Si les Bleus vont en finale, Hollande pourrait repousser le défilé du 14 juillet !

Publié le 29 juin 2014 - par - 4 031 vues
Share

« Si la France va en finale, le défilé du 14 juillet pourrait être décalé ». Voici le titre stupéfiant du Figaro publié vendredi soir, qui précise que « selon nos informations, si l’équipe de France joue en finale le 13 juillet, on envisagerait, au sommet l’état, de décaler le défilé du 14 juillet au lendemain », un article qui, 24h plus tard, n’a toujours pas suscité le moindre commentaire.

Si nous n’étions en juin on pourrait croire à un grossier poisson d’avril. Mais non.

Pour une finale de football avec onze gugusses courant après une baballe dont la plupart refusent catégoriquement de chanter la Marseillaise, le coquelet gélifié du Faubourg St Honoré serait prêt à bazarder la commémoration favorite des Français, celle qui fait la joie des petits et des grands, notre 14 juillet !

Patrouille-de-France

Défilé du 14 juillet 1919, avec les invalides en tête de cortège

Défilé du 14 juillet 1919, avec les invalides en tête de cortège

Oui, l’Impopulaire de l’Elysée envisagerait donc de chambouler les traditionnelles festivités du peuple, lesquelles tombent plutôt mal puisqu’elles risquent de chevaucher les festivités footballistiques. « Les Champs-Elysées vont être pris pour l’éventuelle fête que pourrait être celle de la victoire ». Oui vraiment, c’est ennuyeux tout de même ce 14 juillet…

N’ayant pas – heureusement – le don d’ubiquité, Fraise-des-Bois ne pourrait pas tout à la fois se trouver au Brésil en cas de finale de la « France », et sur les Champs-Elysées. Alors bien sûr, conscient de l’impopularité époustouflante qu’il génère et du dégoût que sa politique inspire, il aimerait opter plutôt pour le repli vers le Brésil où personne ne le connaît encore, tel un ancien criminel de guerre devenu indésirable et empressé d’échapper à son procès, plutôt que de faire ce pour quoi il est payé dans son propre pays, lequel ne lui inspire au fond rien de plus enthousiasmant qu’un ballonnement digestif d’après repas.

Le souci c’est que tout de même les Français sont sacrément attachés à cette journée, hautement symbolique à leurs yeux historiquement parlant, puisque rappelant l’unité de la Nation, mais aussi en raison de l’hommage rendu ce jour-là à leur Armée pour laquelle ils gardent une fierté et un soutien sans faille. Le peuple en attend d’ailleurs le même soutien au cas où le besoin s’en ferait sentir, si par exemple il était maltraité, gazé par ses élites… Je dis ça comme ça…

Cela ne suffisait donc pas qu’une Norvégienne réclame de supprimer le défilé militaire pour le remplacer par un défilé de gens portant des bouquets de fleurs, qu’un vieil Allemand tripoteur d’enfants le compare à des « parades de la Corée du Nord », que l’on fasse défiler des Algériens sur les Champs-Elysées en humiliant Pieds-Noirs et Harkis, ainsi que les victimes des exactions des supporters d’Algérie de ces derniers jours, il faut qu’une fois de plus, l’hominidé qui nous sert de président, et accessoirement de chef des Armées, méprise aussi gravement ceux que sa fonction implique de représenter.

La seule période où le défilé n’a pu se tenir était celle de l’Occupation, autant dire que le renoncement était justifié, mais là, un match de foot… Quelle curieuse hiérarchie des priorités…

Victoire-hollande-bastille

Au-delà du mépris que l’Elu du Maghreb a pour le peuple français, et même s’il ne se défilait finalement pas du défilé, le simple fait de l’avoir envisagé démontre un mépris affiché pour nos militaires qui se sont préparés de longue date, qui ont pris des engagements pour que tout soit parfait au détail près, comme chaque année, et qui ont peut-être fait d’autres projets pour le lendemain, mais aussi pour le gratin politique français et étranger, invité pour cette date précise, dont il se moque éperdument, faisant fi de leurs engagements à eux. Quel manque de diplomatie, quelle grossièreté de rustre, quel manque de savoir-vivre ! On peut se demander d’ailleurs à quoi sont payés ses conseillers en communication.

Si j’étais l’une des invités, je lui poserais tout simplement un lapin, laissant ma chaise vide, et j’inciterais les autres invités à en faire autant. Après l’épisode du parapluie de sa royale majesté et du comportement de son ex Hidalgo, la mère de sa fille, on se dit que l’éducation n’est pas franchement l’apanage des socialistes.

Bien entendu, compte tenu de la détestation du peuple à son égard, Monsieur Flanby ne fait pas le fier, il se sait conchié, détesté. Un compteur tourne sur internet décomptant les jours, les minutes et les secondes restant à le subir avant son départ. Il reste encore 1 042 jours en ce 29 juin… Soupir…

Divers mots d’ordre courent afin d’envisager des tactiques pour ce 14 juillet, soit tourner le dos à son passage, soit siffler ou soit encore brandir des banderoles « Hollande démission ». Certains y ajouteraient même volontiers des jets de légumes avariés. Qu’importe la manière, reste le message. Nous n’en pouvons plus de ce phénomène de foire qui nous ridiculise dans le monde entier depuis son élection, avec un mépris doublé d’une beaufitude navrante. Ce bonhomme-là a fait du poste prestigieux de président de la France une estrade de comique-troupier à la façon d’un Ouvrard, sauf qu’en l’occurrence, c’est nous qui ne sommes pas bien portants.

La meilleure option pour tout le monde serait finalement que le Mollusque ne se présente pas à nos festivités, qu’il soit au Brésil ou sous la couette de Julie, qu’il nous fasse l’honneur de son absence, et que l’hommage à notre Armée se déroule sans lui.

Caroline Alamachère

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.