Ségolène-Marine devant la défaite : rancoeur égocentrique contre joie collective

Cela ne vous a pas sauté aux yeux ?

Ségolène Royal, qui fait sa déclaration avant l’heure, dans sa hâte d’être sous les feux des projecteurs, mettant dans l’embarras les journalistes qui n’ont pas le droit de commenter ses résultats et encore moins de les donner et qui n’est que haine et règlement de comptes.

Hargneuse contre son rival, hargneuse contre la droite, renfrognée et crispée, moi-je se positionne en victime, Egolène se raconte, ses élections, sa Présidence de région, ses ambitions, ses projets…

L’avez-vous entendue se réjouir de la victoire du PS ? L’avez-vous entendue se réjouir pour ses petits amis élus ?   Silence radio. Seule Egolène intéresse Egolène.

Mieux encore, l’avez-vous entendue parler de la France et de la tâche qui incombe au Parti socialiste ? Silence radio. Seule Egolène intéresse Egolène.

En face, une Marine rayonnante qui explose littéralement de joie parce qu’il y aura deux élus du Front national à l’Assemblée et qui parle de victoire, de projets, de la voix des Français, de la voix des patriotes qui, enfin, vont être représentés !

La spontanéité, le désintéressement, le mépris du destin individuel, l’oubli de sa défaite…

Quand on vient d’entendre Royal la boudeuse égocentrique et amère, on rêve carrément debout devant Marine Le Pen. On a envie de monter sur une chaise et d’allumer une bougie   pour lui rendre hommage, comme à la fin d’un concert dont l’artiste a réussi à nous faire passer un fabuleux moment et à nous faire communier. Il y a de cela chez Marine, on a envie de dire « chapeau l’artiste » et en même temps elle est si simple, sa joie semble si authentique, si dénuée de toute arrière-pensée qu’on se dit que même cette comparaison ne serait pas à la hauteur.

Ces deux femmes, ces deux réactions incarnent presque à la perfection les deux France qui sont en train de remplacer la vieille opposition gauche-droite. La socialiste, individualiste forcenée prête à tout pour le pouvoir et les honneurs, prête à promettre tout à tous,  éclipsée par la patriote qui ne pense qu’au bien commun, à l’intérêt général et est prête à en découdre avec tous les communautarismes, les intérêts privés, le clientélisme (pour ne pas parler des découpages électoraux) qui ont permis aux socialistes de l’emporter ce soir.

Ségolène Royal représente un vieux PS qui ne veut que garder le pouvoir, pour ses membres, pour complaire aux élites financières, pour l’amour du pouvoir et le plaisir tout à fait stalinien de pouvoir imposer sa vision totalitaire du monde à tous.

Marine le Pen incarne la jeune France qui est en train de se lever pour  ses enfants, au nom de la France, au nom de notre culture, au nom de notre héritage, au nom de la démocratie et au nom de la République. Merci à elle de cette bouffée d’oxygène ce soir.

Christine Tasin

Résistance républicaine

image_pdfimage_print