Pourquoi serais-je solidaire des 200.000 nouveaux venus annuels ?

Publié le 14 juin 2015 - par - 1 466 vues
Share

sanspapiersPourquoi est-il nécessaire d’avoir 3 « Sécurité sociale ? ».

1° pour COMPTER.
2° pour ÉCONOMISER.
3° pour REFORMER.

Aujourd’hui nous avons divers systèmes de protection sociale le R.S.I. et notre bonne vieille Sécu.
Nous laisserons de coté le R.S.I. tellement le cas, le dossier et l’arnaque demanderaient à eux seuls plusieurs articles pour décrire les dérives, le dysfonctionnement et la gabegie institutionnelle qui en découle.
(Je suis toujours en procès contres eux depuis trois ans, mon affaire n’est toujours pas appelée….)

Nous ne discuterons aujourd’hui que de la Sécu et de sa petite sœur la CMU, couverture médicale universelle.

Pourquoi trois Sécu ? Ce sont les réponses qui viendront après la description de ces trois-là.

Mais auparavant un petit aparté pour mettre en place le contexte de ma réflexion. Je suis marié à une femme étrangère, donc ni française, ni même européenne au sens CEE, mais caucasienne au sens des races puisqu’elle est ….. Ben je ne sais plus. Nous nous sommes mariés en Ukraine dans la région de Crimée sous administration Ukrainienne. Mais aujourd’hui après un referendum la Crimée est Russe alors elle doit être Russe…

Nous retiendrons simplement que ma femme est étrangère avec aucun droit lié à l’union européenne, pour ressortissante de celle-ci comme les allemandes ou les italiennes (déplacement; travail; SecuS.)

Ma femme a accouché d’un fils, elle a été malade ; mon fils aussi, dans la norme des choses ni plus ni moins que toutes les épouses et tous les enfants du monde. Sans oublier le dentiste, l’ophtalmo et le gynéco. Une vie normale avec mutuelle et les files d’attente à la sécu….

Mais ce qui a nourri ma réflexion est la question de la solidarité. Pourquoi mes compatriotes seraient-ils forcément et nécessairement solidaires de mes choix que j’impose aux autres.
Ma femme est Russe, mais j’ai des amis mariés avec des femmes africaines de races noires, ou d’autres avec des personnes de race maghrébine.

La solidarité exige en contrepartie d’un acte gratuit donc solidaire, une action en échange. Elle est facilement exprimable au travers des générations, je te paye ton école mon fils et tu me payes ma retraite.
Sauf qu’à un moment l’échange n’en est plus un. L’équilibre se casse ; la machine se grippe. On demande, nous demandons à la Sécu de se charger de tous et de pourvoir à tous les besoins et cela sans que la solidarité soit maintenue. (80 000 réfugiés, africains ; syriens ou autres par mois en Europe, ce n’est pas tenable.)

200 000 étrangers réguliers supplémentaires par an, dont ma femme, au bas mot cela fait 1 million tous les cinq ans, viennent s’ajouter dans les traitements et les remboursements de notre sécu.

Et nous ne savons pas si leurs cotisations compensent leurs besoins de remboursement.
Et la sacro sainte idée :
Croissance nécessaire du PIB = population qui consomme = augmentation à tout prix du nombre de consommateurs pour augmenter le PIB, n’est pas une équation juste, ni même tenable sur d’autre plans !!!.

Pour y voir clair, il faut donc trancher, couper dans le vif, séparer, dissocier !

Une première sécu réservée uniquement aux Français. Celle-ci perçoit leur cotisation et rembourse leurs soins.
Une carte d’identité française = une affiliation.
A laquelle on ajoute la CMU des Français parce que des Français dans le besoin ça existe.
Nous avons des étudiants et des retraités aussi….

Une seconde sécu réservée aux étrangers, à tous les étrangers, ceux qui cotisent et ceux qui ne cotisent pas, avec la CMU des étrangers liée.
Pas de carte d’identité française, sécu étrangers point.

Pas de discussion.

J’ai un voisin sympa, il fait partie des gens adorables, le cœur sur la main, prêt à rendre un service si nécessaire. Il est portugais et veut voter pour les municipales mais refuse de prendre la nationalité française, il se dit Portugais et veut le rester, avec toute la noblesse que cela représente pour lui et sa famille.

Ce que je conçois et respecte…

Sauf que choisir c’est renoncer, il choisi sa nationalité, il renonce à mon pays et aux droits qui s’y appliquent pour ses citoyens.
C’est donc un immigré économique, dans le bon sens du terme, il cotise, paye ses impôts et sa TVA dans sa consommation, sauf qu’en cas de conflit, comme les belge en 1870, il ne sera jamais appelé à défendre son pays d’accueil. Il va jouir de la vie en France sans jamais supporter la menace de donner sa vie pour ce pays. En 1939, ce sont Fes français qui sont mobilisés, PAS les étrangers travaillant en France…

La jouissance d’un état de travailleur, ne donne pas droit à écrire et dicter sa loi, chez celui que l’on refuse de défendre en cas de conflit !!!

(oui, les engagés étrangers dans la légion étrangère en 1914 n’ont pas permis de former des divisions, seulement 3 régiments !!! pour plus de 80 divisions de Français de souche !!! laissons de côté les détails, ce sont des ordres de grandeurs).

Faire la loi dans un pays ; une région ou une ville ne s’obtient que par le sacrifice que l’on consent à offrir pour la préserver une fois que celle-ci est défini et appliquée.

Donc il convient de séparer la sécu des Français et celle de tous les étrangers.

Ensuite reste les cas des conjoints de Français et des enfants de Français.
Je suis Français expatrié au Maroc, je me marie avec une marocaine, nous avons des enfants nés au Maroc, le Maroc ne reconnait pas la double nationalité, ils sont donc marocains, à mon retour de ma mission qui a duré 5 ou 6 ans, mes enfants de nationalité marocaine m’accompagnent.

Quelle Sécu ?

Ma femme Ukrainienne aussi n’est ni une Française le temps d’obtenir sa nationalité entre 2 et 5 ans, ni tout à fait une Ukrainienne puisqu’elle décide de vivre ici avec moi ….
Les enfants marocains ne sont ni français et pourtant fils de citoyen français…donc ni totalement étrangers.

Pour résoudre ces cas il convient de créer une troisième sécu pour les conjoints de Français et les enfants dont au moins un parent est de nationalité française (pour tous les cas possibles… et en particulier ceux qui ne sont pas Français mais qui pourraient le devenir à leur majorité).

Maintenant

1° pour compter

On compte dans chaque catégorie, les cotisants, les montants des cotisations et le déficit ou l’excédent qui apparait.

En deux ans de mise en place de ce système, on voit rapidement laquelle ou lesquelles des 3 Sécu sont déficitaires et par déduction, sujet hautement sensible et sans chiffre sûr et fiable aujourd’hui, si l’immigration est une chance pour la France avec des cotisations issues de leur labeur en un excédent très, très très positif. Avec forcement des mesures à prendre…

2° pour économiser

On adapte sur les bulletins de salaire tous les ans, le taux de ponction en fonction des nécessités.
Imaginons la Sécu « A », celle des Français est en excédent, les syndicats après d’âpres négociation obtiennent la réduction des taux de moins 0.5 à moins 0.8% pour les salariés Français.

Pure fiction évidement, pour la Sécu B, celle des étrangers est en lourd déficit, l’état relève les taux de cotisation sur les fiches de salaire pour cette catégorie de 1 à 5 % pour les salariés et de 3 à 8 % pour les employeurs.

NON ! Je vous vois venir avec vos gros sabots, mais non NON les entreprises n’auraient alors aucun bénéfice à privilégier les travailleurs français !!! Vous me faites un procès d’intention et c’est scandaleux ! Je suis vexé !! Enfin pas trop…..

Reste le cas de la Sécu C, celle des conjoint de Français, et là, l’état doit être ferme, si elle est en déficit, la personne de nationalité française du couple est automatiquement basculée dans cette catégorie par solidarité avec son conjoint et ses enfants !
Vous faites des choix…. assumez-les !!!!.

3° pour réformer

Vous avez compris ces 3 sécu nous permettraient de toucher du doigt quelque chose de très sensible.
Où passe notre argent, à qui il profite et combien cela nous coûte ?

Parce que l’idée est de dire quand les caisses de la sécu B ou C sont vides il n’y a plus de remboursement et ce n’est surtout pas une loi de l’assemblée nationale rectificative du budget de la sécu qui vient combler un trou fait par des étrangers en France avec l’argent des Français !

La solidarité, pour qu’elle conserve un sens et une efficacité, doit être mesurée, quantifiable et stoppée, si celle-ci implique un suicide ou une implosion du système.

Encore eut-il fallu que nous eussions des hommes politiques qui, avertis de la crise et du danger que représentent les solutions actuelles, anticipent l’avenir et proposent des changements qui seraient à même de sauver l’ensemble tant qu’il est encore temps. A ne rien faire et laisser cet ensemble dépérir, c’est nous tous, qui perdrons tout !

Moi, conjoint d’une épouse non française, non européenne, je consens à payer des cotisations plus élevées pour garantir à mon fils qu’il pourra en bénéficier quand viendra le temps pour lui de prendre la relève.

Il est déjà trop tard, selon la formule consacrée
sauf si une députée se penche sur la solution décrite ici,
qui sait, il y a du courage chez les jeunes héroïnes françaises….

Carl Pincemin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.