Seule Marine Le Pen paraît se soucier de la protection des Français

Publié le 29 juin 2015 - par - 1 017 vues
Share

Ri7Marine-MarianneAu mois de février, à des lycéens, Manuel Valls décrétait qu’il fallait nous habituer à vivre durablement avec la menace terroriste. BFMTV, hier, en annonçant l’attentat en l’Isère, ne disait pas autre chose.

«  On s’y attendait «  après «  une longue période «  « , ils frappent «  où ils veulent, quand ils veulent « , a-t-on entendu sur la chaîne, à propos de l’attentat contre une usine spécialisée dans la fabrication de gaz, qui a eu lieu à Saint Quentin-Fallavier. Explosion, incendie, deux blessés, une tête – le suspect a décapité son patron –  trouvée accrochée à un grillage recouverte d’inscriptions en arabe, drapeaux islamistes en évidence, le résultat d’un attentat dont l’un des suspects présumé a été arrêté et identifié.

Il s’agit de Yassin Salhi, 35 ans, père de trois enfants, chauffeur-livreur, dont la femme, interviewée par Europe 1, ne comprend pas qu’il ait pu commettre un tel acte, parce qu’ils menaient une «  vie de famille normale «  en tant que «  musulmans normaux «. Bref, Yassine, qui n’était pas méchant pour deux sous, a crié Allahou Akbar à l’arrivée des pompiers.

Yassin Salhi, décrit par Bernard Cazeneuve comme ayant pourtant «  fait l’objet d’une fiche S en 2006 pour radicalisation, qui n’a pas été renouvelée en 2008, il n’avait aucun casier judiciaire «. Mais que doit-on déduire de ce non renouvellement ? Que le suspect remplissait des critères de non dangerosité – lesquels ? – et qu’il n’était plus surveillé  ? Que l’absence de casier judiciaire a renforcé la décision de ne plus le ficher en S ? Le suspect s’était déradicalisé ? En clair, la police ne savait pas ce que devenait Yassin Salhi ? Yassin, l’ imprévisible ?

C’est ce qu’explique Jean-Charles Brisard, le président du Centre d’analyse du terrorisme dans le Figaro. Si la France arrive à détecter les suspects, elle ne parvient pas à les surveiller d’autant plus que la propagande de Daech continuant de se développer via internet, elle suscite de nouvelles vocations. Alors, François Hollande a beau invoquer  «  la prévention «  , et «  la dissuasion «, tuer des Français par n’importe quel moyen, – couteau, pierre, fusil, automobile – mot d’ordre diffusé par l’Etat islamique, ces phénomène s’inscrivent dans une  » logique de la surenchère « , comme l’explique Pascal Brukner dans le Figaro.

Ce nouvel attentat  donnera-t-il lieu à une «  instance de dialogue » où, cette fois, leurs représentants ne feraient pas impasse sur la radicalisation ? Non.

Cambadélis s’est empressé de twitter : «  (…) Pas d’amalgame. Ne jouons pas sur les peurs « . Ségolène Royal en appelle à « l’unité des Français absolument indispensable «. De Bruxelles, François Hollande, impavide, exhorte à ne pas créer «  de divisions inutiles ni de suspicions intolérables «. Mieux : alors qu’un homme a été décapité et deux autres blessés, le chef de l’Etat parle de la «  nécessité de porter des valeurs «. Mais lesquelles, donc ? Et, surtout, au moment où le terroriste a décapité son patron et où deux personnes sont blessées, n’est-ce-pas totalement inapproprié ? Lourdement Inconvenant ? Complètement à côté de la plaque ?

Seule Marine le Pen envisage des solutions fermes. Seule Marine Le Pen entend  protéger notre pays du «  fondamentalisme islamiste » : restauration des frontières, expulsions des étrangers suspect de radicalisation, déchéance de la nationalité française pour les binationaux, ainsi que la surveillance des prêches dans les mosquées conjuguée au gel de toute nouvelle construction.

Et tandis que Marine Le Pen se soucie de la protection des Français, Alain Juppé, lui, nous dit que  » le risque en France (d’attentat) est extrêmement élevé et va le rester  » ! Mais alors, pour quoi, pour qui, la loi votée sur le renseignement va-t-elle servir ?

Un gouvernement qui avoue être impuissant à éradiquer le terrorisme dans son pays est un gouvernement qui doit démissionner. Ou être démissionné.

Caroline Corbières

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.