Seattle : Les lendemains violents des écolos-gauchistes au pouvoir

Les incohérences des barbares, les écolos-immigrationnistes d’extrême gauche au pouvoir, c’est la violence idéologique qui dominera dans les villes soumises aux écolos-gauchistes. Les barbares sont contre le racisme et s’il faut les croire, ils sont pour l’immigrationnisme islamique. Voilà qui donne une haute idée de leur indigence intellectuelle. De quel droit réduiront-ils les habitants en servitude ? Ils ne considèrent pas que les Français sont des êtres humains et qu’ils ne peuvent en aucun cas être mis en servitude écolo-gauchiste.

Les barbares feraient peut-être bien de s’en prendre à Macron-le-petit, lui qui se croit supérieur à tout le monde. Étant comme Macron par nature inférieurs à tout le monde, les écolos-fascistes immigrationnistes sont naturellement en révolte contre le plus élémentaire bon sens et contre le monde entier. Ils représentent le conglomérat des racailles écolos-gauchistes le plus abominable de la terre. Mais, toute la bien-pensance de la religion politiquement correcte des bobos socialistes-LREM ne cessera pas de les soutenir naïvement.

En attendant, un peu partout, des jeunes de bon sens montent la garde et se mettent résolument à refuser la propagande des islamo-gauchistes et des barbares écolos-gauchistes parvenus au pouvoir dans les villes. Ils veulent nettoyer les esprits rendus confus par le bourrage de crâne écolo-gauchiste absurde.

La Droite Nationale  offre un service de réinformation pour nettoyer les esprits confus afin que rien ne subsiste de la propagande des islamo-gauchistes et des mensonges des barbares écolos-gauchistes.

Francesca de Villasmundo, medias-presse.info : « Les Black Lives Matter créent une Zone autonome à Seattle, entre anarchie, fusillades et terrorisme institutionnalisé« . Un modèle pour les écolos-gauchistes !

« Depuis le 8 juin 2020, des centaines de manifestants, Black Lives Matter, extrême-gauche et Antifas, mobilisés par la mort de George Floyd, ont pris le contrôle du vaste quartier de Seattle nommé Capitol Hill, autour d’un commissariat de police qui a dû être fermé temporairement après des violentes manifestations.

Ils ont autoproclamé le site zone autonome (de non-droit) où la police ne pénètre plus (comme dans les quartiers de nos banlieues), mais où le racket des Blancs, la violence et l’anarchie règnent en maîtres.

La chaîne Fox News, au cours d’un reportage sur les lieux, décrivait la prise de contrôle d’une zone de sept pâtés de maisons dans un quartier de Seattle, affirmant que des manifestants armés patrouillaient dans la zone. Les policiers ne sont pas les bienvenus à la fête ! Deux policiers ont, en vain, tenté de passer les barrières bloquant la circulation et refusant l’entrée dans la zone autonome. Ils ont dû renoncer sous les huées des manifestants. La police de Seattle s’est inquiétée d’individus armés à certains points de contrôle.

La chef de la police de Seattle, Carmen Best, a déploré la décision de la municipalité de fermer le commissariat de la zone, l’accusant d’avoir cédé à la pression des manifestants dans une vidéo destinée aux policiers. Trump a accusé les élus de Seattle, État de Washington, d’avoir abandonné la ville aux anarchistes et aux terroristes intérieurs sur fond de manifestations contre les violences policières. Dans ses tweets, Trump a encouragé la maire et le gouverneur démocrates à reprendre le contrôle du quartier : « Reprenez notre ville MAINTENANT. Si vous ne le faites pas, je le ferai« , a-t-il écrit le mercredi 17 juin 2020 sur Twitter.

Interpellant le gouverneur de l’État de Washington Jay Inslee et la maire démocrate de Seattle, Jenny Durkan : « Ce n’est pas un jeu. Ces affreux anarchistes doivent être stoppés IMMÉDIATEMENT. AGISSEZ VITE ! » Dans le déni de la réalité violente à laquelle cette zone est soumise, Jenny Durkan s’est élevée contre la volonté de Trump de restaurer l’ordre public. Lors d’une conférence de presse, elle a fustigé la soi-disant menace d’envahir Seattle, lancée par le président Trump, assurant que la majorité des manifestations dans sa ville ont été pacifiques et elle a conseillé au président de retourner dans son abri, à la Maison Blanche !

La municipalité démocrate a apporté un soutien logistique (aux terroristes anarchistes) en fournissant des toilettes mobiles au quartier. Mais en quelques jours, cette expérience urbaine et anti-sociale confiée aux anarchistes et aux terroristes intérieurs a tourné au cauchemar : trois fusillades ont coûté la vie à un jeune de 19 ans et en blessèrent deux autres dont l’un dans un état critique. Les policiers n’ont pu accéder à la scène de crime, a regretté la police de Seattle dans un communiqué, empêchés par une foule violente !

Des représentants du quartier ont fini par indiquer aux autorités que les deux victimes avaient été transportées à l’hôpital. Le ou les tireurs sont toujours en liberté et la police ne dispose pas de description du ou des suspects. Les autorités de la ville ont rapidement fait état des violences dans le quartier : des coups de feu, un viol, des agressions, un cambriolage, un incendie criminel et la destruction de biens, a énuméré ainsi la chef de la police de Seattle, Carmen Best, lors de la conférence de presse de la police du lundi 22 juin.

Auxquelles se rajoutent l’extorsion d’argent auprès des commerçants de la zone, ainsi que le racket des Blancs sommés, sous peine de représailles, de donner 10 dollars à chaque Noir qu’ils croisaient !

Lundi 22 juin 2020, la maire démocrate de Seattle, Jenny Durkan, a baissé d’un ton (face à Trump) et elle a décidé de mettre un terme à la Capitol Hill Autonomous Zone, ou CHAZ : « Il est temps pour chacun de rentrer chez soi. Il est temps pour nous de restaurer Cal Anderson [un parc de la ville] et Capitol Hill pour qu’ils puissent à nouveau être une partie dynamique de notre communauté. Nous pouvons toujours accueillir les manifestants qui veulent protester pacifiquement, venir là-bas et se rassembler. Mais les conséquences sur les affaires, les résidents et la communauté sont désormais trop importantes« .

Fin de partie pour l’apartheid afro-américain CHAZ de Seattle ! Reste la question de l’évacuation.

La maire, qui craint des violences, a dit vouloir s’appuyer sur des associations pour convaincre les occupants de quitter (gentiment) le quartier et éviter les violences d’une opération de police. Ben voyons !

Francesca de Villasmundo, medias-presse.info : « Pour les médias mainstream, White Lives Matter (est Blanc et) serait d’extrême droite et raciste ». Mais Black Lives Matter est Noir et donc très bien en cour !

Un avion a survolé le stade de Manchester City, au Royaume-Uni, lors d’une rencontre de Premier League opposant Manchester City à Burnley, avec le texte : White Lives Matter, La vie des Blancs compte !

Les médias collabos et toute la bien-pensance de la gauche bobo s’étranglent d’indignation : horreur !

Une banderole suprémaciste d’extrême-droite, titre Le Parisien collabo. Raciste, selon les médiocres de LCI ! Ces qualifications sont reprises par quasiment toute la sphère médiatique politiquement correcte !

Pourtant, selon LCI très politiquement correcte, tout avait bien commencé, sagement, gentiment, avec soumission : avant le coup d’envoi du match, les deux équipes, leurs staffs et les arbitres avaient posé genou à terre en hommage au mouvement antiraciste et de lutte contre les violences policières Black Lives Matter.

Le slogan Black Lives Matter figure au dos de tous les maillots, à la place du nom des joueurs, et sera imprimé sur un écusson jusqu’à la fin de la saison. Le club de Burnley a condamné fortement cet acte impardonnable selon la doxa politiquement correcte et colorée de nos temps très arc-en-ciel (et Macron ?) :

« Cela ne représente en aucune façon ce pour quoi se bat ($$$) le Burnley Football Club et nous coopérerons avec les autorités pour identifier les responsables et prendre les mesures appropriées. Nous tenons à dire clairement que tous ceux qui sont responsables ne sont pas les bienvenus à Turf Moor, le stade du club. « J’ai honte, je suis embarrassé qu’un petit nombre de nos fans aient décidé de faire tourner ça au-dessus du stade« , a ajouté Ben Mee, le capitaine de Burnley, interrogé par Sky Sports après la rencontre.

« Ces gens ont besoin d’entrer dans le XXI ème siècle et d’être éduqués (formatés) comme beaucoup d’entre nous. Je suis vraiment bouleversé que cela soit arrivé », a ajouté le défenseur, arrivé au club en 2012.

Pour ces cerveaux lobotomisés par la pensée unique arc-en-ciel, si le slogan coloré Black Lives Matter est très gentil et anti-raciste, son corollaire incolore White Lives Matter ne peut être que raciste et très méchant. En clair, pour les journalistes collabos et entraîneurs, et ces quelques footballeurs à la peau blanche comme une aspirine, la vie des Blancs, leur vie donc, ne compte pas. L’ethno-masochisme est à son comble !

Pourtant, que l’on soit Blanc ou Noir, la vie des uns et des autres devrait réellement compter de la même manière dans notre société. Prétendre le contraire, n’est-ce pas cela le racisme systémique ?

Le monde est fou ! Il y a un ennui à cette indignation à sens unique qui témoigne de l’hypocrisie qui règne dans ce milieu de la conscience morale arc-en-ciel universelle ! Sur Twitter, on s’étonne de voir les joueurs de Man City, avec Black Lives Matter sur leurs maillots, sachant que le club est la propriété d’Abou d’Abi dont les ONG dénoncent la fâcheuse propension à pratiquer l’esclavage des travailleurs importés !

Jean-Pierre Dickès, medias-presse.info : Émeutes aux États-Unis : « Ils veulent détruire notre pays ! » déclare le Procureur Général à propos des Antifas. Voyons la réponse face aux Antifas en Amérique.

Faisant face aux Antifas en Amérique, le procureur général William Barr a déclaré que le ministère de la Justice a des centaines d’enquêtes en cours sur les émeutes violentes qui ont eu lieu à travers le pays ces dernières semaines, y compris des enquêtes sur l’organisation (néo-fasciste) d’extrême gauche Antifas.

Ce n’est pas la Justice des différents États de l’Union qui est concernée, mais l’État fédéral dirigé par Donald Trump. Voici la déclaration de William Barr : « Le gouvernement fédéral est le mieux placé pour lutter contre ces violences et l’anarchie qui se sont produites parce que nous n’avons pas d’agents du FBI capables de suivre le rythme. Et lorsque les véritables violences ont commencé vers le 25, 26 mai et ainsi de suite, nous avons commencé à utiliser nos groupes de travail anti-terroristes à travers le pays. Et il y en a 35 opérationnels. Ceci implique tous les États, les collectivités locales et toutes les agences fédérales.

« Et nous avons conçu un système pour suivre les terroristes. Et maintenant, nos agents commencent à lancer des enquêtes, des inculpations contre les personnes impliquées dans toutes ces violences. »

Barr a déclaré que ces groupes anti-terroristes ont effectué des dizaines de mises en accusation contre des individus qui ont été impliqués dans les émeutes et la destruction de biens. Il a ajouté qu’il y avait à ce jour environ 500 enquêtes en cours sur les crimes et délits qui ont eu lieu suite aux émeutes.

« Nous constatons qu’il existe de solides preuves d’une coordination dans nombre de ces épisodes violents« , a poursuivi Barr. « Fondamentalement, nous avons là un certain nombre de manifestants, certains vont avec l’intention de manifester, mais il y a un groupe de provocateurs et d’agitateurs, parfois important, qui essaient de pousser la masse à des activités violentes. Et ils semblent être très bien coordonnés »

Pendant ce temps en France, bientôt Seattle dans notre pays, le gouvernement ne riposte pas aux incivilités, destructions de biens publics ou privés. Macron semble ignorer ce qu’il se passe et il abandonne le pays aux émeutiers et à la chienlit, contre les symboles de notre Histoire et de notre Passé. Macron, agent du mondialisme, ne se sent pas gêné ! Face aux émeutes, pillages, destructions de biens privés ou publics, incendies, manifestations au nom de l’antiracisme et contre la police, on se demande pourquoi le Castaner, la Belloubet et le petit Macron ignorent cette terreur gauchiste et ne réagissent pas, laissant s’installer la chienlit, étant là comme des chiens muets, gardiens de lois qu’ils laissent fouler aux pieds. (Jean-Pierre Dickès)

Conclusion et synthèse de (@J_Bardella) : « Au RN, nous avons des choses à dire sur les questions environnementales, préoccupation de beaucoup de Français. Disons la réalité : @EELV est un parti d’extrême-gauche, laxiste, communautariste, qui défend une écologie punitive et toujours plus de taxes !

Le #nucléaire est une des énergies les plus décarbonées, les plus propres et les moins chères. La fermeture de #Fessenheim n’a aucun sens et elle est contestée par tous les Français qui ont un peu de bon sens ! C’est un suicide écologique, énergétique et stratégique pour la France ». Jordan Bardella (@J_Bardella)

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

2 Commentaires

  1. Pas d’accord sur un point: Fessenheim … , plus vieille centrale de France. Que se serait-il passé en cas de catastrophe ?; Vous avez déjà oublié Tcherno ? … ; Pour le reste des arguments pertinents.

  2. A mon avis le problème vient des médias occidentaux aux mains de la super classe mondialiste, laquelle veut la disparition des nations
    Il y a peu de gouvernement occidentaux capables de tenir tête aux médias

Les commentaires sont fermés.