Si Macron ne nommait pas Ménard ministre, ce serait dégueulasse !

Robert Ménard vient de franchir une nouvelle étape, dans son rapprochement, de plus en plus visible, avec LREM et le Président de la République.

Dans un long entretien (voir ci-dessous) accordé au magazine Causeur et à Elisabeth Levy, il déclare qu’il préfère cinquante ans de présidence Macron à un an de guerre civile.

Robert Ménard: «Je préfère cinquante ans de Macron à un an de guerre civile»

Celui qui n’a cessé de demander une dictature sanitaire encore plus féroce à Macron, qui a dégueulé sur tous les plateaux de télévision contre son « ami Éric », qui se soumet à l’invasion migratoire, à l’islam et à la dictature écologiste, qui veut combattre la Russie de Poutine et se montre encore plus européiste que Macron, mériterait que son évolution, certains diront sa trahison, soit récompensée…

En effet, après tout ce qu’il a fait pour la Macronie et son mondialisme, s’il n’était pas nommé ministre par Macron et son prochain Premier ministre, cela serait vraiment dégueulasse !

ENTRETIEN INTÉGRAL DE MÉNARD ACCORDÉ À CAUSEUR

Finis les excès verbaux, les slogans et les affiches chocs. Le maire de Béziers a changé. S’il a soutenu Marine Le Pen, par fidélité, cela ne l’empêche pas de saluer certaines actions d’Emmanuel Macron. Soucieux de montrer le chemin de la réconciliation nationale, Robert Ménard s’arme de sagesse et de bienveillance.

Causeur. À en juger par vos récentes déclarations, vous avez changé. Pouvez-vous expliquer cette évolution ?

Robert Ménard. Je me « gargarise » un peu moins ! J’ai été journaliste pendant plus de trente ans et, quand on est journaliste, on aime les mots, et plus encore les bons mots, parfois au détriment de ce qu’on voit et pense réellement. Je suis arrivé à la mairie avec le goût du slogan et de l’affiche choc. Et je me suis aperçu que ça blessait des gens. Or quand on est journaliste, on n’a pas affaire aux gens ! Quand on a envoyé son article, neuf fois sur dix, on ne revoit plus jamais les personnes dont on parle. Au contraire, un maire vit au jour le jour avec les gens, il les croise en bas de chez lui. Et puis être maire vous confronte à la complexité des choses, on voit que c’est difficile d’agir sur le réel. Finalement, j’ai réalisé que j’aimais les gens plus que les idées.

En somme votre évolution porterait seulement sur la forme ? On a tout de même le sentiment que sur les sujets comme l’immigration, vous vous êtes un peu déplacé. Vos idées ont-elles changé ou les exprimez-vous moins brutalement ?

J’ai réalisé que ça ne servait à rien de rajouter du malheur au malheur. Parfois, mes excès couvraient des attitudes ou des propos dont je ne suis pas très fier : je pense à cette affiche où on voyait des migrants qui semblaient s’en prendre à notre cathédrale et dont la légende était « Vous n’êtes pas les bienvenus ». Je mesure à quel point la tentation d’être applaudi fait dire de mauvaises choses, que l’on peut toujours justifier intellectuellement mais dont on sent que ce n’est pas bien. Je ne cherche pas à faire de la poésie, mais pris dans une espèce de plaisir à provoquer, à être repris par mes ex-confrères, j’ai sans doute oublié une certaine prudence qui n’est pas forcément synonyme de lâcheté ou de compromission, mais peut-être d’un peu de sagesse.

Certes, il y a les phénomènes que l’on peut dénoncer et les individus qui en sont les agents inconscients. Considérez-vous encore que l’immigration et l’islam identitaire sont un combat prioritaire pour notre pays ?

Oui, mais je sais aussi que les migrants n’arrivent pas massivement avec la volonté d’islamiser le pays. Récemment, pendant une visite d’un quartier dit « difficile », une maman musulmane m’a expliqué qu’elle avait inscrit sa fille à l’école Notre-Dame et que ça lui coûtait 200 euros par mois. Je lui ai fait remarquer qu’il y avait, près de chez elle, une école publique gratuite mais, m’a-t-elle répondu, elle voulait du « mélange », elle voulait « des Français ». Quand on me dit ça, je réponds systématiquement : « Mais vous êtes Français vous aussi ! » Et dans 99 % des cas, ils le sont ! Bien sûr, on comprend ce qu’ils veulent dire. Mais on n’ose plus employer les mots justes… Pour revenir à cette fameuse affiche, elle donnait l’impression qu’on pointait du doigt l’islam au risque d’attiser une guerre de religion. Évidemment, je ne fais pas une guerre à l’islam, mais à l’islamisme radical et ce n’est pas la même chose. Aujourd’hui, je n’ai pas envie de faire de la peine à cette dame. Elle est sympathique, et nous aurions mille choses à nous raconter. Je préfère désormais ce genre de dialogue aux coups médiatiques du passé.

Vous disiez alors qu’il y avait, sur notre territoire, une autre civilisation qui voulait s’installer. Le pensez-vous toujours ?

Pour reprendre l’exemple de cette dame, je ne pense pas qu’elle ait envie de reproduire l’Arabie saoudite à Béziers. Le problème, c’est le nombre ! Quand, dans une école, 90 % des élèves ou plus sont issus de l’immigration, ils peuvent être très sympathiques individuellement, on n’a pas les moyens de les intégrer et encore moins de les assimiler. Et cela à leur détriment. Seulement, la façon dont je disais ce genre de choses paraissait se résumer à : « Ouh, il y a trop d’Arabes ici ! » Or, je n’ai jamais pensé dans ces termes et j’ai toujours cherché à mettre en place des solutions pour faciliter cette assimilation. Il faut réduire le flux migratoire, oui, mais sans blesser ou aliéner ceux qui sont là.

Votre expérience de maire vous a fait changer, et peut-être le contact avec vos enfants, qui sont plutôt gauchistes…

Ah ça, le dialogue est parfois vif ! Mais mes enfants m’apprennent des choses. Et même s’ils votaient Mélenchon, je ne dirais jamais qu’ils sont des « collabos », comme l’a dit Thierry Mariani à propos des Insoumis.

Mariani a eu tort de se livrer à cette instrumentalisation de l’histoire. Reste que, s’il y a un fascisme islamique, la complaisance de Mélenchon à son endroit est indéniable.

Je ne cesse de rappeler que Mélenchon est allé manifester avec des islamistes au cri de « Allah Akbar ! » mais je ne choisirais jamais le mot collabo !

En politique, il faut aussi marquer les esprits. N’avez-vous pas peur qu’un discours trop raisonnable n’imprime pas ?

Lorsque je passe à la télé, on me fait souvent le crédit d’exprimer ce que beaucoup de gens pensent. Je crois que c’est parce que j’affiche mes convictions. Aujourd’hui ma conviction est que notre pays a besoin de se réconcilier.

Il faut faire attention avec la réconciliation, parce que la division, la controverse, le désaccord sont l’état naturel des sociétés humaines.

Oui, mais entre division et guerre civile, il y a une nuance. Je suis pour la controverse, je ne l’ai jamais fuie. Mais quand je vois certaines personnes, dans nos mouvances, assumer le risque d’une guerre civile pour, disent-ils, « sauver la France », je me demande s’ils savent de quoi ils parlent. La guerre civile, c’est la pire des choses ! Il faut ne jamais avoir bougé de son fauteuil pour supporter cette idée-là ! Comme journaliste puis comme patron de Reporters sans frontières, j’ai connu nombre de pays en guerre civile : c’est le plus grand malheur qui puisse arriver à un peuple. Je préfère cinquante ans de Macron à un an de guerre civile.

Vous préférez aussi cinquante ans d’islamisation à un an de guerre civile ?

Mais on peut s’opposer à l’islamisation sans faire la guerre aux musulmans ! Allez-vous faire la guerre aux petits cons qui font l’apologie des Palestiniens, alors qu’ils ne savent même pas où ça se situe sur une carte ? C’est du fantasme, de la bêtise ! Ce qu’il nous faut combattre, c’est cette ignorance abyssale. Et ce combat se mène par la politique et par l’éducation.

Selon vous, on peut dire les choses sans blesser. Vous aviez avec Zemmour une vieille amitié, mais vous l’avez attaqué, y compris quand ça allait mal dans son camp. N’avez-vous pas failli à votre devoir d’amitié ?

Je pourrais inverser la question : j’étais seul à soutenir Marine Le Pen quand tout le monde lui tournait le dos, y compris bon nombre de mes copains ! Si j’ai voté Le Pen, c’est aussi par fidélité à la parole donnée. Dès le mois d’août, j’ai expliqué mes désaccords à Éric Zemmour et je lui ai dit que je ne ferais pas campagne avec lui. J’ai même écrit un texte pour expliquer mon vote Le Pen. C’est Éric qui est d’une violence insupportable. Il nous faisait revenir au temps de Jean-Marie Le Pen. Vingt ans en arrière ! En réalité, il n’a jamais su quitter le terrain des idées. Il s’est moqué de Marine Le Pen en disant : « Elle aime les chats, et moi j’aime les livres. » Son problème, c’est qu’il n’aime que les livres. Or pour faire de la politique, il faut aimer les gens.

Mais Jean-Marie Le Pen a mis certains sujets sur la table à une époque où personne n’en parlait. Vous pouvez admettre que si Zemmour n’avait pas parlé d’immigration, d’islamisme, d’identité, ces thèmes auraient été totalement absents de la présidentielle.

Je n’ai cessé de dire que je lui reconnaissais ce mérite-là ! Le RN parle de ces sujets depuis quarante ans ! Pourtant, il a fallu que Zemmour s’en empare pour que la bourgeoisie se sente concernée. Que vous le vouliez ou pas, entre Le Pen et Zemmour, c’est une affaire de lutte des classes. Éric est du côté de la bourgeoisie de droite, dont certains représentants sont horrifiés à l’idée de voter comme leur femme de ménage. Ça saute aux yeux !

Donc Éric Zemmour a bien eu ce mérite-là, mais avec quels mots ! J’ose à peine employer le terme « bienveillance » car il a été accaparé par Macron, mais oui, il faut être bienveillant avec les gens. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai changé sur des sujets importants. J’étais pour l’interdiction du voile islamique dans l’espace public, aujourd’hui je crois que c’est une bêtise, non seulement parce que c’est infaisable, mais parce que cela revient à faire fi d’une motivation d’une partie des femmes. Toutes ne sont pas contraintes de porter le voile.

Certes, mais on a le droit de penser que le voile est contraire aux mœurs françaises. De plus, c’est un instrument de conquête des Frères musulmans.

Je suis d’accord avec vous, mais comment l’expliquer aux gens ? Certainement pas à coups d’interdictions.

Dans son discours du Trocadéro, Zemmour tendait la main aux musulmans et leur a dit, « Vous êtes mes frères ». Personne n’en a parlé ; on a préféré en faire des caisses sur les « Macron assassin » scandés par quelques manifestants.

Vous savez comment fonctionnent les médias. Et puis il a dit que certes, il condamnait ce slogan mais « en même temps » qu’il le comprenait. Eh bien, non ! Ce n’est pas compréhensible.

Vous êtes donc resté loyal à Marine Le Pen, même si économiquement vous êtes plus à droite qu’elle…

Oui, elle a évolué sur beaucoup de choses, même si ce n’est pas assez à mon goût. Sur l’Europe, elle est au milieu du gué. Sur Poutine, heureusement que Zemmour lui a servi de paratonnerre, car elle avait à peu près les mêmes positions que lui. Il y a ce tropisme pour cette espèce de nationalisme un peu viril qui plaît tellement à la droite de la droite, mais elle a été suffisamment raisonnable pour dire immédiatement qu’il fallait accueillir les réfugiés. Marine a besoin de parler avec des gens qui ne lui doivent rien. Je suis l’un des rares à ne rien attendre d’elle, donc à n’avoir aucune prudence quand je lui parle.

Venons-en à Emmanuel Macron et à son incroyable capacité de séduction. Lors de sa visite à Béziers, elle semble avoir fait effet sur vous.

D’abord, je suis spontanément respectueux du chef de l’État quel qu’il soit. Ensuite, il a un vrai bon contact avec les gens. Sur les réseaux sociaux, on m’a reproché de lui avoir serré la main chaleureusement. Il aurait fallu que je la prenne comme les gens de la France insoumise ou les communistes prennent la mienne, en donnant l’impression qu’ils touchent un truc un peu répugnant. Cela dit, à Béziers, à part trois pingouins proches de Zemmour, personne ne m’en a fait le reproche. Macron a eu la bonne idée, pour lui et pour moi, de m’inviter à l’Élysée lors de son hommage aux pieds-noirs. Ses mots m’ont touché, et je l’ai dit. Je lui ai dit à quel point mon père aurait été fier de me voir là et d’entendre ces paroles-là pour les pieds-noirs que nous sommes.

Le problème c’est qu’il y en a pour tout le monde. Il rend hommage aux pieds-noirs et il fait des salamalecs aux Algériens…

C’est vrai et je lui en ai parlé ! Je lui ai dit aussi que le 19 mars, comme tous les ans, je mettrais les drapeaux en berne, ce que j’ai fait. On peut être respectueux du chef de l’État et avoir avec lui des désaccords. Peut-être que je deviens trop vieux pour l’opposition systématique…

Vous n’allez pas commencer à 70 ans une carrière de courtisan.

Ce n’est pas vraiment mon genre… Je suis un maire heureux. Je n’attends rien de personne.

Vous êtes sincèrement admiratif des qualités de Macron. Envisagez-vous de travailler avec lui ? Vous l’a-t-il proposé ?

Je discute avec tout le monde, y compris des gens très proches du président qui me savent gré de ne pas être toujours dans la critique. J’ai été le premier élu de droite à approuver le passe sanitaire, alors que j’avais beaucoup critiqué la gestion de la crise sanitaire l’année précédente. De même, sur l’Ukraine, je n’ai pas hésité à affirmer qu’il avait raison et que mes amis avaient tort. Il y a peut-être des gens qui regrettent que je ne sois pas le facho qu’ils imaginaient, mais c’est tant mieux pour moi et surtout pour ma ville.

Si on vous propose d’entrer au gouvernement, étudierez-vous cette proposition ?

La seule question que je me poserais, c’est : pour quoi faire ? Si demain Macron vous appelle et discute avec vous, vous n’allez pas lui raccrocher au nez.

Pensez-vous que Macron est capable de mener à l’apaisement que vous appelez de vos vœux ?

Je l’espère. Et je ne lui fais aucun procès d’intention.

Causeur N°101 de Mai 2022

image_pdfimage_print
14

75 Commentaires

  1. Eh bien moi je dis haut et fort que malheureusement il nous faudra aller jusqu’à la guerre civile, qui existe déjà de toute façon dans les esprits, pour que notre pays se relève !
    Macron détruit la France, en la soumettant à des intérêts étrangers et au péril islamiste… et tous ceux qui le soutiennent sont au mieux des inconscients, et au pire, des traîtres !

    • Merci Semper fidelis pour ce commentaire.
      Robert Ménard: «Je préfère cinquante ans de Macron à un an de guerre civile»
      De toute façon, Robert va avoir la guerre civile que son père (ancien OAS) a vécu à ORAN en 1960/1962. Et ce couillon « avec d’autres abrutis », ont semé les mauvaises graines, et la récolte est ce qui se passe en France en ce moment, (c’est juste le commencement). Plus dure sera la chute!
      Avec des Veaux! (Idiots utiles pour l’ennemis)..
      La France est en état de péché mortel.
      Elle connaîtra un jour le châtiment. »
      Maréchal Alphonse JUIN, 2 juillet 1962

    • Figurez-vous qu’il y a des types (ils s’appellent « vrais patriotes » entre eux) qui la souhaitent cette guerre civile ! Si, si
      ils la souhaitent au chaud depuis derrière leur clavier, c’est tout dire.

  2. « 50 ans de MACRON contre 1 an de guerre civile… » Mais, ce connard se rend-il compte que c’est avec de tels raisonnements que nous en sommes là ?! Ce type est un véritable IRRESPONSABLE, l’un des pire fossoyeurs de notre Nation X fois millénaire. Mais la question fondamentale est : Jusqu’où vont-ils déclasser notre Patrie ? Faire disparaître les Gaulois de souche ? Oui monsieur MENARD la guerre civile en France est imminente et vous en serez un des metteurs en scène au même titre que MLP, célèbre machine à perdre de France, experte en trahison de ses électeurs ! Pour les législatives, TOUS DERRIERE « Z » !

    • Moi je préfère haut-la-main un an de guerre civile dans le plus pur style de Martel à l’engloutissement de mon pays sous les hordes barbaresques.

    • Il est en effet un fossoyeur (il en a la « tête d’enterrement » !) de la France mais pas seulement : il est également un faux jeton de première classe !
      Une terrible déception pour beaucoup de patriotes, ce ménard !
      Je crains malheureusement qu’il ne soit pas le seul faux derche. Il y en a une autre qui se précise et là on tombe de haut.

      • Vous avez raison « Carole ». Et compte tenu de mon vieil Etat Civil, je suis en mesure de vous confirmer que cela va de pire en pire depuis près de 50 ans ! Que la vie était agréable lorsque j’avais dans la trentaine ! Nous bossions dur, mais nous gagnions très bien notre vie. Pour le Patronat… beaucoup trop bien ! Car personne n’en parle, mais ce dernier est le 1er responsable de la situation catastrophique de notre Nation et… de ses habitants de souche ! Et nos politicos mafieux n’ont JAMAIS rien fait contre cette descente aux enfers, bien au contraire en parfais incapable de gestion ils n’ont fait qu’aggraver les choses… mais pas pour eux !…

  3. Inutile de perdre son temps à lire les sornettes de Ménard, il est clairement soumis au socializm mondialiste et n’a plus rien à voir avec les Patriotes désireux de sauver la Nation française et sa prestigieuse civilisation greco-chrétienne désormais submergée de mahométans conquérants par le socializm.

  4. Cet homme est une preuve vivante que les thérapies géniques covidesques répétées, si on y survit, altèrent gravement les capacités cognitives, sclérosent les neurones et entraînent une perte de QI de l’ordre de 20 à 30 points.
    De surcroît, elles provoquent des changements de personnalité tels que la plupart de leurs proches qui ont échappé aux piquouses disent : « Ce n’est pas possible, on ne le reconnaît plus ! »

  5. Il a raison, même si moi je préfère une france unie et heureuse, mais pour cela il faut oublier les drogues, comme le racisme, le fachisme, le nazisme et le mensonge … On peut vivre sans drogues et sans élections, ou du moins essayé en diminuant le nombre de maire d’abord qui pour la plupart sont élu par clientelisme et non par esprit de service

    • En parlant de nazisme, Mein Kampf est le deuxième livre le plus lu dans certains pays musulmans, après le Coran… C’est qui les nazis ?!

      • «  »Montecristo Editora, éditeur brésilien d’une version à succès de l’ouvrage, indique que ses ventes ont connu une croissance soudaine à la fin de l’année 2013 et que les acheteurs sont principalement américains et européens » »…source wiki….mdr

        • Alors je ne vais pas plomber Wikipédia, qui a son intérêt, mais il est des sources très bien renseignées qui disent le contraire. Et en Occident, l’écrasante majorité le lit par curiosité pas par conviction. Quoi qu’il en soit, il m’arrive de faire de la recherche et je ne me contente pas de Wikipédia, outil beaucoup trop aléatoire. Alors, mourez de rire si vous voulez, mais pour quelque chose qui en vaille la peine au moins !

          • Il y en a donc encore qui avalent tout ce que dit Wikipedia ? Les pauvres !

              • L’avantage de wikipédia c’est d’offrir un rapide résumé à l’usage des simples, je pourrais trouver mieux comme références, c’est évident, mais dans le cas présent, ça suffit largement…

            • Attention à Wikipédia qui semble être sous influence « bien-pensante » et se permet des jugements de valeur sur certaines personnes, traitées par exemple de complotistes alors qu’un site comme celui-là devrait rester neutre et ne citer que des faits.
              Je me rappelle avoir été très choquée par une illustration de Jésus qu’ils avaient représenté avec une tête horrible, vulgaire à la place de sa représentation classique. Ils ont changé l’illustration par la suite.

          • Je ne l’ai jamais lu, ça ne sert à rien et puis adolph Hitler et bien d’autres hommes de son entourage étaient juifs. Moi je lis parfois les écrits de riposte laïque, et les paysages de France, ça me suffit, je ne regarde plus play-boy ou lui magasine, ou vélo magazine pardon

    • La France était unie et heureuse avant d’être envahie. Elle crève de l’immigration et du multiculturalisme qui lui ont été imposés à marche forcée. Les pays homogènes sont les plus sûrs et sereins.

  6. Je préfère la guerre civile maintenant que dans 50 ans quand les musulmans seront 4 fois plus nombreux

    • Salut Ruddy!
      Robert Ménard: «Je préfère cinquante ans de Macron à un an de guerre civile»
      De toute façon, Robert va avoir la guerre civile que son père (ancien OAS) a vécu à ORAN en 1960/1962. Et ce couillon « avec d’autres abrutis », ils ont semé les mauvaises graines, et la récolte est ce qui se passe en France en ce moment, (c’est juste le commencement). Plus dure sera la chute!
      Avec des Veaux! (Idiots utiles pour l’ennemis)..
      La France est en état de péché mortel.
      Elle connaîtra un jour le châtiment. »
      Maréchal Alphonse JUIN, 2 juillet 1962

  7. Franchement ce type est vraiment un sale collabo et traitre à la nation comme Mélenchon , Macron,Estrosi et pleins d’autres aussi que ça lui plaît ou pas !

  8. « Pensez-vous que Macron est capable de mener à l’apaisement que vous appelez de vos vœux ?
    Je l’espère. Et je ne lui fais aucun procès d’intention ».
    Je m’interroge surle contenu de cet « apaisement », vu que Macron est un ennemi mortel de la France et des Français et plus généralement de la civilisation occidentale traditionnelle ( qui est la seule qui vaille pour l’Occident puisqu’elle a été son socle ) . Il ne suffit pas de jouer au cador, à des fins de gloriole personnelle, face à Poutine pour être le protecteur de l’Occident. l’Occident « macronisé », c’est l’apaisement version le bled, le souk puis la paix des cimetières.

  9. Ce type, issu de la pire socia(lie) et dont on sent bien qu’il y adhère toujours, n’est que maire de Béziers (grâce au FN) et il n’est que cela. Arrêtez d’en faire une sorte de  » guide suprême » (en plus, il a la tête à ça, avec un magnifique turban, il ferait couleur locale chez les Perses) comme les merdia l’y poussent et qui n’est rien sans eux.

  10.  » il déclare qu’il préfère cinquante ans de présidence Macron à un an de guerre civile  »
    Une traduction me semble nécessaire :
    En clair ça veut dire qu’il préfère se faire sodomiser méchamment par macron ou un coloré plutôt que de se révolter, ménard c’est le mec qui s’est déplacé toute sa vie le pantalon sur les chevilles, ce n’est pas pratique mais avec de l’entrainement on y arrive, la preuve

  11. Ha oui alors, ce serait déguelasse et d’une totale injustice!
    Bien souvent les collabos ont été bien récompensés! Il doit avoir la foi et y croire très fort!……..

  12. Je préfère cinquante ans de Macron à un an de guerre civile. nous dit il!

    pauvre type, nous allons avoir les deux!

  13. Lui premier ministre? On va se faire ménardiser, ou baizier pendant cinq ans. On a assez de Macron pour ça. Pas envie du père saute à reculon a Matignon. Un traître sans frontières!

  14. Il y a pire que les ennemis : il y a les traîtres et menard fait partie de ceux là…

  15. Ménard il a un avantage : on voit sa débilité à sa tête. Aussi con à l’intérieur qu’à l’extérieur. Au moins y a pas erreur sur le produit, c’est là son honnêteté.

  16. ça y est , comme un grand nombre, il est tombé deux pieds joints dans la gamelle

  17. Ce carrérsite était aguchiste quand le gauchisme triomphait, est devenu – du bout des lèvres – aptriote au moment, il y a quelques années, où le patriotisme commençait à avoir une chance sérieuse. Et le voilà retourné au sérail, maintenant que la messe est dite, quelques retournements de veste de métronome après. Je n’ai jamais supporté sa mine et son ton geignards, caricaturaux des gauchistes bourgeois.

  18. Un énième, sans aucune surprise, qui a le sens de ses intérêts. Il ne risque rien ,personnellement, les poches pleines, à une quelconque « guerre civile ».

  19. Au chiotte les traîtres ! De toute façon ce connard n’a jamais eu rien de sérieux à proposer !

    • Une seule chose à rétorquer au Ménard c’est :: casse toi pauvre con ! Dixit son nouveau copain Sarkozy et ceux qui vont lui procurer un petit strapontin dans le gouvernement macronien, gaucho un jour , hélas. Toujours….:-))

  20. « 50 ans de MACRON contre 1 an de guerre civile » quel lèche Q ce type.
    Nous n’aurons pas 50 ans de Macron , mais la guerre civile est plus que probable.Tout notre appareil industriel bradé par Macron et l’UE aux yankees,l’hyper inflation sur fond de pénuries de tous ordres y compris d’énergie,dette et déficits publics etc etc …..RV dans les supermarchés , les rayons sont quasi vides et ce n’est que le début.Pendant ce temps l’UE imprime de la fausse monnaie sur sa planche pour alimenter l’inflation.

  21. Avec un tel choix on va avoir les trois, la guerre civile, la guerre mondiale, la chute de l’euro et le deshonneur.

    • Tout à fait juste ANDRE ! Je pense que maintenant tout va aller bien vite …

  22. ..les salisseurs de mémoire feraient mieux de fermer le claque merde…( M.Audiard)

  23. Eurêka !!! En voyant cette photo ,j ai compris l expression : » il a l’air d’un chien battu »

  24. La France de Ménard dans 50 ans . Restetra-t- il sur pierre dans une France réduite à sa seule expression géographique ?20 millions d.immigrants auront été accueillis, 30 pour cent de la population féminine ,mariée de force à des barbus, convertie de force ,réduite à la dhimitude avec la bénédiction des instances culturelles européennes . Naturellement l.affreuse guerre civile aura eu lieu avec la participation active des pays du golfe et de nos bons amis algériens et d.un corps tchétchène e envoyé par la Russie . Les petits enfants de Ménard pousseront la charrette de l.ancien président radoteur ,égrotant, complètement gâteux dans une maison de santé californienne pour milliardaires davossiiens.

  25. En tout cas moi en cas de duel Au second tour des législatives député Macron ou député Melenchon ça sera vite choisi même si ça m enchanté guerre je voterai bien évidemment Melenchon car si Macron a la majorité ça va être 5 années très très difficiles (sanitaire, pouvoir d achat, OTAN et le risque de guerre …)

  26. Les élucubrations de ménard(connard) ne regardent que ceux qui sont comme lui le gvt momo est un gvt de traîtres de tout poils donc les ménard/méchantcon ont toute leur place…

  27. l’interview est tellement insupportable que le courage manque pour aller jusqu’au bout : reste un fait évident : cet energumène à retourner sa veste, et ses envolées lyriques et bien pensantes n’y changent rien – – et ne lui en déplaise mais « collabo » est bien le mot qui convient pour désigner tous ceux qui pactisent avec l’islamisme et ils sont nombreux au centre, mais plus encore à gauche et à l’extrême gauche

  28. MENARD, ta gueule ! Après avoir réussi à faire mettre MARINE en 2ème position pour que MACRON soit élu, maintenant tu es tout heureux que MACRON le soit en lui lèchant les bottes (et je suis poli)! Tu n’es qu’un anti-France. Ton Père doit se retourner dans sa tombe. Toi un Pied Noir ?… non, une merde !!!

  29. J’aimerai pas être dans la tête de ce guignol, ses 2 neurones doivent se bousculer comme dans un jeu vidéo de première génération

  30. Je ne savais pas que ménard cherche une place de concierge à Matignon !
    C’est pas payé cher mais il aurait un logement de fonction.

  31. je n ai pas eu le courage de lire l interview-fleuve degueulis du traitre menardeau !seul valls le depasse en trahisons et en KRATOPHILIE . je ne lis plus ni n ecoute ce genre de menteur !un seul qualificatif pour eux ;insignifiant ! mais la palme d or de la HONTE , je la decerne tout de meme a valls , futur depute des FRANCAIS expatriesen ESPAGNE ET AU PORTUGAL ! TOUT LE MONDE EN RIT ET MACRONESCU A LA FAIT UN COUP DE MAITRE EN LUI DONNANT CETTE CIRCONSCRIPTION POUR AVOIR BIEN LECHE … le pire , c est que malgre la honte , il accepte quand meme c est dire le feeling de ce rat d egout de la politique FRANCAISE …

  32. Je suis déçu par Ménard. Il est moins d’extrême-droite qu’avant.

    • Je suis satisfait par Ménard. Il est plus d’extrême-gauche qu’avant.

  33. On va avoir Macron ET la guerre civile, comme ça tout le monde sera servi.

    • Ca confirme qu’on a bien fait d’attaquer en septembre 39 mdr

  34. Après, faut dire qu’on collabore avec tellement de groupes qui n’ont pas les mêmes intérets que nous qu’on a du mal à s’y retrouver …mdr…Je me demande ce que penserais Jeanne d’Arc si elle revenait sur terre….

  35. ménard « déclare qu’il préfère cinquante ans de présidence Macron à un an de guerre civile. » me fait penser à ce que disait churchill aux munichois sur le déshonneur et la guerre, au bémol près que 50 ans est en fait 5 ans de macron et la guerre civile avec.

  36. Ménard est vraiment une Merde ,il est l’équivalent de Valls .j’ai du mal à juger qui est la plus grosse ordure des deux .la guerre civile ,il l’aura tout de même ,grâce à Macron dont il semble devenu un grand admirateur. mais nous sommes prêts ,les listes de collabos sont prêtes .

  37. Si je ne savais rien de lui, je dirais que cet homme est un grand dépressif. Quelle tristesse, quelle désolation sur ce visage ! On ne peut rien attendre de bon d’un dépressif. Il a baissé les bras.

  38. Guerre civile, guerre civile ? Parce que tous les jours quand on lit dans les presses régionales on y est pas en guerre civile ? Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton ! Question de point de vue !

  39. il veut macron pour éviter la guerre civile?
    Il vient d’avoir Macron pour 5 ans et il aura la guerre civile ou la chienlit qui en tiendra lieu.
    A moins que macron ne change de politique?
    Ouais! Changer de politique pour macron, ce serait changer de camp, ce serait quitter Bilderberg, donner sa démission de l’état major des mondialistes, et rejoindre le camp de la France Citoyenne.
    Macron n’y songe même pas. En meilleur élève du grand collège des jésuites, il fera pire que lors du 1er quinquennat, en racontant le contraire.
    Le gouvernement du verbe, de la sémantique, des mots détournés et des phrases gonflantes a encore cinq années pour achever « le djob »!

  40. Une dose de sirop Macron et hop ça va mieux, Ménard renifle comme une catin le parfum de sa reine !

  41. Eh bien moi je préfère de loin des années de guerre civile à un simple quinquennat du poudré. Et soyez sûr que je prendrai les armes.

  42. « Je préfère cinquante ans de Macron à un an de guerre civile »
    Vous avez voulu éviter la guerre (civile) au prix du déshonneur.
    Vous aurez le déshonneur et vous aurez la guerre. W Churchill
    La leçon des accords de Munich ne vous a servi à rien.

  43. Menard a des excuses, il est dyslexique.

    Il voulait dire :  » je préfère 1 an de Macronie quitte à avoir 50 ans de guerre civile ».

    Vous savez pourquoi ?

    Parce qu’il suffit d’être ministre un an, pour avoir droit à une retraite de ministre.

    Il fô expliquer à Ménard que ce n’est pas nous qui voulons la guerre civile.
    Mais lui qui la prolonge et l’aggrave en la niant.

  44. Et moi le contraire, et nous sommes de plus en plus nombreux.

Les commentaires sont fermés.