Sophie de Menthon ridiculise les hommes politiques

Dans un article de Causeur, Madame Sophie de Menthon, chef d’entreprise… demande : « Pitié pour nos pauvres hommes politiques ! ».

Ce qui ressemble à un véritable plaidoyer n’est en fait qu’une charge pour mieux les ridiculiser voire les atomiser. Surtout après les affaires Alstom, Benalla, Rugy, Mckinsey… et actuellement le retour des affaires Dupond-Moretti et Kohler.

Cet exercice de style est très efficace tant il a le parfum de la sincérité voire de l’admiration devant tant d’abnégation.

« Pour être un homme politique aujourd’hui, il faut un certain masochisme. Les récompenses pécuniaires sont plus limitées que dans le secteur privé ; aux yeux du public, on porte la responsabilité de tout ce qui va mal dans le pays ; et on n’a plus le droit à une vie intime, les grands inquisiteurs de notre époque s’immisçant jusque dans vos affaires personnelles. »

« Au départ, il faut signaler le calvaire de se faire élire même si on peut légitimement penser qu’ils aiment ça, mais pas longtemps et peut-être pas à ce prix-là… La vie de famille écrabouillée, les réunions improbables dans des endroits improbables avec des futurs électeurs improbables. Et les discours, et les promesses ? Ah ! L’effroyable contrainte de dire ce qui plaît aux électeurs et que l’on ne pense pas ! Les promesses impossibles à tenir même si on croit pouvoir les tenir, le parti qui les soutient comme la corde soutient un pendu, les amis qui ne sont que de futurs concurrents, la canine aiguisée et le sourire en lame de rasoir. »

« À diplôme égal, il n’y a pas à hésiter, ils devraient s’ils sont cupides choisir le privé ».

«Quoiqu’on en pense, ce sont les sacrifices imposés par la vie politique qui sont énormes et pas les bénéfices de la fonction : famille exposée, enfants surveillés, évaluation des signes extérieurs de richesse. »

« Quand ils sont au pouvoir, à un certain niveau, il faut prendre les bonnes décisions : évident ? Mais c’est sans compter le risque pénal dont on a pu mesurer les menaces pendant l’épidémie du Covid. Pourquoi le Premier Ministre ne voulait-il pas déconfiner ? Et pourquoi des ministres s’y sont-ils opposés jusqu’à ce que le Président de la République le décide lui-même ? Parce que seul le Président n’encourt pas de risque pénal, et c’est heureux ! Quel héros va risquer la prison pour assumer ce qu’il croit être bien, mais sans certitude ? »

Et de conclure : « Alors finalement, une fois n’est pas coutume, reconnaissons-leur une volonté louable à vouloir redresser la France, une vocation, et même une forme d’abnégation ; accordons-leur le crédit (au sens figuré) de penser qu’ils sont aussi honnêtes que tout un chacun, qu’ils aiment la France, qu’ils pensent (un peu) ce qu’ils disent, et qu’ils ont plutôt le sens du sacrifice… sinon ils seraient tous complètement masochistes ? et nous complètement désespérés ! »

Remercions Sophie de Menthon de nous avoir offert cet article désopilant qui, mieux qu’un écrit rageur et hargneux, démolit avec finesse et précision l’ensemble de cette classe politique pleurnicharde, prétentieuse, lamentable et tellement stipendiée.

Mitrophane Crapoussin

https://www.causeur.fr/pitie-pour-nos-pauvres-hommes-politiques-ministres-243837

image_pdfimage_print
11

15 Commentaires

  1. C’est un Concours de Mister France de l’incompétence, et franchement, on se dit que le Mister Univers de la connerie ne devrait pas pouvoir échapper au candidat français tant les autres sont largués loin derrière.

    Nous étions Champions du Monde des prélèvements.
    Nous sommes Champions du Monde de la Bureaucratie et de l’Inefficience politique après abandon pour casse technique de l’URSS.
    Nous devrions alors décrocher sans difficulté le titre de Champion du Monde des Inaptocrates !
    En cas d’échec, on pourra parier avec certitude que le concours aura été truqué.

  2. La femme lui répond : «Vous devez être un homme politique.» «Oui,» répond l’homme avec fierté, «mais comment avez-vous deviné ?» «Eh bien», dit la femme, «vous ne savez ni où vous êtes, ni où vous allez. Vous avez atteint votre position actuelle en chauffant et en brassant une énorme quantité d’air. Vous avez fait une promesse sans avoir la moindre idée comment vous pourriez la tenir et vous comptez maintenant sur les gens situés en dessous de vous pour qu’ils résolvent votre problème. Votre situation avant et après notre rencontre n’a pas changé, mais comme par hasard, c’est moi maintenant qui à vos yeux en suis responsable !»

  3. La femme au sol répond : « Vous êtes dans la nacelle d’un ballon à air chaud à environ 10 mètres du sol. Vous vous trouvez exactement à 49°, 28’ et 11’’ Nord et 8°, 25’ et 58’’ Est ». «Vous devez être ingénieur» dit l’aérostier. «Je le suis », répond la femme, «Comment avez-vous deviné ?» «Eh bien», dit l’aérostier, «tout ce que vous m’avez dit à l’air techniquement parfaitement correct, mais je n’ai pas la moindre idée de ce que je peux faire de vos informations et en fait je ne sais toujours pas où je me trouve. Pour parler ouvertement, vous ne m’avez été d’aucune aide. Pire, vous avez encore retardé mon voyage.»

  4. Un homme, dans la nacelle d’une montgolfière ne sait plus où il se trouve. Il descend et aperçoit une femme au sol. Il descend encore plus bas et l’interpelle : PPS réalisé pour diaporamas-a-la-con.com «Excusez-moi ! Pouvez-vous m’aider ? J’avais promis à un ami de le rencontrer et j’ai déjà une heure de retard car je ne sais plus où je me trouve. »

  5. De Gaulle dans sa rédaction de se la constitution de 1958 avait mis en place une espèce de bipartisme gauche droite (enfin soit disant), au fil des décennies, l’évolution de ce monde et de notre société aidant, ce fameux bipartisme s’est effiloché au point de voir disparaitre et apparaitre une nouvelle forme dominante, qui vous l’avez maintenant en clair sous les yeux, il s’agit d’idéologie dite « progressiste » face aux patriotes dite « classe populiste ».
    Face à cette fracture qui n’a d’autre issue que mal finir, le combat est engagé, vous l’avez vu avec le mouvement des Gilets Jaune, dont aucune réponse de la part de ceux qui gouvernent apportent de solution, ces nantis s’arc-boutent sur leurs privilèges et ne lâcheront rien; seule la force de la rue pourra en venir à bout pour les anéantir.

  6. Sophie de menthon fait partie intégrante du système et vous pouvez être sûr qu’elle a voté choupinet aux deux dernières présidentielles (comme 95% des patrons).
    La naïveté et la malléabilité dont vous faites preuve est bien française, c’est d’ailleurs pour cela que nous en sommes là aujourd’hui.

  7. c’est vrai que les nanas, depuis qu’elles ont accédé au pouvoir ont carrément renversé la table de la connerie masculine alors qu’elles l’ont facilitée dans l’urgence de leurs questions sociétalistes complètement bidon pendant qu’elles font crever des centaines de milliers d’Ukrainiens dans leur quasi soutien à ces mecs dans cette guerre.

  8. Sur la photo, un coup de vent supplémentaire et la moumoute s’envole…Voir ces politiques qui n’ont jamais travaillé réellement prendre des décisions, chaque semaine une décision pire que la semaine précédente, pour nous enfoncer….

  9. C’est bien pour ça qu’il nous faut encenser, tous les jours pour ne pas faire de discrimination religieuse, notre très cher Messie et prophète, notre Dieu vivant Emmanuel Macron, plébiscité deux fois par le peuple franconnais.
    Chaque fois que je vais au bureau, je pense très fort à lui, pour un travail encore plus efficace au nom de la franconnerie.

  10. ce genre de femme est vraiment l’avenir de l’homme, intelligente, honnête (au sens 17è siècle du mot) et qui plus est agréable à regarder

  11. de Menthon ?
    Ha! Ha!, laissez-moi rire sur la pertinence de cette bonne femme!!!

Les commentaires sont fermés.