SNCF et Air France : syndicats aux commandes, entreprises en faillite !

Publié le 24 avril 2018 - par - 15 commentaires - 725 vues
Share

Une question essentielle se pose : quels sont les références et le mode de calcul d’un salaire, d’une rémunération ? Quel est, aujourd’hui, le montant d’un salaire pour vivre décemment ? Existe-t-il seulement une réponse ?

…Un juste milieu, une sorte de moyenne, qui tiendrait compte de la formation, de l’ancienneté, de la pratique, des heures de conduite ou de vol accumulées… Mais aussi du prix des TGV, des avions, de celui de l’électricité consommée, du kérosène, du prix de la construction des voies ferrées et des gares, celui des aéroports, du nombre d’enfants, de la taille de la maison et de celle de la voiture, du lieu privilégié des vacances, de la marque de jean préférée et pourquoi pas, également de l’âge du capitaine de la Marine Marchande ?

Il n’est pas certain que l’on puisse trouver une formule qui tienne compte de tous ces paramètres et savoir enfin où se situe la vérité. Les habitudes, bonnes ou mauvaises, prises à l’aune des monopoles du transport de masse ont façonné un « juste prix », une référence sur laquelle il est aujourd’hui convenant de se fonder, un « étalon-salaire », en quelque sorte. Mais, si l’on compare les cheminots avec les pilotes, il y en a qui sont plus égaux que d’autres devant la rémunération de leur travail, même si l’on peut émettre un avis discernant sur les responsabilités de chacun.

Pourtant, la similitude entre les turbulences rencontrées dans les métiers du transport et celles des autres secteurs économiques montre l’ampleur du problème et l’antagonisme structurel entre la recherche du profit et celle du confort social des collaborateurs de tous niveaux. L’extrême complexité de la lutte politico-économique qui génère les règles laisse peu de place à l’altruisme.

Il serait alors intéressant de poser le problème dans l’autre sens : à partir de quel seuil de rémunération est-on professionnellement et socialement heureux (ou l’inverse) ? Et enfin quel est le « salaire de la décence sociale » et celui, plus relatif diront certains, du « bien-être-passager » ? Le salaire des conducteurs de TGV à la SNCF ou celui des commandants de bord d’Air France ? En un mot, combien coûte le “vrai“ produit et, en corollaire, quel est son juste prix de revient ?

La réponse à cette dernière question, pourtant fondamentale, n’existe pas. Trop de variables sont en effet impliquées dans la définition de ce « vrai » produit, à commencer par l’inégalité entre les salaires… Et ce ne sont pas les syndicalistes obèses qui s’engraissent avec les cotisations de leurs militants ou les dirigeants des sociétés du CAC 40 qui nous aideront à définir la juste équation. Car, disons-le tout net, dans les deux cas, SNCF et Air France, ce sont les mêmes, animés de la même idéologie, voire du même nihilisme, ne représentant qu’une infime partie des travailleurs pour les uns, ou marqués par leur incompétence notoire pourtant grassement rémunérés qui menacent le développement sain, la vie et souvent la survie des entreprises.

Jean-Louis Chollet

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Yves ESSYLU

Sans Nous C’est Foutu qu’ils disent, ce serait pas plutôt l’inverse ?

dufaitrez

« Toute peine mérite salaire » ! Certes….
Le Salaire est une chose, les Droits acquis une autre !
Payons une Activité, non une Rétro Activité !
Point !

pauledesbaux

j’incites les « GROS PORTEURS » (lire riches) à monter des entreprises de transports privés : ils se feraient les couilles or et la SNCF ferait chou blanc
Dommage que je sois pauvre comme JOB……déjà des entreprise de voyages en cars commencent à fleuri un peu partout exemple leur tarif : Lyon Nimes pour 2 personnes : 19 euros, ils partent et arrivent à l’heure : pas de grève ils existent sur d’autres trajets ils faut les y encourager et se préserver des aléas de la SNCF (Société Nationale des Cons Fainéants) les grèves vont durer jusqu’en juillet et août avis aux amateurs…….

Lucie

Pauledesbaux, « société nationale des cons fainéants ».
Remarque ignorante et sotte.

pauledesbaux

prendre les usagers en otage c’est quoi à votre avis ? il faut connaître les avantages des cheminots, voyages gratos pour eux et leur famille à vie…..et d’autres encore, ils paralysent la FRANCE les sociétés privées qui roulent en europe ne vont pas tarder à faire leur entrée en FRANCE comme d’autres sociétés et là les grevistes ne vont pas rire…..mais déjà des voyagistes le font et c’est tant mieux pour nous :on ne reste pas sur le quai de la gare !

cb38110

Vous rédigez des articles sans connaître les causes exactes. De plus vous êtes en train d’affirmer que le syndicalisme est le fléau de tous les maux du monde du travail. Or le patronat de Gattaz et le CAC40 font des bénéfices records. Et le chômage avons nous les chiffres? Non Jupiter les cache pour ne pas révolter le peuple. Une mauvaise nouvelle encore 350 salariés de RICOH vont être licenciés en France. Que pensez vous de ce système ultra libéral? Ne vaut il pas toutes les critiques dans une société où l’insécurité social règne? Posons nous les bonnes questions face aux réponses des jupiteriens qui aneantiront le peuple sans dents.

Allonzenfan

Syndicats au volant, faillite au tournant !

Lupus

Je me permets de présenter mes excuses aux membres de la SNCF qui liraient les commentaires.
Qu’ils sachent que les commentateurs de Riposte Laîque ne pensent pas tous à vous éreinter , comme le font un certain nombre de défenseurs du libéralisme qui écrivent dans cette rubrique.
Pardonnez leur, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils pensent.
Personnellement, je rends hommage , à votre travail, vos luttes , à vos morts, comme les 800 fusillés et 1200 déportés « PATRIOTES » de la deuxième guerre mondiale.

Mica

Merci Lupus, cela fait plaisir de lire des commentaires intelligents.

Malheureusement, beaucoup ici sont voués à se faire bouffer car ils n’ont pas le bagage intellectuel pour faire le lien entre toutes les agressions qu’il subissent.
Au lieu de ça, ils pataugent d’une indignation à l’autre tel des coqs affolés et perdus à qui ont aurait tranché la tête.

Qu’ils ne s’étonnent pas de ne recevoir aucun soutien lorsqu’ils se feront agresser à leur tour.

Lucie

Idem, merci Lupus!
On a d’excellentes raisons de détester la gauche (et la droite) et les syndicats, cela veut-il dire qu’il faut accepter que ces politiques pourris nous détruisent tous nos services publics? Les services publics n’ont pas à être rentables et ce ne sont pas les cheminots qui sont responsables de la gestion de la sncf. J’ai entendu dire que Hollande aurait commandé des rames de TGV supplémentaires et pas vraiment nécessaires pour sauver Alsthom, ça coûte un max.
On délaisse les petites lignes exprès, les sans-dents n’ont qu’à aller au boulot en bagnole à 80kmh, ou déménager.

Victor Hallide

Dans le milieu politique, pas de dignité en dessous de 10000€. Rappelons-nous Hollande payait 10000 € son coiffeur. C’est vrai quoi, il le côtoyait tous les jours, ça crée des liens, il ne pouvait lui donner un traitement de « sans dents » ! Rappelons-nous Jean-François Coppe : «  on n’a pas besoin de minables qui se contentent de 5000€ par mois. ». Les députés européens, ceux de l’assemblée Nationale, les Sénateurs, tout ce beau monde palpe minimum 10000€ ! C’est le prix aussi pour obtenir la compromission politique. Pour ce confortable salaire, on peut voter ce qui est demandé par la hiérarchie et fermer sa gueule. 10000€ est le référent mensuel qui définit le standing de vie, le revenu minimal de référence pour les « élites ». Les syndicalistes obèses le savent bien.

Dupond

Le port de Marseille est éteint ou tout au moins en veilleuse ,la SNCF va disparaitre et les compagnie low cost ramasse le pactole . Ce n’est plus tres grave !!! le chemin de fer n’est plus adapté a la répartition de la population car créé a une époque ou le tissus rural était tres dense . Ce qui valorise le chemin de fer ce sont les marchandises transportées et nous n’avons plus de mines et plus d’industrie . Dans les années 60 ce fut le tout automobile et les lignes desservants le littoral touristique furent défférées ; toutes les bretelles desservants les villes cotieres rendraient bien service maintenant l’été quand il faut des heures pour sortir des embouteillages….greve ou pas greve c’est la fin du rail qui fut un état dans l’état dirigé par des gens incompétants !!!

Simone GUTIERREZ

Très juste , Dupond !
Macron va réserver à ses amis milliardaires ce qui demeure rentable à la SNCF , comme le TGV ( normal , il renvoie l’ ascenseur aux nantis qui l’ ont fait élire ) et il gardera pour l’ Etat les secteurs endettés non rentables …. à la charge de  » ceux qui ne sont rien  » .

John White

En faillite ?
C’est nous qui payons…on a les moyens d’entretenir ces branleurs gauchistes…
Tant que l’état nous augmentera les impôts et taxes diverses, ces trous du cul ne s’arreteront jamais…

daniel champy

rien que leurs retraites de priveligiees, 3,5 milliards par an a payer par les contribuables