Sept clichés sur l’immigration : quelques oublis du journaleux du Monde

Publié le 10 août 2014 - par - 3 990 vues
Share

banderoleimmigrationreferendumSamuel Laurent, journaliste à Le Monde, est un homonyme de Samuel Laurent, auteur d' »Al Qaida en France ». Cela se voit rapidement…

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/08/06/sept-idees-recues-sur-l-immigration-et-les-immigres_4467506_4355770.html

« Sept clichés sur l’immigration »

Déjà, parler de « cliché » en est un, à l’instar de « préjugé ». Mais n’ergotons pas.

Samuel Laurent use de cette bonne grosse ficelle, vieille comme… Le Monde, et élimée jusqu’à la garde : on prend des chiffres – factuellement exacts -, on leur fait dire ce qu’ils ne disent pas, et réciproquement.

– Ainsi, la France serait un des pays de l’UE qui accueille le moins d’immigrés sur son sol, loin du peloton de tête constitué du Luxembourg et des Pays Baltes. Pas un mot sur l’origine de ces immigrés, alors que c’est justement le cœur de la problématique.

Ce sont les Portugais qui présentent la première communauté étrangère du Grand-Duché, leur part dans la population totale s’élevant à 16,5%. Suivent les Français (6,8%), les Italiens (3,4%), les Belges (3,3%) et les Allemands (2,3%).

En France, ce sont Algériens (14,3% des étrangers) et Marocains (11%) qui trustent les premières places. Un « détail » que n’a pas relevé ce grand distrait de Samuel.

Pour les pays Baltes, les « étrangers » sont pour l’essentiel des russophones installés bien avant la chute du Mur, que les nouvelles autorités n’ont pas naturalisés.

Plus généralement, Laurent ne tient pas compte d’un élément qui fausse toute comparaison : si par exemple on appliquait pour la France le code de la nationalité italien, lequel ne connaît pas le droit du sol, les 500.000 « Français sans ascendance française » de Seine Saint Denis seraient pour la plupart toujours étrangers. Et cela représente le tiers de la population du département. Une paille.

Sur ce point, la démonstration de Laurent est donc illisible, vu qu’il confond allègrement notions comptable et administrative.

En outre, cette générosité n’empêche pas la France d’être, en nombre intrinsèque, le sixième pays au monde à accueillir le plus d’étrangers, notamment derrière les géants russe et américain.

– Plus loin :

« En 2010, l’économiste Xavier Chojnicki avait été chargé par le gouvernement d’une étude sur le coût de l’immigration, qui fait désormais autorité. Si elle faisait le constat d’une « surreprésentation des populations immigrées parmi les bénéficiaires d’allocations familiales ou de logement », ainsi qu’aux « allocations chômage et au RMI », elle rappelait que la population immigrée cotisait également.

Or, concluait l’étude, du fait de la structure d’âge différente de la population immigrée, plus jeune, « la contribution nette globale de l’immigration au budget de l’Etat serait ainsi positive et de l’ordre de 12 milliards d’euros pour l’année 2005 ; un immigré aurait effectué en moyenne un paiement net de l’ordre de 2 250 euros contre un peu plus de 1 500 euros pour un autochtone ». L’étude estimait ainsi à 68,4 milliards d’euros les prestations versées aux immigrés et à 72,026 milliards leurs cotisations. «

Là, on n’est vraiment pas loin de l’affabulation : 72 – 68 = 12 ? En fait, les immigrationnistes raffolent de l’étude de Chojnicki, vu qu’elle est LA SEULE à établir un bilan pécuniaire favorable à l’immigration. Les rapports Gourevitch, Milloz ou Posokhow, jamais entendu parler.

Un bémol : l’étude Chojnicki, « qui fait désormais autorité »(parait-il), outre qu’elle ne tient compte que d’un différentiel cotisations/prestations, est en fait bidon, de l’aveu même de son auteur (Le Monde 12/04/2011) qui a dû, pour conserver un minimum de crédibilité vis-à-vis de ses confrères, reconnaître qu’il s’était vaguement trompé dans ses calculs. Ce qui n’empêche pas les intégristes falsificateurs type Thomas Guénolé (NouvelObs) ou Aymeric Caron d’y faire constamment référence.

– »En réalité, il faut un statut d’immigrant régulier pour toucher les aides sociales. » Etre soigné à l’œil via l’AME n’est pas une « aide sociale » ? ah bon.

– Concernant l’allocation vieillesse : « Il suffit de retrouver, sur le site de l’Assemblée, nationale, une question posée au gouvernement en 2011, pour constater que la polémique, ancienne, est en réalité très exagérée : on comptait, en 2012, 32 % d’étrangers parmi les bénéficiaires de l’ASPA, contre 30 % en 2005. «

Un bénéficiaire sur trois est étranger. Sachant que nombre d’entre eux, bien que n’ayant jamais cotisé, bénéficient d’un revenu supérieur à celui d’une épouse d’agriculteur qui aura bossé pendant 50 ans ne pose aucun problème. « Polémique exagérée » à tel point que J.L. Mélenchon, face à Marine Le Pen avait tout simplement nié ce scandale.

– »Comme le rappelait Libé Désintox en 2013, de 2004 à 2011, la part des étrangers non communautaires dans les bénéficiaires du RMI, puis du RSA n’a pas varié, passant de 13,3 % à 13,2 %. « L’ennui, c’est que ces « étrangers non communautaires » ne représentent officiellement qu’environ 5% de la population. Donc plutôt surreprésentés, en l’occurrence.

Bref, quand on a lu « Al Qaida en France », et cet article, on comprend qu’il s’agit de deux Samuel Laurent fort différents…

Vinent Jacques

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.