Seconde Guerre mondiale : le différend polono-russe bat son plein


Pologne vs Russie ♦ ET DONC C’EST LA GUERRE !
Les rapports entre Varsovie et Moscou ne sont pas vraiment au beau fixe. Les échanges commerciaux sont au plus bas et la guerre historiographique ne cesse de faire débat. Peu d’écho en France mais tsunami sur la Vistule.
Moscou a annoncé le 14 janvier 2020 vouloir saisir le Conseil de l’Europe au sujet d’un projet de résolution condamnant la Pologne pour « tentative de falsification de la vérité historique ». Le souhait des Russes est de convaincre ses membres de soutenir cette résolution en évoquant une historiographie « inadmissible » en Pologne.
Pour rappel, la Russie est à nouveau autorisée depuis le 24 juin 2019 à participer à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, ceci après son « expulsion criméenne ». Ne le confondez pas avec le Conseil européen, une erreur fréquente des traducteurs.
Les positions de trois protagonistes
Aleksander Hinsztejn, député Russie unie : « La Pologne est responsable du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale » (!) et « L’affirmation selon laquelle la Pologne fut la victime d’un complot de tyrans (il fait allusion au Pacte Ribbentrop-Molotov) est aussi proche de la vérité que l’affirmation selon laquelle le Parlement européen a quelque chose de commun avec la démocratie » (!)

Aleksander Hinsztejn : « Soyons fiers de notre passé »
Leonid Slucki, responsable de la Commission des affaires étrangères de la Douma, a l’intention de déposer ce projet de résolution à l’encontre de la Pologne pour « mensonges historiques et manipulation des faits »

Leonid Slucki : « Le Conseil de l’Europe doit être conscient de ce qui se passe en Pologne »
Viatcheslav Volodine, Président de la Douma d’État, prétend que les Allemands ont établi la majorité des camps d’extermination en Pologne « parce qu’il y régnait une atmosphère antisémite propice au terreau de l’Holocauste »

Viatcheslav Volodine
Ces dernières semaines, les attaques contre la Pologne se multiplient… En décembre 2019 Poutine a même qualifié de « bétail » Jozef Lipski, ambassadeur de Pologne en Allemagne nazie. Ambiance…
Le peuple polonais se tourne vers l’Oktoberfest, pas vers la Révolution d’Octobre
En Pologne, l’indignation est grande face à cette ingénierie historienne visant à tempérer l’onde de choc du régime totalitaire stalinien et je doute fort que Varsovie soit sanctionnée de quelque manière que ce soit.
La Pologne a bel et bien ses zones d’ombres : annexion en 1938 de quelques km² de la Tchécoslovaquie (Zaolzie) après les Accords de Munich et collaboration civile avec l’envahisseur nazi, celle-ci étant monnaie courante dans toute l’Europe occupée.
Les Russes sont pris au piège d’une rhétorique de grandeur impériale passée confrontée à une « grandeur » stalinienne dont les historiens russes, polonais, allemands et français dignes de ce nom ont depuis longtemps fait le procès. Un indice parmi d’autres ? Dès le début des années 30, l’armement russe conçu et produit en quantités astronomiques est presque exclusivement dédié à l’offensive.
Le Kremlin devrait plutôt s’interroger sur les raisons de la faiblesse structurelle de son économie, qualifiée de « périphérique », un genre de monoculture pétro-gazière vivant au gré du cours du baril.
Mon grand-père me raconta maintes fois comment les Soviétiques traitèrent les patriotes polonais de tout poil (de l’extrême gauche à l’extrême droite) de 1945 au dégel des années 60. C’est une sale histoire, une très sale Histoire.
Richard Mil

Le massacre de Katyn au printemps 1940 ne laisse AUCUN DOUTE sur les intentionnalités du régime stalinien : l’intelligentsia et les officiers polonais doivent disparaître au plus vite.

image_pdf
0
0

18 Commentaires

  1. Les témoignages du grand écrivain polonais Joseph Czapski, « Souvenirs de Starobielsk », 1945 et « Terre inhumaine », peu après la Seconde Guerre mondiale, nous font comprendre la méfiance profonde des Polonais envers leur grande voisine, la Russie.
    Troisième et dernier extrait de la préface des « Souvenirs de Starobielsk » :
    – Au XIXème siècle, n’importe quel hobereau, pouvant à peine lire et écrire, comprenait ce que renferme le mythe russe du panslavisme. –

  2. Second extrait du préfacier Grundzinski :
    Notre  » retour de l’URSS  » est un phénomène aussi vieux que le voisinage polono-russe. Il est marqué comme d’habitude par des milliers de tombes de déportés et une poignée de ces heureux qui ont miraculeusement réussi à retourner à ce monde, ce monde toujours surpris et méfiant.
    C’est pourquoi j’aurais fait mieux peut-être de ne pas dire que les  » Souvenirs de Starobielsk  » ont été écrits par Czapski. Ils ont étés écrits par quelques milliers d’hommes
    que nous ne reverrons jamais. Czapski les a seulement portés sur notre rive plus abritée.
    Ces hommes, ne se lassant jamais de penser à la Pologne, remarquables par leur intégrité et l’ardeur de leurs sentiments, si nobles dans la misère, ne pouvaient choisir un meilleur messager. –

  3. Préface de G. Herling-Grudzinski pour « Souvenirs de Starobielsk », de J. Czapski :
    – J’avais toujours la conviction, sans y mettre la moindre présomption nationale, que les Polonais intelligents seraient capables plus que les autres d’informer l’Europe sur la Russie. Car ce n’est pas une question de savoir, mais d’une somme énorme d’expérience, non pas d’études, mais de clairvoyante vigilance. Il est plus difficile et en même temps plus facile de comprendre la politique russe que toute autre politique. C’est pourquoi, si nous avons quelques experts en politique britannique, nous avons des millions d’experts en politique russe. Le regard du Polonais sur la Russie est perçant et sévère, car il touche au principe même de l’existence biologique –

  4. Dobre i chłodne spojrzenie na problem.Dobrym uzupełnieniem dla pełnego zrozumienia sprawy niech będzie film A.Wajdy Katyń. Brawo RiM!!!

  5. Nous ne sommes plus en 1945 ! ni au moment de la chute du mur de Berlin !
    Il faut connaitre l’histoire de la Pologne pour mesurer à quel point ce pays a souffert
    Mais l’histoire appartient à l’histoire et la Russie ne menace personne en Europe !………….

  6. Katyn, longtemps attribué aux Nazis, fut le fait des Russes.
    Mes amis polonais ont tout subi de la part des deux !
    Maintenant populistes et illibéraux, ils éclairent l’Europe de leur triste expérience.
    Peur des Russes et de … l’Europe !

  7. Le Pacte Ribbentrop-Molotov serait donc un faux ?? C ‘ est la meilleure du siècle !! La Russie n ‘ a de cesse que de diviser l ‘ Europe , tous les moyens sont bons pour y arriver ! On comprend pourquoi ce pays s ‘ accroche à l ‘ OTAN !!

  8. La question de Zaolzie était très litigieuse, la population était plutôt polonaise. Y a-t-il un peuple silésien distinct du peuple polonais ?
    Les Russes ont laissé les Allemands noyer dans le sang l’insurrection de Varsovie en 1944 tandis qu’Anglais et Américains qui clamaient leur « enthousiasme » et leur « solidarité » n’ont effectué que de maigres parachutages d’armes (alors que l’Angleterre et la France avaient déclaré la guerre à l’Allemagne pour « sauver la liberté et la démocratie en Pologne »).
    Pour ce qui est de Katyn, il y en a qui ne sont pas encore convaincus :
    http://a54.idata.over-blog.com/1/86/47/22/sur-katyn.JPG

  9. La Pologne a toujours payé le prix fort de sa position géographique, comme le paillasson devant ma porte. Il serait temps que ce pays soit en paix durablement.

  10. C’est quand même étonnant.
    Je pensais que Poutine était plus intelligent que ça.

  11. je comprend les polonais, même si les russes d’aujourd’hui et l’environnement international ont profondément changé
    j’étais moi même plutot gérmano-compatible jusqu’à la guerre de yougoslavie et le traitement des croates (alliés d’hitler) et celui des serbes !!! puis des grecs eux aussi ayant tenu la dragée haute à la werhmarcht, enfin l’ukraine (qui fournissait des kapos et des milices
    comme par hasard les alliés d’hier sont aussi des alliés d’aujourd’hui…

    • @patphil : je suppose que vous connaissez la raison qui a conduit les Ukrainiens et les Lettons à accueillir les Allemands à bras ouverts ? Pour eux , les Allemands étaient des LIBÉRATEURS , ils en avaient marre du régime communiste meurtrier , le meurtre de 7 millions de paysans ukrainiens était encore frais dans les mémoires !!

      • Les Baltes en général ont accueilli les Allemands en libérateurs (ils ont été assez vite déçus). Les Ukrainiens étaient plus partagés.

  12. Il y a toujours un fort antisémitisme en Pologne, c’est pas un scoop.
    Mais c’est le seul pays à rendre hommage à Napoléon Bonaparte dans leur hymne national.
    Aucun rapport, mais rien que pour ça je les aime bien.

Les commentaires sont fermés.