1

Si roy veust estre respecté, il falloit qu’il soye respectable

Lettre au Président de la République

Sire,

Qu’ouïs-je ? Des troupeaux de manants (troupeaux, j’insiste au vu de la bestialité de leurs façons !) ont osé traverser la rue et tenté de fracturer le portail du château ? J’en suis consternée pour votre Excellence. Il s’agit d’un cheptel de gaulois réfractaires et incultes, je mets en garde votre Grâce. Ces gueux sont analphabètes et ignorants.

En ma qualité de simple secrétaire d’État pour le conseil en représentation, le traitement des maladies cérébrales, la protection des élites et la conciliation générale, permettez-moi d’émettre quelques exhortations que Votre Altesse Eminentissime voudra bien avoir la noblesse d’entendre.
Dans Son immense bravoure, Votre Splendeur souhaite garder le cap, preuve de Sa volonté de fer. Je reconnais bien là l’éducation suprême dont Elle a bénéficié.

Mais Votre Honneur, les pignoufs ont faim, et la faim est mauvaise conseillère. Je crains pour la personne de Votre Sainteté et de Sa famille (Votre Majesté n’ayant pas prévu de succession, je veux parler de la ci-devant Trogneux). Ses petites jambes sont bien fragiles pour l’escalier de l’échafaud. A son âge avancé la citoyenne mérite certains égards. Notamment parce que ces pitoyables roturiers eux-mêmes savent que Votre couple, c’est pour ainsi dire sainte Geneviève et saint Marceau. (Sainte Geneviève en fin de vie).

Le plouc ne déteste pas le changement, Votre Grâce, que du contraire, il a soif de renversement, évoquerait même de remplacer votre Sérénissime par un besogneux issu de la masse (Ndr : Beurk !).
Quelques humbles recommandations à Votre Sublimité

« Si roy veust estre respecté, il falloit qu’il soye respectable »

Votre Immensité devrait songer à se reposer, j’imagine qu’Elle est occupée à se déchiqueter gravement les paluches, voire à ne plus dormailler du tout. Le manque de sommeil, voire un ulcus perforatus gravissimus pourraient nuire aux cellules argentées de Votre Magnitude.
Puis-je conseiller à Votre Amplitude de quitter ce territoire de réfractaires ? Inopportunément, la flotte aérienne du pouvoir ne sera plus à la disposition de Votre Vastitude, il y aura lieu d’emprunter les voies carrossables de France et de Navarre. Ces chemins, que des ramassis de gueux osent obstruer en ces journées, seront dégagées dès l’annonce de la fuite de Votre Seigneurie et de la citoyenne Trogneux. En signe de courtoisie, j’ose le conseil de placer un mantelet de couleur dorée sur l’impériale de la diligence. Je crains que sans cette précaution, ces culs-terreux ne taillent des croupières à Votre Grandeur.
Le bouffon de la cour, Castaner, sera du voyage pour sa plus haute précaution. N’oublions pas que le grand limier a promis de déployer une énergie « sans repos, sans attente, sans perte de temps »,
Quant à Philippe-le-Haut, je crains que sa destinée ne soit déjà fixée.

Avant que Votre Béatitude fasse son sac et ses quilles et tire ses guêtres, il lui faudra plier bagage, prendre ses jambes à son cou devant les cohortes de demeurés. Le pire attend Votre Gloire et sa bourgeoise.

Quelques conseils de précaution la plus élémentaire avant de rallier discrètement des contrées plus obligeantes :
⦁ Rendre les assiettes, les saucières et les ramequins !
⦁ Combler le plan d’eau du Fort !
⦁ Suspendre séance tenante toute pose de carpette au château !
⦁ Dédommager les sans-culottes (en toucher un mot à la citoyenne Schiappa)
⦁ Mettre un frein aux voyages
⦁ Écarter les courtisans, principalement les barbus
⦁ Murer les bordures du pays
Certaines contrées sont décommandées à Votre Splendeur, telles que l’Italie, où Votre Altesse pourrait se faire faire la peau, si fine et noble soit-elle, la Hongrie, où Votre Éminence risque de se retrouver baignant dans son sang bleu, mais surtout le Maroc. Les pignoufs sont moins bornés que Votre Somptuosité semble le croire. Le pays est à éviter à tout prix. Et là, personne ne rit plus. Fin de la représentation.

Anne Schubert