Seul le patriotisme des peuples européens peut sauver le Vieux Continent du péril islamiste

L’Europe va-t-elle devenir musulmane ? Le fait de poser cette question souligne non seulement l’actualité de son contenu, mais encore la probabilité d’une réponse affirmative.

Nous ne nous demandons pas, en effet, si l’Europe va devenir bouddhiste ou hindouiste, mais bien si elle va devenir musulmane. La raison en est que le nombre de bouddhistes ou d’hindouistes vivant en son sein est très faible, alors que le nombre de musulmans y est fort élevé.

Mais l’inquiétude attachée à cette question vient également de ce que les musulmans installés en Europe sont persuadés que l’Europe sera bientôt musulmane, et s’en réjouissent. Or, en Europe, le nombre de ceux qui s’opposent à cette éventualité croît au prorata de cette même éventualité. D’où les tensions – désormais visibles – du «vivre-ensemble» ou encore de la «diversité», que les politiques et les médias font tout pour ne pas voir, et ce, dans l’exacte mesure où la perspective d’une Europe à majorité musulmane est, à leurs yeux, un sujet tabou.

Il reste que si nous voulons vivre en tant qu’Européens, il va bien falloir cesser d’encenser le «vivre-ensemble» et la «diversité» (c’est-à-dire le «politiquement correct»), pour regarder l’avenir tel qu’il se profile, surtout si nous continuons à encourager l’implantation de l’islam sur notre sol, non seulement via l’immigration, mais encore par le refus de toute critique intellectuelle à son endroit, celle-ci étant assimilée à de l’islamophobie, quand elle n’est pas qualifiée de xénophobie, voire de racisme !

Comment donc va-t-on pouvoir circonscrire la présence d’un islam européen qui ne voit l’Europe que comme «dar-el-islam» («domaine de l’islam») ?

Par la guerre ? Il n’en est pas question ! Par le dialogue ? Nous n’y arrivons pas, sans quoi les femmes musulmanes auraient renoncé depuis longtemps à porter le voile, et le halal ne nous envahirait pas quotidiennement ! Par le renvoi de tout islamiste dans son pays d’origine ? Mais en sommes-nous vraiment capables ?

Toujours est-il qu’il va falloir changer d’attitude, autrement dit «faire quelque chose», car un fondement religieux n’est pas négociable, puisqu’il est religieux ! Voilà pourquoi faire entrer sur le territoire européen des valeurs non européennes et non négociables – auxquelles on accorde néanmoins les libertés que l’on sait ! – mérite la plus grande attention, car ou bien on encourage ainsi notre «soumission» (1) à ces valeurs-là (mais qui en voudraient, hormis les musulmans et ceux qui entendent le devenir ?), ou bien (et c’est le plus probable) on court tout droit vers l’«insoumission», c’est-à-dire vers la «résistance» !

D’où cette évidence (qui peut heurter les internationalistes mais qui n’en demeure pas moins patente) selon laquelle c’est le patriotisme des peuples européens, et lui seul, qui  sauvera l’Europe du péril islamiste !

Maurice Vidal

(1) Tel est le sens du mot «islam».

 

image_pdf
0
0