SOS Méditerranée : humanisme ou néo-esclavagisme ?

Mercredi 30 novembre dernier, les bons bourgeois bienpensants de l’Hérault étaient conviés à l’Opéra de Montpellier pour un récital dit caritatif en faveur de SOS Méditerranée. Autrement dit, ils étaient priés d’ouvrir leur bas de laine pour participer à l’effort de financement de cette association dite humanitaire.
Comme il fallait s’y attendre, ce fut un cortège d’élus compassés (traduisez : du « bon côté de la barrière idéologique »), de jeunes femmes perchées et de retraités des beaux quartiers montpelliérains.
Car oui, nous, c’est-à-dire des patriotes de tous bords les avons vus passer en cortège pour donner une obole qu’ils n’accorderaient pas à leur voisin dans la détresse. En silence, la plupart habillés de noir, nous avions organisé une double haie d’honneur sur le parvis même de l’Opéra, devant la grande entrée, et brandissions des pancartes faites maison pour rappeler qu’il y avait plutôt lieu de penser « SOS Français », « SOS retraités », « SOS étudiants », « SOS paysans », etc… énumérant les incuries étatiques.
Il faut dire que nous avions immédiatement vu rouge (le cas de le dire !) dès que nous avons eu connaissance de cette soirée. La question s’est posée de réagir. Une manifestation bruyante ? Trop pratiqué, trop facilement critiquable. L’idée m’est venue de jouer les résistants à la Gandhi.

Et l’effet a dépassé nos espérances. Encadrés par deux files de pancartes réprobatrices, nos bons bourgeois ont été sidérés de notre audace à venir leur mettre sous le nez leur lâcheté devant les vrais problèmes des Français. A leur rappeler que la plus élémentaire morale voudrait « les nôtres avant les autres ».
Parce que les questions légitimes sont nombreuses : les migrations organisées par les ONG sont-elles de l’humanisme ou de l’esclavage moderne ? Les mondialistes et Mélenchon ne sont-ils pas comme le dit Michel Onfray, « les nouveaux négriers » ?

L’humanisme consiste-t-il à arracher des hommes de leur culture enracinée pour en faire des esclaves en Europe ? Je suppose que les arguments pour convaincre les Africains de venir chez nous présentent l’Occident comme un Eldorado où ils seront nourris, blanchis (sans jeu de mot), logés et où tout leur sera permis. De quoi séduire des hommes jeunes, en pleine force de l’âge, et les décider à abandonner culte des ancêtres et respect des anciens pour jouir de l’impunité de nos institutions. Les conséquences ne se font pas attendre : confrontés à la permissivité ambiante, la plupart cède aux instincts primaires ou de survie et plonge dans les délinquances allant jusqu’aux crimes dont le viol est le plus fréquent.

Quelques-uns, rares, sincèrement épris de notre culture, se retrouvent déboussolés dans un monde qui ne ressemble en rien à leurs rêves. J’ai écouté un de ceux-là, amoureux de notre littérature, m’expliquer dans un Français châtié qu’il croyait pouvoir poursuivre des études à Montpellier. Mais voilà, il a été casé dans un hôtel à migrants du tout-venant, et le gardien exigeait de chacun 50€ en cash chaque semaine, avec la menace de les déloger. Je ne sais pas ce que ce garçon est devenu, je peux supposer que ses rêves se sont noyés dans l’eau de vaisselle d’une plonge de bistrot quelconque.
Parce que la soi-disant défense des travailleurs français du camarade Mélenchon consiste en réalité à importer une main d’œuvre sous payée qui fait baisser les salaires et créée encore plus de chômage chez les Français. En tout cas ceux qui veulent travailler.

Autre question, primordiale celle-là : à qui profite cette organisation dite SOS Méditerranée et autres ONG tentaculaires ? Aux passeurs, armateurs ? Aux présidents de ces associations souvent issus de la haute fonction publique, et, m’a-t-on dit, souvent anciens préfets ? Ces gens qui bénéficient d’une retraite confortable sont-ils donc désintéressés au point de ne pas tirer avantage de cette fonction parée de l’adjectif humanitaire ?
En tous cas, il est évident que les milliards engloutis dans cette vaste organisation néo-esclavagiste ne bénéficient pas aux Français toujours plus délaissés par le cynisme méprisant de nos dirigeants : retraités, étudiants, paysans, soignants relégués, policiers, et j’en passe, sont les parias de notre société, et mériteraient un peu de la manne de ces « nouveaux négriers ».

Quant aux esprits dits éclairés qui m’accuseraient de manque de cœur envers ces pauvres gens qui fuient une situation dramatique, je dirai que peu de migrants sont issus de pays en guerre, que lorsqu’on est un homme, on ne se sauve pas en abandonnant femmes, enfants et vieillards mais on reste pour les défendre. Et les malheureux qui se noient meurent par la faute de ceux qui les ont embarqués, pas par la nôtre.
Enfin, en conclusion, que ceux qui les plaignent les prennent en charge chez eux, à leurs frais.

Nicole Mina

image_pdfimage_print
12

5 Commentaires

  1. Cette association « SOS Méditerranée » vit grassement avec les dons ,en l’occurrence celles des mairies comme PARIS , NANTES , LYON qui ont des milliers de SDF qui crèvent de faim et de froid , etc … Cette « association » est complice des passeurs , elle est également complice de l’exploitation de cet esclavagisme . La FRANCE est exsangue , elle ne veut plus d’immigrants .

  2. esclavagiste! les bénéfices qu’ils retirent les forcent à continuer! refusons de les laisser faire

  3. Et qu’on renvoie chez leurs parents ceux qui se disent être mineurs, au lieu de chercher à tout prix de prouver qu’ils sont majeurs ! Un mineur en liberté c’est un fugueur, dont les parents sont responsables.

    • la place d’un mineur est d’être chez ses parents; les laisser aux crochets de l’état c’est de la complicité de crime

Les commentaires sont fermés.