1

Sénat : Majorité à l’UMPS, 523.846 euros annuels par sénateur, il faut dissoudre ce machin !

Tous les trois ans, on entend les mêmes jérémiades sur les plateaux de télévision, au soir des élections sénatoriales. Les commentateurs sont obligés de remarquer que la composition de cette chambre est grotesque, et ne correspond absolument pas à la réalité politique du pays.

Ce dimanche, 76.000 grands électeurs ont donc voté pour 170 nouveaux sénateurs. Rappelons qu’il y a en France plus de 40 millions d’inscrits, ce qui veut dire que 0,2 % d’électeurs a été concerné par ce vote.

Cette élection pose plusieurs problèmes. Quelles est la légitimité de sénateurs qui ne sont pas élus par le peuple, mais par les copains des copains, appelés grands électeurs, sur la base du pire clientélisme ?

A quoi sert ce Sénat, si ce n’est à nourrir convenablement des fossiles de la politique, en fin de carrière, souvent anciens ministres ou députés, dont plus personne ne veut, et qui vont finir leur vie tranquillement au Palais du Luxembourg.

A part cela, mis à part à justifier le travail des députés, et à faire traîner des dossiers, par deux allers et retour « Assemblée nationale-Sénat, à rien !

Combien nous coûtent ces vieux fossiles ? Les chiffres donnent le vertige. On sait déjà que chaque mineur isolé étranger nous coûte 50.000 euros. Un sénateur, c’est juste dix fois plus ! 523.846 euros par an, payés par les contribuables. Sans oublier des avantages exorbitants, comme nous l’explique le site « L’Observatoire des Gaspillages ».

http://www.observatoiredesgaspillages.com/2014/09/combien-coute-un-senateur/

Ce suffrage est une mascarade, car, alors que les dernières élections présidentielles et législatives ont laminé l’UMPS, force est de constater que ces deux partis demeurent largement majoritaires au Sénat. Après ce scrutin, il demeure 150 sénateurs LR, et 70 sénateurs PS ! 220 sénateurs sur 350, soit près de 70 % des sièges, pour deux partis qui sont en lambeaux, et qui, aux dernières présidentielles, n’ont pas atteint les 30 % de voix !

Les crapules staliniennes, révolutionnaires en peaux de lapins, qui n’existaient que par la bienveillance des socialistes, conservent 9 sièges, quand le FN plafonne à 2 sièges. Le nullissime Pierre Laurent, qui n’a jamais rien foutu de sa vie de bureaucrate, se fait réélire.

La nuisible Esther Benbassa, EELV, ennemie affirmée de la France, est également réélue, comme l’ancien trotskiste David Assouline, immigrationniste fou, recyclé dans le socialisme, qui seront à nouveau bien au chaud, durant six ans, pour continuer à détricoter une France qu’ils exècrent.

Aucun nouveau sénateur FN, aucun sénateur Insoumis, seulement une vingtaine de sénateurs « En Marche », pour la plupart socialauds reconvertis, voilà l’image grotesque d’un machin qui nous confirme, en ce soir d’élection, que, pour les Français, la solution ne sera certainement plus dans les urnes, avec l’UMPS majoritaire au Sénat, et En Marche majoritaire à l’Assemblée.

Lucette Jeanpierre