Sieur Valls nous asséna sa nouvelle obsession, être Français ce serait sans conditions

Sieur Manuel Valls dans son immense mansuétude,

A décrété que la France moisie, renfermée,

Se devait d’accueillir et naturaliser

Encore plus d’étrangers, surtout venant du sud.

Que de noblesse dans ce projet, de grandeur d’âme !

Don Quichotte pourfendant les lois d’immigration

A décidé d’annihiler des lois infâmes

Qui pouvaient faire obstacle à toute intégration.

Le voilà et en selle et en ordre de bataille

Pour combattre les injustices faites à la piétaille

Qui attendrait ce sauf-conduit sous nos murailles,

Pour rejoindre la France, intégrer le sérail !

Faisant fi des rapports d’un certain Haut Conseil

Qui préconise une période d’adaptation,

Ou d’avoir simplement au moins quelques notions

De la langue, de l’histoire et autres douces merveilles,

Qui rassemblent le peuple et fondent une nation

Qui font socle commun pour unique construction,

Sieur Valls nous asséna sa nouvelle obsession

Etre Français, ce serait donc sans conditions !

Suivant le rapport « Tuot » qui parle d’inclusion

Il se plie, se courbe à ces recommandations.

Pour ceux qui ne savent pas, ce rapport nous explique

Qu’il faut nous adapter, accepter l’étranger,

Ne plus être chez soi et l’Autre vénérer,

S’effacer, se dissoudre, voilà ce qu’il implique.

N’importe qui, pouvant prouver qu’en socialie

Il y vit depuis plus d’une demi-décennie,

Se verra décerner la nationalité,

Au nez et à la barbe des « de souche » Français.

Sachant qu’en plus il ne lui sera demandé

Les bases de la langue française, plus haut évoquées,

Nous aurons encore plus de français de papiers

Pour le plus grand bonheur de ces associations

Qui se régalent déjà des masses de subventions

Que sous couvert d’abnégation, ils vont toucher !

C’est qu’ils ont la vie dure ces défenseurs d’autrui

A plaider pour l’ailleurs qui risquerait sa vie

Mais loge dans un hôtel, hébergé et nourri,

Aux frais du contribuable si raciste et honni !

C’est que c’est pas facile la vie de militant

A crier dans la rue et dix manifestants,

Pour faire valoir les droits de tous ces pauvres gens

Qui risqueraient leurs vies dans leurs pays d’antan.

C’est que c’est pas normal ces pauvres zétrangers

Qui viennent quémander l’espoir d’être français,

Sans contrepartie des devoirs qui leur siéraient.

La gamelle est trop bonne, pourquoi donc s’en soucier ?

La Francitude bradée, les Français méprisés

Le Don Quichotte de la place Beauvau a frappé !

Dorénavant, vous savez à quoi vous attendre…

Le changement c’est maintenant, faut vous détendre !

Oréliane

 

image_pdf
0
0