S’opposer à l’islam pour récolter le Christ Roi, non merci !

Publié le 10 août 2014 - par - 1 481 vues
Share

Je tombe sur l’article d’Olivier Marot, et je lis ceci : « Je viens de découvrir le témoignage bouleversant de ces femmes chrétiennes, d’Irak, désormais arrachées à leur terre, à leurs enfants, à leur époux, et vendues comme esclaves sur les marchés. En 1700 ans, jamais leur sort n’avait paru à ce point désespéré. »

Monsieur Marot, vous avez confié dans un article précédent être venu au Christ il y a deux ans, et vous faites preuve du zèle maladroit des néophytes.

Pour ma part, j’ai apostasié le catholicisme et suis Païenne, et cependant le sort des Chrétiens d’Orient m’est insupportable (de tous les Chrétiens d’Orient, et pas seulement depuis la proclamation du « califat » ; et sans jamais oublier non plus les Chrétiens du Kosovo lâchement « livrés » aux islamistes par les troupes de l’OTAN). L’oppression, et maintenant les exactions dont ces Chrétiens sont victimes doivent être dénoncées sans relâche.

CEPENDANT, il n’y a pas que des Chrétiens qui soient victimes du « califat », pourquoi ne pas présenter honnêtement la vidéo en-tête de votre article ? Le témoignage est effectivement bouleversant, mais la femme que l’on voit et entend s’appelle Viviane DAKHIL, elle est députée au parlement irakien, ce n’est pas une Chrétienne, mais une Yazidite. Elle commence par dénoncer le sort réservé à son peuple présent non pas depuis 1700 ans mais depuis plus de 6000 ans sur ces terres. Son peuple, si souvent persécuté, est adepte d’une religion qui dérive du zoroastrisme, tradition bien antérieure au christianisme, tradition païenne originaire d’Iran. Mais Madame DAKHIL n’est pas sectaire, elle est solidaire de toutes les femmes qui ont le malheur de tomber aux mains des soldats du « califat », et elle n’oublie pas de dénoncer le sort des femmes chrétiennes.

Monsieur Marot, les gens comme vous m’inquiètent un peu : vous vous opposez à l’islam, mais ce n’est que pour imposer le règne et la loi du Christ-Roi. Non merci.

Sincères salutations

Béatrice Bontemps

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.