1

Sécurité : à Lyon, ils ont Mohamed Chichi, à Nantes, ils ont Bassem Asseh

Nantes est devenue la ville modèle, le cas d’école, d’une gestion gauchiste de 40 ans, dont l’une des figures marquantes est Jean Marc Zéro, ceci démontrant la persévérance dans l’horreur des électeurs !

Cette ville était connue pour sa douceur de vivre, les canaris du FC Nantes et leur jeu à la nantaise, un truc de gonzesses et ses beurrés.

Maintenant, c’est Wesh-Wesh Land, ses racailles, ses viols, au point que la ville est passée devant Marseille, autre exemple de bonne gestion socialiste.

Tu m’étonnes que Ligonès ait flingué sa famille, il a voulu leur éviter l’enfer.

Morandini s’est donc rendu sur place, pour comprendre comment un tel exploit a pu être réalisé. À mon avis, il n’a toujours pas compris que tout ce que touche un gauchiste il le pourrit, mais c’est pas une pourriture noble.

Il a débuté par un petit parcours touristique dans un quartier pittoresque et authentique de la cité bretonne.

Ils ont l’air sympas, avenants, les boutiquiers locaux !

https://twitter.com/i/status/1575406791638269954

Bien entendu, il est tombé sur des aigris, de la graine de fafs…

Dont les propos racistes, outranciers et osons le dire, nauséabonds, ont été dénoncés par le 1er adjoint en charge de l’insécurité, le moricaud de service, Bassem Asseh…

Selon lui, c’est clair, c’est une cabale ourdie par des forces dont on ne taira pas le nom, mais dont tout le monde a compris la nature.

Il a raison, des amalgames on en fait trop, surtout depuis que les dentistes n’en font plus.

https://twitter.com/i/status/1575437376347848707

Et puis Morandini, c’est bien beau, mais on sait que ses reportages sont bidons et orientés. Un employé de chez Bouygues, les maisons de maçons arabes, pour en être sûr, si tu plantes un clou dans la cloison et que la baraque s’effondre, tu sais que c’est Bouygues qualität ! est venu apporté un démenti catégorique et j’ajoute méprisant aux insanités du préposé de Bolloré.

Les méfaits, supposés, de la racaille, ne sont plus un sentiment, mais un ressenti. C’est comme la température, tu crois avoir froid alors qu’il fait suffisamment chaud pour ne pas mettre le chauffage, bon, le col roulé, pourquoi pas.

https://twitter.com/i/status/1575441021177044992

Je ne sais pourquoi, il y a un point commun entre ces villes qui défraient la chronique pour leur ressenti, elles ont des adjoints chargés de la sécurité d’origine diversifiée.

Ainsi Lyon, cité rhodanienne connue pour ses rodéos urbains, a-t-elle pour responsable un dénommé Momo Chihi.

Lui ne nie pas l’existence d’une délinquance, mais il en connaît l’origine, les forces obscures issues des ventres féconds.

https://ripostelaique.com/pas-de-chichi-a-lyon-cest-lecolo-dingo-mohamed-qui-fait-la-loi.html

Comme toujours, à toute règle son exception et à toute exception sa règle, ce n’est pas le cas à Grenoble. C’est normal, c’est la ville laboratoire du gauchisme municipal par excellence, elle est forcément avant-gardiste. Là-bas, pas de Momo à la sécurité, pour la bonne raison qu’il n’y a pas d’adjoint du tout à ce poste. Avouons-le, ça simplifie le problème, c’est un peu comme supprimer les hôpitaux pour supprimer les maladies.

Une chose certaine, les villes de gauche y a que ça de vrai, d’ailleurs les électeurs en redemandent !

https://youtu.be/iLIg8DGR06w

Paul Le Poulpe