Soral, l’Islam et les contradictions du Front national

Publié le 15 février 2014 - par - 2 171 vues
Share

TERRORISME 22396 ATTAQUES-14-02-2014Ce n’est pas par manque de courage politique que Soral laisse détruire la civilisation française, c’est par osmose avec l’idéologie du grand remplacement.
Pour lui, les jeunes maghrébins tout comme les jeunes subsahariens, représentent le sel de la terre car ils sont virils, courageux, etc.
En réalité, parce qu’ils sont (presque tous) tout comme lui antisémites et paranoïaques et parce qu’avec lui, ils ont trouvé leur théoricien de l’empire » américano-sioniste » et leur débilité aidant ils prennent Soral pour un intellectuel.
C’est vrai qu’au royaume des aveugles, etc.
Aussi l’article de Joël Roma paru vendredi 14 février dans RL me paraît passer à côté de l’essentiel.
Les problèmes judiciaires de Soral et de son pote millionnaire Dieudonné n’ont évidemment rien à voir avec un quelconque acharnement de la gauche contre eux, car ils en sont les débiles utiles.
Grâce à eux les socialistes montrent leurs petits bras « voyez nous n’avons pas peur d’eux », et Valls de jouer les Zorros de la République en voulant faire croire à quelques semaines des élections municipales, que la chienlit ne passera pas.
S’il y a un tel déploiement pour les municipales qu’en sera-t-il pour les présidentielles. ?

La saisie du CSA vendredi dernier par Mehdi Ouraoui, ancien directeur de cabinet d’Harlem Désir, et surtout de Naïma Charaï, présidente de l’agence nationale Acsé (agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances) ces deux membres du Conseil national du Parti socialiste se sont émus des propos d’Alain Finkielkraut dans l’émission « Des paroles et des actes » diffusée jeudi 6 février sur France 2.

Ils ont déploré dans un communiqué commun les paroles suivantes du philosophe sur France 2 : « Et puis il y a aussi une place en France pour les Français de souche ! Il ne faut pas complètement les oublier ! », suivies un peu plus tard dans l’émission par « Je ne veux pas que la France, son enseignement et sa télévision deviennent l’Union soviétique de l’antiracisme sans cervelle » ni que « la France soit soumise au diktat de la diversité ». Naïma Charaï s’en explique à Sud Ouest. « Il est inacceptable que ces propos soient tenus librement à la télévision sur une chaîne publique et qu’aucun des représentants du service public présents sur le plateau n’ait jugé opportun de relever ni de contredire ces affirmations que je trouve particulièrement choquantes. L’expression “Français de souche” est directement empruntée au vocabulaire de l’extrême droite, et elle est en totale contradiction avec l’article premier de la Constitution qui dispose : “La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion.”
La demoiselle musulmane réagit comme Alain Soral, qui défend non seulement ces “jeunes immigrés victimes de la politique colonisatrice de la France et des ‘sous-chiens’ qui la peuple” et sort ses articles dés qu’il s’agit de frapper un juif.

Dans sa réponse à cette demoiselle musulmane, Alain Finkielkraut parle d’une gauche “qui perd la raison” à propos de tout. Il déclare notamment : “Je m’inquiète de voir la gauche choisir une autre voie, celle du refus de toute préséance de la culture française sur les cultures étrangères ou minoritaires ? »

Mais est-ce raciste que de voir que toutes ces démarches contre des philosophes, des hommes et femmes de presse comme Éric Zemmour ou Élisabeth Lévy qui sont juifs, viennent de musulmans.

Comme le fascisme, l’islamisme est par nature hostile aux juifs. Cette idéologie, combinée au choc pétrolier, a donné à des États tels que l’Iran, l’Arabie Saoudite et le Qatar la volonté et les moyens de diffuser les idées antijuives. Ce n’est pas exagéré de dire que les juifs sont menacés d’une Shoah islamiste, avec l’aval et la complicité des amis de messieurs Soral et Dieudonné.

Soral, l’ami du Hezbollah, l’ami de l’Iran de Khameini, l’ennemi farouche des juifs, celui qui nie que les attentats du 11 septembre furent le fait de musulmans fanatiques, Soral devient de plus en plus le chaînon antisémite manquant entre les islamistes français et le Front National, de la même façon que Camel Bechikh l’agent des frères musulmans, était le 1er février l’invité de l’Action Française dans un débat sur ‘la France et ses peuples’ où il affirme le socle catholique de la France.
Extraordinaire mensonge qui permet de faire passer l’islam pour une sorte de catholicisme de la Mecque. Qu’en est-il des appels du coran à tuer les chrétiens et les juifs et de la réalité du traitement des chrétiens aujourd’hui dans les 57 pays musulmans.
Cette conférence est mise sur le site de Soral, et cette idiote utile de Ludovine de la Rochère donne à Camel Bechikh le titre de porte parole de la manif pour tous. Nous allons regretter les croisés.

http://www.youtube.com/watch?v=92ZKDhJpPIw

Prenons le symbolique exemple du lycée Français au Qatar, négocié puis édifié par la droite et perpétué par la gauche, le président du conseil d’administration du lycée Voltaire, Ali Ben Fetais al-Marri, procureur général du Qatar l’affirme : « Il y a trois questions qui sont importantes pour les Qataris et les Arabes qui fréquentent cette école, et ce sont l’enseignement de la charia islamique, de la langue arabe et de la séparation entre garçons et filles à partir d’un certain âge… » Qu’à cela ne tienne. « Nos amis Français se sont montrés compréhensifs, car l’essentiel pour nous est d’avoir des Qataris francophones attachés à leur langue et leur religion. »

Aussi, ce n’est pas seulement parce que la situation économique est dramatique que la gauche veut faire passer en force les changements de mœurs, c’est aussi pour imposer ce changement de civilisation qui passe par un remplacement de peuple.
Comme le disait Brecht en 1953 après les émeutes ouvrières en RDA, « si le peuple ne vous convient pas, changer de peuple ».

Le gouvernement a cru que c’en était fini avec ces manifestations du « peuple de droite » à la suite des imposantes démonstrations contre le « mariage » gay. Il doit déchanter. Ce n’était qu’un commencement. Désormais la rue est à la droite ou, plus exactement, à tous ceux qui se révoltent contre ce que le gouvernement entend leur imposer, en matière de moeurs certes, mais aussi sur le plan fiscal par un matraquage sans précédent, le tout aggravé par ce mépris des princes qui nous gouvernent manifesté dans leur volonté d’imposer par la force de la loi ce qu’il prétend être le Bien.
Ce n’est donc plus seulement la droite qui est dans la rue, c’est la société civile. Ce que le pouvoir redoutait est arrivé : la conjonction des colères qui réunit ouvriers et petits patrons, catholiques et musulmans, commerçants et contribuables.
Le 26 janvier, la manifestation dite « Jour de colère » a réuni plus de 20.000 participants, sans qu’aucun syndicat, aucun parti – pas même le Front national – n’ait appelé à manifester.

En réalité si 90 % des musulmans ont voté pour François Hollande ce n’est pas seulement pour les avantages sociaux qu’il a promis tout au long de sa campagne et la politique pro communautariste qu’il a mises en avant c’est également parce que pour les musulmans en France qu’il soit Français ou non, Sarkozy était le juif.

Pour l’immigration de peuplement tel qu’organisée par l’État elle a permis de rendre incontournable la sphère qui en a retiré l’essentiel des bénéfices politique publics par l’invention de diverses institutions chargées de distribuer la manne, à l’encontre des besoins économiques de la sphère privée qui fut mise, elle, à contribution pour la financer.

Car l’installation d’une population à la fois très nombreuse et surtout peu intégrée économiquement créait une demande continue de biens et services dans de nombreux secteurs que seul l’État était en mesure de gérer. Les oligopoles publics et privés para-publics dirigés par l’État et la classe politique y ont aussi trouvé intérêt puisque l’état transformait en clients solvables des millions d’immigrés très pauvres et peu employables, remis dan le jeu économique de la redistribution sociale financée par l’impôt et l’endettement.

Le but est de constituer une clientèle captive. Au final, parce qu’elle est quantitativement et qualitativement inadaptée aux besoins de l’économie Française, l’immigration de peuplement en cours depuis quarante ans a inévitablement engendré des problèmes sociaux qui étaient prévisibles.
La gauche y trouve ainsi justification à sa politique sociale clientéliste, la droite justification à sa politique sécuritaire aussi tape à l’œil qu’hypocrite. Au Front National, ce « public » musulman peut donner corps, chez certains, à des théories identiques à celles de Soral et quelques autres sur les « drames engendrés par l’empire américano-sioniste.»
Donc on ne s’étonnera pas de voir Aymeric Chauprade (tête de file de la liste pour les européennes) dire tout le bien qu’il pense de l’armement nucléaire iranien même s’ils l’intitule « pacifique », des Palestiniens et surtout « horresco referens» de la politique de l’État d’Israël qui ne semble pas vouloir accélérer la création ex-nihilo d’un pseudo état palestinien.
Marine le ¨Pen qui à juste titre s’étend sur l’idée d’État nation, et, ne critique pas cette initiative américaine de la création d’un état « Palestinien » qui n’existe  de façon « publicitaire » que depuis 1964.

En réalité s’il y a un état palestinien, c’est la Jordanie où vit une population à 70 % « palestinienne ».
À faire ainsi le grand écart entre la condamnation de l’immigration, sans se distancier d’un discours aux musulmans dont le symbole est évident »chrétiens et musulmans nous sommes croyants donc nous pouvons nous entendre » Marine Le Pen risque un claquage musculaire.
Décidément pour les Français juifs, républicains, les lieux d’accueil deviennent rare.

Lazare Zylbergleitt

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.