Solidarité espagnole : Pena Ruiz couvre les mensonges de Valls sur son passé

pena-ruiz

Henri Pena Ruiz, professeur de philosophie, que certains de ses admirateurs appellent le « Pape de la laïcité », ne pouvait rester silencieux devant une chose aussi énorme : un premier ministre socialiste d’une République laïque qui va à Rome représenter la France, le jour de la canonisation de deux papes à la fois !

On le sent tout malheureux, le pauvre Henri. C’est que ce proche de Jean-Luc Mélenchon a appelé à voter Hollande, comme son mentor. Il est donc, en toute logique, redevable de l’action du chef de l’Etat, de son gouvernement, et donc de son Premier ministre. Comme il paraissait bien plus à l’aise pour stigmatiser et torpiller Sarkozy, dans Le Figaro, quand celui-ci tenait par ailleurs des propos fort semblables à ceux de Manuel Valls.

http://www.lefigaro.fr/debats/2007/12/27/01005-20071227ARTFIG00431-laicite-les-cinq-fautes-du-president-de-la-republique.php

Mais Sarkozy, c’est la droite… et il est d’origine hongroise.

Alors que Valls est de gôche… et surtout d’origine espagnole, comme le camarade Henri. Cela change tout !

http://www.liberation.fr/politiques/2014/04/28/et-la-laicite-monsieur-valls_1006539

Certes, comme il sait le faire, le professeur de philosophie nous fait de belles envolées sur la République, qui ne peut qu’être au service de tous, laïque et sociale. Mais cela se complique quand, tout au long d’un texte d’une rare complaisance, face à la trahison laïque du Premier ministre de la France, il va s’inventer, pour illustrer son propos des connivences avec Manuel Valls, mais aussi avec Anne Hidalgo, nouveau maire de Paris. Le prétexte : leurs parents auraient fui la dictature franquiste, appelée national-catholicisme.

Premier très gros mensonge. J’ignore la situation de la famille Hidalgo, et celle de la famille Pena Ruiz, mais il est clair, et Emmanuel Ratier n’a fait que confirmer l’information, dans son dernier livre « Le vrai visage de Manuel Valls », que le père du nouveau Premier ministre n’a jamais combattu le franquisme, et encore moins fui le régime du caudillo. Quand il écrit ce texte, Henri Pena Ruiz ne peut pas ne pas  le savoir, comme il ne peut pas ignorer que Valls est né à Barcelone, sous Franco, ce qui fait désordre pour un fils de réfugié anti-fasciste. En service commandé pour le Parti socialiste et pour le nouveau Premier ministre, Pena Ruiz alimente donc, dans Libération, une fable totalement inventée, un grossier mensonge que même Manuel Valls ne reprend plus, mais que l’ensemble de la presse aux ordres continue de couvrir.

Deuxième très gros mensonge, il fait semblant d’ignorer que ce n’est pas la première entorse du camarade Manu avec les principes de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Pena Ruiz, franc-maçon et militant laïque, ne peut ignorer que l’ancien maire d’Evry, sur la loi de 1905, est sur la même ligne que Nicolas Sarkozy. Il est donc favorable au financement des mosquées par l’argent public, avec le pitoyable alibi d’éviter ainsi les financement étrangers (tu parles !).

Notre « pape de la laïcité » ne peut, en outre, ignorer qu’en près de deux années, sans que, par ailleurs, on ait entendu la moindre protestation des milieux maçonnico-laïques, le ministre de l’Intérieur chargé des relations avec les Cultes de François Hollande a inauguré en grandes pompes les méga-mosquées de Cergy et de Strasbourg, et a rompu le jeûne du stupide et obscurantiste ramadan à plusieurs reprises, notamment à la Grande Mosquée de Paris et à Montauban.

De la même façon, puisqu’il titre son article « Et la laïcité, M. Valls ? », et qu’il met en avant Anne Hidalgo, il ne peut ignorer qu’à Paris, outre le financement d’écoles privées communautaires assez large (notamment les Loubavitch), la municipalité, où, faut-il le rappeler, Anne Hidalgo était numéro deux, a longtemps couvert les prières musulmanes illégales rue Myrha (là encore grand silence de Pena Ruiz pendant des années), mais se prépare à faire payer aux Parisiens pour 26 millions d’euros, sous l’ère Hidalgo, la construction de deux nouvelles mosquées, déguisées sous le nom de l’Institut des Cultures d’Islam. Là encore, grand silence de Pena Ruiz et de la clique Mélenchon, qui va se réveiller quand tout sera plié, histoire d’occuper le terrain.

Il ne suffit pas, n’en déplaise à Pena Ruiz, d’avoir des parents espagnols qui ont bénéficié de la République laïque, pour se comporter, dans son militantisme, comme des laïques exemplaires, les trahisons de Valls et Hidalgo en sont le parfait exemple.

On est stupéfait de la complaisance – pour ne dire que cela – de ceux qui, comme Pena Ruiz, devraient être en première ligne pour défendre ce concept, qui n’a jamais été autant attaqué que sous la gauche de Hollande-Valls.

Mais Robert Albarèdes avait déjà tout compris, quand il expliquait, dès le 5 mars 2012, pourquoi les responsables laïques essayaient de sauver la mise de Hollande l’imposteur et ses complices (dont Manuel Valls).

http://ripostelaique.com/hollande-limposteur-est-demasque-pourquoi-les-responsables-laiques-essaient-ils-de-lui-sauver-la-mise.html

Dans cet article, notre rédacteur annonçait l’ensemble des mesures que prendrait Hollande contre la laïcité et la loi de 1905, et interpellait ceux qui allaient appeler à voter pour lui.

Dans un autre papier, notre ami Pascal Hilout, qui avait écouté, dans un colloque, le professeur de philosophie pérorer brillamment sur tout, durant une heure, en oubliant de dire un seul mot sur l’islam, avait lancé un débat qui fera du bruit dans le landerneau laïque. Certains nous reprocheront d’avoir « allumé » une icone du combat laïque, rien de moins !

http://ripostelaique.com/L-affligeante-complaisance-d-Henri.html

Vexé, outragé, le professeur demandera un droit de réponse, et l’obtiendra, bien sûr…

http://ripostelaique.com/Aux-responsables-de-Riposte-Laique.html

Ce qui permettra à Cyrano de synthétiser tout cela, suite à plusieurs autres contributions :

http://ripostelaique.com/Pour-un-debat-franc-et-loyal-avec.html

N’oublions pas, puisque Pena Ruiz fait référence à ses origines espagnoles, que durant plus de sept siècles, son pays d’origine subit l’invasion des musulmans, et qu’il ne dut sa libération qu’à Isabelle la Catholique, en 1492. Mais le même Pena Ruiz considère cette époque, où ses ancêtres étaient pourtant des dhimmis, comme une époque montrant la paisible cohabitation des trois religions du Livre.

C’est cette fable que les socialistes et les prétendus laïques continuent de répercuter. On n’entend jamais, sur les antennes, les arguments historiques qu’un Alain Rubin est capable d’opposer.

http://ripostelaique.com/A-propos-d-al-Andalous.html

Il est vrai que, dans le même registre, son mentor Mélenchon regrette la victoire de Charles Martel à Poitiers.

Finalement, le fait que Pena Ruiz, même de manière timide, prenne la plume, pour protester contre la venue de Valls à Rome, mais se soit tu sur toutes ses connivences avec l’islam, prouve une chose, en dehors de sa solidarité clanique avec le Premier ministre : ce prétendu laïque hait le catholicisme, mais tolère l’islam, qu’il préfère, par haine de soi, à la religion de ses ancêtres.

On lui promet encore de nombreux plateaux télévisés et des chroniques dans une presse aux ordres gavée de subventions. Il aura ses conférences,  invité par les périphéries socialistes (mutuelles, associations, structures locales), par ailleurs fort bien rémunérées. Il nous y fera, comme d’habitude, le coup de l’extrême droite, de Marine Le Pen, des intégristes catholiques, et n’aura pas un mot sur les disciples d’Allah.

C’est donc le laïque idéal d’un système qui veut implanter le fascisme islamique pour faire baisser la tête au peuple de France. Pas étonnant qu’il protège donc Manuel Valls de ses mensonges passés, et le ménage d’une manière aussi indécente sur ses trahisons présentes.

La soupe est bonne.

Martine Chapouton

 

image_pdfimage_print