Si Ayrault était cohérent, son gouvernement ferait cesser l’immigration musulmane

Il n’y a pas de raison qu’on laisse venir dans notre pays des conflits qui ne concernent pas la France », a déclaré récemment Jean-Marc Ayrault, suite à la manifestation des salafistes devant l’ambassade des Etats Unis. Très bien, mais dans ces conditions il serait temps de stopper une immigration hostile à nos valeurs républicaines et qui pose de plus en plus de problèmes de société. La politique du renoncement permanent qui prévaut depuis trente ans, en cédant sur toutes les revendications des intégristes musulmans et en légiférant pour faire taire ceux qui dénoncent les méfaits de l’immigration extra européenne, nous a conduit dans une impasse. On ne peut à la fois défendre la liberté d’expression et condamner ceux qui clament les vérités qui dérangent et secouent le tabou de l’immigration. Cette liberté d’expression à sens unique qui autorise les rappeurs à cracher sur la France alors qu’on condamne un journaliste qui exprime une vérité sur la délinquance, est un contre modèle d’égalité républicaine.

Il y a longtemps que l’immigration n’est plus une chance pour la France. Non seulement cette immigration de déshérités non qualifiés est économiquement déficitaire, puisqu’elle coûte deux fois plus cher en social que sa contribution à notre PIB, mais elle se traduit par une inquiétante islamisation de la société totalement contraire à nos principes de laïcité. Après le retournement des printemps arabes qui ont ouvert un boulevard aux islamistes, sur fond de rivalités entre sunnites et chiites, après les sanglantes manifestations anti occidentales dans les pays arabes suite à une vidéo contre l’islam, il est clair que le monde musulman n’est pas prêt d’adopter notre modèle de société occidentale. Le tragique épisode Mohamed MLerah et les récentes manifestations des salafistes à Paris en sont la parfaite illustration. Il est temps de savoir quel type de société nous voulons léguer à nos enfants, ou bien l’héritage fondé sur nos racines judéo-chrétiennes et notre culture gréco-latine, ou bien une société à la libanaise porteuse de violents conflits inter ethniques. Depuis des années, nous subissons un grave choc de civilisation sans réagir. Mais cette passivité, au nom d’une tolérance toujours à sens unique, pourrait bien nous mener au désastre si nous persistons dans notre aveuglement. Il est temps d’affirmer nos valeurs républicaines et notre laïcité qui ne sont en aucun cas négociables. Car si certaines minorités posent déjà problème, qu’en sera t-il dans 20 ans quand elles seront deux ou trois fois plus nombreuses ?

Jacques Guillemain

image_pdf
0
0