Shiva Firouzi, féministe iranienne : Pour moi, le voile est une lapidation morale

Rencontrée lors de la manifestation de la journée des femmes en mars dernier, j’ai proposé à Shiva Firouzi, jeune femme féministe iranienne en exil, d’accorder une interview pour nos lecteurs de Riposte Laïque.
Riposte Laïque : Shiva, nous allons faire une petite interview pour Riposte Laïque. Peux-tu nous dire depuis combien de temps tu es en France et pour quelles raisons tu as quitté ton pays ?
Shiva Firouzi : Je suis en France depuis sept ans, je suis venue directement à Toulouse. Mais j’ai d’abord fait des études de droit en Iran et j’ai passé mon examen d’avocate, j’ai eu l’écrit mais on m’a refusée à l’oral, parce qu’on m’a fait parler sur des questions religieuses. Ensuite j’ai travaillé comme journaliste j’écrivais des articles sur la société iranienne, j’étais dans le mouvement féministe, je travaillais pour plusieurs journaux. Un hebdomadaire de gauche qui s’appelait « Développement », j’écrivais des proverbes politiques et le rédacteur m’encourageait beaucoup, mais après le journal a été fermé. J’écrivais aussi dans un mensuel « messages de prison » et j’étais conseiller juridique dans ce journal. Je proposais des articles sur le divorce, les enfants, la violence, les crimes etc…
J’ai aussi fait un article pour une revue qui s’appelait : « Société civile » , le Président Khatamy avait lancé l’idée d’une « société civile pour tous les citoyens », c’était une idée qui me plaisait mais tout de suite après la parution de mon article le directeur m’a appelée et m’a dit : « tu ne viens plus ici, ce que tu as écrit ne leur plait pas ils ont enquêté sur toi, ils nous ont demandé ton nom et ton prénom ». Donc ensuite je suis allée voir l’Ambassadeur de France et j’ai demandé à être accueillie en France, pour poursuivre mes études, mais surtout pour atteindre mon but qui est de lutter pour le droit des femmes et faire connaître le sort des femmes en Iran et tout se qui s’est passé. Je ne parlais pas du tout le Français seulement l’Anglais, mais on m’a quand même permis de venir en France.
Riposte Laïque : Quand tu es venue en France, vers quelle faculté t’es-tu dirigée et de quelle manière as-tu appris le Français ?
Shiva Firouzi : Au début, j’ai été acceptée en Sciences Sociales pour un cours de DEA en sciences criminelles, car j’avais un Bac + 5 en Sciences criminelles en Iran. Mais on m’a demandé de refaire tout le cursus. J’ai perdu deux années car c’était très difficile pour moi de suivre les études alors que je ne parlais du tout le Français. Ensuite je me suis inscrite à la faculté du Mirail en Français pendant 3 ans et cette l’université m’a ensuite acceptée dans un cours intitulé « les genres et les politiques sociales » . J’ai appris plein de choses et j’ai réussi à obtenir un Master II professionnel. Ensuite j’ai fait une équivalence de Master II de Sciences politiques, j’ai fait un mémoire dont le titre était : « L’Etat chiite iranien, sa volonté de puissance et l’insécurité des femmes » et après j’ai fait mon doctorat, voilà mon parcours pour apprendre le Français qui est une langue très, très, difficile.
Riposte Laïque : peux-tu développer un peu ton sujet sur « genres et politiques sociales » ?
Shiva Firouzi : C’était une discipline de sociologie, c’était pluri –disciplinaire. Nous étions 3 étudiants étrangers rassemblés, chacun faisait des études différentes, certains en histoire, droit, sociologie, ou sciences politiques. Nous avons eu une étude féministe et portait sur « la femme dans le monde » et chacun a parlé de l’histoire des femmes dans son pays d’origine. J’ai donc travaillé sur l’Iran : la virginité imposée aux filles, les traitements inégalitaires, le mariage temporaire, la dot et le droit pénal iranien ou les femmes sont la moitié des hommes puisqu’il s’agit du droit islamique et j’ai aussi travaillé sur les tâches ménagères des femmes iraniennes immigrées en France.

Riposte Laïque : Actuellement le Président Sarkozy veut une loi pour interdire le port du voile intégral, que ferais-tu si tu étais élue, voterais-tu cette loi ? Et toi qui connais le problème du voile iranien quelle est ton expérience à ce sujet ?
Shiva Firouzi : Quand tu poses cette question, on dirait que tu parles à quelqu’un qui est malade et qui a attrapé une maladie qui est allé chez le médecin et qui a dû faire des traitements quand je parle du voile, je parle de toute mon expérience et je sais ce que c’est que le voile. Je suis victime du voile, ce n’est pas seulement physiquement, mais moral, parce que pour moi le voile c’est une sorte de lapidation morale envers moi. Et aussi pour mes compatriotes, et sur ce point là je suis tout à fait d’accord avec Monsieur Sarkozy et je l’encourage. Mais il n’a pas bien mis ses pierres au début, il a autorisé la construction des mosquées en France et ensuite il interdit le voile , mais quand on construit les mosquées, on a le voile et après le voile on a le maillot de bain islamique et un jour la ville en France sera divisée en deux côtés, un côté les femmes et un côté les hommes, donc pour ça je critique aussi Monsieur Sarkozy.
Riposte Laïque : Des évènements graves se passent dans ton pays s’agit-t-il d’une révolte pour plus de liberté ou bien cela pourrait-il remettre en cause le pouvoir religieux ?
Shiva Firouzi : Je ne sais pas s’il y aura une contestation de la religion, car les gens baignent dans l’enseignement religieux dès qu’ils sont petits. Mais tant que l’Etat restera religieux, il ne pourra pas y avoir de liberté, ça me gène quand on dit la République islamique, la république ne peut pas être islamique c’est un régime islamique. Quand un pays prend le nom de l’islam ou de n’importe quelle religion, race ou idéologie, il exclut. Dans l’islam chiite c’est le droit pour les musulmans chiites et les autres doivent s’y soumettre. Il y a, en plus, la différence entre les hommes et les femmes. L’islam chiite ne respecte pas les minorités les Baloutches , les Kurdes, les sunnites. C’est un régime de dictature qui cherche le pouvoir, qui a utilisé la religion pour avoir le pouvoir.
Riposte Laïque : Il y a actuellement de fortes tensions à propos du nucléaire iranien et de son éventuelle utilisation à des fins militaires. Es-tu inquiète sur ce point et qu’en penses-tu ?
Shiva Firouzi : Moi je n’aime pas entrer dans le problème du nucléaire, pour moi le nucléaire c’est la fin de la discussion, ce qui est pour moi intéressant, c’est que ce régime parte, mais j’ai peur que si ce régime dispose du nucléaire il reste, que ça lui permette de garder le pouvoir ; c’est ça, pour moi le danger du nucléaire. Ce régime joue avec les sentiments nationalistes des Iraniens en utilisant le nucléaire pour se maintenir au pouvoir.
Riposte Laïque : Tu as un projet de livre utile à la cause des femmes iraniennes, tu peux nous en dire un mot ?
Shiva Firouzi : Après le 12 juin 2009, j’ai laissé tomber ma thèse et j’ai commencé à écrire un livre sur l’Iran, enfin plutôt sur mon enfance et ce que j’ai subi en tant que femme iranienne en Iran, sur la jeunesse perdue et ma vie en Iran, et je tiens beaucoup à ce livre parce que c’est mon histoire, c’est ma vie, ma réalité, depuis l’âge de 7 ans j’ai porté le voile et j’ai été obligée d’être voilée . Je veux parler de comment on traitait les femmes, à l’école, au collège , au lycée à l’université, et comment ils m’ont volé mon histoire, ils ont volé l’histoire de l’Iran. Ils l’ont cachée pour que je ne me révolte pas .
Riposte Laïque : Alors comment va s’appeler ton livre ?
Shiva Firouzi : J’ai beaucoup réfléchi sur ce sujet, j’ai pensé à plusieurs titres comme : « Les turbans noirs au pouvoir », ou « De Hitler aux mollahs », et finalement, je ne suis pas encore sûre mais je pourrais choisir un titre comme « une jeunesse perdue, ma vie en Iran ».
Propos recueillis par Chantal Crabère

image_pdf
0
0