est autre chose. « C’est ce narcissisme (moralement) malfaisant », précise-t-il. Car ce syndrome se caractérise par deux composantes : un trouble de la personnalité antisociale et un caractère paranoïaque !

« Le comportement antisocial se retrouve chez les  « criminels«  (???) et se caractérise par un mépris total pour les autres et leurs droits. Ce sont des personnes qui ignorent sciemment le fait qu’ils violent les droits d’autrui, qui mentent à répétition… Trump le fait beaucoup », poursuit le Dr Gartner. Il y a une nouvelle expression pour ça : les « alternatives facts » qui ne sont rien moins que des mensonges. (On observe) chez Trump un intense sentiment de paranoïa : « Toute personne qui n’est pas d’accord avec lui est soupçonnée de complot. Et il croit en toute sorte de théories complètement folles. La façon dont il s’attaque aux sciences (de gauche) ou à la presse (démocrate) relève de la paranoïa. À force de créer votre propre réalité, vous êtes prêt à tout pour combattre ceux que vous percevez comme des ennemis diaboliques. Un syndrome décrit pour Hitler. Exploiter les autres sans le moindre remord sur le mal qu’ils peuvent faire serait caractéristique de ces personnalités dangereuses. « Le narcissisme malfaisant et ses trois composantes (narcissisme, antisocial et paranoïaque) c’est la façon dont la psychiatrie décrit une « personnalité diabolique« , résume John Gartner. »

Dans la même série des psy-cons, ignares et vulgaires, le professeur Nostradamus Adriano Segatori est psychiatre et psychothérapeute italien. L’Obs de gauche n’est donc pas le seul à souffrir de délire verbal.

Nancy Verdier : « Macron est un psychopathe« , l’analyse du professeur Adriano Sagatori : « Macron a le profil d’un narcissique. Il n’aime ni la France, ni les Français« , affirme le psychiatre Adriano Segatori.

« Son analyse du profil d’Emmanuel Macron, basée sur sa biographie et ses images de campagne (???), le pousse à conclure : « Macron est un psychopathe qui travaille uniquement pour lui-même… (???)

« Macron n’aime pas la France, ni les Français. Il ne cherche qu’à valoriser son image et à s’appuyer sur celles et ceux qui la mettent valeur… L’analyse que j’ai faite sur Macron provient à la fois des images que j’ai en ma possession (???) et de la biographie dont le candidat se revendique. » (???)

En clair, il semble bien que la propagande anti-Trump de ces journaleux incultes et de ces pseudo-psy démocrates, ignares et vulgaires prouve que ce sont eux qui sont atteints de « narcissisme malfaisant » (???) ou malin (malignant narcissism), qui rend (moralement) dangereux leur maintien comme journaleux et de pseudo-psy. Moralité : dans les médias pourris et sur les télés corrompues en continu, les pseudo-psy et les publicistes ignares de la presse vulgaire ont encore vraiment de beaux jours devant eux !

Thierry Michaud-Nérard




Donald Trump a affaibli l’Arabie Saoudite

Certains commentateurs, se lamentent que Donald Trump, soit allé renouer avec l’Arabie Saoudite, alors que l’Arabie Saoudite doit être combattue en tant que principal vecteur, avec le Qatar, de l’Islamisation de l’occident, ce qui est vrai.

Sauf, que Donald Trump, combat l’Arabie Saoudite à sa façon…

Pour combattre, soit on fait la guerre, et à ma connaissance, personne n’a dans ses projets, d’aller destituer par la force, le roi d’Arabie, soit on lui tient déjà un langage clair et ensuite on l’affaiblit.

Ce combat passe donc par un combat sur l’esprit, la conviction, les idées, et par un combat beaucoup plus matériel.

Sur le langage clair, c’est exactement ce qu’a fait Donald Trump à Ryad, lorsqu’il a dit à ces hauts dignitaires musulmans, de faire le ménage chez eux… (« Chassez-les, chassez-les de vos lieux de culte, chassez-les de vos communautés (…) chassez-les de cette terre »), il met les musulmans de paix devant leurs responsabilités. Il a en plus eu l’intelligence de leur dire, par ailleurs, on ne veut pas vous imposer notre mode de vie chez vous, ce qu’avait voulu faire Bush, et on a vu, à quel désastre ça a abouti – la réciproque, étant d’ailleurs, que ces gens-là ne doivent pas nous imposer leur mode de vie chez nous…

Porter le combat sur l’esprit au cœur de l’Etat qui incarne l’Islam, et qui garde ses lieux saints.

Evidemment, eu égard à la rage qui nous anime face aux fous d’Allah, et de notre affolement par rapport à la dégradation de notre pays, et de l’Europe en Général, cela peut paraître dérisoire, mais c’est quand même la première fois que quelqu’un d’aussi puissant que le Pays le Puissant au monde le leur dit… ce n’est pas rien… (et malheureusement, Donald Trump ne dirige pas l’Europe…)

Quand on veut dire quelque chose de désagréable à quelqu’un, on commence toujours par le lui dire gentiment…et quand ce quelqu’un a beaucoup de muscles et est beaucoup plus fort que soi, c’est un avertissement que l’on écoute forcément… on ne peut pas ne pas l’ignorer.

Quoi qu’on en dise, c’est donc un pas de géant qu’a fait Donald Trump, dans le rapport entretenu par l’Occident au regard des pétro-monarchies.

http://www.dreuz.info/2017/05/22/en-arabie-saoudite-donald-trump-a-decapite-50-pays-musulmans/

Evidemment, ça change de Barack Hussein Obama, qui, en bon sujet musulman, avait fait la courbette devant le roi d’Arabie. Il a presque hésité à s’agenouiller…

http://michelgurfinkiel.com/articles/228-USA-El-Melanchon.html

Ça c’était la première pierre du combat idéologique, qui est enfin lancée, et il faut espérer que Donald Trump est là pour longtemps, pour le continuer.

Sur le plan matériel, Donald Trump est venu taxer les Saoudiens de 380 milliards de Dollars ( !).

Une grosse part, 100 milliards va être placée en armement (notamment des chars, des radars, des bateaux) – A quoi vont servir ces armes ? Surement pas à faire la guerre à la France, à l’Allemagne, ou à la Belgique… Rassurez vous, les chars Saoudiens ne sont pas près d’être à Paris, à la différence de leurs fantassins de djihadistes….

J’entends déjà les ricanements, qui disent « mais pour eux, c’est une goutte d’eau, ils s’en foutent ! etc.).

Détrompez-vous.

D’abord, ils ne s’en foutent pas. S’ils ont signé autant d’achats d’armes lourdes, c’est parce qu’ils ont une peur bleue de l’Iran, et qu’avec Obama, ils ont cru que les USA les abandonnaient à la merci de ce grand et puissant pays, qu’est l’Iran, où il y a également beaucoup plus d’intelligence, de finesse, et de rouerie, qu’en Arabie Saoudite.

En tout état de cause, si ces armes lourdes, doivent servir, ce sera contre d’autres musulmans, des chiites, ou des milices musulmanes Houtis, soutenues par l’Iran… et donc pas contre des occidentaux, juifs et chrétiens (Les émirs savent très bien qu’il n’ont pas du tout les moyens de menacer Israël…). Par conséquent, ici aussi, je ne suis pas convaincu que cela soit de nature à effarer d’horreur les lecteurs de Riposte Laïque…

Ils ont aussi besoin de ces armes, car ils doivent les renouveler car ils s’en servent mal.

Un exemple. L’Arabie Saoudite avait une armada de F 15 S, qui sont parmi les meilleurs avions de combats du monde et qui sont régulièrement modernisés. Leur seule faiblesse étant de ne pas être furtifs.

Ce sont ces avions qui ont permis aux Israéliens d’abattre 80 chasseurs syriens lors de la bataille de la Bekaa en 1982… et dans toute l’histoire du F 15, un seul a été perdu par les américains en Libye, touché par une salve de DCA, alors qu’il volait trop bas… ce sont des choses qui arrivent…

Alors que les Houtis sont des milices, beaucoup moins bien équipées par les Saoudiens, ils ont quand même réussi à abattre près d’une trentaine de ces Rolls Royce du ciel… preuve qu’il n’y a pas que la qualité du matériel qui compte, mais également la qualité de ceux qui les utilisent… c’est pour ça qu’ils doivent renouveler ces avions qui coûtent une fortune.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/363939-un-nouveau-f15-saoudien-abattu

http://www.air-cosmos.com/arabie-saoudite-reception-des-premiers-f-15sa-89145

Deuxièmement, comme cela avait été annoncé il y a longtemps sur votre site préféré, les pétro-monarchies ont mangé leur pain blanc.

http://ripostelaique.com/les-islamo-collabos-et-les-petro-monarchies-ont-mange-leur-pain-blanc.html

https://ripostelaique.com/fin-du-petrole-fin-du-soutien-a-lislam.html

Cela ne fait que se confirmer depuis.

Pour ceux que cela intéresse, renseignez-vous notamment sur Elon Musk patron de  Tesla et Solar City…

http://www.solarcity.com

https://www.tesla.com/fr_FR /

La rente pétrolière, cette véritable manne touche à sa fin. Ce ne sont pas quelques investissements immobiliers, qui ne peuvent pas être emportés, et qu’on peut rayer d’un trait de plume, qui vont pouvoir la compenser. Et encore moins des équipes de foot…

C’est d’ailleurs bien parce qu’ils ont besoin d’argent, que l’ARAMCO va être introduite en bourse… c’est la preuve que l’argent commence à manquer, même chez les émirs…

https://www.challenges.fr/monde/moyen-orient/arabie-saoudite-la-mega-introduction-en-bourse-d-aramco-se-precise_463996

Il faut en effet de rappeler que l’Arabie Saoudite a 30 millions de personnes, dont 30 millions de fonctionnaires…. qu’il va bien falloir continuer à nourrir comme avant… si on ne veut pas une révolution… et être renversé…

Par conséquent, leur prendre 380 milliards de dollars, n’est plus du tout indolore pour les Saoudiens, et en plus ils ne peuvent pas faire autrement. Le rapport de force est clairement en train de s’inverser à vitesse grand V.

Je donne au monde musulman 10 ans maximum avant de s’effondrer. (C’est pour ça qu’il faut combattre chez nous)

Et comme dans les affaires, on prend l’argent là où il est, pendant qu’il y est, il n’y avait rien de mieux que de leur piquer ces 380 milliards, que bientôt ils ne pourront plus dépenser… et qui ne sont plus dans leurs caisses.

Bref, affaiblir l’Arabie financièrement, et en tirer profit fait également partie du combat. C’est l’un des principes même de l’art de la guerre de Sun Tzu.

Décidément, le monde a encore beaucoup à apprendre de celui qui a écrit « the art of deal », (l’art de négocier dans les affaire)°

https://www.amazon.fr/Trump-Art-Deal-Donald-J/dp/0399594493

Donald Trump a tout compris.

Bref, j’adore, ce type, j’adore ce Président, et je le bénis tous les jours…

Quant à sa femme, la somptueuse Mélania,… si je pouvais…

Albert Nollet




Les sales méthodes du « Point » pour discréditer Donald Trump

Tous les lecteurs peuvent voir sur les sites des TV américaines et sur YouTube, la cérémonie d’investiture de Donald Trump que le public était loin d’être clairsemé :

https://www.youtube.com/watch?v=kxR_cKSqreo

https://www.youtube.com/watch?v=GFtfV4EOpjo

Dans son discours, Donald Trump parle clairement de ramener les usines aux États-Unis. Il précise que le travail sera fait par des américains. Ce qui signifie clairement qu’il combattra le travail au noir et l’emploi massif de travailleurs clandestins.

Il affirme également que les patrons et les multinationales qui délocalisent les usines, verront leurs produits taxés à l’importation. Des constructeurs automobiles comme Ford ont déjà annoncé qu’ils renoncent à délocaliser leurs usines au Mexique.

Toutes ces décisions de bon sens annoncées par Donald Trump, sont inacceptables pour Obama, Hillary Clinton et les dirigeants européens. Tous ces chefs d’États sont à la solde de la finance internationale et du patronat, qui ne vise qu’à augmenter ses bénéfices en exploitant la main d’œuvre bon marché en Chine, en Inde ou au Bangladesh.

Nos médias et nos responsables politiques ne veulent pas que le peuple se rend compte qu’il est possible de combattre les délocalisations d’usines et de fixer des taxes très lourdes pour les multinationales qui exploitent d’une manière abjecte la main d’œuvre payée à des salaires de misère.

Et en plus, Donald Trump s’est engagé devant les caméras du monde entier, à combattre le terrorisme islamique et à l’éradiquer de la surface de la terre. Affirmer que le terrorisme est islamique, enrage tout ce que le monde compte comme collabos de l’islam. Les Obama, Hollande, Merkel, Junker et et tout ce que la planète compte de dhimmis consentant, étaient au comble de la rage. Il fallait à tout prix mobiliser tous les médias collabos, pour casser du Trump. Il faut tout mettre en œuvre contre ce Trump qui salit cet islam tant chéri par la bien-pensance.

Pour ce travail de manipulation fascisante, les médias ne reculent devant rien.
En France on peut prendre parmi les nombreux exemples l’hebdomaire LePoint. Sur son site, on peut lire ces attaques indignes envers le porte-parole de Donald Trump : « Investiture de Trump : le porte-parole qui amuse par sa mauvaise foi. Vous avez eu l’impression que peu de gens ont assisté à la cérémonie d’investiture de Trump ? Ce n’est pas l’avis de son porte-parole », malgré les images prises en direct qui montre une foule compacte et un public très loin d’être clairsemé.

http://www.lepoint.fr/monde/investiture-de-trump-le-porte-parole-qui-amuse-par-sa-mauvaise-foi-22-01-2017-2099225_24.php

Et pourtant, toute honte bue, cet hebdomadaire continue ainsi :
« L’image a beaucoup circulé au lendemain de la cérémonie d’investiture de Donald Trump devant le Lincoln Memorial à Washington. Elle met en parallèle la foule qui s’était réunie pour l’investiture de Barack Obama en 2009, et celle présente pour voir Trump prêter serment sur la Constitution des États-Unis, vendredi 20 janvier. »
Sans donner la moindre précision, il publie cette image :

Il relaye ainsi, sans la moindre analyse objective, les attaques du New-York Times, cet adversaire acharné de Donald Trump. Il ne donne aucune précision sur l’heure à laquelle ces images sont prises. Il censure les vidéos et les images qui contredisent leur mensonge.

Il montre des images semblant en contradiction totale avec les vidéos filmées en direct, pendant la cérémonie d’investiture de Donald Trump. Sur ces vidéos, la foule est très loin d’être clairsemée, comme l’affirment en cœur les médias en France ou en Suisse (voir le quotidien Le Temps).

Ces procédés fascisants rappellent les heures noires du totalitarisme soviétique et du stalinisme. On n’hésite à recourir aux procédés de Staline, le « Petit Père du Peuple » tant adoré par la gauche française. On falsifie les images avec un mépris abject pour les lecteurs. Les élites mondialistes et islamophiles, n’ont que du mépris pour les lecteurs et les peuples qui osent voter autrement que ce qu’ils lui ont ordonné de voter.

Espérons que les peuples européens vont débarrasser nos pays de ce totalitarisme qu’impose la bien-pensance islamo-collabo. L’élection de Donald Trump, le président américain qui ne se prosterne pas devant le roi d’Arabie comme Barack Obama, et le vote pour le Brexit, constituent les premiers pas de la libération des peuples.

Zohra Nedaa-Amal




Trump : Nous avons juste commencé à nous battre !

Le Président Trump vient de tweeter :

« Nous avons juste commencé à nous battre !!! »

 

Depuis le refus, par la Cour Suprême des États-Unis, d’examiner la plainte de l’État du Texas contre 4 autre États (Pennsylvanie, Géorgie, Michigan et Wisconsin), les Démocrates et les grands médias complotistes et négationnistes qui les soutiennent hurlent que le sénile corrompu Biden a remporté l’élection présidentielle, que tout est fini, et ainsi de suite, – tout comme, le 8 décembre, jour du « Safe Harbor Deadline » (« Date limite de sécurité »), ils avaient hurlé que le sénile corrompu Biden avait remporté l’élection présidentielle, que tout était fini, et ainsi de suite, – tout comme, le samedi 7 novembre (quand la Pennsylvanie a erronément été attribuée à Biden), ils avaient hurlé que le sénile corrompu Biden avait remporté l’élection présidentielle, que tout était fini, et ainsi de suite…

Nous pouvons être certains que, si le sénile corrompu Biden remporte plus de 270 voix lors du vote du Collège électoral, le 14 décembre, les Démocrates et les grands médias complotistes et négationnistes qui les soutiennent vont à nouveau hurler que le sénile corrompu Biden a remporté l’élection présidentielle, que tout est fini, et ainsi de suite…

Ces hurlements à répétition ont pour but d’imposer une réalité alternative à la réalité réelle, et de pousser les Républicains, et toutes les personnes qui aiment la vérité et la justice, à baisser les bras et à laisser les Démocrates criminels voler impunément l’élection présidentielle.

 

Trump a jusqu’au 20 janvier 2021 pour gagner l’élection

Dans notre article précédent, nous avons expliqué en détail le calendrier et le processus de l’élection présidentielle américaine, et démontré que le Président Trump, et les Républicains qui le soutiennent massivement, peuvent légalement continuer leur lutte contre les fraudes électorales massives commises par les Démocrates, jusqu’au 6 janvier 2021, voire jusqu’au 20 janvier 2021.

Nous avons aussi expliqué, preuves à l’appui, qu’il y a toujours de très nombreuses plaintes en cours d’instruction dans les 6 États contestés (Pennsylvanie, Géorgie, Michigan, Wisconsin, Nevada, Arizona), aussi bien au niveau local que fédéral, – qu’en conséquence, le choix des grands électeurs dans ces 6 États n’est pas définitif, – que les auditions sur les fraudes électorales se poursuivent devant les législatures de ces États, – et qu’un nombre croissant d’élus de ces États exigent la tenue d’une session spéciale lors de laquelle l’attribution des grands électeurs au sénile corrompu Biden serait annulée.

Nous conseillons la lecture de cet article très complet à toute personne qui refuse de se laisser berner par la propagande mensongère des grands médias complotistes et négationnistes :

https://ripostelaique.com/scoop-trump-a-jusquau-20-janvier-2021-pour-gagner-lelection.html

 

La contre-attaque de Trump après le refus de la Cour Suprême d’examiner la plainte du Texas

Moins d’une heure après le refus par la Cour Suprême d’examiner la plainte du Texas, les avocats de la Trump Campaign, Rudy Giuliani et Jenna Ellis, ont annoncé, sur la chaîne de télévision Newsmax, qu’ils vont séparer la plainte du Texas en plusieurs plaintes qui seront déposées devant des tribunaux de districts dans certains des 6 États contestés, afin que ces plaintes soient enfin examinées sur le fond – et que, d’autre part, ils ont bon espoir que les législatures de ces États vont finir par agir et reprendre leur droit d’attribuer les grands électeurs.

« Nous sommes loin d’en avoir fini, croyez-moi », a conclu Rudy Giuliani.

Jenna Ellis, quant à elle, a rappelé qu’il reste suffisamment de temps pour que le Président Trump ait gain de cause, d’ici le 6 janvier 2021.

 

La Campagne Trump lance une série de spots télévisés dans les 6 États contestés

Peu de temps avant la décision de la Cour Suprême, la Trump Campaign a commencé à diffuser des spots publicitaires sur les chaînes de télévision et sur les réseaux sociaux, qui dénoncent les fraudes massives commises par les Démocrates et qui appellent les électeurs Républicains des 6 États contestés à se mobiliser et à contacter leurs élus locaux pour exiger qu’ils agissent contre les fraudes.

The evidence is overwhelming – Fraud! (Donald J Trump ad) 11-12-20

https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1337541208831307776

Stop the steal (Donald J Trump ad) 11-12-20

https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1337534034377920523

Ces spots publicitaires sont la meilleure démonstration que la lutte continue plus que jamais, contrairement à ce que prétendent les Démocrates et les grands médias complotistes et négationnistes qui les soutiennent.

 

Trump va continuer à se battre contre le vol de l’élection

Comme le prouve le tweet du Président Trump qui figure en tête du présent article, comme le prouvent les déclarations de ses avocats, comme le prouvent les spots publicitaires contre les fraudes qui commencent à être diffusés à travers tous les États-Unis, le remarquable combattant qu’est le Président Trump continue la lutte.

Toute sa vie, le Président Trump s’est battu contre la haine acharnée des ratés, des nuls, des aigris, des rancis, ulcérés par ses succès dans les affaires puis par son éclatante réussite en tant que Président, et il va continuer sans relâche à se battre.

Toute personne qui aime la vérité ne peut qu’espérer que justice sera faite, et que le Président Trump sera investi, le 20 janvier 2021, pour un second mandat bien mérité !

Maxime Lépante

————————————————————————————————————————

N’oubliez pas de lire nos 19 articles sur les fraudes électorales massives dont les Démocrates se sont rendus coupables aux États-Unis, articles remplis d’informations que vous ne trouverez nulle part dans les médias français :

1) États-Unis : les fraudes électorales, spécialité des Démocrates !

2) États-Unis : la plus énorme fraude électorale de l’Histoire !

3) États-Unis : 32 infos capitales sur la fraude électorale !

4) États-Unis : Trump ne doute pas de la victoire !

5) États-Unis : 18 nouvelles infos capitales sur les fraudes électorales !

6) États-Unis : la contre-attaque judiciaire de Trump contre les fraudes électorales !

7) Fraudes US : incroyables révélations sur les machines à voter Dominion !

8) États-Unis : 27 infos supplémentaires sur les fraudes électorales massives !

9) Les médias français mentent : Trump n’a pas reconnu la “victoire” de Biden !

10) Révélations sur la stratégie de Trump pour être réélu !

11) Mon entretien à “Radio Courtoisie” : Trump se rapproche de la victoire

12) Exclusif : toute la conférence de presse de Trump que les médias ont censurée !

13) Fraudes US : les auditions explosives du Sénat de Pennsylvanie !

14) Avancées capitales de Trump en Pennsylvanie, Arizona et Michigan !

15) Exclusif : la traduction intégrale du discours historique de Trump sur les fraudes !

16) L’équipe Trump révèle des fraudes énormes dans le Michigan et en Géorgie !

17) Exclusif : la traduction du fantastique discours de combat de Trump en Géorgie !

18) Fraudes US : un camion contenant 200.000 bulletins de vote se volatilise !

19) Scoop : Trump a jusqu’au 20 janvier 2021 pour gagner l’élection !

————————————————————————————————————————




« Come-back » fracassant de Donald Trump à Orlando : j’adore !

Trump candidat en 2024? Des obstacles sur la route de la Maison Blanche

« Come-back » fracassant de Donald Trump à Orlando : j’adore !

Abattu, Trump ? Isolé, Trump ? Foutaises que tout cela. Encore des niaiseries de journalistes occidentaux, shootés au poison mondialiste et complices de l’effroyable machination démocrate qui a privé Trump de 8 ou 10 millions de voix, le 3 novembre 2020.

Sans la fraude avérée, mais que les juges ont refusé de reconnaître, Trump aurait raflé la mise haut la main, avec un score historique.

Tous les chefs d’État européens, tous les journalistes savent très bien que Trump a été victime d’une fraude à l’échelle industrielle, savamment orchestrée par le camp démocrate, avec la complicité de quelques traîtres républicains et des juges qui se sont dérobés.

La « victoire » de Biden est le fruit d’un hold-up électoral et d’une machination planétaire. C’est la victoire des tricheurs et des hypocrites.

Il fallait abattre la bête noire des mondialistes, à n’importe quel prix.

Mais celui qui s’est battu comme un lion, seul contre tous, est loin d’être mort.

J’ai toujours aimé Trump. Parce que c’est un grand patriote profondément attaché à son pays, un battant courageux, un fonceur, un infatigable Rocky capable d’encaisser tous les coups sans  jamais être déclaré KO.

À peine désarçonné, il se remet aussitôt en selle et sonne la charge. Sa retraite n’aura duré que 6 semaines.

Il est le contre-modèle absolu d’un Macron qui crache sur son pays et insulte le peuple français, lequel a derrière lui des siècles de grandeur.

Macron, c’est le capitulard qui se couche à la moindre difficulté, incapable de reconquérir les banlieues, incapable de mettre la racaille et les islamistes au pas, incapable de combattre la fraude sociale gigantesque.

Macron, c’est la capitulation et le renoncement permanents, face à ceux qui veulent la destruction de la civilisation occidentale pour nous imposer la leur.

La France est en train de crever d’une immigration incontrôlée et d’une islamisation galopante, mais Macron n’a qu’une obsession : sa réélection. 

C’est un Trump qu’il nous faudrait pour sauver notre France millénaire du naufrage.

À Orlando, dimanche, « The Donald » a une fois de plus galvanisé les foules. Jugez plutôt.

Lors de la conférence annuelle de l’Union des conservateurs américains, il a entamé son discours par un jovial « Je vous manque déjà » ?

Au diable la personnalité controversée de Trump, oubliée la défaite, place aux combats futurs, à commencer par les élections de mi-mandat en 2022.

Ses fidèles soutiens étaient là, venus faire le procès des traîtres républicains, traités de « mous du genou, invertébrés et lâches… auxquels il faut envoyer une lettre de licenciement ».

Mitch McConnell et Mike Pence, les deux traîtres qui ont lâché Trump en rase campagne, étaient évidemment absents.

Trump Junior avait promis un discours énergisant de Donald, ses fans n’ont pas été déçus. Un discours offensif. C’est un potentiel candidat pour 2024 qui a parlé, se posant en leader incontesté du Parti républicain et tirant à boulets rouges sur Biden.

Extraits ( Figaro ) :

« Nous sommes passés de l’Amérique d’abord à l’Amérique en dernier ».

« On savait que son Administration serait mauvaise, mais pas à ce point… Son premier mois a été le plus désastreux de l’histoire des États-Unis. Ils sont anti-famille, anti-emplois, anti-énergie et anti-frontières. »

« Biden a suspendu le budget du mur frontière, mis fin aux reconduites à la frontière et relâché les criminels illégaux à l’intérieur des États-Unis… Nous leur avons laissé la frontière sud la plus sûre de l’histoire du pays. Ils l’ont transformée en désastre auto-infligé sous des prétextes humanitaires.

 Les clandestins affluent par dizaines de milliers… les trafiquants d’enfants et les cartels les plus vicieux sont de retour. »

« Biden a ouvert nos frontières à la Libye, au Yémen, à la Somalie ».

Promettant la défaite aux démocrates en 2022, Trump fait l’éloge de son bilan :

« La loi et l’ordre, une armée forte, l’énergie bon marché, l’éducation, l’absence de nouvelles interventions militaires  et les accords de paix au Moyen-Orient. »

En pariant très tôt sur le vaccin anti-Covid, Trump déclare avoir légué « un miracle médical » à Biden.

Et bien entendu, il ne reconnaît toujours pas sa défaite.

« Cette élection était truquée et la justice n’a rien voulu faire ».

Et ses fans de scander « On a gagné » !

Trump accuse la Cour suprême de ne pas avoir eu le courage d’intervenir en sa faveur. Pas un seul de ses recours n’a été jugé recevable, y compris dans les États républicains.

Il veut des élections en un seul jour, en limitant le vote par correspondance et en exigeant des pièces d’identité.

Ensuite, Trump se pose en leader du Parti.

« Nous avons vécu un voyage comme il n’y en a jamais eu, nous l’avons commencé il y a 4 ans et il est loin d’être terminé. Il ne fait aucun doute, nous serons victorieux ».

« Pas besoin de créer un nouveau parti. Nous avons déjà le magnifique Parti républicain ».

Vient ensuite le ton menaçant contre ceux qui l’ont trahi.

« Une poignée de valets de l’élite politique de Washington », citant les noms des 10 représentants et des 7 sénateurs qui ont voté sa condamnation le 7 février.

« Ces RINO ( Républicains seulement de nom ) vont détruire le parti et le pays… ne s’opposant jamais aux démocrates, aux médias et aux radicaux qui veulent faire de l’Amérique un pays socialiste ».

Trump termine en restant très évasif quant à sa candidature en 2024. Il est vrai que c’est encore loin.

« Qui sait ? Je pourrais même décider de les battre une troisième fois ».

Il prédit un candidat républicain à la Maison Blanche.

« Et je me demande qui ce sera ? Qui, qui, qui ce sera » ?

On le voit, c’est du Trump comme on l’aime, un discours volontaire, optimiste, dénué d’hypocrisie et de mensonges.

De la démesure, certes, jamais avare de  superlatifs et même d’excentricité, c’est du pur Donald Trump. On aime ou pas.

Mais reconnaissons que c’est quand même autre chose que les discours hypocrites et mensongers de nos politiciens de salon, calculateurs et machiavéliques au possible.

Un électeur républicain a confiance en Trump. Mais quel Français a confiance en Macron, qui ne sait que mentir ?

Jamais Trump ne capitulera devant le Président fraudeur, l’usurpateur qui lui a volé sa victoire.

C’est en 2022 que les élections de mi-mandat lui permettront de prendre sa revanche, en renforçant le camp républicain, débarrassé des ses traîtres.

Ceux qui pensaient avoir enterré le trumpisme une bonne fois pour toutes, en sont pour leurs frais.

Et tous ceux qui ont cautionné la fraude électorale massive, en Europe, auraient tort de pavoiser. Trump est bien vivant et le fait savoir.

Jacques Guillemain




Donald Trump, la bête noire des mondialistes, l’espoir de l’Occident

https://medias.liberation.fr/photo/1228870-trump-expected-to-formally-declare-re-election-bid-at-rally.jpg?modified_at=1560928931&width=960

Il est toujours amusant de voir avec quelle délectation les médias français et européens évoquent les « déboires » des États-Unis, en faisant systématiquement porter le chapeau à Donald Trump, leur bête noire, qui les empêche de dormir.

Dans une tribune du Figaro, Nicolas Baverez, qu’on a connu mieux inspiré et plus objectif, nous brosse un tableau apocalyptique des « États désunis d’Amérique ».

« La rage déchire les États-Unis et achève de détruire leur leadership »… « Après l’effondrement de l’URSS, les États-Unis menacent à leur tour de se désintégrer ».

Bigre ! Baverez n’y va pas par quatre chemins. Si le pays qui produit le 1/4 du PIB nominal mondial se désintègre, qu’allons-nous devenir, nous, pauvres citoyens d’une Europe complètement disloquée ?

Selon notre essayiste, l’Amérique cumule quatre crises majeures.

1) L’épidémie de Covid-19 qui s’est transformée en Pearl Harbor sanitaire avec 110 000 morts ! Une comparaison historique qui impressionne.

Mais il arrive que les grands mots se transforment en mauvaise pioche ! Car monsieur Baverez ferait mieux de comparer avec la France et ses 30 000 victimes.

333 morts par million d’habitants pour les États-Unis et 448 morts par million d’habitants pour la France, soit 35 % de plus ! Comme on dit, y a pas photo ! Chez nous c’est un Waterloo sanitaire !

2) Une récession historique due à la pandémie.

45 millions de chômeurs en trois mois, une chute du PIB de 6,5 % en 2020. Vrai, mais pas de quoi dramatiser !

Encore une fois, comparons avec la France.

Avec 13 millions de salariés en chômage partiel, la France bat le record mondial. Proportionnellement, c’est 44 % de plus qu’aux États-Unis.

En 2020, Bercy nous annonce une chute de PIB de 11 % pour la France. C’est encore 70 % de plus qu’aux États-Unis !

3) Le meurtre de George Floyd, qui a déclenché des émeutes et des pillages, rappelant les émeutes de 1968 après l’assassinat de Martin Luther King.

Rappelons que ceux qui tentent d’instrumentaliser ces émeutes pour torpiller la campagne de Trump jouent avec le feu. Attention au boomerang.

Primo, ces émeutes ont lieu principalement dans les villes démocrates qui attisent les braises.

Secundo, la haute bourgeoisie démocrate – qui n’apprécie pas le désordre – pourrait basculer dans le camp républicain, tout comme les petits commerçants et les habitants victimes des pillages.

4) Le populisme de Donald Trump fait basculer les États-Unis dans le chaos avec le projet de recourir à l’Insurrection Act de 1807, qui autorise l’emploi de l’armée pour rétablir l’ordre.

« Une stratégie qui consiste à diviser l’Amérique et à la plonger dans un climat de guerre civile, à entretenir la violence pour tenter d’être réélu en dépit d’un bilan calamiteux. »

Lire de telles âneries dans le Figaro laisse pantois. C’est de la désinformation digne de Libé !

Tout d’abord, le recours à l’armée n’est pas à l’ordre du jour, mais les démocrates et les anti-Trump en font leurs choux gras.

Ensuite, si Trump a un bilan calamiteux, que dire de celui de Macron qui a fait de la France la lanterne rouge de l’UE ?

En février 2020, tous les économistes s’accordaient à dire que le bilan économique de Trump était remarquable, renforçant ses chances de réélection en fin d’année, avec plusieurs cordes à son arc.

Croissance soutenue, double de celle de l’Union européenne.

Politique de taux bas.

Chômage à un plus bas niveau historique depuis 50 ans, y compris pour les Noirs.

Augmentation des salaires, surtout dans les classes populaires.

Baisses des impôts.

Allègement des textes et règlements pour libérer l’économie.

Confiance des ménages au plus haut depuis 15 ans.

Soutien de puissants lobbies, pétrole, armement, laboratoires.

Échec de la procédure de destitution lancée par Nancy Pélosi.

Bourse au plus haut.

https://photo.capital.fr/7-facteurs-qui-font-que-donald-trump-pourrait-etre-reelu-36192

Mais pour Nicolas Baverez, le risque de grande dépression n’a jamais été aussi élevé. Le spectre des années 1930 plane…

Ce monsieur oublie que si le chômage a explosé en trois mois, ce n’est dû qu’à un arrêt temporaire de l’économie, ce qui n’a rien à voir avec une crise bancaire ou monétaire comme en 2008.

La machine n’est pas en panne, elle a tourné au ralenti et d’ailleurs elle redémarre.

La fracture raciale, l’éclatement des communautés, les morts par armes à feu, la drogue, le racisme, tout cela n’a rien de nouveau et fait partie de l’ADN historique de la société américaine.

Faire porter le chapeau à Donald Trump est malhonnête. Les émeutes raciales, il y en a toujours eu.

Mais aujourd’hui, elles sont exploitées par le camp démocrate pour torpiller la réélection de Trump, que la procédure d’Impeachment n’a pas pu renverser. Tout est là !

Ce n’est quand même pas la faute de Trump si les Noirs, qui comptent pour 14 % de la population, représentent plus du tiers de la population carcérale. En Amérique, la plus grande démocratie du monde, on ne met pas les gens en prison parce qu’ils sont noirs mais parce qu’ils enfreignent la loi.

Et aucune loi n’interdit à un Noir de réussir, comme l’a prouvé l’élection d’Obama.

Trump n’a pas encore gagné sa réélection et il est vrai que cette pandémie l’a affaibli en torpillant son bilan économique. Mais en face, on a qui ? Le pâle Joe Biden, un type totalement transparent qu’on n’entend jamais.

Les électeurs trancheront.

Mais dire que Trump, battu ou réélu, laissera une Amérique en ruine, aussi divisée que depuis la guerre de Sécession, relève de l’antitrumpisme le plus primaire.

Selon Baverez, les États-Unis cèdent au poison populiste, renient leur histoire et leurs valeurs tout en mettant en péril la survie de la démocratie au XXIe siècle.

Nous y voilà ! Le populisme, cause de tous les maux ! Comme si le fait d’écouter le peuple était antidémocratique…

À lire ces lignes, il est clair que Trump est un dangereux mélange de Xi Jinping, d’Erdogan et de Maduro. Difficile de faire pire dans la mauvaise foi.

Avant la crise sanitaire, Trump était au plus haut de sa cote de popularité. À croire que le peuple américain est stupide au possible pour plébisciter un bilan aussi calamiteux.

« La première condition de la puissance, c’est l’unité nationale », écrit Nicolas Baverez.

Nous sommes d’accord sur ce point. Mais quand on voit la fracture identitaire qui mine la France, aggravée de jour en jour par une immigration toujours plus massive, on se dit que Trump n’a aucune leçon à recevoir de la France.

À ce jour, les États-Unis sont toujours la première puissance mondiale. Quant à la France, qui devançait  l’Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni à la fin des Trente Glorieuses, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Surendettée, écrasée d’impôts et de taxes, divisée et enlisée dans sa fracture identitaire de plus en plus béante, elle recule dans tous les classements internationaux, à commencer par les classements scolaires.

L’école républicaine qui faisait notre fierté dans les années soixante a été dramatiquement nivelée par le bas avec l’immigration, et tout s’aggrave.

La grande différence entre un Trump et un Macron, c’est que Trump aime l’Amérique et son peuple, alors que Macron n’aime que l’Europe, qui nous entraîne par le fond.

Bref, Nicolas Baverez est incontestablement un homme cultivé bardé de diplômes, mais ce palmarès ne lui interdit pas de sortir parfois des âneries plus grosses que lui.

Jacques Guillemain




Le procureur Mueller, soutenu par une vieille pute, rêve de faire invalider l’élection de Trump

Nos lecteurs réguliers connaissent les déboires judiciaires de Pierre Cassen, de Christine Tassin, de Sébastien Jallamion, de Caroline Alamachère, et de tant d’autres, et des conditions iniques dans lesquelles la justice a été appliquée – (mais n’a pas été rendue…).

Si cela peut vous rassurer ou pas, Donald Trump subit également un acharnement juridique délirant, ce qui prouve que les méthodes de la gauche sont partout les mêmes dans le monde.

Après plus de quinze mois d’enquête sur une possible intervention russe pour le faire gagner qui n’a mené à rien, et qui ne mènera à rien, car il n’y a rien, un procureur dénommé Muller, aux pouvoirs quasi illimités, entouré d’une dizaine d’assistant exclusivement de gauche, tous hystériques et prêts à tout pour faire tomber Donald Trump, s’intéresse maintenant aux dires d’une actrice porno qui aurait eu des relations consenties et gratuites avec Donald Trump il y a 11 ans ! Il n’y a donc eu aucune victime de quelque nature que ce soit.

Prenant en compte le puritanisme américain, l’avocat de Donald Trump Michael Cohen aurait versé à Stormy Danielle (Danielle la Tornade…), une somme de 130 000 $ pour qu’elle n’évoque pas ce prétendu épisode de sa vie au cours de la campagne présidentielle…

C’est l’avocat lui-même qui aurait signé l’accord au nom de Donald Trump, pour ne pas que son client apparaisse, comme cela est régulièrement prévu par le droit américain. C’est donc parfaitement légal, et Dieu sait si les USA sont le pays de la prévalence du droit.

Il faut savoir que les Etats Unis sont un pays où tout le monde signe des « settlements », c’est-à-dire des accords et transactions, pour éviter tout procès futur, car la bas, qu’un procès soit fondé ou non, il peut vite couter très cher et les américains ont pris l’habitude de régler leurs différends comme ça (pour info, un de mes copains, selon la loi de Floride a dû payer 15 000 $ à son ancienne petite amie, car il l’avait quittée, alors qu’elle le poursuivait devant le tribunal pour cette même raison…ils n’étaient ni mariés, ni pacsés ou quoi que ce soit, mais ayant été près de deux ans ensemble, elle estimait avoir subi un préjudice….- il a préféré transiger avec un juge, plutôt qu’elle fasse appel et que ça lui coute encore plus en frais d’avocats….c’est l’Amérique…).

En l’espèce, rien ne prouve que Donald Trump ait couché avec cette actrice porno, mais il a estimé, que le simple fait qu’il existe un risque que cela pollue sa campagne valait le coup de conclure avec elle un « settlement » pour lequel elle a reçu 130 000 $ versés par l’Avocat de Donald Trump. En échange, elle s’était bien entendu engager à ne plus parler de cette affaire, sous peine de pénalité de 1 million par infraction.

On peut se dire que 130 000 $ si l’on a un tel pouvoir de nuisance à l’égard du futur candidat à l’élection présidentielle américaine, ce n’est pas beaucoup….ce qui déjà émet un doute sur la crédibilité de cette allégation.

Aujourd’hui, cette actrice porno, qui a vieilli, a presque 40 ans, après avoir eu près de 1 000 partenaires sexuels… veut se refaire la cerise. Non seulement elle ne respecte pas son engagement, mais dit que dès lors que le settlement n’a pas été signé par Trump mais par son avocat, il n’est pas valable…

Bien entendu, elle n’envisage pas une seconde de rendre les 130 000 $.

Bien entendu, tous les médias de gauche comme CNN, CNBC, ABC, l’invitent à des émissions entières d’une heure et passe des soirées à la présenter en victime (mais victime de quoi…).

Aujourd’hui, le but de ce procureur Muller est de coincer Donald Trump en  prouvant qu’il a eu une relation avec cette femme, alors que lui le dément.

En gros, l’idée de Muller est de dire, ce settlement a eu une influence majeure sur le scrutin présidentiel, l’opinion publique américaine, aurait considérablement changé d’opinion sur Donald Trump, et il n’aurait pas été élu, ce qui prouve qu’il y eu manipulation de l’opinion publique et donc des élections américaines !!!!

Il veut que Donald Trump en témoigne sous serment, et si la moindre preuve venait à établir le contraire, cela pourrait amener à la destitution (procédure « d’empeachment ») de Donald Trump.

Vous avez bien lu. Indépendamment de toute menace pour le pays, une potentielle relation sexuelle consentie librement et gratuitement avec une actrice pornographique il y a onze ans, pourrait faire fi de tout le scrutin démocratique de millions d’américains !

Ça c’est la gauche ! Aucune limite à la perversité !

« Trouvez-moi l’homme, je vous trouverai le crime » Staline doit en rigoler dans sa moustache, de là où il est.

C’est pourquoi, ce procureur Muller a fait une descente au cabinet d’Avocat de Donald Trump, pour y saisir une tonne de matériel confidentiel… (car les relations entre un Avocat et son client sont confidentielles) et essayer de trouver des traces, informatiques, documents et autres échanges, tendant à prouver cette relation entre Trump et l’actrice porno, et les échanges ayant permis d’arriver à la transaction.

On nage en plein délire !

Sur ce raid au cabinet de l’avocat de Donald Trump, vous trouverez deux articles traduit d’Alan Dershowitz, un des plus grands avocats des libertés civiles américains, professeur émérite à Harvard, de tendance démocrate, mais qui se rend compte que les démocrate sont devenus fous, et ne sont plus aujourd’hui que des staliniens type France Insoumise, et Zadistes, avec leur équivalent dénommé Bernie Sanders aux Etats Unis.

Dershowitz: Les avocats de Daniels tentent de piéger Trump pour parjure

Par Sandy Fitzgerald | Mercredi 28 mars 2018 13:06

https://www.newsmax.com/politics/alan-dershowitz-women-allegations-perjury/2018/03/28/id/851267/

« Les avocats de la star du porno Stormy Daniels et d’autres femmes accusant le président Donald Trump d’irrégularités sexuelles visent à l’arrêter sous serment, a déclaré mercredi le professeur émérite de droit à Harvard, Alan Dershowitz.

 « En aucune circonstance, il ne peut [Trump] témoigner de ses relations ou de son manque de relations avec ces femmes », a déclaré Dershowitz à Bill Hemmer, co-présentateur de « America’s Newsroom » de Fox News.

 L’avocat de Daniels Michael Avenatti a demandé à la cour fédérale de prendre une déposition de Trump dans la bataille juridique pour un accord afin de la garder tranquille au sujet de son allégation selon laquelle ils avaient eu une relation sexuelle.

 Il veut également déposer l’avocat de Trump, Michael Cohen, que Daniels poursuit pour diffamation, selon une requête déposée devant le tribunal de district des États-Unis dans le district central de Californie.

 L’ancien mannequin de Playboy, Karen McDougal, prétend avoir eu une liaison de 10 mois avec Trump à partir de 2006, alors qu’il était marié à sa femme actuelle, Melania. La Maison Blanche a nié les deux revendications, mais Trump n’a pas abordé les allégations publiquement.

 Un ancien invité de l’émission de télé-réalité de Trump, « The Apprentice », a également accusé Trump d’irrégularités.

 « Le but de la fin est très simple: faire prêter serment au président Trump et lui dire qu’il a juré de jurer avec l’une d’entre elles, ou les deux, ou trois de ces femmes », a déclaré Dershowitz. « C’est comme ça qu’ils ont eu Bill Clinton, ils ont transformé Whitewater en robe bleue et l’ont mis en accusation pour parjure. »

 Dershowitz a dit qu’il ne pense pas que Trump est vulnérable à l’avocat spécial Robert Mueller sur des accusations d’entrave à la justice ou la collusion russe, mais l’affaire de Stormy Daniels est différente.

 « S’il témoigne sous serment, et il nie avoir eu des relations avec ces femmes, et ces femmes persistent et l’un d’entre eux propose l’analogue d’une robe bleue, alors il a une accusation de parjure », a déclaré Dershowitz à l’infâme robe bleue portée par Clinton stagiaire Monica Lewinsky lors d’une de leurs rencontres qui a fini par être utilisé comme preuve contre lui.

Le parjure, Dershowitz a dit, est « une des conditions dans la constitution pour la mise en accusation. Parjure, trahison, ou d’autres hauts crimes et délits.Une des choses qui doit être une constante, en aucun cas, il peut témoigner de ses relations, ou manque de relations avec ces femmes. « 

Trump ne peut pas refuser de témoigner, et il doit se soumettre à une déposition s’il est poursuivi, Dershowitz.

« Si l’une de ces femmes le poursuit, dans un cas à New York, vous pouvez poursuivre le président si l’un de ses agents nie avoir eu des relations », a déclaré Dershowitz. « Les mots des agents sont attribuables au président, et il peut être poursuivi en justice pour diffamation. »

 L’équipe juridique de Trump a déjà commis une «erreur épouvantable» en essayant d’engager Bob Bennett, «celui qui a fait destitué le président Clinton».

 « Il l’a fait entrer dans le piège du parjure et l’a fait témoigner au sujet de sa vie sexuelle au lieu de faire défaut ou de régler l’affaire », a déclaré Dershowitz.

 « J’ai fortement recommandé le président Clinton à l’antenne, sur ce réseau qu’il soit en défaut ou en règle, mais en aucun cas il n’aurait dû témoigner sur sa vie sexuelle, et c’est Bob Bennett qui a essayé de le faire. pour les embaucher, qu’est-ce qui ne va pas avec eux?

 Les avocats de Trump peuvent retarder son témoignage, a déclaré Dershowitz, mais à la fin, il sera obligé soit de témoigner ou de défaut de l’affaire contre lui s’il est poursuivi en justice.

 « J’espère qu’il a des avocats assez bons pour lui dire, s’il vous plaît, par défaut », a déclaré Dershowitz. « Ne témoignez en aucun cas, ne marchez pas dans un piège de parjure, si vous le faites, c’est un motif de mise en accusation. »

Dershowitz a déclaré qu’il pensait également que Trump avait besoin d’une équipe d’avocats bien équilibrés pour défendre son cas, et a déclaré qu’il devrait être capable de constituer une équipe.

 Dershowitz a déclaré « vous devez vous soucier de » le jugement de celui qui a conseillé à Trump d’essayer d’embaucher Bennett.

Trump « a besoin d’une équipe qui comprend des avocats criminels constitutionnels expérimentés et a besoin d’une équipe qui comprend des gens qui négocient avec Mueller », a ajouté Dershowitz. « Il a une partie de cette équipe en place mais je pense qu’il doit améliorer l’équipe. »

L’ACLU, est une sorte de Ligue des Droits de l’Homme US, qui défendait les libertés américaines à l’origine, mais qui ne défend plus que la gauche aujourd’hui.

http://thehill.com/opinion/white-house/382886-dershowitz-for-aclu-getting-trump-trumps-civil-liberties

« Alan Dershowitz: Pour ACLU (american civil liberty unions), faire tomber Trump l’emporte sur les libertés civiles

 Dershowitz: Pour ACLU, Descendre Trump l’emporte sur les libertés civiles

© Getty Images

L’American Civil Liberties Union, dont je servais avec fierté le conseil national, soulève d’énormes sommes d’argent en prétendant défendre les libertés civiles de tous les Américains. Malheureusement, au cours des dernières années, elle est passée d’une organisation neutre de libertés civiles à un groupe de gauche axé sur un agenda qui protège ses contributeurs et ses électeurs tout en ignorant les libertés civiles des Américains avec lesquels elle n’est pas d’accord.

Bien sûr, il défend parfois un nazi ou un Klansman comme une démonstration facile et feinte de sa volonté de protéger la liberté de parole des racistes les plus méprisables. Mais il a été scandaleusement silencieux quand il s’agit de réelles menaces actuelles sur les libertés civiles et la liberté d’expression, en particulier sur les campus universitaires où la dure gauche exige la suspension de la liberté d’expression et des droits procéduraux pour ceux avec qui elle n’est pas d’accord.

 Maintenant, depuis l’élection du président Trump, il a chuté encore plus bas, devenant une pom-pom girl pour la violation des libertés civiles de ceux de l’autre côté du spectre politique. Considérez le récent raid sur le cabinet d’avocats et la chambre d’hôtel de l’avocat de Donald Trump, Michael Cohen. Dans ce raid, il semble que les agents du FBI aient bien saisi du matériel protégé par le privilège avocat-client, y compris les communications entre le président Trump et son avocat. Le jour du raid, j’ai dit que si un raid similaire avait été mené sur Hillary Clinton, si elle avait été élue et qu’un procureur spécial avait été nommé pour enquêter sur ses courriels, l’ACLU aurait été armée. J’ai condamné son double silence.

 Quand j’ai dit cela, je ne pouvais pas imaginer que l’ACLU ferait tout son possible pour justifier et défendre le raid, même avant que tous les faits ne soient connus. Mais c’est exactement ce qu’il a fait. David Cole, qui se présente comme le directeur juridique de l’ACLU, a déclaré que l’organisation comptait sur la bonne foi du ministère de la Justice, du FBI et du juge qui a émis le mandat pour garantir à tous les Américains que la règle de droit est vivante. « 

 L’ACLU reconnaît que le matériel couvert par le privilège avocat-client sera montré à une «équipe de privilège», parfois appelée «pare-feu» ou «équipe tachée». Cette équipe est composée d’agents du FBI et d’avocats du gouvernement qui liront les communications entre avocats et clients privilégiés et non soumis à des exceptions. Ils ne transmettront ensuite aux procureurs que les communications qui ne sont pas privilégiées, mais ces agents du gouvernement auront lu les communications privilégiées. Il suffit à l’ACLU que ces communications privilégiées ne soient pas utilisées dans une affaire criminelle contre le client. Mais l’ACLU ne discute pas des violations des quatrième et sixième amendements qui ont lieu dès que les agents du gouvernement ont lu des communications censées être protégées par ces modifications constitutionnelles.

 Imaginez que la perquisition ait eu lieu dans le bureau de votre avocat, dans celui de votre médecin, dans celui de votre conjoint ou dans le presbytère de votre prêtre. Imaginez que les agents du gouvernement puissent lire les communications les plus intimes et les plus privilégiées entre vous, votre avocat, votre médecin, votre conjoint ou votre prêtre. Serait-il suffisant que le gouvernement (et l’ACLU) vous dise que l’information ne serait pas utilisée dans une affaire criminelle contre vous? Croiriez-vous que vos libertés civiles ont été violées dès que les agents du gouvernement ont lu ce matériel? Feriez-vous confiance aux agents du gouvernement pour ne pas divulguer des informations embarrassantes sur vos conversations, surtout si vous étiez une personnalité publique controversée?

 L’ACLU ne répond à aucune de ces questions parce que la personne dont le bureau de l’avocat a été fouillé était Donald Trump. Pratiquement tous les contributeurs à l’ACLU ont voté contre Trump, comme je l’ai fait. Il est compréhensible dans notre ère hyperpartisan que de nombreux démocrates, libéraux et gauchistes soient si indignés au président Trump qu’ils sont prêts à ignorer les violations de ses libertés civiles, même si ces violations établissent un précédent pour un usage futur contre tous les Américains. Il est inexcusable que l’ACLU doive ignorer ces violations potentiellement flagrantes du droit à la vie privée en vertu du Quatrième amendement, du droit à l’assistance d’un avocat et de la confidentialité en vertu du sixième amendement. Mais pour l’ACLU obtenir Trump, l’emporte sur les libertés civiles.

 C’est précisément parce que l’ACLU a abandonné son rôle de défenseur neutre des libertés civiles que j’ai dû me prononcer si fort et à plusieurs reprises contre la criminalisation des différences politiques et la violation des libertés civiles du président Trump. Je souhaiterais ne pas avoir à le faire, mais la nature hyperpartisan de la vie américaine – reflétée par la décision de l’ACLU de justifier des intrusions potentielles dans les droits des quatrième et sixième amendements de Trump – oblige quelqu’un à assumer le rôle traditionnel de l’ACLU. J’espère que d’autres, démocrates et républicains, libéraux et conservateurs, se joindront à moi pour protéger les libertés civiles de tous les Américains. »

Alan M. Dershowitz est professeur de droit Felix Frankfurter, émérite, à la Harvard Law School. Il est l’auteur de « Trumped Up: comment la politique criminalisante est dangereuse pour la démocratie » et « L’affaire contre BDS : Pourquoi choisir Israël pour le boycott est antisémite et anti-paix. »

Vous pouvez le suivre sur Twitter @AlanDersh et sur Facebook @AlanMDershowitz. »

Albert Nollet