1

Sibeth ou l’art de se foutre de la gueule de la France…


Ceci n’est pas un polichinelle, mais le mégaphone grassement rémunéré du chef de l‘État.

Bien entendu, elle le fait exprès. Et le mal rasé de Matignon ne s’exprime pas à ce sujet. Ce serait sexiste/raciste/islamophobe/xénophobe/misogyne.

La personne que vous voyez sur la photo 1) est Noire 2) inconvenante et irrespectueuse 3) a les crins ébouriffés 4) est de sexe féminin. PAS TOUCHE !!

Photos du sujet avant qu’elle ne rejoigne le gouvernement

Celle que vous voyez sur la seconde est aussi noire et de sexe féminin, version pimpante.
Je n’ai qu’une explication plausible : elle PRO-VO-QUE !
La provocation est un système particulièrement efficace et largement répandu.

https://ripostelaique.com/lart-de-la-provocation-des-entorchonnees-exhibitionnistes.html

Fatima E. qui, si elle était assez raisonnable pour pouvoir accompagner un groupe d’enfants, devait savoir qu’elle provoquerait la colère.
Les folledingues emburkinées des piscines qui hurlent « nous aussi on veut nager » ! QUI vous en empêche ? Il vous suffit de payer l’entrée et de vous vêtir comme tout le monde, selon les règles centenaires du pays dans lequel vous vivez. Mais alors, comment provoquer, question de pouvoir pleurnicher ensuite ? Juste au cas où vous auriez auraient oublié : essayez d’aller en Iran en tant que femme et de vous balader dans la rue non voilée. Vous n’y survivrez pas !
On teste les Français pour les pousser à bout
On pratique l’anachronisme victimaire.

Construction méthodique et médiatique de la figure raciale de l’opprimée. Accès à la plage et aux loisirs refusés à la voilée ? C’est le rappel des plages interdites aux Noirs en Afrique du Sud sous l’apartheid. Refus de servir deux jeunes filles dans un restaurant ? C’est le rappel des lois de ségrégation raciale aux USA.
On pratique le chantage au stigmate : les musulmans ne sont PAS stigmatisés. C’est la pratique rigoriste et sectaire d’une minorité d’entre eux qui est pointée du doigt et ce, à juste titre.

Le Robert donne une définition bien à propos du stigmate « Signe clinique permanent, permettant de poser le diagnostic d’un état morbide ». Oui, je vois les stigmates des islamistes, ils sont auto-infligés, de nature pathologique comme dans toutes les sectes fanatiques, visuels et traduisent manifestement un haut taux de morbidité.

On impose aux citadins les prières de rue qui ne sont pas aussi innocentes et anodines que certains laissent entendre, elles sont une atteinte flagrante à l’ordre public d’une part et d’autre part, elles ne sont pas dénuées d’arrière-pensée politique : provoquer pour dominer.
Rome. L’ultime provocation des musulmans : Ils voulaient prier Allah sur la place Saint-Pierre.
L’islamisme n’est pas qu’un dévoiement de l’islam, c’est une entreprise politique qui utilise d’innombrables moyens pour détruire notre société. Et l’attentat n’est pas le plus redoutable. Il est barbare, mais nous pouvons y résister. Le plus redoutable, c’est la conquête subreptice des esprits par des provocations constantes.

La meuf Ndiaye, toujours sapée comme un pot de géranium et qui ferait honte à Belphégor se permet de reprendre l’inestimable Alain Finkelkraut au motif que celui-ci se serait agacé de la façon exagérée dont les adeptes du Me Too (traduction en français pour ceux qui ne sont pas parfaitement anglophones : moi aussi je veux balancer mon porc) traite du viol qui est un sujet grave et sérieux dans notre société et qui mériterait d’être considéré avec plus de rectitude. Que la porte-voix versicolore n’ait pas saisi la finesse du propos du philosophe n’est guère surprenant. En revanche, elle aurait pu se passer de qualifier sa remarque d’idiotie. Étant elle-même particulièrement qualifiée en idiotie elle aurait dû faire preuve de retenue ce dont elle semble incapable.

https://ripostelaique.com/sibeth-ndiaye-trop-stupide-pour-comprendre-lhumour-de-finkielkraut.html
https://ripostelaique.com/dire-que-sibeth-ndiaye-shabille-en-clown-cest-raciste-ou-cest-vrai.html

Ses déclarations :
Au sujet du Mali : On y est, on y reste.
Au Sujet de Simone Veil : Yes, la meuf……
Au sujet de l’alimentation des français : tout le monde ne mange pas du homard, bien souvent on mange plutôt des kebabs.
Le chewing-gum ? Elle en mâche et le crache dans la poubelle de son bureau. A-t-elle compris qu’il vaut mieux s’en dispenser à l’Assemblée, lorsqu’elle siège au banc du gouvernement ?

Vous vous demandez à quoi leur sert de provoquer ? C’est simple comme bonjour : susciter les réactions sans discernement de personnes poussées À BOUT. Pour avoir ensuite une bonne raison de se plaindre, de porter plainte, d’accuser de racisme, d’islamophobie et de tout le reste. Accusations journalières !

Je ne suis pas encore arrivée à ce point, bien que fortement atteinte, mais cela ne pourrait durer. Je combats jour pour jour avec succès mes pulsions destructrices et n’ai pas encore tenté d’incendier la porte de la mosquée la plus proche de mon domicile. En revanche, je vais me soumettre aux tests de provocation spécifiques. Le but étant de déterminer si je présente une allergie ou une intolérance à un produit déterminé (largement positive dans mon cas). Il consiste à exposer mon organisme à la substance suspecte (voile, odeurs, sons islamiques) en doses croissantes dans des conditions réalistes (rues, magasins, piscines, administrations) en prenant les précautions nécessaires afin d’éviter d’éventuelles manifestations sévères ou dangereuses. (Parachutage prémédité de lardons, incendie volontaire de lieux saints).

Le test exige une consultation initiale au cours de laquelle j’aurai expliqué mes problèmes et effectué un examen clinique. En fonction des résultats et après avoir exclu toute contre-indications, le médecin décidera s’il est justifié ou souhaitable de réaliser le test. L’épreuve de provocation se fait sous une surveillance constante. La durée dépend de l’hypersensibilité suspectée (je vais emporter quelques polars). Au terme de l’épreuve, je ne partirai qu’avec l’accord du médecin et que si je suis médicalement en état de le faire. Dans le cas contraire (réaction tardive de type attaque au jambon), je serai maintenue sous surveillance provisoire.

« On n’a pas le droit de provoquer la haine des individus. En revanche, on a le droit de rire de toutes les croyances. » (Elisabeth Badinter)

Anne Schubert