Si Mélenchon était un vrai démocrate, il se réjouirait que Marine Le Pen soit élue députée

Publié le 21 mai 2012 - par - 821 vues
Share

Le chef de bande Mélenchon veut défier les « nauséabonds ». Il montre ainsi sa bravoure à ses copains : « Z’allez voir les gârs la pâtée qu’on va mettre à ceux d’en face ! ». On reste pantois devant un esprit aussi primaire.

S’est-il rendu compte que les citoyens qui votent pour Marine le Pen sont pour la plupart les gens modestes qui ont été lâchement abandonnés par la Gauche ? Ces gens subissent depuis longtemps la crise économique et la concurrence des pays à faible coût salarial, ils voient l’euro trop fort pousser les entreprises à délocaliser. Face à cela la gauche dit : pas de protectionnisme ! Ils voient arriver des flux ininterrompus d’immigrés alors qu’il n’y a pas de travail et que l’école n’arrive plus à intégrer ces populations. Face à cela la Gauche dit : régularisation de tous les clandestins (incorrectement appelés les sans-papiers puisqu’ils ont les papiers de leur pays). Au lieu d’écouter les citoyens Mélenchon réagit en bouledogue aboyeur. C’est atterrant de bêtise.

Les derniers sondages disent qu’il va probablement remporter ce siège de député. Qu’aura-t-il gagné ? Seulement de faire monter d’un cran le ressentiment des électeurs de Marine le Pen

Le ressort se charge

Si Mélenchon gagne son combat à Henin-Beaumont, et les autres chevaliers dans les autres circonscriptions le Front National n’aura pas de représentant à l’assemblée nationale. Un parti qui représente 18% de la population sera exclu des décisions les plus importantes du pays (même si tout le monde sait que le vrai pouvoir est à Bruxelles). Les écologistes qui ont fait 2% ont une ministre, allez comprendre ! Ce mode de scrutin arrange bien les gens bien installés qui négocient les places, pour les autres ils n’ont pas droit à la parole.

En voulant à tous prix museler le peuple Mélenchon fait augmenter le sentiment de confiscation de la démocratie qu’prouve une partie dela population. Leressentiment augmente, les délaissés se radicalisent : le ressort se charge.

Si Mélenchon avait été un vrai démocrate il n’aurait pas cherché à museler Marine le Pen avec ce parachutage grotesque. Il l’aurait laissée s’exprimer à l’assemblée, pour les idées soient confrontées, pour que le débat ne soit pas mis sous un couvercle. C’est une vraie faute qu’il a commis là. Je l’avais vu en meeting en 2011 et son discours datait de Maurice Thorez, il est vraiment en retard d’une guerre.

Le pire c’est qu’en entravant ceux qui se battent pour préserver leur civilisation tout en laissant gonfler les armées « de la diversités » qui votent comme un seul homme – à la différence des espagnols, des italiens – il montre qu’il est un collaborateur. S’en rend-il au moins compte ? Vraiment Mélenchon est trop primaire.

Robert Durand

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.