Selon Jean-François Kahn, il faut dégager Hollande… en le transformant en reine d’Angleterre

http://www.marianne.net/Pourquoi-et-comment-il-faut-degager-Hollande-par-le-haut_a233468.html

Faut-il que la situation soit grave pour le président pour que même dans des hebdomadaires bien-pensants comme Marianne, on se permette d’envisager de mettre fin à son mandat.

Les termes utilisés par le fondateur de cet hebdo sans sans appel, et rappellent ceux de Mattheus, repris par Paul Le Poulpe, dans Opération Pédalo.

http://www.libertyvox.com/article.php?id=495

Mais si Jean-François Kahn est lucide quant au fait que Hollande est devenu LE problème, il nous paraît à côté de la plaque quant aux solutions proposées.

AutocollantHollandeRappelons d’abord que Marianne, depuis 2007, à cause d’un anti-Sarkozysme primaire et pathologique de son fondateur, s’est mis au service du Parti socialiste, et de la bien-pensance. Ce journal a recruté à tour de bras des journaleux du Nouvel Observateur, du Monde et de Libération. Personne n’a oublié la manière dont Jean-François Kahn a minimisé l’affaire DSK, ni comment il avait annoncé, suite aux critiques qui avaient suivi ses propos, qu’il abandonnait le journalisme… Un peu comme Guigou annonçant en 2005 qu’elle abandonnerait la politique si le « Non » l’emportait au référendum.

La victoire de Hollande, en 2012, c’est donc un peu aussi celle de Marianne, et de Jean-François Kahn. Curieusement, ce dernier, autour d’un constat implacable quant à l’inaptitude de Hollande – qui ne changera pas à plus de 55 ans, écrit-il – se contente d’en appeler à un chef de gouvernement responsable devant le Parlement. C’est tout le contraire de l’esprit français, qui a coupé la tête de Louis XVI, en 1792, mais qui veut un Roi, qu’il élit, pour diriger le pays. Nos compatriotes ne voudront jamais d’une reine d’Angleterre. Ils veulent un vrai président, responsable devant les Français.

Mais au-delà du côté institutionnel, c’est le fond qui est intéressant. Kahn remet-il l’Union européenne, que, supporter de Bayrou, il a défendu corps et âme depuis toujours ? Remet-il en cause l’immigration ? Remet-il en cause l’islamisation, et ses conséquences, l’insécurité et la violence musulmane ? Remet-il en cause le Grand Remplacement ? Remet-il en cause la perte de notre civilisation ? Remet-il en cause la concurrence libre et non faussée imposée par Bruxelles, avec libre circulation des hommes et des marchandises ?

Bien évidemment que non, car écrire cela signifierait qu’il ne peut qu’appeler de ses voeux Marine Le Pen au secours de la France. Or, si, comme l’écrit Kahn, on ne change pas à 55 ans, on change encore moins à 75 ans. Et Kahn s’est construit sur une vision du monde où le Front national en France, c’était les nazis en Allemagne.

En toute logique, pour son ego, il ne peut admettre, à son âge, qu’il s’est trompé toute sa vie. Alors, il préfère nous enfumer avec un article qui nous propose de mettre, de manière déguisée, Manuel Valls premier ministre et responsable devant le Parlement, en gardant Hollande à l’Elysée.

Faire un titre aussi accrocheur pour une chute aussi quelconque, cela s’appelle du  pipeau !

Martine Chapouton

image_pdf
0
0