Sévices publics : quand Corinne Audouin invite le Pr Chambon…

« Le téléphone sonne » est une émission de France Inter créée en 1978. Pionnière de l’interactivité avec les auditeurs, après quarante-cinq ans d’existence elle réunit tous les soirs près de deux millions d’auditeurs.

Leader national de sa tranche horaire, on attendrait de cette production du Service public une éthique particulièrement affûtée à défaut du ton mordant qu’adoptent rarement les « autorités » invitées, le plus souvent recrutées en Flatistan, pour servir la doxa dominante et répondre à des questions soigneusement sélectionnées.

Las ! Le format court de l’émission (40 minutes amputées des présentations des intervenants, d’un peu de pub et de digressions d’auditeurs pas toujours intéressantes) conduit à survoler les sujets et ne permet pas souvent de véritables débats.

Le sujet proposé le lundi 26 décembre tournait autour du deux centième anniversaire de Louis Pasteur et posait, entre autres, l’intéressante question suivante : « Pourquoi au pays de Pasteur existe-t-il tant de sceptiques face à la vaccination ? »

Pour répondre, la journaliste Corine AUDOUIN avait réuni Michel MORANGE, biologiste, ancien chercheur à Pasteur, auteur d’une biographie de l’illustre chimiste, et Jean-François CHAMBON, présenté comme médecin clinicien et membre du Comité de Direction de l’Institut.

À la huitième minute, un auditeur solognot demande pourquoi la France, pourtant historiquement en pointe dans ce type de recherches, s’est-elle fait damer le pion par des laboratoires américains dans la recherche du vaccin Covid.

Jean-François CHAMBON se colle à la réponse et fait à 8’38’´ un surprenant éloge du traitement à l’ARN : « Extraordinaire nouvelle scientifique, vraiment extraordinaire » ; « Deux fabuleuses découvertes » ; « Résultats exceptionnels » ; « Dans toute l’histoire des sciences, on n’a jamais eu un vaccin qui a été mis au point aussi rapidement après l’apparition d’une maladie émergente. » Jean-François CHAMBON, qui a précisé humblement qu’il n’est qu’ancien membre du Comité de Direction de Pasteur, avoue que les résultats du vaccin élaboré par l’Institut «n’étaient pas nuls mais moins bons que les autres, et les autres étaient exceptionnels ».

À l’issue d’un tel panégyrique, alors qu’il reste encore près d’une demi-heure d’émission à courir, on attend que la journaliste ou un auditeur pose la question qui brûle les lèvres : Comment être aussi admiratif pour un « vacccin » qui ne protège ni de la contamination, ni de la transmission, dont la vertu supposée de « protéger des formes graves » ne s’appuie ni sur des statistiques, ni sur des études scientifiques, dont les effets secondaires graves ne peuvent plus être dissimulés, alors qu’aujourd’hui les pays les moins vaccinés sont les moins impactés par les résurgences, et les sujets vaccinés fournissent le plus gros des décès dans les pays les plus largement vaccinés.

Malgré la légitimité de ces questionnements essentiels, les auditeurs resteront étrangement sur leur faim car le sujet n’est plus abordé jusqu’à la fin de l’émission.

Si, pour essayer de comprendre cette surprenante omerta, on s’intéresse au CV de Jean-François CHAMBON, on découvre que s’il a bien été médecin clinicien au siècle dernier, il a rejoint dès 1997 le laboratoire GlaxoSmithKline (7e rang mondial en 2019) pour en devenir le Directeur des Affaires publiques France et le Secrétaire général de la Fondation GSK, avant d’intégrer en 2004 le Groupe Roche (n°2 mondial devant Pfizer en 2019) dont il va devenir également Directeur des Affaires publiques France et de la Communication, et membre du Comité de Direction. En 2019 enfin, il devient Directeur de la Communication et du Mécénat de l’Institut Pasteur et Membre du Comité de Direction.

Jean-François CHAMBON est donc un gros poisson du Big Pharma et l’inviter sur un plateau sans contradiction, en le présentant comme un médecin clinicien, c’est-à-dire comme un médecin pratiquant l’étude et le traitement des maladies par l’examen direct des patients, n’est ni convenable ni honnête. Et l’on comprend mieux ces louanges solidaires pour tenter encore d’étouffer ce qui se profile comme le plus énorme scandale du siècle.

Parfaite illustration de la connivence et de l’entre-soi, marque de la Maison Ronde. Pour un journaliste paresseux, CHAMBON est un bon client, habitué des plateaux, délivrant une communication bien calibrée. C’est son job !

Honte sur le « Sévices Publics » : le téléphone pleure !

Calixte JOÜON

L’émission est disponible en podcast sur l’application Radio France.

image_pdfimage_print
19

8 Commentaires

  1. Merci de vous être sacrifié pour écouter ces « sévices publiques » pour nous écrire cet article ! 🌹👍
    Par contre, cela a dû être insupportable, comme beaucoup d’émissions TV ou radio, tant les mensonges devaient fuser les uns derrière les autres, comme les fusées du bouquet final d’un feu d’artifice…
    Il n’y a plus que des Brutus, des traîtres et des vendus qui font passer leur intérêt personnel avant l’intérêt général. C’est bien pour cela que j’écoute de moins en moins les débats TV ou radio ! Je tiens à préserver mon cœur et ma tension.🥴🥴😜
    Par ailleurs je maudis les « maîtres » qui ont donné les diplômes adéquats permettant à ce médecin pourri, la possibilité de parler dans un micro. Que le serment d’Hippocrate est loin…🌠

  2. la bouche haineuse qui représente bien la « représentation » officielle du peuple français, on peut être de gauche et d’ext-gauche et mépriser ouvertement ceux qui n’ont pas réussi à amasser du fric sur l’endettement des méprisés.

  3. Merci pour ce travail remarquable sur une ordure comme ce Chambon, dont la loi exige qu’il révéle lui-même ses accointances avec Big Pharma avant de parler sur un plateau publique. Ces gens sont à vomir.

Les commentaires sont fermés.