1

Silence médiatique : Le rappeur patriote Goldofaf agressé à Paris

Goldofaf

Alors que tous les médias nous bassinaient avec « Black M », que les politiciens de gauche (Taubira, Cambadélis, Lang…) et le pseudo-philosophe mais vrai cosmopolite Bernard-Henri-Lévy pleurnichaient sur l’annulation du concert prévu à Verdun dans le cadre des commémorations du centenaire de la guerre de 14-18 et criaient au retour d’un « fascisme » fantasmé, un rappeur se faisant appeler « Goldofaf » (mélange de Goldorak et de faf) a été brutalement agressé le 13 mai au soir à la terrasse d’un café du XVème arrondissement de Paris par des individus armés de marteaux et de matraques qui l’ont abandonné couvert de sang.

http://www.contre-info.com/le-chanteur-goldofaf-agresse-a-coups-de-marteau-par-5-antifas

Quelle différence y a –t- il entre « Black M » et « Goldofaf » ?

Il existe une opposition fondamentale entre ces deux individus, l’un crache sur la France et les « kouffars », a été adoubé et largement promu par le système médiatique. Moins populaire, le second se pose en défenseur inconditionnel de la France et de la tradition catholique. Tandis que « Black M » est accueilli à bras ouverts partout et peut donner des concerts où il le souhaite (après l’épisode de Verdun, peut-être que les choses vont légèrement changer mais j’en doute), les rappeurs patriotes tels « Goldofaf » ou « Kroc Blanc » ne peuvent pas se produire sur scène, excepté dans des événements privés dont l’adresse sera bien entendu divulguée au dernier moment afin d’éviter que des nervis d’ultra-gauche viennent jouer les trouble-fêtes aux cris de « No pàsaran », « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ».

On a parfaitement le droit de ne pas aimer du tout le rap, de ne pas être de foi catholique et contre-révolutionnaire comme « Goldofaf ». Cependant ce rappeur, et il en va de même pour les autres chanteurs de la mouvance, dérange l’oligarchie. L’agression dont il a été la cible est inacceptable (si « Black M » avait été passé à tabac, j’aurais également condamné l’acte mais toutes les chaînes de télévision en auraient parlé accusant certainement au passage l’intolérance des « fachos ». Là, c’est le silence médiatique. Et comme dit le dicton, qui ne dit mot consent.) C’en est assez de l’impunité de l’ultra-gauche, de ces groupuscules sectaires qui se comportent en véritables milices et manipulent des jeunes désœuvrés qu’ils poussent ensuite à lutter contre une menace imaginaire. Un embrigadement qui se fait en ce moment, y compris dans les lycées, sur fond de lutte contre la loi El Khomri. Bien que je ne me fasse guère d’illusions, je prie les autorités de réagir pour retrouver les responsables au plus vite et souhaite bon rétablissement à cet artiste engagé à contre-courant de l’idéologie dominante.

Voici la reprise devenue célèbre de « Gravé dans la roche » du groupe anti-français Sniper, que Goldofaf avait réalisée il y a quelques années et qui lui a permis de gagner en notoriété.

Kevin Morvan