SOS Palestine : quand une cause juste sert l'antisémitisme

C’est récurrent en Alsace et particulièrement à Strasbourg. Il y’a une poignée d’irréductibles fachos, nostalgiques du projet génocidaire à leur regret non abouti -ou plus précisément pas totalement abouti-, qui ne rêvent que de soulever les masses contre ce qu’il reste de Juifs.
A Strasbourg, c’est le parti raciste et antisémite des musulmans de France, parti illégal à plusieurs niveaux qui est le porte drapeau de cette logique de guerre et de cette velléité d’extermination.
Les dirigeants de ce groupuscule alimentent la haine envers les Juifs pour mieux l’exploiter. C’est parmi les musulmans que Latréche, président de ce mouvement, à la solde de pays du Golfe -et principalement de la Syrie-, dissémine son terrifiant venin. Il est le continuateur en France des tenants du choc de civilisations, tant espéré par les frères musulmans. Il est celui qui aura renoué avec la mouvance islamique pro-nazie de la dernière guerre : celle des frères musulmans, incarnée par le grand moufti de Jérusalem et qui a contribué à la Shoah par la constitution d’une division de SS musulmans en Serbie. Il est celui qui crache sur la France et sur son Président -c’est à ce titre qu’il a été poursuivi en justice ces dernières années-. Il est enfin celui qui exploite la cause palestinienne pour distiller ses pulsions de mort, ses projets macabres.
Le tract -voir ci-dessous- de ce mouvement, appelant à manifester le samedi 26 janvier 2008 à Strasbourg en dit long sur les réels projets qu’il compte mener. La ficelle utilisée est tellement grosse qu’il n’est pas nécessaire ici de faire une critique détaillée. Notons simplement que les trois point essentiels évoqués sont :
– La libération totale : qui est en fait un message relayant la charte du Hamas, les discours d’Ahmadinejad, etc! fondés sur la nécessité d’extraire les Juifs de Palestine. En gros, les jeter à la mer.
– Les criminels sionistes : Juxtaposition de termes facilement inversibles, surtout parmi les férus de l’Internet, mais aussi au sein d’une partie de l’extrême gauche qui a bâti sa survie « contre les sionistes ». En inversant, on obtient « les sionistes criminels ». Et comme bon nombre de nos concitoyens lient les termes sionistes et Juifs, on obtient un moyen d’être légalement antisémite.
– En petits caractères, on peut lire : « Ecolière palestinienne, victime de la barbarie de l’armée sioniste, (!) et composée aussi de citoyens français ». Le terme « aussi » montre qu’il y’a une volonté d’associer le citoyen français à « la barbarie de l’armée sioniste ».
Mais que fait la Halde ? Comment se fait-il qu’on ait réussi à éliminer la totalité des groupes criminels d’extrême gauche et d’extrême droite, à dissoudre toutes leurs structures, à faire imploser toutes les nébuleuses fascisantes, sauf celles liées à l’Islam ? Pourquoi un individu comme Latréche , violemment antisémite n’a jamais été sérieusement inquiété par la justice ?
Kebir Jbil

image_pdf
0
0