Si Présent disparaissait, le camp patriote s’affaiblirait, au profit de ceux d’en face

Publié le 10 juin 2018 - par - 20 commentaires - 2 729 vues
Share

Le journal Présent va-t-il disparaître ? C’est l’inquiétude que brandissent ses dirigeants. Caroline Parmentier, journaliste historique du quotidien, a lancé, sur une vidéo de Boulevard Voltaire, un cri d’alarme. Pour en savoir davantage, nous avons posé quelques questions à Samuel Martin, son rédacteur-en-chef.

Les procès prud’homaux et Presstalis nous coûtent des sommes exorbitantes 

Riposte Laïque : Nous avions l’impression que tout allait bien pour Présent. Vous avez changé de formule, amélioré la maquette, introduit la couleur, changé le format, publié un numéro spécial remarquable pour votre 9000e numéro… Et vous lancez des appels au secours, craignant ni plus ni moins que la disparition de votre journal. Que s’est-il donc passé ?

Samuel Martin : Il s’est passé que tandis que nous nous tournions vers l’avenir en procédant à ces améliorations de forme et de contenu, un certain nombre d’épées de Damoclès nous menaçaient. En particulier des procédures prud’homales, fort longues comme toujours : nous avons décidé d’avancer sans être tétanisés par ces menaces. Mais une de ces affaires – celle qui nous opposait à Rémi Fontaine – a été jugée en partie en notre défaveur, condamnant lourdement le journal. Nous avons obtenu, en justice, l’étalement du paiement que nous refusait Rémi Fontaine qui se serait bien vu empocher une somme colossale qui nous aurait fait fermer sur le champ. Grâce à l’étalement, la difficulté aurait été surmontable si d’autres problèmes n’étaient survenus. En particulier avec Presstalis, entreprise monopolistique de distribution des journaux : au bord de la faillite, elle retient le montant de nos ventes en kiosques. A cela s’ajoute la conjoncture : les kiosques ferment, donc il se vend moins d’exemplaires ; la Poste fait mal son travail, cela n’encourage pas les gens à s’abonner puisqu’ils risquent de recevoir leur journal papier en retard.

Présent en a vu d’autres, mais cette fois, c’est pire !

Riposte Laïque : Pourtant, depuis 1982, avec toutes les condamnations subies, les procès intentés contre vous, Présent en a vu d’autres, non ?

Samuel Martin : Présent a connu des périodes difficiles, passagèrement. Mais cette année tous les ennuis de la terre semblent s’être donné rendez-vous rue d’Amboise. L’accumulation nous étrangle financièrement. Donc : Présent en a vu d’autres, oui, mais ce qu’il connaît ces mois-ci, non, il ne l’a pas vu. D’où notre appel sans précédent dans l’histoire du journal : il dure tout le mois de juin, avec plusieurs unes sur le sujet, pour que les lecteurs comprennent bien que la situation est exceptionnelle. Après… il sera trop tard. Nous avons publié le samedi 9 juin le témoignage de soutien de Jean Raspail qui parle de « l’indispensable Présent ». Oui, un quotidien papier, catholique, de droite nationale, est indispensable. Mais il n’est pas immortel pour autant.

Rien à attendre de l’Etat, c’est à nous d’être nos propres sauveurs… 

Riposte Laïque : Cela signifie donc que, après la disparition de « L’Action française », une deuxième revue, vieille de 36 ans, risque de disparaître, pendant que les journaux bien-pensants ne survivent que grâce à des subventions exorbitantes. Qu’est-ce que ce deux poids deux mesures vous inspire ?

Samuel Martin : Nous pourrions nous plaindre de ce deux poids deux mesures, voire nous lamenter. Cela ne changerait rien. Les choses sont ainsi, avec d’un côté une presse qui va mal mais vit d’aides d’Etat colossales, de l’autre une presse qui ne va pas mieux mais doit se contenter de miettes. Voyez L’Humanité : 6,8 millions d’euros de subventions par an de 2009 à 2011, 4 millions de dettes effacées par l’Etat en 2013, au motif que « ses résultats financiers sont très faibles » ! Nous avons notre liberté, et vous, chers amis de Riposte laïque, savez son prix : ce qu’elle coûte, mais aussi ce qu’elle vaut. Si nous rappelons à nos lecteurs l’existence de deux traitements bien différents qui met à mal l’idée de pluralité de la presse, car l’Etat veut bien d’une certaine presse mais ne bougera pas pour une certaine autre, c’est non pas pour pleurnicher mais pour qu’ils prennent conscience que c’est à eux d’être nos sauveurs. Quand l’Etat est défaillant, aux citoyens de prendre le relais.

Riposte Laïque : Et que peuvent faire, concrètement, les patriotes pour vous aider ?

Samuel Martin : Il exise plusieurs solutions, cumulables d’ailleurs. Le don direct à Présent ; le don défiscalisé en passant par Presse et Pluralisme ; l’abonnement papier, l’abonnement numérique ; le parrainage. Tous les renseignements pour ces différentes actions sont disponibles sur notre site.

https://present.fr/

Le silence honteux de la presse française subventionnée devant l’incarcération de Tommy Robinson 

Riposte Laïque : Quel est votre regard de journaliste sur le silence assourdissant de vos confrères, suite à l’emprisonnement du journaliste indépendant Tommy Robinson, en Grande-Bretagne, coupable d’avoir voulu couvrir le procès des violeurs pakistanais ?

Samuel Martin : Cette chose inouïe qu’est son emprisonnement, et cette chose non moins inouïe qu’est le silence de la presse française nous enseignent que le combat se durcit terriblement. Cela veut dire qu’on est en train de passer du procès de presse, qui se faisait dans les règles même si toutes n’étaient pas loyales, à l’emprisonnement direct du journaliste dès lors que le sujet est l’information sur les réalités du communautarisme islamiste en Europe, sur cette religion envahissante et haineuse, sur ses mœurs exogènes fortement racistes. On s’est beaucoup interrogé sur « la montée du nazisme » dans les années Trente. Mais la montée de l’islamisme dans les années 2000 nous donne des éléments de réponses : la démocratie est lâche et paralysée face une force qui s’affirme. Elle préfère pactiser en acceptant tout, même l’insupportable. « Habituez-vous à vivre avec le terrorisme », disait Valls en 2015, bien avant le Bataclan, bien avant Nice et autres « acquis » de l’islamisation.

Une loi inquiétante, qui montre l’agacement du pouvoir face à la presse de réinformation 

Riposte Laïque : Ce jeudi, à l’Assemblée nationale, a été votée une loi, présentée par le ministre Françoise Nyssen, contre ce que nous appelons les « Bobards » et qu’ils appellent les « fake news ». Cette nouvelle loi vous inquiète-t-elle ?

Samuel Martin : Au mieux cette loi sera inappliquée parce qu’inapplicable. Mais l’agacement des médias mainstream et du pouvoir face à cet efficace contre-pouvoir que sont les réseaux sociaux et la presse de réinformation, cet agacement est tel qu’il sera sûrement tentant de l’appliquer en période électorale où, plus encore qu’à d’autres moments, les révélations ou les faits révélateurs de la violence exogène et communautariste peuvent avoir un impact sur le scrutin. Donc, oui, cette loi est très inquiétante. Il n’y en avait pas besoin : il existe déjà des lois contre la divulgation des faux. Mais le sel de cette histoire est certainement que les grandes fake news de cette quarante dernières années ne proviennent pas des réseaux sociaux mais justement… de la presse mainstream. On peut l’affirmer : la loi n’empêchera pas cette presse de continuer à sortir les plus beaux bobards journalistiques, mais on tentera de bâillonner tel site, tel quotidien, tel compte Twitter…

Si Présent disparaît, le camp d’en face en profitera

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Samuel ?

Samuel Martin : Je souhaite vous remercier, ainsi que les autres médias amis, de relayer notre appel. Tout le monde a besoin d’argent pour fonctionner, relayer l’appel à l’aide d’un autre média est une preuve de générosité. La voilà, l’amitié française, mais aussi l’authentique défense de la pluralité. Si Présent disparaît, cette disparition ne profitera pas à d’autres sites ou médias de notre famille d’idées : elle affaiblira l’ensemble, car un quotidien papier est une arme spécifique. Cette disparition profitera au camp d’en face. Donc, merci à vous !

Propos recueillis par Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Patrick Granville

VIVRE au présent pourquoi pas avec Présent !

Clémence

Merci à Rémi Fontaine pour son droit de réponse! Bizarrement Présent ne l’a pas encore publié… Ca en dit long sur leur crédibilité. Il est clair que Présent a perdu son âme…

Victor Karaoui

Après lecture de la réponse de R. Fontaine, je pencherais pour lui !
De toutes façons, les catho me brisent les gonades…

Jr

Un vrai délire que cet étalage – déjà une revue qui accuse l’un de ses propres salariés publiquement, y a un problème déontologique sérieux (pas très catho le procédé) et si Présent a plusieurs procès en cours c’est qu’il y a un vrai souci de fond dans cette entreprise (comme le dit Nico) – il faut nous en dire plus et la réalité vraie non arrangée voire laisser un droit de réponse aux intéressés !!!

Tessier

Un vrai délire que cet étalage – déjà une revue qui accuse l’un de ses propres salariés publiquement, y a un problème déontologique sérieux (pas très catho le procédé) et si Présent a plusieurs procès en cours c’est qu’il y a un vrai souci de fond dans cette entreprise (comme le dit Nico) – il faut nous en dire plus et la réalité vraie non arrangée voire laisser un droit de réponse aux intéressés !!!

Quentin

Elle en a mis un drôle de bazar cette nouvelle équipe de présent…
Quel « gâchis Parmentier » !!!
Faut lire le droit de réponse publié par Paris Vox :
https://www.parisvox.info/2018/06/11/journal-present-droit-de-reponse-de-monsieur-remi-fontaine/

Quentin

Elle en a mis un drôle de bazar cette nouvelle équipe de présent ….
Quel « gâchis Parmentier » !!!
Faut lire le droit de réponse publié par Paris Vox : https://www.parisvox.info/2018/06/11/journal-present-droit-de-reponse-de-monsieur-remi-fontaine/

Quentin

Elle en a mis un drôle de bazar cette nouvelle équipe de présent…
Quel « gâchis Parmentier » !!!
Faut lire le droit de réponse publié par Paris Vox : https://www.parisvox.info/2018/06/11/journal-present-droit-de-reponse-de-monsieur-remi-fontaine/

Nico

Le couple Martin-Parmentier est d’une mauvaise foi déconcertante… Facile de venir pleurer après avoir mis en péril le journal en évinçant tous les journalistes emblématiques du quotidien ! Si les abonnés partent, c’est que Présent a perdu son âme.
6 procès en cours contre Présent…On récolte ce que l’ on sème.

Nico

Le couple Samuel Martin et Caroline Parmentier est d’une mauvaise foi déconcertante… Facile de pleurer après avoir détruit l’identité du journal et évincé les journalistes emblématiques du quotidien ! Si les abonnés partent, c’est que Présent a perdu son âme.
6 procès sont en cours, on récolte ce que l’on sème !

dufaitrez

En souvenir d’Aguigui, patron de « Mouna, journal le moins lu de la Presse sporadique », Boul Mich !
Présent, connu des seuls initiés, , connait le sort réservé aux non-Korrects de Droite…

Yves ESSYLU

Les Pud’hommes sont sous la botte des merdes marxistes de la CGT et un employeur n’a qu’une chance très réduite de voir son affaire jugée avec impartialité

jean Peuplus

Bon c’est décidé, j’envoi cinquantes euros….mais franchement l’abonnement est trop cher….Il faudra placarder le journal comme en Chine ou je ne sais ou, pour que les gens lisent……
comment faire pour aider « Présent » ?
Déja il faut ne pas voter avec ses pieds mais avec ses couilles, même les femmes en ont d’avantages que beaucoup de mecs….boire moins de Bière et dédicacer une tournée générale au journal « Présent » ; Faire une souscription style « Adopte un Journaleux! » Ou sont les autocollants qui permettent d’emmerder les Naphtalinal Sozialistes et les Pas- Franc -Macrons???? ou sont les moyens pour faire connaitre le journal…L’humour est la Politesse du ….citoyen sans espoir ! Je ne pas trés envie d’être polie en fait….!?

jean Peuplus

Parlez nous de Rémi FONTAINE…. qui est cette personne qui confond les Prud’homs avec la Française des Jeux ?

Saint-Plaix

Présent a toujours été une pompe à fric alimentée par les gogos qui n’ont pas compris qu’il y a deux catégories de personnes qui professent la « bonne » parole: ceux qui y croient et qui crachent au bassinet et ceux qui en vivent… plutôt grassement!
L’affaire Rémi Fontaine, éditorialiste emblématique du journal le démontre avec éclat…
Et voir Riposte « laïque » voler aujourd’hui au secours des séides de LMPT et des propagandistes de la lutte anti-avortement pose d’autres questions…

JEAN LOUP

Que chaque sympathisant achète un exemplaire dans les kiosques. Ce sera un acte militant, comme l’a dit Caroline dans son interview après sa disparition il ne faudra pas dire, c’est dommage, car l’ennemie lui ne nous fait pas de cadeau, ne rester pas les bras croisés en attendant les jours meilleurs.

Lorong

Une condamnation aux prud’hommes signifie une chose: un manque total de respect pour les droits des salariés. Des ordures donc.

Spipou

Par curiosité, quel est approximativement le tirage de Présent ?

Merci.

BERNARD

Bahh, ça fera une source de « fake news » de moins, au profit de la CGT livre et du superbe gouvernement démocratique que nous avons..

Et bon diou, vive l’inhumanité et l’aberration, longue vie à eux.

Allonzenfan

Je viens de m’abonner à l’édition électronique : 99 € pour un an… n’hésitez pas !