S’il-te-plait dessine moi un mouton-tribuable

C’est la rentrée pour tous. 13 millions rien que pour les écoliers, collégiens et lycéens garantis bac 89% pour faire mieux que l’année d’avant. Peut être même 99,9% comme dans les élections au Maroc. Enfin non, pas au Maroc, le patron de la ministre de l’éducation nationale est nommé par la grâce du très grand miséricordieux. Celui la-même au nom duquel certains déciment des troupeaux d’infidèles un peu partout dans le monde. C’est aussi la rentrée des profs, pas moins de 840.000, ce qui nous fait des classes de 16 élèves et ça c’est bien, sauf que curieusement on a des classes de 32 élèves, c’est à dire le double. Y a pas, quelqu’un s’est planté dans le calcul. Pas forcément celle qui a hérité du marocain de tout-tank Hamon, elle est encore trop jeune pour çà. Donc soit on a 26 millions d’élèves et non pas 13 (des issus de l’immigration ?), soit on a 420.000 profs et pas ce qui est annoncé. A moins peut être qu’il y ait un taux d’absentéisme bien rythmé de l’ordre de 50%, simple hypothèse à creuser avec autant d’énergie que l’on creuse la dette. Les chadocks pompaient et ils pompaient, nos ministres creusent un peu partout et même dans les sondages.

A propos de la dette, ce n’est pas seulement la rentrée des élèves mais aussi celle des papiers qui déboisent l’Amazonie et votre compte en banque dans la foulée. C’est la rentrée douloureuse de la fiche d’impôt dans votre boite aux lettres entre 25 pubs et 1 seule carte postale, les temps sont durs, on part de moins en moins en vacances et les commerçants tentent bien que mal de vous soutirer ce qui reste dans votre porte monnaie. Bref on rase, mais pas gratis.

Avant 1962, mais ça c’était avant

Le même après 1981, c’est très con faut avouer, Moscovici veni vidi n’a pas fini le boulot

Puisque je parle de Moscovici, il faut savoir que c’est l’otage européen le plus cher qu’on ait jamais eu, il est en passe de devenir commissaire européen aux affaires économiques. Je ne connais pas le montant de la transaction pour le refourguer dans le bidule et surtout dans un domaine où il a prouvé son incompétence mais pour convaincre l’Ange Merkel on a du tonsurer pas mal de moutons-tribuables français.

Notre mouton depuis 2012

Maintenant que vous bien compris que nous sommes tonsurés, la suite est ici et c’est bientôt une grande fête pour certains:

Pas de gants, pas de tenue autre qu’un jean et un dessus de pyjama … application d’une technique qui date d’y il a 15 siècles.

Hé oui, c’est bientôt la grande fête de l’aïd-el-kébir, le 5 octobre précisément. Les musulmans auront de quoi se fabriquer des tapis de prière avec la laine issue de ce massacre. Alors bonne question:

Combien faut-il de moutons pour produire suffisamment de laine et fabriquer un tapis hallal ?

Si on se base sur un tapis moyen d’environ 500g, et un mouton moyen qui donne 5kg de laine (65 % de la laine seulement est utilisable, le reste étant trop sale), alors on peut obtenir 7 tapis à partir de la toison d’un seul mouton.

Reste à savoir si la mairie de Belfort réorganisera cette fête ouverte à tous dans la joie, la bonne humeur et les hurlements des bêtes égorgées vivantes en dépit des règles européennes qui interdisent cette pratique d’un autre age.

 

Mais nos politiques ne s’offusquent pas, il y a dérogation, des électeurs amalgamés et surtout un bon fauteuil bien au chaud et si vous la ramenez, c’est tribunal direct. Alors autre bonne question:

Combien faut-il de moutons-tribuables pour produire suffisamment de pognon pour payer un élu ?

Si on se base sur une indemnité moyenne mensuelle d’environ 7000 Euros, et un mouton-tribuable moyen qui donne par an 3500 Euros (65 % de la facture seulement est utilisable, le reste étant occulté), alors on ne peut obtenir que 1/2 député ou sénateur par mois à partir de la toison d’un seul mouton-tribuable soit 24 moutons-contribuables pour un seul sénateur/député juste pour un an.

Mais nous sommes nombreux à être tondus, c’est ce qui explique que nous sommes les seuls au monde(cocorico) à avoir autant de politicards au prorata de la population.

Philippe Legrand

 

image_pdfimage_print