Selon un quotidien allemand, la France est au bord de la Révolution

Selon le quotidien allemand la Frankfurter Allgemeine Zeitung en date du 6 novembre 2013, « les socialistes français au gouvernement ne parviennent plus à imposer leurs décisions. Un vent de fronde souffle sur le pays et le rend ingouvernable…» dramatise le quotidien.

« La France est au bord de l’insurrection. »

« Les socialistes au pouvoir à Paris ne parviennent plus à imposer leurs décisions. »  Il poursuit, « Qu’il s’agisse de l’introduction d’une écotaxe, de la taxation (rétroactive) des assurances-vie et de l’épargne logement ou d’une hausse de la fiscalité des entreprises, aussitôt une vague de contestation balaie le pays et au bout de quelques jours le gouvernement renonce à ses mesures. » Ainsi, constate l’article, « Au reproche d’incompétence s’ajoute maintenant une impression de faiblesse. »

A juste titre puisque, le Parti socialiste est traversé par des batailles de courants, d’égos et que jour après jour, les alliés EELV prennent leurs distances vis-à-vis de ce gouvernement aux abois.

Il constate encore, « Les ministres se disputent publiquement, il n’y a plus de discipline de gouvernement, aucune ligne politique n’est discernable. » « Le président François Hollande est plus impopulaire qu’aucun autre chef de l’Etat avant lui. » Et, poursuit le journal dans une implacable lucidité, « Son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a perdu toute autorité. »

Le quotidien croit savoir que, « Hollande avait envisagé de changer de chef du gouvernement une fois passées les municipales de 2014. » Mais poursuit en affirmant que «… il paraît douteux qu’il puisse attendre jusque-là. »

Le quotidien allemand affirme, « … aux municipales des 23 et 30 mars, elles devraient logiquement aboutir à un fiasco. Dans les communes, les socialistes, qui tiennent la mairie de la plupart des grandes villes, pourraient être sévèrement battus. »

A en croire les spécialistes des nombreux instituts de sondage, aux législatives européennes du 25 mai, le Front national de Marine Le Pen risque de terminer en tête, devant l’UMP, et les socialistes n’arriveraient qu’ensuite.

« Un programme utopiste. »

Ce président de moins en moins « normal », paie aujourd’hui le prix d’une victoire présidentielle remportée par défaut avec l’aide d’un programme complètement utopiste et mensonger (par le vote massif des banlieues…), promettant que la France surmonterait la crise financière et économique sans exiger de sacrifices de ses citoyens et sans réformes en profondeur, de l’Europe, de l’état et notamment dans les services publics. Cela grâce, affirmait-il, à une croissance soutenue par l’Etat et financée par une hausse des impôts sur les riches… mais dans les faits elle est soutenue presque exclusivement par la classe moyenne et les bas salaires.

La croissance tarde (un euphémisme) toujours à se montrer, malgré les incantations (danse de la pluie) frénétiques de Bercy. Les impôts et les taxes, en revanche, eux, ont brutalement et massivement augmenté, mais surtout ils pèsent exclusivement sur les revenus moyens, rendant impossible une reprise de la consommation.

Pendant que les cadeaux fiscaux déguisés, en direction des banques et du grand patronat n’échappent plus à la compréhension des français.

Pendant que les rares deniers publics sont investis en masse pour résoudre une immigration devenue incontrôlable, au détriment de ceux qui payent encore des impôts !

Les économistes et les sociologues mettent en garde, depuis des mois le pouvoir socialiste contre la menace d’une grève fiscale voire d’une révolte. Les agriculteurs, les professionnels de l’agroalimentaire, les pêcheurs et les chauffeurs routiers qui manifestaient en Bretagne arboraient samedi des bonnets rouge phrygiens*.

Ca sent la révolte et la seule réponse qu’a trouvée ce pouvoir aux abois, est l’insulte, les procès d’intentions, les manipulations contre le FN, l’UMP n’étant pas en reste d’ailleurs, loin s’en faut.

Mars 2014, devrait voir le pouvoir socialiste être mis à la porte, par une France portant dans les urnes le souffle d’une révolution pacifique, dans le cas contraire, je crains qu’alors le peuple ne passe son message à Normal 1er plus radicalement.

André GALILEO

Note :* En réalité, des bonnets rouges, symbole non de la Révolution française de 1789, mais de la Révolte du papier timbré de 1675, qui a vu se lever les Bretons contre une nouvelle taxe imposée par Colbert, au mépris de l’autonomie fiscale en vigueur en Bretagne depuis 1532.

image_pdf
0
0