1

Si le couple Macron existait, il n’aurait pas besoin de se vendre en permanence !

Voilà plus de cinq ans qu’ils sont observés en continu. Pour les caméras, Brizitte venait faire de la figuration  dans certaines réunions, quand le salarié Manu pressurisait déjà la France depuis Bercy. Le petit entra en campagne, tout Paris le dit amant du beau Mathieu Gallet, homosexuel non dissimulé, 37 ans, alors président de Radio France, lequel doit sa carrière fulgurante à Frédéric Mitterand dont il fut le directeur de cabinet et le fit nommer directeur de l’INA, à 33 ans.

Manu fut élu en mai 2017, en mars 2018, Gallet fut rapidement éjecté sous des prétextes divers et depuis, il est assigné aux oubliettes.

C’est après ces rumeurs qu’avec Paris Match, Mimi Marchand et beaucoup d’autres supports, les Macron ont commencé à nous vendre leur romance passionnée. Si elle est totalement vraie… Donc à trente-neuf ans, cette mère de trois enfants s’entiche d’un ado de quatorze ans, camarade de classe de l’une de ses filles. Elle est alors prof de français dans un établissement jésuite… Outré, son époux quitte brutalement la maison familiale. Éminemment discret, puis décédé, André Ozières ne s’est jamais exprimé.

En fait, ils nous ont vendu une histoire sordide, à laquelle personne, excepté le professeur Sagatori (voir la vidéo),  n’a prêté l’attention morale, psychiatrique et juridique qu’elle méritait…

Ils deviennent même une référence.  Jean-Luc Lahaye, accusé de viol et incarcéré pour avoir usé de ses charmes auprès d’adolescentes,  aurait demandé pourquoi il était inquiété, alors qu’en 1991, madame Trogneux n’avait eu aucun ennui…

Mariés, les tourtereaux d’Amiens le sont, pour preuve une vidéo qui traîne sur YouTube, où à 56 ans, elle avait beaucoup moins de cheveux qu’à 68 ans. La jeune madame Macron ne s’était pas encore abonnée aux perruques volumineuses, la métamorphosant en Macronella. 

Des milliers d’articles puis nombre d’essais nous vendent depuis des années un couple « mythique », à la Kennedy, dont on sait depuis fort longtemps qu’il ne l’était pas, Marylin et d’autres en témoignant…

S’il est vrai que depuis vingt-huit ans les occupants de l’Élysée forment un couple fusionnel, pourquoi en parler ?

Les Français espérant en lui ont acheté un chef d’État, un salarié pour gérer la France, pas un couple se voulant glamour, n’en ayant aucun atour.

Brizitte a presque soixante-dix ans et au moins deux liftings, une maquilleuse de compétition nous la barbouille à (nos) grands frais, quand le directeur artistique de chez Vuitton tente, gratuitement et vainement, de nous la rajeunir.

Ce n’est pas leurs vingt-cinq ans d’écart qui est suspect, c’est l’insistance à vouloir nous faire acheter leur amour, leur complicité, leur exception.

Des couples unis depuis longtemps, il  en est  beaucoup. C’est une telle évidence qu’ils n’ont rien à en dire.

La présidentielle ayant démarré, à nouveau,  les Macron commercialisent  à outrance leur idylle inoxydable, à croire que sauf qu’avec des vagues Covid, Manu n’a plus rien à proposer.

Toutefois, des questions perdurent…

Comment se fait-il que n’ayant présenté que trois livres sur sa photo officielle, l’un d’eux soit Les nourritures terrestres d’André Gide, homosexuel et pédéraste revendiqué, auteur putride, Nobel en 47 et décédé en 51, que la génération de Manu ne connaît pas et les autres à peine ?

Comment se peut-il que Macron se soit laisser photographier, à Saint-Martin, dans les bras de jeunes Antillais torse nus, dans des postures pour le moins indécentes, équivoques et indignes ?

Dans la légende du duo énamouré des Macron, il y a vraiment un truc qui cloche…

Daphné Rigobert