Séparatisme islamique : le tour de passe-passe du Président Macron !

Publié le 7 octobre 2020 - par - 11 commentaires - 563 vues

En abandonnant le terme de communautarisme pour celui de séparatisme, le Président Macron cherche en réalité à détourner l’attention des citoyens français pour mieux leur faire accepter la montée en puissance de l’étouffant fait communautaire contre ce qui survit de notre Nation émancipatrice.

En discourant, le 2 octobre 2020, uniquement contre la grave menace que représentent les radicaux islamiques, il essaye pathétiquement, à un an et demi de l’élection présidentielle, de dompter de manière quasi désespérée et par une sorte de fuite en avant, le monstre du communautarisme politico-religieux que lui et ses prédécesseurs ont volontairement laissé s’installer en France, depuis cinquante ans, dans le sillage d’une forte immigration d’origine non européenne.

Immigration d’autant plus déstabilisante qu’elle est massive, ethniquement différente et culturellement portée à la domination puisque l’islam est à ses yeux et selon le Coran, la seule vraie et légitime religion, comme le montre encore cette attaque par des mineurs et au gaz lacrymogène, le 19 septembre 2020 dans le 8e arrondissement de Lyon, d’une boucherie-charcuterie parce qu’elle vend du porc ! C’est d’ailleurs toujours ce même mode opératoire du harcèlement qui est mis en œuvre pour chasser à la fois les habitants, ethniquement et culturellement, étrangers à la communauté et les commerces perçus comme impurs.
https://www.leprogres.fr/faits-divers-justice/2020/09/29/lyon-8e-des-employes-d-une-boucherie-gazes-parce-qu-ils-vendaient-du-porc

Tous ces Présidents ont chacun imposé ce choix de l’ouverture, sans frein, par préférence pour l’idéologie libérale-libertaire, dominante chez les élites mondialisées et favorable à cette immigration massive, pourtant sourdement rejetée par le peuple français jamais consulté et qui s’effraye de cette perte d’identité. Ce choix funeste étant bien sûr renforcé par des calculs électoraux à très courte vue ; lesquels calculs de boutiquiers nous ont conduits dans le piège mortel auquel la France est aujourd’hui confrontée.

Ils ont d’autant plus facilement fait ce choix que le renforcement du fait communautaire s’inscrivait parfaitement dans le projet des Communautés européennes, porté à Bruxelles contre l’existence de l’État-Nation appelé, selon leurs vœux, à s’effacer devant la montée en puissance de grandes régions et de l’immigration extra-européenne censée pallier l’effondrement de la natalité chez des natifs désabusés, individualistes et consuméristes, tout en favorisant l’émergence d’une société multiculturelle, au lourd potentiel multiconflictuel.

Le Président Macron s’est aujourd’hui tellement englué dans cette idéologie déstabilisante par sa permissivité, qu’il en est venu à publiquement s’interroger, le 2 octobre, pour savoir qui il y serait, s’il demandait à une femme de ne pas arborer un voile musulman ; voile qui est pourtant l’étendard régressif que les islamistes du monde entier, les ayatollahs iraniens en tête depuis 1979, imposent aux femmes et brandissent au nom de la pureté prônée par le texte du Coran et l’islam, dans leur offensive contre la civilisation occidentale, jugée trop délurée à leurs yeux.

Voilà qui pourrait expliquer la troublante bienveillance, voire l’inexplicable soutien que les autorités de l’Église catholique apportent aux revendications de la communauté musulmane dont le texte du Coran qualifie pourtant les chrétiens de déviants et d’associateurs, au sens de polythéistes qui doivent être combattus. Il y a là une sorte de solidarité du faible au fort qui pourrait s’expliquer par le projet naïf de réinstaller l’influence du religieux dans la société française contre celle, autrefois intransigeante mais aujourd’hui déclinante, de la franc-maçonnerie.

Il s’agirait de profiter du dynamisme démographique, de la mobilisation et de la vigueur revendicative, constante et lassante, de la communauté musulmane contre les principes et lois laïques et républicains ; défendus de plus en plus faiblement par un État rongé de l’intérieur par l’idéologie libérale, le clientélisme, la discrimination dite « positive » et le pantouflage de ses plus hauts cadres au service de puissances étrangères, rivales voire ennemies de notre pays.

N’est-elle pas séparatiste et humainement discriminante, à rebours du discours du «  vivre- ensemble », cette revendication croissante portée par toutes les organisations officielles musulmanes (Conseil français du culte musulman, Grande mosquée de Paris, Musulmans de France, etc), avec le soutien écrit de la Conférence des évêques de France et de prêtres, en faveur de la création illégale de carrés musulmans dans les cimetières, là où la loi française impose pourtant, au nom de l’égalité et de la neutralité républicaines, des inhumations « sans distinction de foi ni de croyance » ?

Les musulmans ne sont-ils pas encouragés dans cette démarche par la surprenante et illégale circulaire voulue le 19 février 2008 par le ministre de l’Intérieur du président Sarkozy, toujours en application malgré ma demande de retrait, qui demande aux préfets de pousser les maires, seuls détenteurs de la police dans les cimetières, à violer la loi républicaine en autorisant l’installation de ces fameux carrés musulmans au nom d’accommodements dits raisonnables (en réalité des renoncements irresponsables), en faveur des populations immigrées qui ne veulent pas être inhumées à côté et parmi les non musulmans forcément impurs ?

En choisissant ainsi de jouer au plus malin en rejetant les dangereux séparatistes islamistes tout en félicitant les bons « républicains » musulmans, le Président Macron essaye de construire artificiellement une séparation au sein du monde de l’islam en France pour obliger les Français à accepter finalement l’emprise pesante et envahissante de la communauté musulmane, qui restera de toute façon fidèle à la loi du Coran, qu’elle juge supérieure à toute autre loi puisque révélée, comme un privilège octroyé au prophète de leur communauté, par leur dieu, l’unique et véritable dieu !

En effet, depuis l’apparition de cette religion, foi et loi, dans les sables d’Arabie, la séparation essentielle est plutôt entre le monde de l’islam et celui du monde de la guerre, c’est-à-dire celui des non musulmans destiné à être conquis par la guerre sainte, conduite sous une forme militaire et violente ou entendue comme une conquête culturelle avant de devenir politique, par l’élection démocratique ; et cela grâce à une forte progression démographique obtenue par le dynamisme des naissances et la forte immigration voulue par tous les dirigeants de notre pays au nom de leur idéologie hors-sol, qui serait finalement effacée, comme pourrait l’être aussi la France…!

Marcel GIRARDIN

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
STENDEK

les traitres comme merdacron ont toujours existé mais on les appelait autrefois des félons et on les pendait et on les laissait pourrir ensuite jusqu’a ce qu’ils tombent en morceaux et ce n’était que justice . la question est combien de temps s’écoulait il a l’époque entre la commission d’un tel crime et son châtiment comparé a aujourd hui ….mmmmm

Durocher

Du jargon “bien-pensant” comme le manie si bien cette queue officielle qui tient lieu de président, je pourrais en inventer tous les jours.
Mieux que le “séparatisme islamique” je propose “la lutte citoyenne contre les atteintes disruptive de l’islamisme non-inclusif”.
Non, non, ne riez pas…

eusebe

tu nous les casses! tu nous les brise menu avec ton “président ” on n’est pas president avec 16 % du quorum bordel ! ohhhh mon éminence par ci oooohhhh otre honneur par là ! et là bas c’est ohhh votre seigneurie !et puis quoi encore ? c’est un des pires criminels genocidaire coupable en plus de haute trahison ! alors pitié TOUS avec vos “présidents” !! ayez donc les yeux en face des trous et les bons mots pour les bonnes choses , ni plus ni moins en tous cas ne leur brossez pas le cul par mots interposés

Mistine

Macron essaye de faire croire aux français qu’il agit mais il ne fait que de pisser dans un violon. Les musulmans ne respectent déjà pas les lois qui sont en vigueur, ils vont s’asseoir sur les lois qu’il va pondre comme ils s’assoient sur toutes les autres. Et de plus le gouvernement n’aura pas les moyens de les faire respecter comme il n’a pas les moyens de virer les imams radicaux, les terroristes, les radicalisés etc. La seule solution aujourd’hui est la révolte des français, l’arrêt de toute immigration de personne d’origine musulmane et l’expulsion de tous ceux qui sont dans notre pays. Même une minorité musulmane cherchera à foutre la merde puisque leurs croyances sont incompatibles avec nos lois.

Mistine

La civilisation musulmane s’oppose à la civilisation occidentale depuis plus de 1400 ans et rien n’a vraiment changé, pourquoi laisser les musulmans venir dans nos pays alors que l’on connait leur volonté de destruction et de domination. Nos gouvernements refusent simplement de se baser sur une réalité ou alors il la sous estime pour ne privilégier des intérêts financiers. Y en a marre de toujours répéter la même chose, de savoir que l’on a raison et d’être impuissant à changer le cours des choses.

Mistine

Le voile est l’étendard d’une religion qui nous considère comme de viles créatures, comme des pervers, comme les pires créatures que leur dieu de fabrication a créées, en dessous des animaux, comme des créatures abjectes et Macron autorise ces gens à afficher leurs croyances qui sont une insulte envers les non musulmans. Par l’intermédiaire de leur habillement ils nous font comprendre qu’ils font partie de la soi-disant meilleure communauté, ils cherchent à afficher leur supériorité. Ce sont eux qui doivent décider de ce qui est bien et de ce qui est mal et qui doivent l’imposer. C’est exactement ce qu’ils cherchent à faire tous les jours, par exemple en attaquant ce magasin qui vend du porc. Aujourd’hui ils savent que la police ne peut pas intervenir, qu’elle est débordée.

Mistine

Porter le voile n’est pas un droit individuel, c’est un uniforme de guerre, qui permet une visibilité dans la société et qui envahit l’espace public, qui en prend possession. Sans le voile et sans leurs accoutrements religieux personne ne pourrait dire qui est un musulman pratiquant.

Alain GAUTIER

Ne vous inquiétez pas les musulmans ,islamstes sachant que les discours de notre ” président ” cest du vent ! ! ! !

Christophe L

Ça va même au-delà de la lèche, il suffit d’écouter l’exposer du collabo Dimitri /Cnews sur l’État profond c’est tout juste pathétique, le pleutre nous explique sans sourciller que Macron serait le premier à dénoncer l’état profond et qu’il serait pris en otage par une horde de hauts fonctionnaires qui constitueraient le deep state français.
Mr Zemmour aurait pu démonter ces arguments fallacieux avec de simples questions : qui a signé le traité d’Aix la chapelle ? Qui a signé le pacte de Marrakech ? Les traités de libre-échange ? Qui est la personne qui a signé pour la vente d’Alstom ?
Bref rien de tout cela bien sûr n’a été évoqué, il ne faut pas oublier que le patron de la chaîne fait partie du marécage avec son pantin Juvénile illuminé poudré et son gouvernement illégitime corrompu.

patphil

qui, à part quelques journaleux, prend ce discours autrement que du blabla jamais suivi d’actes ?

Marcel GIRARDIN

MACRON aurait pu obtenir ce qu’il voulait, avec le relais servile notamment de la presse quotidienne régionale : faire croire aux Français qu”il s’attaquait à la menace que représente l’islam tout en donnant à la communauté musulmane les moyens de se renforcer.

Seulement il a été obligé de se rétracter dans la foulée en ne désignant plus l’islamisme( l’islam en réalité) comme la véritable cause du problème après les interventions de ses maîtres et les discours hostiles d’ERDOGAN, du guide des Frères musulmans et d’autres…

Dans toutes les crises majeures auxquelles la France a été confrontée dans son histoire moderne, les élites prétentieuses qui la dirigeaient alors ont toutes fait défaut et se sont révélées incapables. C’est-là une des grandes faiblesses de la France !

Lire Aussi