SNCF, la chronique des fiertés LGBT pour la « fête de l’arrière-train »

Publié le 12 juin 2019 - par - 23 commentaires - 664 vues
Share

C’est la suite attendue de « L’arrière-train sifflera trois fois » avec le fringuant John Keykett et l’apparent foutoir des scènes de groupe : une farce dans le genre de la comédie paillarde, complaisamment vulgaire ! Ce mauvais film offre l’essentiel de son plaisir coupable dans l’improbabilité des situations, leur traitement ouvertement désinvolte donnant lieu à quelques petites perles typiquement pallardiennes. (Nanarland)

La SNCF va lancer une campagne LGBT dans 50 gares en France. La direction de SNCF GARES & CONNEXIONS veut pavoiser 50 gares aux couleurs de l’arc-en-ciel… Une opération pilotée par un militant LGBT : une éclosion du militantisme LGBT à la SNCF et un échantillon (de la guerre du rail et) de la lutte des gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres contre un système persécutant les homosexuels !

La SNCF fait de la propagande LGBT intensive pour la « fête de l’arrière-train » !

Pierre-Alain Depauw, MPI : « Avec le soutien de Marlène Schiappa, la SNCF avait annoncé fièrement que ses gares pavoiseraient aux couleurs LGBT ! Jusqu’où ira la promotion de l’inversion des mœurs par nos gouvernants ? Civitas@Civitas : Les #Français veulent des #trains @SNCF à l’heure, pas de la #propagande #LGBT imposée à tous. Respectez les #familles ! Stop au #diktatLGBT financé par nos impôts ! »

Nicolas Gauthier, Bd Voltaire : « Un TGV gay pour lutter contre l’homophobie ? Ils ne savent plus quoi inventer ! Ce sont les Français les plus modestes, contraints de s’entasser matin et soir dans les transports en commun, entre grèves, pannes et retards, qui vont être contents. La SNCF annonce le lancement d’un TGV aux couleurs arc-en-ciel du 5 juin au 7 juillet. À l’origine de cette initiative, l’association GARE !, dont le site Internet nous annonce : « GARE ! est un espace associatif mis en place au sein du groupe SNCF, afin de permettre aux lesbiennes, gays, bi et trans d’être reconnus avec dignité dans leur intégrité d’êtres humains et de se faire respecter. » Du coup, l’infortuné Loïc Leuliette, chargé du service de presse de la SNCF et interrogé par le magazine Têtu, jadis porté financièrement à bout de bras par le mécène Pierre Bergé (un peu connaisseur en la matière), finit par lâcher le morceau : « Cette initiative n’a rien de surprenant, compte tenu de l’ancrage historique de la société ferroviaire dans la lutte pour le respect des diversités et LGBTQ+. »

« Là, c’est l’Annapurna qu’on gravit en espadrilles ! La SNCF a toujours été en pointe dans la lutte contre « l’homophobie ». La Bête humaine, de Jean Renoir, film tourné en 1938 avec Jean Gabin dans le rôle de chauffeur de locomotive à vapeur (mais pas à voile, hormis distraction de notre part), que cherchait-il ? Sa part de féminité, pardi ! Pareillement, dans La Bataille du rail de Jean Clément, filmée en 1946, les cheminots résistants, communistes ou non, se battaient contre les armées allemandes à grands coups de rainbow flag

« Aujourd’hui, la CGT doit se battre pour le triomphe de la classe ouvrière : le port de la jupe pour les hôtesses dans les wagons de première classe de nos TGV, « gay-friendly » ou non. Ainsi, le CHSCT, Comité d’hygiène et de sécurité, souhaiterait que ces dames servent de manière « sexuée » pour les clients s’étant acquitté de leurs billets au prix de l’or fin. Ce à quoi la CGT rétorque qu’il s’agirait d’une « conception sexuée de l’accueil » et d’un « chantage à l’emploi ». (Nicolas Gauthier, sur Bd Voltaire)

Après la SNCF, « L’arrière-train sifflera trois fois » au Vatican ! « Sodoma : enquête au cœur du Vatican », (Robert Laffont). Jeanne Smith : « Sodoma », de Frédéric Martel, un livre de combat contre la tradition de l’Église et ses défenseurs comme le cardinal Burke. Tout ce qui est excessif est insignifiant, disait Talleyrand. Ce sont les premiers mots qui viennent à l’esprit (à propos du) livre du militant homosexuel Frédéric Martel.

« Oui, insignifiant comme les mensonges de celui qui est « père du mensonge », insignifiant comme ce qui procède par insinuation, suggestion, fabrication d’images, rumeurs, ouï-dire, insignifiant comme la grosse artillerie que l’on sort pour détourner l’attention d’un problème en essayant de détruire, en même temps, celui qui le pose. L’idée de « Sodoma » tient en quelques lignes : le Vatican est le plus vaste club « gay » au monde, car 80 % de ses clercs – prélats, cardinaux, monsignore y compris – sont homosexuels, actifs ou refoulés.

« Et même, insinue-t-il, trois papes récents : Pie XII, Jean XXIII et Paul VI… Et comme c’est un secret maladivement gardé, cette « culture du secret » explique le choix de « couvrir » les prêtres pédophiles au cours de ces dernières décennies – la crainte de se faire soi-même « outer« . Outre que cela apparaît une exagération délibérée, il s’agit d’une charge massive contre tout ce qu’il y a de traditionnel dans l’Église : sa doctrine morale, sa liturgie de jadis, ses interdits sexuels, « l’hypocrisie » et la « double vie » des opposants conservateurs au pape François. Tout cela ne s’expliquerait que par un seul biais : l’homosexualité active ou refoulée, forcément cachée, des prêtres, évêques, cardinaux, papes qui font partie d’une société homosexuelle dont les décisions ont été dictées par cette situation. On n’en finit pas des analyses psychologiques de comptoir qui émaillent le livre de Martel. Ce livre est une grille de lecture homosexuelle, assumée, plaquée comme telle sur toute l’histoire récente de l’Église catholique. Il lui faut des homosexuels partout, certains réels, d’autres sont peut-être « de la paroisse », comme il le dit ironiquement, parmi ceux qui sont évoqués nommément ou non – mais imaginés pour bien d’autres. Cela procède d’un raisonnement explicite : l’Église est sociologiquement homosexuelle parce qu’elle impose le célibat sacerdotal et que la continence est « contre nature ».

« Le prêtre soumis à ce régime a toutes les chances d’être un homosexuel caché. La chasteté, la pureté, sont tenues pour impossibles, exceptionnelles, voire ridicules… Au-delà de son optique « pro-gay » qui ne reproche nullement aux clercs leurs attirances et leur activité homosexuelle, Sodoma est une entreprise de souillure de l’Église catholique, insultée dans son être et dans ses enseignements. Paradoxalement, Martel l’a reconnu lui-même, c’est une défense et une illustration des options et de la pastorale du pape François.

« Sodoma est insignifiant, parce qu’on a l’impression d’être face à cette variété la plus insidieuse de la désinformation qui enrobe le mensonge de demi-vérités – mais ici, les mensonges paraissent caricaturaux.

« L’attaque contre les « tradi » et les « dubia » : Alors que l’Église ne peut évoquer l’homosexualité des clercs, Sodoma est une riposte : Ils « en » sont tous ! C’est la droite : « Ces conservateurs, ces « tradi », ces « dubia », sont bien les fameux « rigides qui mènent une double vie » dont parle si souvent François », écrit Martel.

« Donc, le problème, c’est la droite. Le problème, ce sont les interdits sexuels que l’Église a décrétés parce qu’elle abrite tant d’homophiles cachés qui sont des homophobes de façade (Jeanne Smith).

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Share

23
Poster un Commentaire

800
14
9
1
 
16
   
Notifiez de
saurer

Pour cette campagne publicitaire, c’est le moustachu de la CGT, qui à prêté son concours en se tranformant en trans …

Athos

Pourquoi vous détestez à ce point les homosexuels? Que vous ont ils fait? Et ne me parlez pas de lgbt gaucho, on est vraiment dans la haine de l’homo, la.

Durocher

Oui Monsieur l’Abbé !

JEF

Et avec le mois de juin frais que nous avons on ne peut pas dire que les canicules nous emballent……

robert

qu’est-ce qui se passe dans le wagon de queue-es ?

wika

Concrètement, comment ça marche ?
Il faut poster sa photo avec une plume dans le c** pour bénéficier de sa place dans l’arrière-train ?
Et combien va nous coûter cette nouvelle plaisanterie, alors qu’on ferme des lignes déclarées non rentables, ce qui isole certaines petites agglomérations?

POLYEUCTE

Plein de mots déjà lus ailleurs… Recyclage… Passons !
Ah ! Les minorités ! Chacune son train ?
Muzz le vendredi, Juifs le samedi, Cathos le dimanche ?
Homos le lundi, Végans le mardi, Féministes le mercredi, Ecolos le jeudi ?
Désolé ! LA SEMAINE EST PLEINE !
Des billets gratuits pour fêter tout ça ?

Hagdik

Les sandwiches seront au beurre Charente-Poitou et la moutarde sera proscrite !

J-J Tatie

@Hagdik : Bonjour, Pourquoi proscrire la moutarde ? Cette blague ne manque pas de piquant… Sandwhiches SNCF type : « Montbéliard », « Morteau », « Double Strasbourg » et merguez, au choix, accompagnés d’une salade carottes / concombres ! (ni rapées, ni émincés…) Bon voyage !!!

Hamza

D’où l’expression à train et à vapeur ????

Jill

Quelle fierté pour les gays masculins d’avoir propager le sida et d’en être encore les principales victimes;et pour causes …

Abdel

Ça vient de l’occident c’est pas de chez nous ça

Joël

Au lien de peindre un TGV spécial qui a dû coûter bonbon, ils auraient mieux fait de baisser le prix du billet.
Et ça va coûter autant pour l’opération de remise aux couleurs normales après le 7 juillet.
C’est pas grave, c’est l’état qui paye.

Colonel Napoléon de Guerlasse

On a pas fini de rigoler dans les postes d’aiguillage et les dépôts. Exemple un TGV en avance, c’est une éjaculation précoce. Un TGV en retard un impuissant, etc… Le monde cheminot est plutôt porté sur la gauloiserie. Une autre, quand un TGV LGBT siffle il fait quoi : hou – hou !

OTOOSAN

«  » Le monde cheminot est plutôt porté sur la gauloiserie »…ouai, « avant »…

gigobleu

Le titre de l’article est excellent, qui va au fond des choses …

Simone

Hein? Au fond de quelle choses ?
J’y comprends rien décidément à votre nouveau langage mes enfants
L’âge peut-être

Jill

Le bas fond vous voulez dire …

Durocher

Vaut-il mieux voyager dans l’arrière-train… ou dans le wagon de queue ?…

Esprit critique

En quoi le fait par exemple, pour u type, d’aimer se faire enculer, nécessiterait un accueil particulier dans un TGV ??? Faut m’expliquer, je ne comprends pas. Si je vais quelque part en train, ce n’est certainement pas pour être importuné par un connard quelconque qui éprouve un besoin irrépressible de faire savoir comment, il ou elle, aime se faire Machiner !

Jill

Bin vous devriez essayer…

Abdel

Oui faut essayer

J-J Tatie

@Esprit critique : Bonjour, c’est vrai, par contre, que de payer un billet de train à un prix astronomique, c’est, quand même, un peu, beaucoup, se faire empapaouter par la SNCF !!! Certains y trouveront leur compte, enfin peut-être. Certains sièges seront, donc, aménagés avec des emplacements pour recevoir des godmichets, ainsi que des prises USB pour les recharger… Bon voyage ! Elle est pas belle la vie ?