1

Sifaoui et Bidar : faux laïques et vraies taupes de l’islam

Sifaoui-Bidar
Je destine cette contribution en premier lieu à ceux qui s’adressent à nous, les pauvres simples d’esprit, du haut de leur statut autoproclamé d’« intellectuels musulmans ». À nous tous qui souffrons tant de notre manque d’ « intellect », Abdenour Bidar dans sa « Lettre ouverte au monde musulman » nous rappelle cette parole du Coran « pas de contrainte en religion » !, mais sans préciser qu’elle a été abrogée entre autre par ces versets (S9, V9 et V29) :
(http://blog.oratoiredulouvre.fr/2014/10/tres-profonde-lettre-ouverte-au-monde-musulman-du-philosophe-musulman-abdennour-bidar/ )
Ainsi, quand on lui rappelle que ce même Coran ordonne : « combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de dissension religieuse et que la religion soit entièrement à Allah seul » (S2, V193), «Combattez-les. Allah, par vos mains, les torturera (« You’adhibouhouma », qui est traduit par « les châtiera », alors que tous les traducteurs savent que « ‘adhab » signifie : torture), les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d’un peuple croyant » (S9, V14), ou « tuez ceux qui associent une autre divinité au seul Allah » (S9, V5) etc… etc… Abdenour Bidar, avec un immense sourire pour notre simplicité d’esprit, nous explique gentiment qu’on ne doit pas prendre Allah au mot : dans les paroles d’Allah, les mots n’ont aucun sens pour le commun des simplets que nous sommes ! Seuls les Abdenour Bidar, Mohamed Sifaoui et autres « intellectuels », savent ce que veut dire Allah !
BIDAR-SIFAOUI
Un autre exemple : Mohamed Sifaoui est en tête de liste de la pétition : « Face à l’islamisme, la République ne doit pas trembler ! » sur l’hebdomadaire Marianne :
http://www.marianne.net/agora-face-islamisme-republique-ne-doit-pas-trembler-100235454.html
Dans cette pétition, on peut lire : «Nous voulons dire notre refus catégorique aux usurpateurs et aux apprentis-sorciers …qui se permettent… de menacer, d’intimider, de terroriser et de commettre des crimes. Les premiers et les seconds agissant, avec une rhétorique particulière, « au nom de tous les musulmans ».
On a beaucoup de difficulté à comprendre que ces grands intellectuels puissent igorer qu’Allah se définit lui-même comme celui qui terrorise. Il jette l’effroi et la terreur dans le cœur des hommes qui refusent la soumission. Comment ignorer tous ces versets :
(S3, V151) : « Nous (Allah) allons jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Car ils ont associé à Allah (des idoles) sans aucune preuve descendue de Sa part. Le Feu sera leur refuge.»
(S8, V12) : « Et ton Seigneur (Allah) révéla aux Anges : “Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur les bouts des doigts. »
(S33, V26) : « Et Il a fait descendre de leurs forteresses les gens juifs qui les avaient soutenus [les infidèles coalisés], et Il a jeté l’effroi dans leurs cœurs ; un groupe d’entre eux vous tuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers. »
(S59, V2) : « C’est Lui qui a expulsé de leurs maisons, les juifs qui ne croyaient pas (en Mahomet), lors du premier exode. Vous ne pensiez pas qu’ils partiraient, et ils pensaient qu’en vérité leurs forteresses les défendraient contre Allah. Mais Allah est venu à eux par où ils ne s’attendaient point, et a lancé la terreur dans leurs cœurs. Ils démolissaient leurs maisons de leurs propres mains, autant que des mains des croyants. Tirez-en une leçon, ô vous êtes doués de clairvoyance. »
(S59, V13) : « Vous (les musulmans) jetez dans leurs cœurs plus de terreur qu’Allah. C’est qu’ils sont des gens qui ne comprennent pas. »
Allah affirme que c’est Lui qui terrorise, et admire ses fidèles qui le dépassent en terreur !
Et Allah utilise la ruse et le complot. Il se définit lui-même comme le meilleur des comploteurs :
(S3, V54) : « Et ils se mirent à comploter. Et Allah aussi complota. Et c’est Allah qui est le meilleur des comploteurs ! » (En arabe : « Khayerou Al Makirines »)
En tant que meilleur des comploteurs, Allah nous prévient qu’on ne peut déjouer ses complots :
(S7, V98-99) : « Les gens des cités sont-ils sûrs que Notre châtiment rigoureux ne les atteindra pas le jour, pendant qu’ils s’amusent ? Sont-ils à l’abri du complot d’Allah ? Seuls les gens perdus se sentent à l’abri du complot d’Allah. ».
Et Mahomet, à l’image d’Allah qui l’a envoyé, s’est toujours revendiqué du terrorisme : « On m’a accordé la victoire par la terreur (l’effroi ou l’épouvante) que je suscite devant moi, à une distance d’un mois de marche » (Bukhari, Vol.4, « Kitab Al Jihad », Hadith 122)
Mahomet a mis ses actes en accord avec ses paroles. On ne citera que deux exemples.
Mahomet organisa lui-même l’attentat terroriste pour tuer la poétesse Asma Bint Marwan, qui l’avait offensé par sa poésie. Mahomet a envoyé Umayr ibn Adi : « Le soir même il s’introduisit chez elle. Elle dormait au milieu de ses enfants. Le dernier, encore au sein, sommeillait sur sa poitrine. Il la transperça de son épée et le lendemain alla trouver Mahomet et lui dit : « Envoyé de Dieu je l’ai tuée pendant qu’elle avait son enfant au sein ! ». « Tu as secouru Allah et son Envoyé ô ‘Omayr ! », répondit Mahomet.
ASMA-BINT-MARWANE-ASSASSINAT
Comme le vieux Abu Akaf, le poète Ka’b Ibn Alshraf subit le terrorisme de Mahomet. Dans sa poésie, Ka’b avait tourné l’Islam en dérision. Alors, Mahomet ordonna son assassinat, mais de manière détournée, comme un parrain qui lance un contrat sur quelqu’un : « Qui veut me délivrer de Ka’b Ibn Ashraf ? ».
Plusieurs sbires de Mahomet se portèrent volontaires pour tuer Ka’b. Mahomet les autorisa à utiliser le mensonge pour mettre en confiance Kaab. Ils se présentèrent comme des amis cherchant hospitalité. Ka’ab leur offrit cette hospitalité. La nuit, les meurtriers envoyés par Mahomet, attirèrent Ka’ab hors de chez lui. Ils se promenèrent avec le poète et firent semblant d’admirer le parfum de ses cheveux. Puis soudain Abu Nâ’ilah saisit les cheveux de Ka’ab en disant : « Frappez cet ennemi de Dieu ! Les meurtriers l’attaquèrent et le transpercèrent de leurs épées. Muhammad ben Maslamah l’acheva au couteau. Il était fièr de la terreur que ce meurtre inspira aux juifs : « Le lendemain, les juifs furent terrorisés, par cet assassinat de l’ennemi de Dieu. Il ne se trouva aucun juif à Médine qui ne fut sans éprouver de la crainte pour sa propre vie. »
ABU-AQAF-ASSASSINAT
Les signataires de la pétition « Face à l’islamisme, la République ne doit pas trembler ! », doivent être cohérents. Ils ne peuvent pas soutenir Allah, une divinité de terreur, son envoyé Mahomet qui terrorise, et condamner ce même terrorisme quand il est pratiqué en France.
Dans leur immense sagesse, Mohamed Sifaoui et Abdenour Bidar vont nous expliquer qu’on n’a rien compris. Allah a beaucoup changé. Il n’utilise plus la ruse et le complot pour jeter la terreur dans les cœurs. C’est par simple inadvertance qu’Il a laissé trainer ces versets dans son Coran. Quant à Mahomet, c’était par pureté du cœur qu’il prenait Allah au mot et agissait par la terreur et le meurtre.
Tout cela fait partie du passé, même s’il est impossible pour l’islam d’enlever ces préceptes et ces versets de ses textes sacrés. Les grands « intellectuels musulmans » nous demandent de prendre tout cela avec philosophie. C’est justement pour cette raison qu’ils se considèrent comme philosophes et qu’ils nous regardent, nous les limités d’esprit, avec un grand sourire bienveillant.
D’ailleurs, ils nous mettent dans le même sac que ce qu’ils appellent les « islamistes ». En tant qu’islamophobes, nous partageons avec les islamistes, ce même tort de croire que les mots ont un sens quand c’est Allah qui parle dans le Coran. Et cette erreur est encore aggravée par le fait qu’on pense que Mahomet représente dans l’islam le parfait modèle que tout musulman se doit d’imiter.
Dans la pétition sur Marianne, Sifaoui nous explique :
« L’islam est un choix spirituel personnel et intime. L’islam ne s’hérite pas et ne se lègue pas.
L’islamisme nous impose une guerre et sa principale arme est le terrorisme. »
L’islam dont parle Sifaoui n’a rien à voir avec l’islam d’Allah et de Mahomet. Dans le Coran, Allah explique au croyant :
(S3, V85) : « Et quiconque désire une religion autre que l’Islam, ne sera point agrée, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants. »
(S58, V22) : « Tu n’en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. »
(S9, V123) :« ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous ; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux. »
(S8, V17) :« Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a tués.»
(S47, V37) :« Ne montrez point de lâcheté. N’appelez point les infidèles à la paix quand vous leur êtes supérieurs, et qu’Allah est avec vous.»
Mahomet, en fidèle envoyé d’Allah, applique ces préceptes à la lettre :
«Il m’a été ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils attestent qu’Il n’y a de Dieu qu’Allah et que Mahomet est son Messager. S’ils attestent cela, s’ils prient en se tournant vers La Mecque, s’ils mangent les viande égorgée selon notre rite, s’ils font notre prière, alors j’interdis que leur sang soit versé» (Imam Ahmad…)
En lisant les paroles d’Allah dans le Coran, celles de Mahomet dans ses Hadiths et les actes de ce dernier dans la Sirat (In Ishaq, Ibn Hisham, Tabari …) et en confrontant cet islam avec l’islam dont nous parlent Bidar, Sifaoui ou les « intellectuels » de l’ « intelligentsia musulmane », il est impossible de ne pas conclure ainsi :
Allah, Mahomet et ses disciples sont des islamistes dévoyés : ils n’ont rien compris et n’ont rien à avoir avec l’islam !
Zohra Nedaa-Amal