Séparation hommes-femmes : le scandaleux rassemblement salafiste de Vandoeuvre-lès-Nancy

Ce week-end, coïncidant avec la fête nationale, a été l’objet d’une nouvelle provocation de sectateurs de l’islam, à Vandoeuvre-lès-Nancy. Un séminaire salafiste a été organisé ce vendredi et ce samedi, dans le cœur commercial de cette commune de l’agglomération nancéienne. Sans l’intervention d’un membre de Résistance républicaine qui venait y faire ses courses ce vendredi, qui sait si les Lorrains en auraient été informés. Les Vandopériens, blasés de la présence usuelle quotidienne importante de femmes enfoulardées, n’auraient pas davantage réagi à l’abondance moins usuelle dans le secteur, ces deux jours-là de barbus en kami et horka blanche, habit porté par les hommes dans les pays du Golfe.

Notre militant, interloqué, a alors découvert l’affiche de ce «séminaire », qu’il a prise en photo. Celle-ci a été envoyée à la responsable régionale de Résistance Républicaine qui l’a ensuite transmise à Christine Tasin, qui à son tour l’a répercutée avec des informations complémentaires à l’ensemble des Français membres de Résistance Républicaine. Ceux-ci ont été invités à protester auprès de la mairie de Nancy (le maire André Rossinot étant également président de la Communauté urbaine du Grand Nancy) et du maire de Vandoeuvre (1).

Outre ces réactions nombreuses, dont nous ne sommes pas en mesure d’indiquer le nombre précis, un militant de RR a téléphoné à la rédaction du quotidien régional l’Est Républicain, manifestement pas au courant, pour souligner les aspects choquants liés à ce rassemblement islamique, et que les Lorrains méritent d’être informés de la tenue de ce genre de manifestation. Méfiante, la personne de la rédaction a demandé que lui soient envoyés par internet les documents attestant de ces dires. Ce qui fut fait à la suite.

Une autre militante s’est déplacée au plus près du lieu de réunion, mais n’a pas eu le courage d’y entrer, se contentant de prendre des photos peu cadrées et peu nettes des individus, qui régulièrement faisaient une petite escapade pour se soulager aux toilettes publiques. Choquée par cette vision médiévale, au milieu d’une indifférence générale des quidams, quoique sans doute feinte, elle n’a pas osé prendre les photos au vu de tous. Elle a noté, parmi ces figurants de fresque historique, 4 convertis, qui les pauvres, à défaut de pouvoir se faire une place dans la société, tentent de se caser là, où ils peuvent.

Une adhérente de RR, d’une autre région, a téléphoné à un des organisateurs dont les coordonnées étaient sur l’affiche, mais le dialogue a été bref, suite à son interruption souhaitée par le salafiste embarrassé qui s’est enquis de savoir si elle était journaliste. Tout au plus a-t-il justifié la séparation sexiste par la vision islamique classiquement dénaturée de la pudeur.

 

Ce rassemblement fut suffisamment choquant pour parvenir à mobiliser l’Est Républicain. On peut en effet féliciter la rédaction du quotidien local d’avoir envoyé un journaliste sur les lieux, que ce soit suite à la démarche de notre militant ou de leur propre initiative, peu importe. Les féliciter d’autant plus, que nous avons eu quelquefois l’occasion à RL de blâmer leur manque de courage républicain, ne fût-ce que lors de l’affaire dont Fanny Truchelut fut la victime.

D’ailleurs, comme nous l’indiquait un militant vosgien, un journaliste de ce même journal paraît toujours aussi peu lucide sur l’absence de modernité de l’islam, puisque dans un article concernant la prochaine inauguration de la mosquée d’Epinal, on apprend que la salle de prière pour les hommes sera en bas et que les femmes seront au balcon supérieur.

Cette évidente ségrégation spatiale n’empêche pas le dénommé Grégory Barbier d’écrire ingénument : « La mosquée se veut ouverte sur le monde, loin de l’image parfois véhiculée d’un islam renfermé sur lui-même. » (2)

Pour en revenir au sujet, qu’y avait-il de choquant dans ce rassemblement ? Laissons parler Xavier Frère, le journaliste de l’Est Républicain, qui a judicieusement titré son papier « les portes du malaise » (3). Il s’interroge sur une « séparation choquante dans un lieu privé (et loué) mais fréquenté par le public, piétinant les principes de laïcité » ; en effet ce séminaire a eu lieu dans des salles louées à un organisme privé qui gère une tour, centre d’affaires de Vandoeuvre-Nations. Deux entrées ont été prévues pour ce séminaire, une pour les hommes, une pour les femmes, mais pas seulement des entrées pour les salles concernées par le séminaire, car l’entrée ségrégative concerne également l’entrée dans la tour et le centre commercial qui y est contigu.

« Deux entrées avaient été prévues pour assister au «séminaire» : celle des hommes par l’entrée «normale» du Centre des Affaires, les femmes, elles devant accéder par l’intérieur du centre commercial et monter d’un étage [se privant ainsi de l’utilisation de l’ascenseur]. Avec des panneaux indicatifs visibles aux yeux de tous dans l’enceinte du centre » (3).
Le responsable du centre d’affaires et de la location, joint, se demande de toute façon ce qu’il aurait pu faire, craignant que s’il avait refusé de louer pour cette raison, cela aurait pu déboucher sur un «prétexte discriminatoire». Ben voyons et le boycott contre l’Afrique du Sud était discriminatoire ? Bel espace de liberté que la France de 2012 où on craint d’être traîné devant les tribunaux en ne faisant que s’opposer à des mesures ségrégatives.

On peut aussi s’interroger sur l’apathie des chalands présents ce vendredi dans le centre commercial, même pas révoltés par ces pancartes de direction ségrégatives au point de les ôter. Il est vrai que si des journalistes comme Grégory Barbier voient dans la séparation des hommes et des femmes, une ouverture sur le monde, il y a de quoi y perdre ses valeurs républicaines ! Etonnant d’ailleurs que ce Barbier ne soit pas choqué comme l’a été humainement son collègue Xavier Frère.

Choquant aussi de constater que les affiches étaient là depuis plusieurs jours. Etait-il possible qu’aucun politique de Vandoeuvre n’ait pas été informé, alors que l’affiche annonce clairement les entrées séparées entre les hommes et les femmes ? On croit déjà difficilement que personne n’était au courant, mais les pancartes, elles, étaient bien visibles. Comment se fait-il que le maire de Vandoeuvre qui concède par ailleurs que « là, avec des entrées différentes, les règles de la République n’ont pas été respectées, c’est grave », n’ait pas alors interrompu cette manifestation si il en reconnaît la gravité et l’atteinte à la République ?

Choquant aussi de constater que les affiches (4) permettaient de savoir, après une recherche rapide et simple, que ce séminaire relevait du salafisme, puisque les prédicateurs annoncés, l’un venant du Maroc, l’autre du Canada, ne cachent pas leur appartenance au salafisme, et ne perdent pas une occasion de prêcher à travers le monde (5). Alors pourquoi maintenir ce rassemblement ? La DCRI (ex RG) n’a pourtant pas besoin de cela pour recenser tout ce beau monde. Alors un manque de courage ?
Toujours est-il que ces salafistes poursuivront leur petit manège l’année prochaine puisqu’ils n‘en ont pas été empêchés pour leurs deux éditions, celle de cette année étant la deuxième. A moins que, rêvons, nos édiles publics, de Vandoeuvre, de Jarville, du Grand Nancy réagissent réellement, par-delà de gentilles et molles indignations à la Hessel. Qu’en pense André Rossinot, qui avait effectué une belle intervention, à l’occasion de la Mission d’information sur la pratique du port du voile intégral sur le territoire national, en rappelant que « la liberté individuelle comporte des limites : l’ordre public républicain existe, et il doit être respecté » ? (6)

Terminons par une note de dérision, dont il vaut mieux rire joyeusement que jaune, la porte d’entrée réservée aux hommes s’appelle la porte de Gibraltar. Cela ne s’invente pas. Comme quoi l’entrée de Gibraltar mène à tout, même au salafisme. Mais non, pas de panique, simple déconnade pour se relaxer en achevant cette lecture démoralisante !

Jean Pavée

 

(1) http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/le-scandale-a-nancy-une-entree-a-part-pour-les-femmes-separees-des-hommes/#more-2948
(2) http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/07/16/epinal-va-avoir-sa-mosquee
http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/entrees-separees-pour-les-hommes-et-les-femmes-article-de-lest-republicain/#more-2965
(3) http://www.resistancerepublicaine.eu/wp-content/uploads/Article-S%C3%A9minaire-lest-r%C3%A9publicain-2.pdf
(4) http://www.sounnah-publication.com/2012/07/seminaire-de-nancy-le-13-14-juillet.html
(5) http://dawa-messenger.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=27&Itemid=6
http://dawa-messenger.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=27&Itemid=6
(6) http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-miburqa/08-09/c0809006.asp

 

image_pdf
0
0