Siel-Lyon : Pierre Cassen et René Marchand, en compagnie de Paul-Marie Coûteaux

J’ai la chance, en ce moment, de suivre la tournée de René Marchand et Pierre Cassen, commencée à Orange ce lundi, et poursuivie, à l’occasion de l’université d’été du Siel Rhône-Alpes, à côté de Lyon, ce dimanche.

Je ne suis arrivée que le dimanche, mais je sais que Jean-Marc Chevillard, l’organisateur de l’événement, avait déjà travaillé avec son équipe la veille.

Ce jour donc, devant une cinquantaine de participants, j’ai d’abord écouté un responsable de l’Action Française présenter son association, son histoire et sa doctrine. Le malheureux n’a pas rencontré un franc succès quand, évoquant l’islam, il a accusé les Identitaires, présents lors de ce rassemblement, de « mettre de l’huile sur le feu », reprenant par ailleurs sur cette question les thèses d’Alain Soral. Le moins qu’on puisse dire est que cette phrase malheureuse le poursuivra tout au long de son intervention, et que le décalage, sur la perception de l’islamisation de la France, avec son discours sera important.

Après un bon repas, avec barbecue et tout ce qu’il peut y avoir de Gaulois sur une table, arrivèrent René Marchand, Paul-Marie Coûteaux et Damien Rieu, président de Génération Identitaire.

Le président du Siel, toujours aussi avenant, subtil et raffiné, expliqua, avec ses mots, la situation politique que nous connaissons, et regretta que dans son propre camp, on ait peur de l’expression « Union des Droites », qui, selon lui, est la réponse à la situation. Il justifia le rôle du Siel, tremplin entre la droite classique et le Front national.

Pierre essaya de faire le plus vite possible, et évoqua la guerre que mène, au nom de l’islam, sur le territoire français, quotidiennement, des milliers de soldats d’Allah, qui, en bons musulmans, rêvent de voir ce pays devenir terre d’islam. Il lia, bien évidemment, la délinquance et l’ultra-violence, subie par nos compatriotes, à cette offensive de tous les jours. Il prôna l’union des patriotes, sans aucun sectarisme, en dépassant les différences de chacun, face au péril mortel qui nous menace.

René fit une intervention proche de celle que j’avais entendue à Orange, expliquant le 7e siècle pour mieux comprendre ce qui nous attend. Il sut, comme toujours, captiver son auditoire par sa grande érudition et ses talent oratoires. Sa démonstration sur le fait que l’islam n’était pas une religion, et qu’il était impossible de le modifier de l’intérieur, fut écoutée religieusement.

J’ai été surprise de voir le nombre de personnes qui, dans cette réunion, connaissaient bien Pierre, et se jetaient, tous les jours, sur Riposte Laïque. Nous avons même eu le plaisir de rencontrer le tonton de Caroline Alamachère, très fier de sa nièce par ailleurs… Et, lorsque j’écoutais Pierre et René, je me disais qu’il était vraiment dommage que les seuls qui les invitent soient des maires comme Jacques Bompard ou des dirigeants du Siel. Quel gâchis ! Les maires, de droite ou de gauche, qui privent leurs administrés de tels conférenciers sont vraiment des lâches et des minables carriéristes. Il faudrait qu’ils fassent une conférence tous les soirs, car il est nécessaire qu’un maximum de Français entendent le discours de Pierre, René et d’autres, sur la réalité de l’islamisation de la France, donc de leur commune, aujourd’hui ou demain.

Mais surtout, au-delà des discours, qu’ils aient, concrètement, des propositions d’actions.

Martine Chapouton

 

 

image_pdf
0
0