Serais-je devenu doriotiste à l'insu de mon plein gré ?

Petit cours d’histoire de France rapide. Jacques Doriot était un dirigeant communiste, maire de Saint-Denis, un temps numéro deux du Parti communiste, qui en fut exclu, en 1934, créa un nouveau parti, le Parti Populaire Français. (1) Son évolution, et surtout sa haine pour le communisme, qui avait été l’engagement de sa vie, l’amènera vers la collaboration avec l’Allemagne nazie. Il perdra la vie sur le Front de l’Est, en 1945. On pourrait néanmoins dire, pour être plus complet, qu’il fut un des rares communistes lucides, lors de la montée du nazisme, dans les années 1930, en Allemagne, en prônant l’union des socialistes et des communistes, quand les Parti communistes, allemand, français et autres, expliquaient aux travailleurs que les socialistes étaient encore plus dangereux que les fascistes, car ils prétendaient défendre la classe ouvrière (ce fut l’époque où Staline les fit appeler les social-fascistes). On pourrait compléter cette présentation en reprenant les propos d’Eric Zemmour, qui démontrait que la vie n’était pas un long fleuve tranquille, et que, en 1940, la collaboration de militants de gauche ne s’arrêtait pas aux seul Doriot et Déat (ancien socialiste), les deux figures les plus connues, mais que la liste en était bien plus vaste. 
[youtube WGmW9UXLUlE]
Ces mises au point ne doivent en aucun cas relativiser les choix de Doriot, qui apporta tout son soutien au nazisme, et en épousa notamment l’antisémitisme.
C’est pour cela qu’il est habituel, dans le jargon des militants de gauche politiquement corrects, de qualifier de « doriotiste » quiconque est suspecté, après un parcours de gauche, d’évoluer vers ce qu’on appelle « l’extrême droite ». Ce qualificatif est donc infâmant, et a pour objectif de salir et de discréditer, dans les milieux dits progressistes, quiconque a, en ces années 2010, le tort de ne pas rentrer dans le moule de la bien-pensance, notamment sur l’islam et l’immigration.
La première fois que j’appris quelqu’un me comparait, dans mon dos, à Doriot, surnommé « le grand Jacques », ce fut en 2006. Un bon ami me fait savoir que le président d’une association laïque dont j’étais alors le porte-parole, avait réuni un petit groupe de fidèles (dont cet ami qui me répétait tout) et leur avait, toute une soirée, expliqué que j’étais un nouveau Doriot, références historiques à l’appui, et donc qu’il allait falloir m’éliminer au plus vite. Plus tard, dans un débat télévisé qui nous opposa, il essaya de reprendre cette théorie, mais n’osa ni m’accuser directement, ni citer Doriot, si bien que personne ne comprit, sur le plateau (sauf moi) où il voulait en venir. Ce président avait qualifié un autre ami, lors d’un conseil d’administration, de nostalgique de la rafle du Vel d’Hiv, car il refusait de soutenir le mot d’ordre de régularisation des sans-papiers. C’est dire son niveau et ses méthodes qui prouvent qu’il était bien plus proche d’un totalitarisme digne de Staline que mes amis ou moi de Doriot.
J’ai lu également ce terme sous la plume de Christian Eyschen, secrétaire de la Libre Pensée, au sens de la nuance inimitable, qui nous avait gratifiés de ce qualificatif lors d’une de ses envolées qui font son charme. (2) Paul Le Poulpe, avec ironie, avait eu la cruauté de remarquer une forte ressemblance physique entre Doriot et Eyschen. Il aurait pu ajouter que la ressemblance ne s’arrêtait pas qu’au physique, et que les méthodes du Parti auquel appartient ce personnage n’ont longtemps rien eu à envier, notamment quant au recours à la violence physique, à celles de groupuscules fascistes des années 30, comme le montrait Christophe Bourseillier dans un remarquable ouvrage, « Cet étrange M. Blondel ».
J’ai encore lu ces propos, récemment, concernant l’ensemble de la rédaction de Riposte Laïque, sous la plume, cette fois, du nommé Jean-Moïse Braitberg, rédacteur de la revue Franc-Maçonnerie Magazine. (3) Précisons, comme l’a rappelé Hubert Sage dans un article publié par RL, que ce journaliste-écrivain, qui hait l’état d’Israël de manière pathologique, considère que le Hamas est un parti résistant, et qu’il n’a pas hésité à utiliser les origines arabes d’un adversaire politique pour chercher à le discréditer. Là encore, étrange fascination pour un parti antisémite et fasciste, qui pratique le salut nazi, de la part d’un journaliste qui se dit de gauche, mais dont les méthodes ressemblent étrangement à celles de ceux qu’il prétend combattre.
Enfin, dernièrement, Riposte Laïque a reçu un texte d’un nommé Jean Nicaise, qui se dit laïque belge. Le propos se terminait par ces quelques mots :
« Hélas ! Ce titre (Riposte Laïque) est un mensonge : vous n’êtes pas un mouvement laïque mais un journal, nationaliste, xénophobe et anti-européen diffusé sur le Web. Un exemple frise le grotesque : l’article tous récent de Mme Tassin qui reproche à Sarkozy d’avoir donné un prénom italien au bébé né de son épouse « italienne », horresco referens. Les Français qui osent nommer leur fille Clara au lieu de Claire ou Laura à la place de Laure sont donc de mauvais citoyens ! Un président de la République devrait-il toujours prénommer ses filles Marianne I, Marianne II etc. ? Et si c’est un garçon, je vous laisse le choix entre Maximilien comme Robespierre ou Claude Joseph comme Rouget de L’Isle !
Pierre Cassen, dans un article très modéré, découvre le chemin qu’il a suivi, de l’extrême gauche à l’extrême droite. Ce n’est pas rare, c’est celui de Doriot, entre autres. Les extrêmes se touchent et la vraie laïcité est de les fustiger tous. »
J’ai demandé à ce sympathique lecteur ce qui pouvait lui permettre de dire que j’étais passé de l’extrême gauche à l’extrême droite, et surtout de citer l’article très modéré qu’il évoque. Il a balbutié quelques réponses confuses, n’a jamais fourni la moindre preuve – et pour cause – et l’échange a cessé. Mais j’imagine bien ce genre de militant disserter, avec d’autres, et faire gratuitement le parallèle avec Doriot et Riposte Laïque. La vraie laïcité, donc se réclame ce personnage, n’est-elle pas liée à une pensée libre dont il paraît fort éloigné…
Ce qui m’a donné l’idée de faire cet article est un dernier entretien, très courtois, que j’ai eu, il y a quelques jours, avec un célèbre politologue, spécialiste de l’islam, que j’aurai l’élégance de ne pas citer. Il souhaitait me connaître, et mieux comprendre les motivations des animateurs de Riposte laïque. La rencontre se déroula autour d’une bonne table, la discussion fut agréable, même si je ne partageais absolument pas la vision de l’islam de mon interlocuteur, ni les réponses qu’il apportait. Au moment de se quitter, au bout de trois heures d’entretien, mon interlocuteur, me regardant dans les yeux, me demanda : « Qu’est-ce que cela fait, quand on se réclame encore de gauche, comme vous, d’être comparé à Doriot ? ». J’avoue avoir été surpris de la question, et surtout de la manière dont elle survenait. Les méninges en alerte, je me suis dit en même temps, que s’il la posait, c’est que cela se colportait peut-être davantage que je ne le croyais. Mais je décidai de ne pas esquiver la question, malgré son effet surprise.
Je lui dis qu’il fallait d’abord qualifier le modèle de société pour laquelle je me bats, avec mes amis de Riposte Laïque. Nous luttons pour une société démocratique, laïque, égalitaire, féministe, républicaine, émancipée, voltairienne, et pour cela, nous combattons l’islam, la principale menace actuelle, qui nous ferait reculer de plusieurs siècles. Nous militons pour une France souveraine, pour la justice sociale, contre les oligarchies financières et la mondialisation libérale. Cela nous parait aux antipodes de la société pour laquelle militait Doriot, même si le contexte historique était fort différent. Le nazisme était totalitaire, antisémite et guerrier. Je lui fis remarquer que si une personne, venue du Parti communiste, avait un parcours qui ressemblait à celui de Doriot, c’était bien Garaudy, passé du marxisme à l’islam, et de l’antisionisme au négationnisme, dont les livres s’arrachaient dans les pays arabes. Je lui fis remarquer que, sans aller aussi loin, un journaliste communiste réputé, qui défendait inconditionnellement le régime fasciste iranien, ne me paraissait pas éloigné de cette définition.
Mais surtout, je lui expliquai que pour nous, le nouveau totalitarisme, au XXIe siècle, c’était l’islam, et que cette doctrine était aussi totalitaire, antisémite et guerrière que ne l’était l’idéologie nazie. J’ajoutai que nombre de dignitaires nazis s’étaient recyclés comme conseillers politiques de pays arabes, et de Yasser Arafat. A partir de là, qui est doriotiste, c’est-à-dire collabo ? Tout simplement ceux qui nous qualifient avec le plus de virulence d’être d’extrême droite, pour mieux cacher, laborieusement, leur complicité avec le pire fascisme. Je lui citai quelques noms, notamment de ceux qui attaquent les grandes surfaces qui vendent des produits israéliens, ceux qui défilent bras-dessus bras-dessous avec les barbus et les voilées, ceux qui agressent physiquement des initiatives qui leur déplaisent, ou qui en demandent l’interdiction, lui faisant remarquer que pour moi, ils étaient dans la logique de Doriot, qu’ils étaient de véritables collabos, mais d’un autre fascisme.
Il parut ébranlé par ma réponse, me remercia de l’entretien, et nous nous quittâmes courtoisement. J’ignore s’il traduira la fin de cet entretien dans l’article qu’il comptait produire, mais j’assume, sans complexe. Je n’ai rien à ajouter, si ce n’est qu’à défaut des malhonnêtes procureurs du peuple avec lesquels il ne sert à rien de discuter, j’espère que cet éclairage décomplexera de nombreux militants tétanisés à la simple accusation d’extrême droite ou de doriotiste. Je ne doute pas, dans un autre registre, que le prochain livre d’Oskar Freysinger, « Antifa » sera, lui aussi, un excellent outil, pour démasquer les vrais totalitaires du 21e siècle.
Pierre Cassen
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Doriot
(2) https://ripostelaique.com/doriot-chantait-marechal-nous.html
(3) https://ripostelaique.com/pour-salir-riposte-laique-une-revue-maconnique-utilise-les-methodes-racistes-de-lextreme-droite.html
 

image_pdf
0
0