Soutien à Macron : restituons à l’Afrique toutes ses richesses conservées en France

Restitution du patrimoine africain

On ne peut que se réjouir de l’acte héroïque accompli par le président Macron qui a restitué au Bénin des œuvres d’art conservées en France depuis 130 ans.

C’est un acte qui répond aux aspirations du peuple français et qui ne peut qu’être salué par les forces patriotiques françaises qui ne cessent de réclamer, depuis très longtemps, la restitution aux pays africains de toutes leurs richesses retenues en France.

« C’est un moment symbolique, émouvant et historique, qui était tant attendu et inespéré », s’est félicité le président Macron lors de la cérémonie de restitution. Un moment attendu, espéré et réclamé surtout par les patriotes français dont certains ont même fait l’objet de poursuites judiciaires.

Macron qui s’était engagé en 2017, six mois après son investiture, à rendre possible dans un délai de cinq ans les « restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique », a démontré qu’il est un homme de parole. Un homme de parole qui veut aller loin dans ce processus de restitution.

« Le patrimoine africain ne peut pas être uniquement dans des collections privées et des musées européens », soulignait-il dans son discours en novembre 2017 à Ouagadougou.

Effectivement, le patrimoine africain n’est pas constitué que des seules œuvres d’art. Certes les œuvres d’art peuvent avoir des valeurs, mais la seule valeur sûre et la richesse humaine. Et de telles richesses se sont accumulées et circulent librement en France en masse. Elles se retrouvent dans la rue, dans le métro, dans les écoles, à la CGT, dans les commissariats de police… Elles sont visibles dans les villes comme dans les villages. Dans les banlieues surtout.

La remise au Bénin de 26 œuvres d’art n’est qu’un début. « Nous démarrons quelque chose qui ne peut plus s’arrêter », a déclaré le ministre béninois de la Culture, Jean-Michel Abimbola.

On ose tous l’espérer.

L’Afrique est en droit exiger la restitution de ses richesses. Il faut rendre à l’Afrique ce qui lui appartient. L’Afrique aux Africains et les Africains à l’Afrique ! Tel est le slogan qui doit prévaloir en France et dans tous les pays qui jouissent des richesses africaines.

Beaucoup de pays ont déjà demandé la restitution de leurs richesses. Ce sont le Sénégal, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Tchad, le Mali et Madagascar. Mais il y a aussi les richesses somaliennes, soudanaises, tunisiennes, marocaines, mais surtout les immenses richesses algériennes qu’il faudra bien se résoudre à restituer à leur pays d’origine qui en a grandement besoin pour son développement.

Sans oublier qu’il y a également les richesses du Moyen-Orient, dont les turques, les syriennes, les irakiennes et les DAESHiennes notamment, et celles d’Asie, comme les afghanes et les pakistanaises.

On a pillé l’Afrique pendant la colonisation et on a continué à la piller après l’indépendance, en laissant ses richesses se déverser en grandes quantités en France. Elles continuent à s’y déverser quotidiennement de façon illicite et illégale au su et au vu de tous, mais sans que personne ne réagisse. Souvent même avec l’encouragement de la classe politique et des médias.

On va même repêcher ces richesses en mer. Des bateaux flambant neuf ont été mis récemment à l’eau pour attirer ces richesses.

Mais, ces richesses mal acquises ne sont point tolérées par les Français. Elles ne profitent qu’à ceux qui ne pensent qu’à leur intérêt personnel au détriment de celui de la France. On constate d’ailleurs que plus les richesses africaines s’accumulent en France, plus ce pays se fait rabaisser et humilier.

La France doit se résoudre à se séparer de ces richesses et à vivre de ses propres ressources.

Les Français doivent apprendre ou réapprendre à ne compter que sur eux-mêmes et ne plus compter sur les richesses venues d’ailleurs.

Ce sera particulièrement douloureux pour nos enfants qui sont livrés à un matraquage systématique leur faisant croire que ces « richesses pour la France » sont éternelles.

La France ne connaîtra la quiétude et la tranquillité de l’esprit que lorsqu’elle se décidera à restituer à l’Afrique ses œuvres d’art et à lui renvoyer ses richesses humaines.

Elle ne sera riche et épanouie qu’en restituant à l’Afrique ses richesses.

Il faut non seulement restituer ces richesses, mais veiller à ce qu’elles ne quittent plus leurs pays d’origine, par un strict contrôle aux frontières.

Malgré toute sa bonne volonté, découlant de la nécessité d’une bonne campagne électorale, Macron n’aura certainement pas la possibilité de réaliser cette restitution des richesses africaines à leurs pays d’origine. Son mandat arrive à expiration et il est peu probable qu’il soit réélu.

Mais quelqu’un d’autre pourrait réaliser cet objectif avec une réussite garantie.

Éric Zemmour, par exemple.

Il suffit que le peuple français lui en confie la tâche.

Les 26 œuvres d’art restituées ont été accueillies avec une immense joie au Bénin. On ose imaginer la joie de ce pays et de toute l’Afrique lorsque ce seront des milliers de richesses qui leur seront retournées.

On ose aussi imaginer la joie, la délivrance et l’ivresse des Français.

Messin’Issa

image_pdfimage_print
21
1

9 Commentaires

  1. Des « oeuvres » qui seraient restées inconnues sans l’intérêt des colonisateurs et du superbe Musée des Arts Premiers (J.Chirac) Quai Branly, que j’ai visité en 2019. Ce musée rassemble un grand nombre d’expressions artistiques et culturelles des peuples des grands continents. Qui ira les voir dans leurs pays d’origines? ces oeuvres ont été conservées et mises en valeurs à Paris, avec le prestige que garde encore notre capitale, comme un trésor de l’humanité. Qui ira les voir dans leurs pays d’origines où elles tomberont dans l’oubli. L’imbécilité a un prix!

  2. Toutes ces saoperies sont des nids de poussière. En passant, si on pouvait récupérer au moins une partie du pognon donné aux africains, ce serait sympa.

  3. je me demande combien d’oeuvres africaines ont été engrangées dans leurs musées depuis l’indépendance
    on pourrait aussi leur rendre leurs médecins, ingénieurs, et autres cerveaux qui viennent développer ce pays raciste au lieur de faire progresser les leurs

  4. A l’heure du numérique, j’espère bien que les « richesses » africaines et arabes de la France ne seront bientôt plus visibles que sur PC, tablettes et Smartphones. Il faudra conserver quelques spécimen dans des zoos ou des camps, pour que nos enfants sachent que « ça a existé » et puissent leur jeter des grains de semoule et des pois chiches au travers des barbelés.
    L’on pourrait aussi en garder quelques uns pour l’organisation de battues et autres chasses à cour pour nos amis chasseurs…
    Enfin; créer un jour de congés supplémentaire pour l’abattage rituel (ainsi que celui des salopes de françaises qui couchent avec ces vermines) est une idée à travailler…

  5. Faut rendre a l Afrique leurs oeuvres et accessoires
    de magies , de marabouts qui ont envouté la France ;
    accompagné de leurs sorciers aux multiples femmes .
    Pour porter tout ça il faut de la main d oeuvres ,
    une version DELIVEROO sur mer qui livre la marchandise
    vaudou et les livreurs restent sur place !
    Musée jacques Chirac , click et collecte, tout doit
    disparaître avec toute la clique immigrationniste !

    • Absolument vrai,,,,ils sont profondement engage dans la magie noire, tout objet a leurs vibrations de vaudou et satanique c’est repugnant .
      De plus « leurs arts » est extremenent vulgaire, laid,j’espere que tous les musees de France se debarasse de leurs  » scultures bout de bois, basquette pourries etec…ca fera de la place pour Notre Art Francais.

  6. D’accord ! mais donnant/donnant :
    on leur rend tous leur bibelots et toute la population africaine qui traînasse chez nous et qui va AVEC
    BHL leur rend toute la fortune qu’il a engrangé sur les bois exotiques du GABON,
    ILS NOUS RENDENT tout l’argent, les subventions, les cadeaux, les pots-de-vin que l’Etat français et les politiques leur ont généreusement ET COPIEUSEMENT distribués
    marché équitable !!!

  7. Oui rendons a l’Afrique tous ses bouts de bois qui, soit dit en passant auraient servi a faire chauffer le manioc si la France ne les avait pas récupérés ; rendons à ce continent les preuves irréfutables d’une culture tres avancée, fermons à Paris le musée des arts premiers (comprendre primitifs) et ouvrons a la place un vrai musée des arts et traditions des provinces françaises…

Les commentaires sont fermés.