1

Souhaitons un joyeux Noël aux Gilets jaunes sur leurs ronds-points

Résultat de recherche d'images pour "PHOTO GILET JAUNE ET NOEL"

En ce 24 décembre, veille de Noël et jour de fête pour les chrétiens, je voudrais remercier les Gilets jaunes qui viennent de bouleverser la donne politique comme ils ne l’imaginent sans doute pas.

Il y aura un avant et un après Noël 2018. C’est ainsi.

Les GJ viennent de redonner espoir à tous les patriotes et les lépreux populistes qui se désespèrent de voir la France se disloquer et devenir une nation du tiers-monde, ruinée par une immigration de masse qui refuse de plus en plus de s’intégrer.

Leurs drapeaux et leur Marseillaise chantée sur les ronds-points ont fort indisposé les bobos et nos élites auto-proclamées, mais ils ont fait chaud au cœur des patriotes. Et c’est le plus important.

“On souffre, on étouffe, on va passer un Noël de merde”, disent les GJ, dont certains sont bien décidés à réveillonner sur les ronds-points pour continuer la lutte et obtenir le respect et la considération que nos élites méprisantes et arrogantes leur refusent depuis toujours.

Il est évident que leur détresse ne va pas disparaître, tel un mirage dans le désert, avec les quelques mesures annoncées par un Macron aux abois tentant d’éteindre l’incendie qu’il n’a pas vu venir, tant il s’est pris pour le maître du monde possédant la science infuse.

Non, nos Gilets jaunes ne vont pas remplir le frigo et mettre plein de cadeaux sous le sapin du jour au lendemain.

Mais leur mouvement est bien plus qu’une jacquerie. C’est une  révolution dont ils ne mesurent pas encore l’ampleur et les conséquences.

Car il ne sera plus possible à qui que ce soit de continuer à gouverner contre le peuple en légiférant pour le faire taire et en le taxant à outrance.

Le mouvement des Gilets jaunes est d’abord une révolte sociale et fiscale, mais c’est aussi l’annonce d’une prochaine révolte identitaire. Et c’est cela, avant tout, qui gêne nos mondialistes apôtres de la diversité contre l’avis des natifs.

Cette révolte identitaire est inéluctable car aucun peuple, aussi anesthésié soit-il par la propagande mensongère des mondialistes au pouvoir, n’acceptera de disparaître.

Si Macron croit pouvoir effacer nos 2 000 ans d’Histoire et nos 1 500 ans de chrétienté, il se trompe lourdement.

Des millions de Français, encore à l’abri de l’immigration, finiront par comprendre que les mondialistes veulent enfoncer le dernier clou sur le cercueil de la civilisation occidentale en détruisant les nations.

Mais cette entreprise de démolition de l’Occident va échouer. Les mondialistes n’ont pu jusqu’ici avancer leurs pions que parce qu’ils ont la mainmise sur la presse et les faiseurs d’opinion.

Mais ils n’ont plus la mainmise sur le peuple depuis un mois !!!

Un jour, d’autres Gilets jaunes lanceront une croisade identitaire pour reprendre possession de leur pays et dire non à l’idéologie mondialiste qui nous détruit, non à l’islamisation qui disloque la nation.

Ils défendront leurs fêtes chrétiennes, leurs crèches qu’on voudrait interdire, leurs saints qu’on raye des calendriers parce que les élites se soumettent lâchement à tous les communautarismes.

Car Noël, ce sont aussi 1 500 ans de chrétienté, c’est la France “fille aînée de l’Église” avec ses 45 000 clochers et ses 100 000 calvaires, c’est Clovis, premier roi barbare baptisé chrétien le 25 décembre 498 à Reims.

Noël nous rappelle nos racines mais aussi les innombrables œuvres artistiques réalisées en hommage à notre religion. Cathédrales et monuments, peintures, sculptures, musiques, littérature, philosophie…

C’est une onde de choc sans précédent que les GJ viennent de déclencher.

La caste dirigeante vient déjà de comprendre qu’elle n’était plus en sécurité nulle part, pas même dans les hôtels particuliers des beaux quartiers parisiens !

C’est une première depuis la guerre.

Quand les bobos auront compris qu’il n’y a plus aucun sanctuaire où se réfugier, l’opinion et la presse immigrationniste basculeront dans le camp populiste.

Aucun gouvernement n’empêchera que l’immigration devienne bientôt l’inquiétude n1 des Français, bien avant le chômage ou le pouvoir d’achat.

Le 8 décembre, ils étaient 600 policiers et gendarmes à protéger l’Élysée avec hélicoptère en alerte pour exfiltrer Macron en cas de perte de contrôle de la situation.

C’est dire combien Jupiter était serein !

Un article du Figaro évoque le quotidien de Macron, totalement bousculé par les Gilets jaunes.

“Huées, insultes, exfiltrations d’urgence ou encore annulation d’événements” sont devenus le lot du président après seulement 18 mois de règne.

Quelle déchéance pour celui qui se prenait encore pour le centre du monde le 11 novembre, en donnant des leçons à tous les chefs d’État de la planète !

Le Monde nous dit que Macron vit à huis clos.

Pour son entourage, “la  défiance grandissante des Français à l’égard de leur président se transforme en sécession”.

“Il ne sort plus sans se maquiller tellement il est marqué. Il se maquille même les mains”.

Sous les huées à répétition et les pluies d’insultes, Macron fait face à une antipathie des citoyens qui lui fait dorénavant redouter le contact avec le peuple.

L’exfiltration en urgence du Puy-en-Velay a marqué les esprits.

La colère est bien là, durable et profonde.

Les maires des Yvelines avaient déjà dit à Macron que certains Gilets jaunes aimeraient voir sa tête au bout d’une pique.

Le 21 décembre, d’autres GJ ont décapité un pantin représentant notre président. Une enquête est ouverte… pour “provocation au crime et outrage”.

Il est vrai que décapiter un pantin lors d’une manifestation, c’est beaucoup plus grave que de laisser 25 000 fichés “S” en liberté, dont 3 000 sont jugés extrêmement dangereux.

En 18 mois de gestion calamiteuse, Macron aura réussi l’exploit de nous livrer une France en lambeaux, disloquée, révoltée, avec une croissance tombée de 2,3 % à 1,5, une dette historique de plus de 2 300 milliards, une menace terroriste au plus haut, comme on l’a vu à Strasbourg, et une insécurité quotidienne dramatique avec 1 000 agressions gratuites par jour.

Et non content de ce bilan accablant, il vient de signer le pacte de Marrakech, qui organise la submersion migratoire, afin de parachever son œuvre de dislocation de la nation !

Ce triste  constat étant fait, souhaitons néanmoins un joyeux Noël aux Gilets jaunes sur leurs ronds-points. Leur combat est salutaire et porteur d’espoir.

Il est temps que Macron enterre son délirant programme mondialiste.

Car s’il s’obstine, ce sera le chaos généralisé.

Jacques Guillemain