Siné ou Charlie, pour une concurrence positive ?

Cela va devenir difficile de faire son marché dans les librairies, le mercredi. On avait déjà le Canard Enchaîné, qui coûte depuis dix ans 1,20 euros, et Charlie Hebdo, pour 2 euros. On a maintenant Siné Hebdo, pour également 2 euros, soit un budget de 5,20 euros si on veut tout lire !
On se souvient du pitoyable feuilleton de l’été, où Philippe Val avait fini par virer Siné, jugé coupable – abusivement – d’un texte raciste à l’encontre des Juifs et de Jean Sarkozy.
On n’a pas oublié surtout ce déchaînement de haine, entre deux gauches qui se sont traitées de racistes, voire de nazis, pendant de longues semaines, par tribunes de presse interposées, et sur Internet. Chacun était sommé de choisir son camp, Val avait l’appui du Monde et de Libération, ainsi que de personnalités comme Delanoë et Elisabeth Badinter, Siné était plutôt appuyé par les milieux gauchisants, très actifs sur Internet.
A l’époque, deux de nos collaborateurs, Pierre Cassen et Radu Stoenescu, refusant de prendre partie, avaient surtout cherché à comprendre les raisons d’une telle haine, entre des dessinateurs de talent, souvent insolents avec les religions, ce qui est de plus en plus rare dans notre pays. (1)

Décidément, l’incapacité de discuter sereinement, sans immédiatement « nazifier » l’adversaire, est une constante présente dans beaucoup de milieux de gauche. Vous critiquez l’islam ? Vous êtes un raciste déguisé en laïque ! Vous critiquez Israël ? Vous êtes un antisémite déguisé en gauchiste ! Vous vous interrogez sur l’immigration et la régularisation des sans-papiers : vous êtes forcément d’extrême droite, et donc infréquentable ! Vous réclamez la sécurité dans les quartiers populaires, et défendez le fait que la police doit pouvoir faire son travail ? Vous êtes forcément un sécuritaire fasciste déguisé en républicain ! Vous êtes indignée par le port du voile, et encore plus de la burqa ? Vous êtes une nostalgique du colonialisme déguisée en féministe !
C’est cette incapacité de discuter sereinement, cette haine qui oppose deux gauches, notamment sur la question israélo-palestinienne, qui a engendré ces réactions, dont la plus terrible fut ce dessin honteux de Plantu représentant Val en nazi, même si on sait que le même Val n’hésite jamais lui-même à « extrême-droitiser » certains de ses adversaires.
Il n’en demeure pas moins qu’une fois l’orage passé, Siné, à près de 80 ans, a décidé de lancer un nouvel hebdo, qui, manifestement, a l’intention de faire la peau à Charlie Hebdo, tout en se gardant de l’attaquer nommément. Il a su s’entourer d’une « bande de troublions » qui se veut insolente et irrespectueuse. Le premier numéro a fait un véritable tabac : les 140.000 exemplaires sont partis comme des petits pains, et un retirage de 15.000 est également parti aussi vite. Le deuxième numéro paraîtra ce mercredi, et les tirages prévus ont été doublés.
Avant la première parution, Caroline Fourest, qui était restée étrangement silencieuse dans ce conflit (elle s’était contentée de reproduire un édito de son rédacteur en chef, Philippe Val, sur le site Prochoix) a publié un article, dans Le Monde, intitulé « L’art délicat de l’outrage » (3). Bien évidemment, à la lire, Charlie Hebdo sait faire, tandis que Siné, qui aurait attaqué Jean Sarkozy « sur un mode flirtant avec le racisme », ne sait pas faire. Toujours cette façon politiquement correcte de donner les bons points, et d’excommunier. Cela n’empêche pas Caroline Fourest de souhaiter bonne route à un hebdo dirigé par quelqu’un qui « flirte avec le racisme ».

La seule chose que nous puissions souhaiter est que cette concurrence, libre et non faussée, comme diraient les commissaires européens, de deux revues composées d’artistes connus pour leur anti-cléricalisme, et, pour certains, pour leur défense de la laïcité, améliore la qualité de leurs revues. Soyons pour la concurrence positive !
A une époque où Nicolas Sarkozy et Ratzinger nous chantent les louanges de la laïcité positive, et où les chaînes publiques de télévision nous collent la rupture du jeüne du ramadan, après nous avoir infliger les vaticaneries tout le week-end, nous avons envie de voir, dans ces deux revues, des dessinateurs nous faire rire, par leur insolence contre les cléricaux.
Nous savons que Philippe Val est capable de faire un édito excellent, sur ces questions, et que Siné et les siens sont capables de nous régaler par leurs audaces et leur insolence. Alors, Siné et Charlie, tirez-vous la bourre si vous voulez, mais soyez bons, et lâchez-vous, ce mercredi, si vous ne le faites pas demain, vous ne le ferez jamais !
Lucette Jeanpierre
(1) http://www.ripostelaique.com/Quand-Sine-est-traite-d-ordure.html
http://www.ripostelaique.com/La-police-de-la-pensee-a-l-oeuvre.html
(3) http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/09/11/l-art-delicat-de-l-outrage-par-caroline-fourest_1094143_3232.html

image_pdfimage_print