Ségolène Royal: une gaulliste de petite vertu politique!

Publié le 18 juillet 2011 - par - 934 vues
Share

Nous revoilà avec Ségolène Royal qui nous fait son cinéma sur le Gaullisme. Certes, nous savions que sa famille est d’origine militaire, que sa cousine est une militante du Front National, de là à imaginer le général de Gaulle socialiste même à la Royal me fait doucement sourire.

Madame Royal, on s’en souvient était la compagne de François Hollande, tous deux énarques. On se souvient aussi de son allégeance à François Mitterrand qui n’était pas, loin s’en faut, un admirateur du général de Gaulle puisqu’il a détruit tout ou une grande partie de son œuvre pendant les quatorze années de son règne de roitelet républicain . Elle a fait partie de son équipe, milité au parti socialiste et probablement chanté l’internationale.

Mais rien n’arrête plus  les socialistes, tout est bon pour tenter de prendre le pouvoir et à commencer par gagner les primaires. Désormais, nous allons voir des socialistes rendre hommage au général Charles de Gaulle alors même qu’ils rendent encore allégeance à un François Mitterrand qui a écrit le « Coup d’état permanent » un pamphlet virulent sinon violent contre le général de Gaulle et sa volonté de faire de la France une puissance indépendante et dotée d’un exécutif  fort. Les socialistes bien plus  que les communistes, furent les ennemis acharnés de De Gaulle.

Les valeurs du gaullisme n’ont pas grand-chose à voir (ou de très loin ) avec les valeurs internationalistes de la gauche. Le parti socialiste est engagé sur l’internationalisme et estime avoir des devoirs envers cet internationalisme. François Hollande le disait encore récemment face aux devoirs que nous aurions vis à vis de l’immigration. Le général de Gaulle était pour une France forte, libre et indépendante, en capacité de mener une politique française face aux puissances du moment.  C’était la France qui importait. Ce n’est pas lui qui aurait permis une Europe liberticide et tentaculaire, lui qui voulait une Europe française et se serait contenté d’approfondir l’Europe des six! Ce n’est pas lui qui aurait facilité une invasion si ce n’est une colonisation de son pays par une immigration permanente et son islamisation conséquente de ce fait. En fait, le gaullisme est mort avec le général, car même les fameux héritiers du gaullisme de type Chirac et suivant qui ont depuis bien longtemps abandonné son idéal et l’ont le plus souvent trahi à peine la terre mise sur son cercueil.

Que des socialistes s’autorisent à se déclarer gaullistes pourrait fait sourire mais aussi pleurer, car je crains fort, hélas, que les français ayant la mémoire plus courte que la moyenne en politique, se mettent à croire à ce type de discours. Le général de Gaulle c’était la France, la nation, le drapeau, l’hymne national et n’aurait jamais accepté l’allégeance au drapeau rouge, à l’international que ce soit l’hymne ou l’organisation socialiste. Il n’aurait jamais soutenu un parti politique, une candidate demandant la fin des défilés du 14 juillet.

D’entendre des socialistes dire que De Gaulle n’aurait pas tenu tel ou tel propos comme ceux de François Fillon sur Eva Joly me scandalise. Que des socialistes puissent faire parler le général Charles de Gaulle est indécent pire, c’est ordurier!

Toute l’histoire des socialistes est axée contre le général de Gaulle ! Comment peuvent-il s’autoriser à parler en son nom alors même qu’ils ont détruit son oeuvre à commencer par leurs positions sur l’Europe et la destruction de la nation ?

L’idée du gaullisme c’est la France, c’est aussi celle du social, celle de la libre entreprise, de la puissance nationale, de la dissuasion nucléaire, des centrales nucléaires également ! Où étaient les socialistes? Sur quel ligne politique se battaient-ils ? Lors de référendum en 1969, ils ont voté contre le général de Gaulle !

Bien sûr que le gaullisme est essentiellement un pragmatisme. Mais les socialistes sont avant tout des idéologues. Le pragmatisme est une notion qu’ils ignorent. Tout doit se plier aux dogmes socialistes du bonheur humain, de gré ou de force. Alors aujourd’hui, les voir tendre la main aux gaullistes a le don de prodigieusement m’agacer. Certes, Madame Royal n’est pas Madame Aubry-Brochen. C’est déjà ça, car là pour le coup, il y avait matière à déposer une plainte au tribunal de l’histoire.

Gérard Brazon

http://puteaux-libre.over-blog.com

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.