Serena : un homme blanc peut-il sanctionner une joueuse noire ?

L’événement a défilé en boucle sur toutes les chaînes de télévision. On résume. Serena Williams, c’est une joueuse de tennis de 37 ans, au palmarès exceptionnel. Mais elle s’est découverte féministe et militante de la cause noire. Elle a obtenu une dérogation pour jouer en noir, il paraît que c’est un acte politique. C’est une espèce de Rokhaya Diallo, avec des épaules de déménageur et des cuisses qui ressemblent à des poteaux téléphoniques.

Et devant son public, elle jouait contre une Japonaise qui l’a surclassée au premier set qu’elle a remporté six jeux à deux. Et dans le deuxième set, la militante Serena Williams a perdu totalement ses nerfs. Elle se fait d’abord prendre en flagrant délit de coaching, par des messages avec son entraîneur, ce qui est juste interdit. Cela ne lui plaît pas. Insultes à l’arbitre, jet de raquette, nouvelles insultes. En toute logique, l’homme, par ailleurs Portugais, a appliqué le règlement : d’abord un point de moins, puis un jeu. Sa Majesté Serena n’a pas apprécié et elle a vu du racisme et du sexisme dans l’attitude de l’arbitre.

Le pire est qu’elle a été soutenue par une partie du monde du tennis et presque l’intégralité du monde de la presse écrite et audiovisuelle. Voilà ce qu’ose twitter un journaliste de l’Équipe.

Mais c’est l’ancienne joueuse de tennis Marion Bartoli (un temps proche de la mort à cause d’une anorexie) qui se surpassera en osant affirmer que « traiter l’arbitre de voleur, c’est pas une insulte ».

http://www.fdesouche.com/1070719-tennis-en-finale-de-lus-open-serena-williams-pete-les-plombs-et-traite-larbitre-de-voleur-un-consultant-de-lequipe-acquiesce-et-evoque-une-attitude-frisant-le-racisme

Elle se prendra une volée de bois vert sur les réseaux sociaux. On pensait l’affaire close, mais elle a rebondi sur un dessin, que nous reproduisons en tête de l’article, publié par Mark Knight, un artiste australien. Nouvelle tempête, le malheureux se voit accuser de « racisme » par toute la bien-pensance, pour avoir représenté Serena Williams telle qu’elle est…

https://www.cnews.fr/sport/2018-09-11/une-caricature-de-serena-williams-jugee-raciste-et-sexiste-cree-la-polemique-793808

Quelqu’un osera-t-il, dans les grands médias, proclamer cette évidence : la véritable raciste, c’est Serena Williams et ceux qui la soutiennent. La véritable sexiste, c’est encore Serena Williams et ses groupies.

Jeanne Bourdillon

image_pdfimage_print

49 Commentaires

    • Professeur de connerie, chelton, apprends l’orthographe avant de pretendre donner des leçons. « Je preferaiS » et pas « je preferai » . Mc Enroe c’est le passé, pas le futur.
      Toi t’es un connard, c’est au présent.

      • Tout ça pour une simple faute de frappe sur un petit clavier de smartphone. Du moment que vous êtes d’accord avec le fond.

        • Je me demande si « chelton » sans majuscule, « pretendre » sans accent aigu et « preferaiS » sans accents aigus, c’est aussi six fautes de frappe sur un petit clavier de smartphone ?

          Qu’en pensez-vous, Sheldon ?

          • Bien vu, Spipou !
            En matière d’orthographe, « Victor » est l’arroseur arrosé sur ce coup-là ? ? ?

          • Oui. Mais je suis content. Parce que en dehors de la forme « Victor Halidee » n’a rien à dire sur le fond. J’ajouterai qu’il est curieux qu’il ne relève que mes erreurs.

    • Décidément, il te faut retourner faire un stage au CP, professeur. Dans ta phrase, l’imparfait s’impose, pas le passé simple, simplet !

  1. vu sa carrure de bucheronne elle peut lacher le tennis et se recycler dans l’haltérophilie !! car sa carriére dans le tennis est finie…elle est devenue bien trop grosse et trop lourde pour reussir a courir .

  2. Oh mon Dieu quelle laideur, quelle brutalité, quelle arrogance et quelle frustration haineuse émanent de cette femme !
    Vite, à la retraite ! Retour aux sources : en Afrique ! Elle y appréciera la qualité de la vie des femmes africaines (pas sexistes ni racistes pour deux ronds les Africains…).

    • Pour ma part j ai toujours trouvé qu’elle avait l air d un gros gorille. Et encore elle est moins moche que sa soeur Vénus la mal nommée, disparue des écrans radar depuis…
      La caricature incriminée est très réussie, même pas trop outrancière.
      Aurait-il fallu la dessiner en Naomi Campbell pour court circuiter l’indignation générale ?

  3. On dirait un McEnroe femelle… Je tiens à préciser que le McEnroe n’est pas une race particulière de grands singes comme d’aucuns ont tenté un moment de le faire croire mais un tennisman réputé pour ses colères sur les courts d’une génération antérieure ! 😀

    • @De Profundis Macronibus. Ah ! un petit clin d’oeil aux plus vieux ; votre commentaire m’a fait sourire (les petits souvenirs….)

    • De telles crises de nerfs de champions qui nuisent à eux-mêmes ou à leur équipe en se montrant incapables de se maîtriser ne seraient-elles pas à attribuer au dopage (y compris certain coup de boule) ?

    • Oui car comment représenter ce monument de chairs ? Ne peut-elle
      comme tant d’autres se contenter et jouir des titres de gloire déjà acquis
      et du fric qui va avec…Oignez vilain….

  4. J’ai regardé cette finale en direct ,je n’approuve pas sa crise mais elle n’a pas tous les torts, l’arbitrage était au dessous de tout, le coaching elle ne l’a pas vu et l’arbitre en a fait des tonnes, d’accord elle n’a pas été à la hauteur face à son adversaire mais elle reste malgré tout quoi qu’on en dise et malgré son manque de gout vestimentaire une grande championne.

  5. On croirai une photo retouchée façon dessin. Je ne vois aucun racisme. Le racisme aurait été de la représenter avec le gabarit d’un mannequin et blonde aux yeux bleus, ce qu’elle n’est absolument pas.

  6. Serena, c’est une femme très très méchante, cela se sent très fort, je ne suis pas une fan de tennis, j’y connais rien, mais j’ai regardé la vidéo, c’est vrai, qu’elle devrait arrêter le tennis, elle trop lourde! son niveau à dû baisser, de plus Naomie Osaka, qui a gagné, était gênais! d’avoir gagné, je l’ai vu, de plus le regard de Serena! pauvre Noaomi: je suis contente qu’elle est gagné!

  7. J’aime beaucoup la caricature du caricaturiste et moins celle,, vivante , de Miss Serena qui cherche à intimider le juge portugais en le MENAVÇANT – on ne rit plus – de son doigt . Il a dû en être très ébranlé. La suçe en caoutchouc, elle évoque l’âge du non- 2ans et demi – du développement psycho-affectif de la madame ?

  8. Désolé mais après avoir lu tous les commentaires je ne peux que constater que vous êtes tous bernés, bercés par une forme d illusion colleclive à laquelle aucun de vous ne semble échapper.

    Avant de vouloir nettoyer le royaume de toute sa pourriture il serait grand temps d ouvrir les yeux et de constater l évidence : Serena Williams, tout comme « sa soeur » ainsi que de nombreuses autres célébrités, n est qu un vulgaire drag queen, un trans ou un travelo peu importe. Reveillez vous bordel

  9. M’enfin ?
    Qui ignore qu’aux USA, comme d’ailleurs hélas en Israël, les merdia de propagande gochiotte, sont encore pire qu’en francekipu, où pourtant sévit « l’immonde » n°1 mondial, de la propagande déchétophile (nazislamiste).

  10. Serena ? Elle perd sa Sérénité… Tête de singe hurlant…
    Les Mousquetaires jouaient en … Blanc ! Ca a continué jusqu’à ce que…
    La mode et la race soient entrées sur les courts. « Sponsors » de tous bords…
    Les hurlements, non traduits, aussi !!
    Tout ça pour une ba-balle et qq millions de $….

  11. Quand j’étais gosse, ma cousine avait une grosse poupée noire,ça nous faisait marrer…. et moi un petit singe mécanique en peluche qui agitait frénétiquement ses cymbales en bougeant son derriére quand on remontait la clé,ça nous faisait marrer….Aujourd’hui,panne chez SFR,j’ai eu un technicien qui a essayé de m’expliquer comment gérer le probléme : je ne comprenais pas un mot sur deux à cause de son accent africain d’intégré, ça m’a déja fait moins marrer…..

  12. Le racisme, c’est comme les Noirs, ça ne devrait pas exister. (second degré bien sûr!)

Les commentaires sont fermés.