Son compagnon malien l’a poignardée devant ses trois enfants : elle est morte

Publié le 17 septembre 2019 - par - 1 877 vues
Share

Douce France, cher pays de mon enfance…

À Toulouse, pour ne pas changer et rester dans l’actualité, dimanche 15, vers 6 h du matin, sur la ligne A de la station de métro « Arènes », un homme âgé de 30 ans a été très grièvement blessé à coups de couteau et de tessons de bouteille portés à la gorge.

Son pronostic vital est engagé, il se trouve entre la vie et la mort.

Il a été évacué vers l’hôpital Rangueil.

La station est restée fermée durant plusieurs heures et une mare de sang baignait le bas des marches d’un escalier.

Deux heures plus tôt, au cours de cette même nuit et vers quatre heures du matin, les pompiers avaient évacué 3 blessés, dont un d’une vingtaine d’années, gravement touché, après une rixe à la Prairie des Filtres.

Un individu, âgé de 36 ans, a été interpellé et placé en garde à vue au commissariat central, alors qu’un complice en fuite est toujours recherché.

*Et encore un peu plus tôt, vers minuit, au Capitole, des scènes de panique sur la place suite à une toute simple bagarre qui a motivé des mouvements de foule.

Des rumeurs parlaient d’une fusillade mais seule une femme enceinte, victime d’un malaise à cause de cette panique, a été évacuée.

Toujours à Toulouse, ce jeudi, la cour d’assises vient de condamner à 17 ans de prison l’Algérien Amine Meslem qui, quelques années plus tôt, avait été placé en garde à vue, avec un complice, car les policiers avaient découvert, dans le coffre de sa voiture, un fusil chargé et prêt à l’emploi.

Il avait alors expliqué qu’il ne savait pas où le mettre avant de l’amener chez son oncle, en Algérie.

Immédiatement relâché, le matin vers 6 h, (alors que vous ou moi aurions été incarcérés séance tenante !) il sort du commissariat et rentre chez lui et il porte plusieurs coups de couteau à sa compagne, la blessant grièvement au cou et à l’omoplate, car elle refusait de recevoir le complice.

Amine prend la fuite en Algérie, où il est incarcéré pendant deux années.

Dès sa libération, il revient en France tout simplement (n’est-ce pas une « chance » pour nous, qu’il fallait absolument accueillir de nouveau ?).

C’est alors qu’il est appréhendé et incarcéré pour cette ancienne agression.

À Montauban (82) – Le 29 septembre 2017, un Algérien, âgé de 38 ans, en situation irrégulière car sans papiers, avait violé une femme de 79 ans.

Il avait fait l’objet d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire français), notifiée un an plus tôt par la préfecture.

Obligation qui, bien entendu, n’a pas été suivie d’effet.

Arrivés sur place, les policiers sont tombés sur un homme nu, allongé sur une femme tête face au sol et un poignet cassé, qu’ils ont interrompu en pleine action.

À l’époque, le maire, Brigitte Barèges, avait stigmatisé le laxisme de l’État en matière de délinquance et d’immigration. Avait-elle tort ?

Sans doute ce violeur attendait-il les 2 500 euros offerts par Castaner pour « être » obligé de quitter le territoire français ?

À Creutzwald (57) – Cité Maroc, 2 rue de Bretagne, dans la nuit de vendredi à samedi, une femme est tuée et son mari est en fuite, accompagné de son fils, né d’un précédent mariage.

Il est activement recherché par la gendarmerie.

Il aurait déjà assassiné sa première femme en Algérie, selon une source policière.

Cette malheureuse femme subissait des violences conjugales et avait été aperçue plusieurs fois avec le visage tuméfié.

Il y a quelques jours encore, elle était frappée par son mari, devant des témoins, dans un square du quartier et cela malgré plusieurs appels « au secours » et de nombreuses interventions des forces de l’ordre, selon le parquet de Metz.

Le Havre (76) – Lundi, vers 12 h, rue des Briquetiers, dans le quartier de l’Eure et devant le magasin « Leader Price », un « Havrais » de 37 ans, mais d’origine malienne, a poignardé sa compagne, âgée de 27 ans, en pleine rue et devant ses trois enfants de 2, 4 et 6 ans.

Elle est morte.

Les employés avaient appelé la police qui, depuis un mois, avait été prévenue des faits de violence.

À Marseille (13), pour ne pas changer également, « la vie est toujours aussi belle » et la série se poursuit dans la cité des Rosiers (quartier Nord).

Après la sanglante nuit de samedi à dimanche, où quatre individus avaient été blessés par balles et couteaux, une nouvelle bagarre a éclaté dans l’après-midi entre de jeunes Maghrébins de la cité et des migrants clandestins d’origine nigériane.

Deux individus blessés légèrement au couteau.

Et pour ne pas oublier ce qui se passe également quotidiennement à Nantes (Loire-Atlantique), dans la nuit de samedi à dimanche, vers 23 h 30, route de Pornic, à hauteur du rond-point de la Loire, entre Nantes et Bouguenais, un jeune homme de 18 ans a été visé par des tirs d’arme à feu et blessé par balle à la tête.

Les auteurs sont en fuite.

Et pour 38 % des Français interrogés, il n’y a pas d’insécurité dans notre pays. Ils ont vraiment de la chance ou ils ne nous lisent pas !

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.