Soutien à Cédric Villani, qui a osé lier échec scolaire et immigration

Publié le 9 septembre 2019 - par - 11 485 vues
Share

Des élus ou militants ont également ressorti l’extrait d’une interview sur RTL, datant de mars 2017, où le soutien d’Emmanuel Macron est invité à s’exprimer sur l’école française, « l’une des plus inégalitaires malgré les moyens qui lui sont alloués ». La journaliste lui demande ce qui ne fonctionne pas par rapport aux systèmes étrangers. Et le mathématicien, médaille Fields 2010, l’équivalent du Prix Nobel pour les mathématiques, de lier immédiatement la problématique à l’immigration.

« On ne peut pas comparer directement les résultats du système éducatif français aux systèmes étrangers. Le système français est l’un de ceux dans lesquels il y a le plus de complexité parce que la France est une terre d’immigration. Ça a fait partie aussi de la force de la science française, mais il y a des difficultés, des questions d’assimilation qui sont à gérer. La France est une société qui est très chamarrée, très colorée. » Selon lui, on ne peut ainsi pas vraiment comparer les systèmes éducatifs, à part peut-être avec celui des États-Unis, où la société est également « colorée », argumente-t-il à l’époque.

 

Luc Ferry, ancien ministre de l’Éducation, ne disait-il pas la même chose ?

« Si on supprimait les 15 % de quartiers pourris qu’il y a en France, nous serions classés numéros 1 dans Pisa ! ». (lien)

C’est une évidence ! Laisser s’implanter massivement des populations allogènes, de culture différente, de religion différente et de races au QI inférieur ne va faire que plomber l’éducation nationale et faire diminuer le QI national.

A-t-on déjà vu une médaille Fields d’origine africaine ou de religion musulmane ? Combien de prix Nobel pour les pays africains et les pays musulmans, à part quelques prix Nobel de l’Épée et de Lis-tes-ratures ?

Et toute cette immigration européenne va entraîner une baisse de productivité, une baisse de l’intelligence, une hausse des violences à l’égard des Français de souche, une baisse de la confiance réciproque et des problèmes interethniques et religieux qui menacent aujourd’hui de tourner à la guerre civile.

Il suffit de lire les « faits divers » sur Actu17, Fdesouche, Faitsdiversinternationaux et les commentaires qui en sont faits sur RL, RR, etc. pour constater qu’on n’est pas très loin de la guerre civile, ethnique et religieuse prévue par Obertone, Rioufol, Zemmour, Faye, Onfray, etc.

Mais retournons à l’éducation.

Immigration extra-européenne et baisse de QI

L’immigration extra-européenne a-t-elle un impact sur le niveau d’intelligence, partant sur les résultats éducatifs ? Y a-t-il un lien entre race, culture, civilisation et QI ?

Oui, si l’on en croit ces données : carte des couleurs de peaux – carte du QI – QI et couleur de peau de chaque pays.

Pour compléter, lire mon article

La France devient-elle un de ces « pays de merde » dont les habitants ont un QI inférieur à la moyenne ?

Pour ne pas me répéter par rapport à cet article, je vais me contenter de citer Laurent Obertone, La France interdite (2018) :

« Les psychologues constatent aujourd’hui que l’intelligence moyenne de certains pays développés baisse, parfois brutalement. C’est notamment le cas en France. Il y aurait trois explications principales :

  • une émigration des individus les plus doués, qui vont vendre leur cerveau ailleurs, plutôt que le mettre au service de notre fiscalité ;
  • une immigration de « quantité », c’est-à-dire massive, d’individus en moyenne peu qualifiés ;
  • enfin, et surtout, ce que l’on appelle un « effet dysgénique », c’est-à-dire une natalité élevée des individus les moins intelligents, et une forte dénatalité des individus les plus doués.

L’intelligence étant, toujours selon les spécialistes, fortement héréditaire, on en imagine aisément les conséquences à l’échelle d’une société complexe, qui dépend étroitement de l’intelligence moyenne de ses sociétaires. Absolument tous les facteurs sociaux, technologiques, économiques et civilisationnels y sont liés. Je pense qu’il est urgent de s’y intéresser, et de cesser d’imaginer que l’Éducation nationale pourra nous préserver de telles réalités. »

Laurent Obertone (La France Interdite) : « Si nous disparaissons pour cause d’intimidations progressistes, c’est après tout que nous le méritons » [Interview Breizh.info]

Je vous invite au passage à acheter son bouquin qui est une mine d’informations sur l’immigration et si vous n’avez pas de sous pour l’instant, cherchez « Obertone » sur Riposte Laïque ou sur YouTube, par exemple. Mais je vous garantis que ce livre vaut son pesant de cacahuètes.

Résultat de recherche d'images pour "la france interdite"

La montée de l’islam et la baisse de niveau scolaire

Mais ce n’est pas tout. Outre la baisse de QI qui est énormément liée à la génétique, un autre facteur explicatif est la montée de l’islam par l’immigration d’origine musulmane dont les valeurs et les connaissances s’opposent frontalement aux valeurs et connaissances européennes.

– Liberté/soumission

– Tolérance/intolérance

– Amour de la France/ haine de la France, de l’Occident, de la chrétienté

– Respect de la femme/femme inférieure et soumise

– Respect de la recherche, du doute, de l’autonomie intellectuelle/le questionnement des obligations et interdits divins est un péché passible de mort

– Laïcité/Persécution des non musulmans

– Respect de l’enfant/mariage infantile autorisé

– Violence seulement en cas de défense/Violence autorisée pour subjuguer les non musulmans

France : une enseignante témoigne sans langue de bois du désastre de l’éducation des enfants musulmans

Dreuz, 15 février 2017

Une enseignante répond à un commentateur sur le blog d’Ivan Rioufol qui prétend que les petits immigrés ou fils d’immigrés sont discriminés à l’école.

Je suis enseignante (prof d’histoire-géo-éducation civique) depuis plus de 20 ans. J’ai exercé dans 5 collèges de banlieue, dont deux Zep et un établissement classé zone violence.

J’ai donc vu passer dans mes classes (de la 6e à la 3e) plus de 4 000 jeunes de banlieues, que j’ai eu à charge d’instruire, d’encourager et d’accompagner, avec une bienveillance et une abnégation qui ne m’ont jamais fait défaut.

Vous prétendez que les populations des banlieues sont « mises au garage dès le collège et le lycée » ?

Que « le socle d’une société épanouie est l’éducation » et, de ce fait, vous insinuez que les minorités ne reçoivent aucune instruction dans notre pays ?

Quelle vaste blague ! Non : quelle aberration, quelle mauvaise foi, quelle vision erronée et mensongère de la réalité !

Mes élèves des cités reçoivent la même instruction que tous les petits Français de souche. Leur instruction est gratuite (sans compter les aides et prestations diverses censées aider ces familles mais qui sont systématiquement dépensées pour tout autre chose que l’école…)

Si, au terme d’un parcours scolaire la plupart du temps désastreux, le corps enseignant se voit contraint de leur proposer une orientation professionnelle en fin de 3e, c’est qu’on ne peut pas raisonnablement proposer à un adolescent de 15 ans d’envisager de poursuivre des études de médecine alors qu’il n’a toujours pas daigné apprendre à compter (et à parler correctement le français). Ignorez-vous l’importance de la résistance à l’apprentissage du français dans nos écoles ?

Le français est pour eux une « langue étrangère », la langue des « mécréants » comme ils aiment à me le répéter.

Voici le fruit de ma réflexion, après 20 années d’expérience au contact de votre soi-disant « génération sacrifiée » :

Je suis en première ligne pour témoigner des moyens financiers, humains et techniques mis à dispositions de ces jeunes depuis des décennies (oui, des millions dépensés dans les collèges et lycées pour ces populations).

Je vous signale, à titre d’exemple, que le collège où je travaille actuellement met à leur disposition permanente 14 TNI d’une valeur totale de 100 000 euros – un dans chaque classe -, deux salles informatiques contenant 50 PC avec connexion internet, une bibliothèque magnifique sur deux étages, des dizaines d’heures de soutien hebdomadaires et tutorats en tous genres (qui coûtent beaucoup d’argent à l’État car payées en heures supplémentaires), un service de restauration quasi gratuit, des voyages scolaires (musées, voyages en Espagne, en Italie, en Angleterre et en Allemagne, pris en charge par le foyer socio-éducatif) etc, etc, etc. Je continue ?

Les autres enfants de la commune (qui ne vivent pas dans la cité) sont loin d’avoir ce genre de privilèges.

Malgré tout, ces jeunes des banlieues (comme vous les appelez) n’ont que la haine de la France à la bouche. Leur seule référence est « le bled ». Leur seul désir : imposer leur culture en remplacement de notre culture nationale. Ils ne s’en cachent même plus : ils le revendiquent comme une fierté.

Leur communautarisme rend inopérant toute tentative d’instruction et d’intégration.

Quel que soit le sujet que j’aborde, en Histoire, en géographie ou en éducation civique, je ne rencontre de leur part que mépris et hostilité vis-à-vis de notre passé, de nos valeurs, de notre vision de la démocratie. Je n’ose même plus prononcer le mot « laïcité » en classe, de peur de les voir me vomir dessus ou pire, m’insulter.

La plupart des collègues ont abdiqué depuis longtemps.

Hélas, j’ai cru un temps, comme vous, qu’il était possible de leur transmettre connaissances, sagesse et foi en l’avenir de notre communauté nationale.

J’ai renoncé. Je suis tous les jours confrontée aux discours les plus intolérants qui m’aient été donnés d’entendre : propos haineux à l’égard des Français, des juifs, des femmes, des homosexuels… L’évocation du terrorisme fondamentaliste les fait sourire (dans le meilleur des cas) quand ils ne font pas ouvertement, en classe, l’apologie de l’État islamique et de la charia.

Notre Histoire ne les intéresse pas. Ils ne sentent aucun passé, ni aucun point commun avec les « sous-chiens » et les « faces de craie » comme ils nous appellent.

Retournez donc à l’école ne serait-ce que pour un petit stage d’une journée… vous seriez mortifié.

Et vous réfléchirez peut-être à deux fois avant d’écrire de telles inepties.

© lu en commentaire d’un article d’Yvan Rioufol et publié par Gaïa pour www.Dreuz.info

 

Bravo donc à vous, Cédric Villani, d’avoir mis les pieds dans le plat. Pas sûr que Cheikh Manu soit très content que l’on ose s’en prendre ainsi à ses petits protégés envahisseurs.

Julien Martel

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.